Light mode Dark mode Mode sombre
Light mode Dark mode Mode sombre
Recherche

Information

Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter

en savoir plus

06 octobre 2014

Démarrage chahuté pour la Commission européenne

arton597

Avant même d’avoir réellement démarré, la nouvelle Commission européenne proposée par Jean-Claude Juncker essuie déjà quelques plâtres. Le démarrage des auditions des candidats Commissaires montre que l’unanimité est loin d’être acquise quant au quitus que chacun des 27 membres proposés doit obtenir. Ainsi, mercredi dernier, Miguel Arias Canete a dû batailler ferme pour tenter de convaincre qu’il pourrait être un bon Commissaire à la fois pour les questions énergétique et climatique. Le « verdict » est attendu demain et …c’est loin d’être gagné pour lui !

Le moins qu’on puisse dire est que, pour certains des candidats au poste de Commissaire européen, leur audition devant les eurodéputés aura été tout, sauf une simple formalité. Alors qu’Alenka Bratusek, la candidate pressentie par Jean-Claude Juncker au poste de Vice-Président de « l’Union de l’Energie», doit être auditionnée aujourd’hui même, plusieurs des 27 membres se sont faits étrillés, la semaine dernière, sous un feu de questions qui ont révélé les tensions extrêmes dans les jeux de pouvoir entre formations politiques. A cette heure, la réponse est encore incertaine quant à la désignation définitive de certains. Le « couperet » devrait tomber demain.

Hill, Moscovici, Canete : futures victimes expiatoires ?

Alors qu’il est urgent que la Commission européenne soit opérationnelle dès le 1er novembre, le chemin pour y arriver est loin d’être un long fleuve tranquille. Après des élections européennes au printemps dernier qui ont vu une montée de l’euroscepticisme, Jean-Claude Juncker, même s’il est bien le reflet traditionnel du groupe politique sorti dominant du scrutin – en l’occurrence le PPE – a dû faire face à la bronca d’un Royaume Uni vent debout contre lui. Las, à peine dévoilé son projet de nouvelle organisation que les critiques ont fusé. En particulier, celle relative au rapprochement des portefeuilles Energie et Climat, confiés, de surcroît, à l’Espagnol Miguel Arias Canete, ultra contesté tant sur un plan personnel que sur son bilan d’ancien ministre. De fait, son audition, mercredi dernier, aura été très dure, avec une coalition politique S&D/GUE/Verts/ALDE très soudée contre lui. Avant même le début de l’audition, le groupe S&D avait d’ailleurs demandé à reporter le vote des commissions après que la Commission JURI ait émis son avis sur la conformité de la déclaration d’intérêt de Canete (qui avait quand même été modifiée 3 fois pendant les 72 h précédentes !). Au final, le débat aura tourné essentiellement autour de deux interrogations : l’existence d’un conflit d’intérêt compte tenu des parts que lui-même, son épouse et son fils détenaient encore tout récemment dans des sociétés pétrolières, et son réel engagement en faveur du climat, ses opposants pointant du doigt le fait qu’il ait notamment accordé des droits de forage, autorisé la fracturation hydraulique ou encore revu à la baisse, et rétroactivement, les soutiens aux énergies renouvelables lorsqu’il était Ministre de l’Environnement.
Mais Miguel Arias Canete n’a pas été le seul à faire les frais d’une audition musclée. Le Britannique Jonathan Hill n’a pas convaincu et repassera un second oral aujourd’hui. Il est vrai qu’il partait avec quelques handicaps pour le portefeuille de Commissaire aux Services Financiers en venant d’un pays qui refuse de se joindre aux discussions sur la gouvernance économique européenne, n’utilise pas l’euro comme monnaie nationale et agite la menace d’un referendum sur la volonté du peuple britannique à rester ou à sortir de l’UE. Quant à Pierre Moscovici, lui non plus ne semble pas avoir séduit les eurodéputés de la Commission des Affaires économiques ECON, hormis peut-être ceux du groupe politique S&D. Mais, tout comme Miguel Canete, peut-être devra-t’il surtout son maintien, demain, après son « oral de rattrapage », non pas à sa force de conviction mais bien aux âpres négociations qui se jouent en coulisses entre les deux grandes forces politiques traditionnelles que sont le centre droit et les socialistes européens…

Présentation de l’UFE

Présentation de l’UFE
Présentation de l'UFE

L’Union Française de l’Electricité (UFE) est l’association professionnelle du secteur de l’électricité. Elle représente les entreprises de l’ensemble de la chaine de valeur du secteur électrique français : producteurs, gestionnaires de réseaux, fournisseurs d’électricité et de services d’efficacité énergétique.

en savoir +

Evènements du secteur

13
nov 2023

Forindustrie, l’Univers Extraordinaire

lire la suite
28
nov 2023

Horizons Hydrogène 2023

lire la suite
30
nov 2023

Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

lire la suite

Colloque UFE

08 Jun

Colloque 2023

Colloque annuel de l’Union Française de l’Électricité

Le jeudi 8 juin 2023 se tenait la douzième édition du Colloque de l'Union Française de l'Electricité à Paris

Je regarde le Replay YouTube

Evènements du secteur

  • 13
    nov 2023

    Forindustrie, l’Univers Extraordinaire

    lire la suite
  • 28
    nov 2023

    Horizons Hydrogène 2023

    lire la suite
  • 30
    nov 2023

    Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

    lire la suite