Light mode Dark mode Mode sombre
Light mode Dark mode Mode sombre
Recherche

Information

Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter

en savoir plus

13 avril 2015

100% ENR en 2050 : possible…vraiment ?

arton688

Le scénario 100% ENR de l’ADEME circule depuis quelques jours déjà. L’ UFE, qui en avait eu connaissance, juge la modélisation intéressante mais considère que cette étude porte en elle-même ses propres limites : une vision de la seule évolution du mix électrique et non de l’ensemble des énergies, et une approche économique pour la France qui induit stagnation économique voire décroissance. Pour l’UFE, faire évoluer le mix énergétique de notre pays doit se faire en réponse à deux impératifs : la réduction des émissions de CO2 au service d’une croissance industrielle bas-carbone…

En première approche et sous réserve d’une vérification des chiffres et algorithmes, le modèle de l’ADEME semble sérieux et bien conçu. Toutefois, pour l’UFE, les limites des projections sont d’ores et déjà visibles et révèlent en fait qu’un choix 100% ENR pour le mix électrique aux environs de 2050 s’avèrerait une erreur stratégique pour notre pays pour plusieurs raisons.

L’enjeu, c’est le CO2 !

La vraie question qui se pose à la France en termes climatique, donc de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et, en particulier, celles de carbone – les plus nocives – n’est pas de remplacer le nucléaire par du solaire et de l’éolien, puisque cela ne représente aucun gain en carbone. Cette approche réductrice est en réalité portée avant tout politiquement par certains écologistes (EELV), pourtant loin de pouvoir se targuer d’être représentatifs dans le pays avec moins de 2% des voix aux élections ! Or, la véritable écologie, c’est celle de la lutte contre les émissions de CO2, au moindre coût.
De fait, l’enjeu en la matière, c’est de réduire drastiquement les usages du pétrole, principale source d’émissions de carbone en France, à plus de 60%. Il est dommage que l’ADEME ait envoyé un signe politique aussi fort en donnant un tel titre à son étude, alors que celle-ci présente par ailleurs des variantes très intéressantes sur un mix électrique plus équilibré et tout aussi performant sur le plan du carbone et de la compétitivité. Une des questions-clefs, par exemple, bien posée par l’ADEME, est celle de l’acceptabilité sociétale d’un développement massif des ENR dans le pays.

Faire repartir l’économie

Par ailleurs, le problème de fond de la France est de sortir d’une croissance molle, de refuser le scénario de décroissance prôné par certains extrémistes et de se réindustrialiser. L’électricité sera, par excellence, un des vecteurs essentiels d’une croissance bas-carbone. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle est l’énergie d’une économie de plus en plus digitalisée, moderne et performante, dont les besoins en électricité resteront importants. C’est pourquoi on ne peut envisager de choisir, à long terme, un mix électrique 100% ENR puisque l’étude ADEME montre que, même en réduisant fortement la consommation d’électricité et en faisant un pari fort sur l’acceptabilité sociétale des ENR, à cet horizon-là, on épuise quasiment tout le potentiel ENR français ! Or, si entretemps la croissance reprend et se poursuit (ce qui sera le cas), comment fera-t-on si l’on n’a plus les moyens de production suffisants pour faire face à de nouveaux besoins de consommation décarbonée ? On ne peut envisager, au-delà de 2050, la stagnation économique, industrielle et la stabilisation définitive de la consommation pour cause de saturation des ENR. Les choix de mix électrique sont des choix de long terme, stratégiques, qui engagent les générations futures. On n’a pas le droit de se tromper, ni de se laisser séduire par les passions du moment.

La priorité qui doit être donnée à la France est celle d’une stratégie de croissance, de ré-industrialisation, pas ou très peu carbonée. Cela demande une vision d’ensemble de l’évolution du mix énergétique et non pas seulement du mix électrique qui ne représente que 20% de la consommation d’énergie en France. L’UFE fera ses propres propositions, globales, dans le cadre de la COP21, lors de son colloque annuel du 8 octobre 2015. Retenons d’ores et déjà que, grâce à l’étude ADEME, on peut dire que pour le mix électrique, toute solution extrême à 100% n’est ni souhaitable ni rationnelle.

Présentation de l’UFE

Présentation de l’UFE
Présentation de l'UFE

L’Union Française de l’Électricité (UFE) est l’association professionnelle du secteur de l’électricité. Elle représente les entreprises de l’ensemble de la chaîne de valeur du secteur électrique français : producteurs, gestionnaires de réseaux, fournisseurs d’électricité et de services d’efficacité énergétique, en passant par les opérateurs de stockage et des effacements, et du pilotage des consommations.

en savoir +

Evènements du secteur

30
nov 2023

Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

lire la suite
24
mai 2024

REMOOVE 2024

lire la suite
30
mai 2024

Think Energies 2024 - Réindustrialisation & décarbonation des filières de...

lire la suite

Colloque UFE

10 Dec

Colloque 2024

Colloque de l’Union Française de l’Électricité

Le mardi 10 décembre 2024 se tiendra la prochaine édition du Colloque de l'Union Française de l'Electricité à Paris !

Je regarde le teaser sur YouTube

Evènements du secteur

  • 30
    nov 2023

    Comment atteindre la neutralité carbone à l’échelle européenne ?

    lire la suite
  • 24
    mai 2024

    REMOOVE 2024

    lire la suite
  • 30
    mai 2024

    Think Energies 2024 - Réindustrialisation & décarbonation des filières de...

    lire la suite