Light mode Dark mode Mode sombre
Light mode Dark mode Mode sombre
Recherche

Information

Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter

en savoir plus

17 janvier 2011

Concertation sur le photovoltaïque : l’UFE apporte sa contribution aux débats

Edito: 17 janvier 2011

Aujourd’hui s’ouvre la troisième réunion de concertation sur la filière photovoltaïque, consacrée, cette fois-ci, aux panneaux solaires sur grandes toitures. Partie prenante aux débats depuis le début en décembre dernier, l’UFE s’attache, à chaque étape des négociations, à rappeler les principes de fond portés par les électriciens.

Le 12 janvier, la seconde réunion de concertation, co-pilotée par Jean-Michel Charpin et Claude Trink, a été consacrée aux centrales au sol et aux particuliers, en présence notamment des députés Serge Poignant et Jean Dionis du Séjour. La présentation faite par la DGEC dresse une première répartition des trajectoires par filières. Dans le contexte du Grenelle de l’Environnement et de la PPI, l’évaluation de l’objectif est de 500 MW de puissance installée par an (200 MW pour les centrales au sol, 150 MW pour les installations sur bâtiments résidentiels de petite puissance, et 150 MW pour les bâtiments non résidentiels de petite puissance aussi). Un objectif jugé insuffisant par de nombreux acteurs. L’UFE, quant à elle, a pu rappeler, à cette occasion, qu’elle partageait les objectifs de la concertation, à savoir que le nouveau cadre de régulation qui sera défini réponde aux critères suivants: pérennité, transparence, stabilité, et qu’il prenne en compte les impacts sur la CSPE et sur les réseaux. De même, l’UFE est attachée à ce que les modalités de la, ou des, solution(s) choisie(s) permettent le développement d’une filière industrielle française compétitive et créatrice d’emplois.

Attentive à la transition

Au-delà des éclairages apportés par l’Administration sur le décret suspendant l’Obligation d’Achat pour certains projets photovoltaïques, l’UFE souhaite que soit portée une attention particulière aux modalités de transition entre la période de suspension et le démarrage du nouveau dispositif, afin d’éviter de créer de nouvelles difficultés pour les porteurs de projets et les gestionnaires de réseaux.

Une concertation, plusieurs solutions

Le Gouvernement et les deux Présidents de la concertation souhaitant distinguer les réflexions selon les différentes filières photovoltaïques, ceci pourrait aboutir à une différenciation des solutions, à la fois en termes d’objectifs et/ou en termes de solutions de régulation. Pour l’UFE, l’existence de sous-objectifs par filière est envisageable, dès lors que cette différenciation est fondée sur une analyse des spécificités de chacune des filières au regard de leur maturité économique, et de leur potentiel pour créer une filière industrielle française, organisée et pérenne. Ainsi, les centrales au sol constituent, au niveau national, un marché qui connaît un développement important, et qui pourrait offrir, à la France, une perspective de développement d’une filière industrielle. Elle est relativement mûre et compétitive au regard des autres filières photovoltaïques dont le soutien au développement est plus coûteux (impact moindre sur la CSPE). Au regard de ces atouts, l’UFE considère que si des sous-objectifs annuels de développement par segment devaient être adoptés, celui pour les centrales au sol devrait être significatif dans le cadre de l’objectif global qui sera défini in fine. De plus, les objectifs annuels devront être suffisamment stables et lissés durant la période considérée, pour permettre la structuration progressive de la filière et bénéficier des effets d’apprentissage.

Les particuliers, un marché très dynamique

Par ailleurs, si la compétitivité de la filière photovoltaïque développée sur les toitures au profit des particuliers reste encore à être renforcée, ce marché est, en revanche, celui qui participe le plus fortement au dynamisme de l’emploi local puisque ce sont les artisans (couvreurs, électriciens, installateurs, ..) qui réalisent les installations des toitures photovoltaïques de petites surfaces. Sur ce segment, l’UFE considère que, si un tarif d’achat devait être maintenu, il conviendrait de le concevoir très réactif, notamment de l’accompagner d’une dégressivité en cohérence avec l’objectif de développement et le coût de production. Cette dégressivité devra faire l’objet de règles claires, établies à l’avance, et simples, pour limiter les coûts de gestion des contrats de longue durée. Ce système suppose une grande transparence, afin de permettre la nécessaire réactivité dans l’ajustement de ce tarif.

Pour en savoir plus, consultez notre édito du 20 décembre 2010 et la position UFE du 12 janvier 2011

Présentation de l’UFE

Présentation de l’UFE
Présentation de l'UFE

L’Union Française de l’Électricité (UFE) est l’association professionnelle du secteur de l’électricité. Elle représente les entreprises de l’ensemble de la chaîne de valeur du secteur électrique français : producteurs, gestionnaires de réseaux, fournisseurs d’électricité et de services d’efficacité énergétique, en passant par les opérateurs de stockage et des effacements, et du pilotage des consommations.

en savoir +

Evènements du secteur

30
nov 2023

Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

lire la suite
24
mai 2024

REMOOVE 2024

lire la suite
30
mai 2024

Think Energies 2024 - Réindustrialisation & décarbonation des filières de...

lire la suite

Colloque UFE

10 Dec

Colloque 2024

Colloque de l’Union Française de l’Électricité

Le mardi 10 décembre 2024 se tiendra la prochaine édition du Colloque de l'Union Française de l'Electricité à Paris !

Je regarde le teaser sur YouTube

Evènements du secteur

  • 30
    nov 2023

    Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

    lire la suite
  • 24
    mai 2024

    REMOOVE 2024

    lire la suite
  • 30
    mai 2024

    Think Energies 2024 - Réindustrialisation & décarbonation des filières de...

    lire la suite