• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 05/03/2012 au 11/03/2012

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> L’industrie nucléaire dans le monde, un an après Fukushima

LaTribune.fr
du 09/03/2012

Un an après l’accident de Fukushima, l'autorité de sûreté nucléaire américaine (Nuclear Regulatory Commission) vient de donner son accord à la construction de deux nouveaux réacteurs par Southern Company, dans l’état de Géorgie. Une deuxième autorisation, portant sur deux réacteurs en Caroline du Sud, est également attendue au cours des prochains mois. Leur construction intégrera des niveaux de sûreté issus des enseignements tirés de Fukushima mais aussi d’hypothèses telles que celle du crash d’un avion. Toutefois, le développement rapide des exploitations de gaz de schiste aux USA présentent une réelle concurrence au plan industriel, favorisant les centrales à gaz, qui semblent moins chères et moins compliquées à construire selon certains experts.
L’Allemagne, qui a tourné le dos au nucléaire en mars 2011, est désormais au pied du mur. Pour compenser la perte de cette source d’énergie, le pays doit notamment se lancer massivement dans les ENR. Pour atteindre les 35 % en 2020, l'Etat fédéral va devoir jongler avec les subventions à l'industrie photovoltaïque que Berlin voudrait réduire sensiblement sans nuire au développement des installations. Mais le vrai enjeu se situe au niveau des réseaux. Le potentiel de l'énergie éolienne se situe en effet dans la Mer du Nord et dans la Mer Baltique. Or, les besoins énergétiques du pays se situent dans le sud du pays. Tout est donc à repenser en termes de transport d’électricité. Au-delà du défi technologique, c’est aussi une enveloppe financière colossale qui attend les Allemands…
En Belgique, les avis restent partagés sur le maintien ou non du nucléaire. Là aussi, le principal problème est de savoir comment financer les installations de substitution. Le gouvernement fédéral préfèrerait laisser toutes les options ouvertes, y compris celle d'un prolongement de la durée des centrales. L'Etat belge est intéressé financièrement à la production nucléaire au travers d’un accord historique passé avec l'opérateur et qui lui rapporte 550 millions d'euros au budget.

> Le Nord marqué par les intempéries

AFP : Le Nouvel Observateur.fr ;La Croix
du 09/03/2012

140 000 foyers ont été privés d’électricité dans le Nord et le Pas de Calais à la suite des importantes chutes de neige et de pluie verglaçante en début de semaine. Les TGV dans cette région ont été immobilisés aussi suite à un câble électrique tombé sur une caténaire.

> Les tarifs sociaux automatisés

AFP ; Aujourd’hui en France
du 09/03/2012

L'avis d’attribution automatique des tarifs sociaux de l'électricité et du gaz, a été publié au Journal Officiel cette semaine. Toutefois, la CRE juge que le dispositif reste "excessivement complexe". De son côté, l'Autorité de la concurrence estime que ces tarifs réduits ne devraient pas être réservés aux clients modestes du fournisseur historique EDF, mais également à ceux de ses concurrents (Direct Energie, GDF Suez...), comme c'est le cas pour le gaz.

> Bond des fusions/acquisitions dans l’industrie énergétique

afp + La Tribune.fr
du 09/03/2012

Selon le cabinet PwC, les fusions-acquisitions dans le secteur énergétique ont enregistré une hausse de 16% pour la production et la distribution à travers le monde, et de 40% pour les ENR. Toutefois, de fortes disparités géographiques sont observées : alors que les opérations ont doublé aux USA avec 108 Mds€, elles ont chuté en Europe à 40 Mds€. Trois sociétés françaises figurent parmi les dix plus grosses transactions : EDF pour le rachat de sa filiale EDF EN, Total pour l’achat de Sun Power, et Schneider Electric pour celui de Telvent GIT ; l’espagnol spécialisé dans les smart grids.

> Biomasse : l’Etat retient 15 projets

Le Figaro
du 09/03/2012

Le gouvernement vient de retenir quinze projets de production d’énergie biomasse dans le cadre d’un appel d’offres. L’Etat versera aisni 1,4 Mds€ pour accompagner le développement de ces projets qui devraient produire ensemble 421 MW et, espère t’il générer plusieurs centaines d’emplois.

