Light mode Dark mode Mode sombre
Light mode Dark mode Mode sombre
Recherche

Information

Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter

en savoir plus

07 novembre 2016

Retour sur le colloque de l’UFE : une journée résolument tournée vers l’avenir

arton1042

Le colloque de l’UFE, tenu le 3 novembre et qui a réuni près de 500 participants, a été l’occasion de partager largement les points de vue sur les transformations en cours du secteur électrique.

Dès le discours d’ouverture, Christine Goubet-Milhaud a évoqué à quel point ces transformations étaient profondes et pourquoi, dépassant le secteur de l’électricité, elles étaient en réalité des enjeux de société. En effet, tous les acteurs de la société, particuliers, entreprises, fédérations syndicales, élus locaux et nationaux sont concernés et ont un rôle à jouer. Pour Isabelle Kocher, le terme de « transition » énergétique est d’ailleurs un peu « pâlot » et elle préfère parler de profonde « révolution ». Pour l’économiste Nicolas Bouzou, ce n’est rien de moins que la « cinquième grande mutation de l’histoire de l’humanité » qui est en marche.

Des changements qui ne s’arrêtent pas à nos frontières

Autre caractéristique de ce mouvement inexorable : il est mondial. L’UFE avait d’ailleurs invité des intervenants de tous horizons pour témoigner de cette dimension internationale. Han La Poutré a pu partager l’expérience d’Amsterdam notamment sur la mobilité, Saskia Sassen l’analyse qu’elle porte depuis New York sur la dimension sociologique des mouvements en cours. Francesco Starace a témoigné des changements radicaux effectués par Enel dans ses choix d’investissement, en particulier dans le numérique. Jean-Bernard Lévy, qui a également illustré l’ambition d’EDF d’investir le terrain de la maison intelligente et connectée et de « prendre les GAFA de vitesse », a d’ailleurs salué la façon dont Enel avait acquis une stature internationale. Il a aussi été question de l’Afrique dans les débats, car les entreprises européennes peuvent contribuer à la formidable aventure de l’accès à l’électricité d’un continent entier, synonyme de développement humain accéléré.

Plusieurs leviers d’action

Ce colloque était aussi l’occasion de discuter des leviers d’action, des moyens d’aboutir aux objectifs sur lesquels nous sommes collectivement engagés, en particulier au regard du défi mondial des changements climatiques.

Un premier accent a été mis sur le rôle de la décision politique et de la régulation. Le niveau européen a été mis à l’honneur en début de colloque, avec Dominique Ristori qui a rappelé dans son discours les grandes lignes d’action de la Commission Européenne en matière d’énergie et esquissé les ambitions du prochain « paquet d’hiver », ainsi qu’avec les participants de la première table ronde de la journée invités notamment à se prononcer sur les conséquences possibles du Brexit. Pour Lawrence Slade, d’Energy UK, le Brexit ne remet pas en cause les engagements énergétiques et climatiques du Royaume-Uni, mais la clarté politique est indispensable pour attirer les investissements nécessaires. Pour Luc Poyer, ce contexte est aussi l’opportunité pour le couple franco-allemand de se réaffirmer. Manuel Baritaud de l’AIE a rappelé la façon dont « l’Europe a réussi ce que les Etats-Unis n’ont pas fait », à travers un marché continental intégré de l’énergie mais aussi ce qu’il restait à accomplir pour soutenir les investissements bas carbone sans remettre en cause la sécurité d’approvisionnement. Philippe Torrion a plaidé pour sa part en faveur des deux priorités que sont le mécanisme de capacité et une trajectoire affichée de hausse continue du prix du CO2. La fin du colloque a quant à elle été consacrée au niveau local, avec les participants de la dernière table ronde qui ont échangé sur leurs bonnes pratiques, qu’elles se situent dans la petite commune de Sancy ou dans les métropoles parisienne et strasbourgeoise. Jean-Michel Mazalerat et Yann Rolland ont précisé ce que les entreprises de services énergétiques pouvaient apporter sur le terrain, tandis que François Brottes et Philippe Monloubou ont livré dans ce contexte leur vision de l’évolution du rôle des réseaux électriques. Robert Herrmann a tenu par ailleurs à préciser qu’il y avait « toujours besoin de l’Etat stratège et du régulateur ».

