Light mode Dark mode Mode sombre
Light mode Dark mode Mode sombre
Recherche

Information

Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter

en savoir plus

09 décembre 2011

Lutter contre les émissions de GES : une priorité absolue

Edito: 12 décembre 2011

La 17ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de Durban, en Afrique du sud, s’est achevée sur une sorte de «prolongation» du Protocole de Kyoto. Au final, pas d’échec flagrant donc, mais pas d’avancée majeure non plus, à l’heure où les émissions de gaz à effet de serre ont atteint un niveau record et où les phénomènes météorologiques extrêmes se produisent de plus en plus souvent. Se projetant déjà à plus long terme, la France a dévoilé, il y a un mois, les travaux du comité de réflexion présidé par Christian de Perthuis, appuyé par le Centre d’Analyse Stratégique, auxquels l’UFE a apporté sa contribution. Le rapport analyse les conditions pour décarboner l’économie à l’horizon 2050, dans les meilleures conditions économiques et sociales…

Tandis que la Conférence de l’ONU sur le climat s’est achevée, à Durban, sur des mesures en demi-teinte, les débats, en France, centrés autour de l’énergie, semblent se réduire, avant tout, à un choix manichéen autour du nucléaire, sans réellement faire état de l’enjeu primordial qu’est la lutte contre les émissions de carbone. Pourtant, à l’occasion de la Conférence de Durban, l’Organisation Météorologique Mondiale a publié des chiffres alarmants. Les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ont atteint de nouveaux pics faisant craindre des changements radicaux et irréversibles pour la planète et, de facto, des cataclysmes pour les populations.

La France, bonne élève

Dans ce contexte, rappelons tout de même que, grâce à son parc de production électro-nucléaire, la France est l’un des pays industrialisés qui émet le moins de gaz à effet de serre, et qui respecte, d’ores et déjà, le protocole de Kyoto. Au plan européen, notre pays est aussi l’un des rares à avoir transposé les Directives Energie-Climat de 2008 au travers du Grenelle de l’environnement qui fixe d’ici 2020, une réduction de plus de 20% de nos émissions.

Mais Nathalie Kosciusko-Morizet veut aller encore plus loin. Pour inscrire le pays dans une stratégie à 2050, elle a mandaté le professeur d’économie, Christian de Perthuis, et le Centre d’Analyse Stratégique pour évaluer les moyens de décarboner plus encore notre pays, dans les meilleures conditions économiques et sociales. Car depuis 2008, la crise économique et financière a bouleversé quelque peu la donne et il convient de rechercher les voies d’une politique climatique faisant rimer ambition élevée en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et impacts positifs sur la croissance et l’emploi. L’UFE, au travers de sa propre étude «Electricité 2030: quels choix pour la France?»,a activement participé aux travaux qui ont conduit à la publication du rapport «Trajectoires 2020-2050vers une économie bas carbone». Le Rapport relève ainsi que «les travaux de l’UFE, comme ceux de RTE montrent une baisse partielle ou significative du nucléaire dans le mix français peut conduire à une croissance importante des émissions de CO2 du secteur électrique et par conséquent du pays. L’étude UFE (qui envisage une part de 20% du nucléaire à 2030 et une consommation de 570 TWh) conduit ainsi à cet horizon à une multiplication par 3 des émissions du secteur électrique par rapport à 2010 et à une augmentation de près de 20% ses émissions totales de CO2 rapport à 2010».

Une trajectoire 2050

Parmi les points importants du Rapport figure la nécessité d’allonger la prévisibilité et la crédibilité de la politique climatique par la définition de cibles européennes contraignantes en 2030.L’UFE se félicite de cette préconisation puisque, comme elle l’a rappeléau cours des travaux, les investissements dans le secteur électrique reposent sur deschoix de long terme, ce qui suppose, pour les acteurs,de disposer d’objectifs et de règles stables.

A l’heure où le marché des quotas connaît un effondrement sans précédent depuis sa création, le secteur énergétique a également fait part de son besoin d’un signal prix pertinent du CO2 pour investir dans le mix de demain. Ainsi, si, comme le souligne le Rapport, le marché ETS constitue un outil pertinent qui permet d’optimiser économiquement les réductions des émissions de CO2, un meilleur encadrement de ce marché au niveau européen pour faire émerger un signal-prix du carbone robuste à long terme semble indispensable.

C’est en ce sens que l’UFE a lancé une réflexion spécifique sur le choix d’outils de régulation qui seraient à la fois efficaces et préserveraient le bon fonctionnement du marché.Les premiers résultats de ces travaux devraient être rendu publics au premier trimestre 2012. Nous espérons qu’ilspourront apporter une contribution utile dans la déclinaison des conclusions des travaux du Comité trajectoire 2020-2050.

Présentation de l’UFE

Présentation de l’UFE
Présentation de l'UFE

L’Union Française de l’Electricité (UFE) est l’association professionnelle du secteur de l’électricité. Elle représente les entreprises de l’ensemble de la chaine de valeur du secteur électrique français : producteurs, gestionnaires de réseaux, fournisseurs d’électricité et de services d’efficacité énergétique.

en savoir +

Evènements du secteur

30
nov 2023

Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

lire la suite
24
mai 2024

REMOOVE 2024

lire la suite
30
mai 2024

Think Energies 2024 - Réindustrialisation & décarbonation des filières de...

lire la suite

Colloque UFE

08 Jun

Colloque 2023

Colloque annuel de l’Union Française de l’Électricité

Le jeudi 8 juin 2023 se tenait la douzième édition du Colloque de l'Union Française de l'Electricité à Paris

Je regarde le Replay YouTube

Evènements du secteur

  • 30
    nov 2023

    Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

    lire la suite
  • 24
    mai 2024

    REMOOVE 2024

    lire la suite
  • 30
    mai 2024

    Think Energies 2024 - Réindustrialisation & décarbonation des filières de...

    lire la suite