Actualité Européenne

> Roadmap 2050 : la Pologne bloque toute avancée au Conseil

Politique Energétique de long terme
du 09/03/2012

Malgré l’accord de 26 Etats membres, le Conseil environnement du 9 mars n’a pu adopter le projet de conclusions préparé par la Présidence danoise sur la « Feuille de Route vers une économie à faible teneur en carbone à l’horizon 2050 ». En cause : le refus farouche de la Pologne d’approuver l’objectif final de réduction de 80% des émissions de CO2 en 2050, ainsi que toute mention d'étapes intermédiaires d’ici là (40% pour 2030 et de 60% pour 2040). La Pologne, qui est dépendante à 95% des combustibles fossiles pour la production d'électricité, avait déjà bloqué un texte similaire lors du Conseil environnement de juin. C’est la raison pour laquelle, la Présidence avait allégé le contenu le projet de conclusions proposé le 9 mars : la partie mentionnant qu’une réduction de 25% des émissions est possible et rentable d'ici à 2020 avait été retirée ; de même, le document ne faisait plus référence à la possibilité de recours par la Commission à l'article 24 bis de la directive ETS pour transférer des droits excédentaires des secteurs couverts par l'ETS aux secteurs non-ETS. Si ces modifications ont permis de rallier la République tchèque et la Roumanie à la majorité des Etat membres, elle n’aura donc pas été suffisante pour convaincre la délégation polonaise.


> Ashton et Oettinger tracent les grands axes de la stratégie extérieure d’approvisionnement énergétique de l’UE

Politique Energétique de long terme
du 09/03/2012

Dans une tribune publiée le 8 mars (Le Figaro), la Haute représentante pour les Affaires étrangères (C. Ashton) et le commissaire à l'Énergie (G. Oettinger) ont développé les grandes lignes de la stratégie d'approvisionnement en énergie de l’UE. Une des questions clés est de « savoir où nous achèterons » le gaz et le pétrole, expliquent Mme Ashton et M. Oettinger, qui soulignent que la Norvège exceptée, rares sont les pays fournisseurs qui sont des démocraties stables entretenant des rapports cordiaux avec l'UE. Dans ce contexte, tous deux plaident pour que la sécurité énergétique devienne un objectif central de la politique étrangère européenne, qui fait de la paix, la démocratie, l'État de droit, l'éradication de la pauvreté, la stabilité des règles d'investissement et le libre-échange des « vertus intrinsèques ». L'UE doit également diversifier « autant que possible » ses sources d'énergie pour éviter les ruptures d’approvisionnement. Cela passe, notamment, par un bouquet énergétique européen davantage ouvert aux renouvelables, ce qui réduirait la dépendance extérieure et ouvrirait des perspectives de collaboration sur les technologies vertes.


> Les électriciens européens rejettent les objectifs contraignants de l'UE

Efficacité énergétique
du 09/03/2012

L’objectif de 1,5 % d'économies d'énergie par an prévu par le projet de directive Efficacité énergétique est inadapté et devrait être remplacé par un effort en matière de réduction des émissions de CO2 via des augmentations des prix ou des subventions du secteur public. C’est le message transmis par les fournisseurs d’électricité, lors d’une conférence organisée la semaine dernière par l’association professionnelle Eurelectric. Ces derniers ont exprimé leur refus d’objectifs contraignants et ont insisté sur les efforts qu'ils font déjà en faveur des économies d'énergie (évaluation énergétique des habitations ; technologies ; formation). « Nous n'avons pas de leçon à recevoir sur l'efficacité énergétique, nous agissons déjà aujourd'hui », a ainsi déclaré Claus Fest, au nom de RWE Effizienz. « Un marché concurrentiel plus rapide et moins coûteux vaut bien mieux qu'un marché règlementé » a-t-il ajouté, concluant que : « les consommateurs paieront pour les programmes énergétiques des États par le biais de leurs factures. Au lieu de se concentrer sur la façon d'utiliser l'argent du contribuable comme incitant pour les entreprises énergétiques, il faudrait se demander comment l'on peut aider les personnes à réduire leur consommation d'énergie. »


> Politique énergétique européenne : La France mise sur les économies d'énergie et sur nucléaire.

