Light mode Dark mode Mode sombre
Light mode Dark mode Mode sombre
Recherche

Information

Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter

en savoir plus

10 juin 2014

Industrie électrique européenne : les grands défis sont devant nous

arton559

« En mai 2013, 8 CEO’s parmi les plus grands électriciens européens avaient tiré la sonnette d’alarme sur l’urgence de réformer le marché électrique européen. A l’époque, la maison était en feu. Aujourd’hui la maison brûle encore mais il semblerait que nos cris aient finalement été entendus ». C’est le bilan mitigé mais néanmoins optimiste que Johannes Teyssen, Président d’Eurelectric et CEO de E.ON, a dressé devant près de 400 acteurs du secteur électrique, présents à la Convention annuelle de l’Association Européenne, qui s’est tenue à Londres ces 2 et 3 juin.

Réunis pour « rebâtir la confiance dans le nouveau monde de l’énergie » selon l’expression du président d’Eurelectric, industriels, pouvoirs publics, régulateurs et consommateurs ont fait part de leurs attentes pour réformer le système électrique européen et pouvoir offrir une énergie compétitive, sûre et durable aux consommateurs.

Entre défis et opportunités

En effet, déjà fragilisé par des difficultés économiques, le secteur électrique doit aussi relever de nombreux défis qui bouleversent les modèles existants et peuvent remettre sérieusement en cause l’équilibre du système électrique : l’intégration de nouveaux modes de production décentralisée (EnR, autoproduction,…), la perte de rentabilité des actifs conventionnels nécessaires à la sécurité de l’approvisionnement énergétique européen, le développement de nouveaux usages liés aux smart technologies (stockage, transport électrique,…) ou encore l’apparition du « prosumer» voué à jouer un rôle de plus en plus actif dans le système électrique de demain.

Pour autant, et comme souvent dans les cas de grandes mutations, ces défis peuvent aussi s’avérer de grandes opportunités, pour peu qu’une coopération renforcée soit réellement instaurée entre industriels, pouvoirs publics, régulateurs et consommateurs. D’ores et déjà, au niveau européen, Il y a indéniablement une prise de conscience : un calendrier de réformes se dessine : règlementation des aides d’Etat pour l’énergie et l’environnement, cadre pour la politique énergétique et climatique européenne à l’horizon 2030, réforme du marché ETS, ou encore amélioration du fonctionnement des marchés de détail de l’électricité. Cependant, comme l’a rappelé Johannes Teyssen, le secteur entame-là un vrai « marathon » qui risque bien de s’inscrire dans la durée car, « si des progrès ont déjà été accomplis, toutes les solutions n’ont pas encore franchi la ligne d’arrivée, et de nouvelles solutions entreront en jeu ».

Les priorités des électriciens européens

Tous les acteurs du secteur électrique européen sont unanimes : le combat contre le changement climatique doit rester la priorité centrale de l’Europe, qui doit reprendre le leadership et s’afficher comme un pionnier pour la réduction des émissions de CO2 au niveau mondial. La baisse des émissions de gaz à effet de serre doit donc être la priorité des politiques énergétiques et climatiques européennes, articulées autour d’un objectif unique et ambitieux de réduction des émissions de CO2 à hauteur de 40% à l’horizon 2030. Pour y parvenir efficacement et à moindre coût, les Etats membres doivent être libres de choisir leur propre mix de production en exploitant toutes les solutions technologiques à leur disposition (nucléaire, thermique décarbonné ou renouvelables). Les investissements dans des technologies bas-carbone doivent être déclenchés à travers des instruments de marché, et notamment le prix du CO2 révélé par le marché ETS. Ce dernier doit donc être profondément reformé afin de jouer à nouveau le rôle de moteur de la transition énergétique européenne, qui lui avait été alloué à l’origine. Enfin, le marché électrique doit s’adapter aux profondes mutations du parc de production européen qui passe d’un système de coûts marginaux variables à un système de coûts fixes à cause de l’intégration croissante de capacités renouvelables. Cela implique notamment la mise en place de mécanismes de garantie pour la sécurité d’approvisionnement au niveau européen, et le développement des infrastructures en fonction des besoins du système électrique.

L’UFE, présente à Londres, salue le consensus qui s’est dégagé à l’issue de cette convention. En effet, depuis le lancement du débat national sur la transition énergétique en France, l’UFE travaille en continu et en concertation avec les nombreux acteurs français et européens, pour l’élaboration d’une stratégie « bas carbone » au service de la renaissance industrielle de l’Europe. Cette stratégie articulée autour de six grandes orientations, sera présentée lors du Colloque annuel de l’UFE, le 17 juin prochain à Paris.

Présentation de l’UFE

Présentation de l’UFE
Présentation de l'UFE

L’Union Française de l’Electricité (UFE) est l’association professionnelle du secteur de l’électricité. Elle représente les entreprises de l’ensemble de la chaine de valeur du secteur électrique français : producteurs, gestionnaires de réseaux, fournisseurs d’électricité et de services d’efficacité énergétique.

en savoir +

Evènements du secteur

13
nov 2023

Forindustrie, l’Univers Extraordinaire

lire la suite
28
nov 2023

Horizons Hydrogène 2023

lire la suite
30
nov 2023

Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

lire la suite

Colloque UFE

08 Jun

Colloque 2023

Colloque annuel de l’Union Française de l’Électricité

Le jeudi 8 juin 2023 se tenait la douzième édition du Colloque de l'Union Française de l'Electricité à Paris

Je regarde le Replay YouTube

Evènements du secteur

  • 13
    nov 2023

    Forindustrie, l’Univers Extraordinaire

    lire la suite
  • 28
    nov 2023

    Horizons Hydrogène 2023

    lire la suite
  • 30
    nov 2023

    Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

    lire la suite