Un deuxième accent a été mis sur les outils financiers à déployer, débat nourri en particulier par la publication de l’étude de l’UFE sur les efforts de priorisation à mener en matière de consommation d’énergie, pour rendre possible la transition énergétique en France d’ici 2030. Responsables de l’Administration, financeurs publics et privés, porteurs de projets, ont ensemble convenu que la disponibilité des fonds n’était pas aujourd’hui le facteur limitant mais qu’il convenait d’orienter ces sommes disponibles vers les investissements les plus efficients et que la visibilité, en particulier concernant les dispositifs de soutien public, était une priorité. La table ronde sur les usages de l’électricité a confirmé la pertinence du message de l’UFE d’efficacité climatique, recouvrant à la fois l’efficacité énergétique et la subsitution entre énergies, illustré à travers des exemples dans le bâtiment et la mobilité. Didier Rebischung a appuyé ce message en soulignant à quel point il était « dans l’ADN des ELD de promouvoir les usages de l’électricité ». Le climatologue Hervé Le Treut a rappelé pourquoi les enjeux climatiques mais aussi de santé publique nécessitaient de « sortir des hydrocarbures », pour passer à des usages sobres à base d’électricité décarbonée.

Electricité et numérique : les deux faces d’une même mutation

Enfin, si cette transition, révolution ou mutation, est affaire d’énergie et en même temps de numérique, elle est surtout affaire d’innovation. Louis Schweitzer a pu regretter à ce titre que peu de dossiers déposés au Programme des Investissements d’Avenir tiennent à la fois de ces deux domaines de l’énergie et du numérique, tandis que Nicolas Sekkaki a témoigné comment, vu d’IBM, le numérique et l’intelligence artificielle avaient déjà le potentiel de transformer en profondeur de nombreux procédés industriels, dont l’énergie tout particulièrement. Fabien Choné a d’ailleurs tenu à distinguer le rôle du digital dans la transition énergétique de la transition numérique des métiers, dont celui de la fourniture. Jean-Bernard Lévy est à ce titre persuadé que pour les entreprises « la transition numérique est l’affaire de tous », au-delà des questions d’enveloppes financières. Mari-Noëlle Jégo-Laveissière a exprimé la conviction d’Orange que cette transition devait « offrir une expérience client facile d’usage », ce qu’Olivier Derrien a également porté au nom de Salesforce, pour qui « la révolution dans le secteur de l’énergie est une occasion rêvée de remettre le client au centre ».

Ainsi, malgré un contexte économique difficile pour beaucoup d’entreprises du secteur électrique, c’est un message d’optimisme et d’ambition que la filière a partagé en cette période où les échéances réglementaires et électorales se succèdent en Europe. Les défis sont lourds, les solutions pour les relever ne sont pas toutes connues, mais l’électricité est clairement un secteur d’avenir et les entreprises sont mobilisées pour prendre toute leur part à la page d’Histoire qui s’écrit.

Pour aller plus loin

Retrouvez interventions du Colloque UFE 2016.

Présentation de l’UFE

Présentation de l’UFE
Présentation de l'UFE

L’Union Française de l’Électricité (UFE) est l’association professionnelle du secteur de l’électricité. Elle représente les entreprises de l’ensemble de la chaîne de valeur du secteur électrique français : producteurs, gestionnaires de réseaux, fournisseurs d’électricité et de services d’efficacité énergétique, en passant par les opérateurs de stockage et des effacements, et du pilotage des consommations.

en savoir +

Evènements du secteur

30
nov 2023

Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

lire la suite
24
mai 2024

REMOOVE 2024

lire la suite
30
mai 2024

Think Energies 2024 - Réindustrialisation & décarbonation des filières de...

lire la suite

Colloque UFE

10 Dec

Colloque 2024

Colloque de l’Union Française de l’Électricité

Le mardi 10 décembre 2024 se tiendra la prochaine édition du Colloque de l'Union Française de l'Electricité à Paris !

Je regarde le teaser sur YouTube

Evènements du secteur

  • 30
    nov 2023

    Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

    lire la suite
  • 24
    mai 2024

    REMOOVE 2024

    lire la suite
  • 30
    mai 2024

    Think Energies 2024 - Réindustrialisation & décarbonation des filières de...

    lire la suite