Production bas carbone
du 09/03/2012

Alors que les discussions se poursuivent entre Etats membres et Commission européenne sur la feuille de route 2050, Nicolas Sarkozy a fait de l’efficacité énergétique et du nucléaire les option privilégiées de la France en matière de politique énergétique : « Le prix du pétrole augmente à cause des tensions sur un certain nombre de pays producteurs, comme l'Iran dont nous avons décidé de ne plus lui acheter du pétrole, la raréfaction de l'offre crée des tensions sur la demande, nous y travaillons. Mais vous connaissez la position de la France. La plus forte source d'énergie disponible, ce sont les économies d'énergie. Et la volonté de la France de continuer à développer l'énergie nucléaire qui est la réponse à la hausse du prix des combustibles fossiles », a-t-il ainsi déclaré le 2 mars, en marge du sommet européen qui s’est tenu à Bruxelles.

> La publication des 'stress tests' nucléaires ne surviendra finalement pas avant l’été

Production bas carbone
du 09/03/2012

Le Commissaire européen à l’énergie, Günther Oettinger, a indiqué que les résultats des audits sur la sûreté des centrales nucléaires en activité dans l'UE seraient finalement publiés à la fin de l’été. Ce retard de quelques semaines par rapport à l’échéance initialement prévue (juin), devrait permettre de garantir la qualité des stress tests. Pour mémoire, les évaluations menées précédemment par les autorités nationales avaient conclu qu’aucun arrêt immédiat de centrale ne devrait être nécessaire.

> Vers un blocage temporaire de la hausse des tarifs en Belgique

Marché Intérieur
du 09/03/2012

Le gouvernement belge s’est prononcé en faveur d’un gel de l’indexation à la hausse des prix variables de l’électricité et du gaz entre le 1er avril au 31 décembre 2012. L’avant-projet de loi adopté en ce sens la semaine dernière vise à rééquilibrer les prix de l’énergie fournie aux clients résidentiels ainsi qu’aux PME, qui sont actuellement plus élevés en Belgique que dans les pays voisins. Il propose également, durant la période concernée, un blocage du prix lié à la partie acheminement.


> Bataille politique au Parlement européen autour de la révision des règles de taxation de l’énergie

Marché Intérieur
du 09/03/2012

La commission des affaires économiques et monétaires (ECON) du Parlement européen a adopté sa position sur le projet de révision des règles de taxation de l’énergie, qui vise à encourager l’efficacité énergétique et la consommation de produits plus respectueux de l'environnement. Pour ce faire, Bruxelles propose notamment de baser le niveau de taxation de l’énergie sur deux composantes distinctes, afin de prendre en considération le contenu énergétique des produits et les émissions de CO2 qu’ils entraînent. Si les députés de la commission ECON ont unanimement validé cette nouvelle méthodologie, ils se sont en revanche déchirés sur la question de la « neutralité fiscale » (ou principe de « proportionnalité »), qui obligerait les Etats membres à respecter les écarts existant entre les niveaux minima de taxation dans leur système fiscal national. Cette disposition, dont l’application aurait pour conséquence un taux minimum de taxation du diesel plus élevé que celui de l'essence, est vivement contestée par le Parti Populaire Européen (PPE), qui s’est toutefois heurté au soutien des groupes socialistes et démocrates, libéraux et verts. Pour autant, le vote sur cette question controversée (22 pour ; 22 contre l’amendement de rejet proposé par le rapporteur PPE, qui n’a – donc - pas été adopté) a ainsi agi comme un révélateur des équilibres politiques instables existant actuellement en commission ECON. Il laisse à penser que la bataille est loin d’être terminée, et qu’elle devrait se poursuivre lors du vote en plénière.


Actualités

Revue de Presse 2012


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.