Light mode Dark mode Mode sombre
Light mode Dark mode Mode sombre
Recherche

Information

Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter

en savoir plus

02 mars 2015

Climat : bilan contrasté pour le trio France/Allemagne/UK

arton667

Alors que les grandes manœuvres ont commencé en vue de la COP21, l’année 2014 a été marquée par des évolutions très différentes dans la performance climatique des trois grands systèmes électriques européens que sont l’Allemagne, le Royaume Uni et la France. Petit passage en revue instructif qui révèle que, si les trois pays ont enregistré un recul de leurs consommations assez uniforme, en revanche, leurs émissions de carbone n’ont, elles, pas du tout connu la même trajectoire…

A elles trois, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni génèrent 50 % de la totalité de l’électricité produite dans l’UE. Difficile donc de ne pas prendre en compte l’évolution de leurs mix et celle de leurs émissions de CO2, surtout en cette année particulièrement sensible de préparation de la COP21. Or, si 2014 a vu leur consommation d’électricité respective baisser entre 4 et 6%, les « points communs » s’arrêtent là : en effet, l’Allemagne et le Royaume-Uni disposent des systèmes électriques les plus émetteurs de CO2 en Europe, ce qui n’est pas le cas de la France.

Bilan en demi-teinte pour l’Allemagne

Pour l’Allemagne, le bilan 2014 est en demi-teinte, au regard des importants efforts d’investissement réalisés dans les EnR électriques. Ainsi, la diminution des émissions de CO2 du parc allemand a reculé de 5 %, chiffre très proche de la réduction de la consommation (- 4%). Ce parallélisme s’explique par le fait que l’usage du charbon, plus compétitif que le gaz, reste la première source de production avec 44 % du total. De ce fait, les émissions allemandes sont toujours supérieures à 300 Mt CO2 / an, le niveau qu’elles avaient déjà en 1999, faisant de l’Allemagne le principal émetteur de l’UE. Conscients d’ailleurs de ce paradoxe, certains acteurs industriels comme ceux du secteur électrique se mobilisent aujourd’hui pour développer des solutions bas carbone, comme en témoigne la coopération industrielle franco-allemande pour une meilleure intégration des renouvelables.

Guère mieux pour le Royaume Uni

De l’autre côté de la Manche, la consommation d’électricité a également reculé de 4 % en 2014 du fait de la douceur de l’hiver, mais la performance climatique ne s’améliore guère. En effet, la production à base de charbon, un moment fragilisée par la fermeture de plusieurs centrales, a repris la première place dans le merit order (34,6%) devant le gaz, défavorisé par une reprise de la hausse du prix de gros (33,8%) et le nucléaire qui a été impacté par l’arrêt de 4 réacteurs (16,4%). Ainsi, malgré la bonne performance de la biomasse, qui a compensé le recul éolien par manque de vent (- 9 %), les productions décarbonées ont vu leur part dans la production britannique baisser de 34 à 31,6 %.

Cocorico pour la France

Dans l’Hexagone, la consommation d’électricité a baissé de 6 %, combinaison d’un hiver assez doux (moins de chauffage) et d’un été assez frais (moins de climatisation). Mais la performance climatique du parc est exceptionnelle car les émissions de CO2 ont baissé, elles, de 41 %. En cause, une réduction massive de l’usage de l’ensemble du parc thermique fossile avec – 40 % et en particulier du charbon (- 58 %). Sur la base d’une hydraulique moyenne l’an passé (- 10 % par rapport à 2013), les EnR ont contribué de façon limitée à compenser la baisse de la production fossile, et c’est surtout le nucléaire (+ 13 TWh) qui a permis de réaliser cette très bonne performance climatique. Les émissions françaises sont maintenant tombées à 19 Mt / an, ce qui représente seulement 6 % des émissions allemandes et 11 % des émissions anglaises. Cela confirme que la troisième place mondiale attribuée au système énergétique français par le World Economic Forum est pleinement justifiée. A l’aube de la COP21, la France peut donc afficher une certaine fierté dans sa réelle contribution à la lutte contre la dégradation climatique mais plus encore, elle doit veiller à ne pas la détériorer.

Présentation de l’UFE

Présentation de l’UFE
Présentation de l'UFE

L’Union Française de l’Electricité (UFE) est l’association professionnelle du secteur de l’électricité. Elle représente les entreprises de l’ensemble de la chaine de valeur du secteur électrique français : producteurs, gestionnaires de réseaux, fournisseurs d’électricité et de services d’efficacité énergétique.

en savoir +

Evènements du secteur

13
nov 2023

Forindustrie, l’Univers Extraordinaire

lire la suite
28
nov 2023

Horizons Hydrogène 2023

lire la suite
30
nov 2023

Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

lire la suite

Colloque UFE

08 Jun

Colloque 2023

Colloque annuel de l’Union Française de l’Électricité

Le jeudi 8 juin 2023 se tenait la douzième édition du Colloque de l'Union Française de l'Electricité à Paris

Je regarde le Replay YouTube

Evènements du secteur

  • 13
    nov 2023

    Forindustrie, l’Univers Extraordinaire

    lire la suite
  • 28
    nov 2023

    Horizons Hydrogène 2023

    lire la suite
  • 30
    nov 2023

    Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

    lire la suite