Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


UFE/Revue de presse sectorielle du 16/06/17

Actualité économique et industrielle
THINK SMARTGRIDS SE PENCHE SUR LES BESOINS EN RECRUTEMENT DE DEMAIN
L’association Think Smartgrids a réalisé une enquête auprès de ses membres afin de catégoriser le besoin en compétences du secteur en cybersécurité, big data, intelligence artificielle, réglementation et analyse des impacts environnementaux. « Il ressort de l’étude que les entreprises cherchent des ingénieurs avec des doubles compétences, par exemple flexibilité du réseau et big data. » précise le rapporteur Ronald Kubelec, Directeur Technologie et Innovation au sein de la division Energy Management de Siemens France. Les 16 entreprises interrogées, qui représentent actuellement 2 300 emplois, ont l’intention de recruter dès l’année prochaine plus de 300 personnes (techniciens et ingénieurs). Pour se coordonner avec le monde académique, l’association a dressé une cartographie des 31 formations existantes en France, qui se sont vues décernées une accréditation Think Smartgrids.
Enerpresse du 14/06/2017
Actualité économique et industrielle
ENGIE NOUE UN PARTENARIAT AVEC BERTRAND PICCARD, LE FONDATEUR DE SOLAR IMPULSE
Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie, a annoncé jeudi 15 juin dernier, avoir signé un partenariat avec l’Alliance mondiale des solutions efficientes, dépendante de la Fondation Solar Impulse. Engie va apporter un soutien financier de 250 000 euros par an sur les trois prochaines années. « Mon but, c’est de crédibiliser et promouvoir sur le plan politique et sur le plan institutionnel les technologies propres et les énergies renouvelables qui permettent d’améliorer la qualité de vie sur cette planète » a résumé Bertrand Piccard.
Le Monde du 15/06/2017
Actualité économique et industrielle
DIRECT ENERGIE ANNONCE LE PROJET DE RACHAT DE QUADRAN
Le 3ème acteur français de l’électricité et du gaz, Direct Energie, annonce entrer en négociation pour acquérir Quadran. La société développe, construit et exploite des centrales de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables (éolien, solaire, hydraulique, biogaz). L’opération d’acquisition porte sur 363 MW installés et 450 MW supplémentaires en construction pour fin 2018 (2/3 d’éolien et 1/3 de solaire) pour un investissement estimé de 530 M€, portant la puissance installée à plus de 800 MW bruts. Quadran dispose également d’importantes perspectives de développement grâce à un portefeuille de projets à différents stades de maturité représentant environ 2 000 MW. La transaction est de l’ordre de 303 M€, assorti d’un complément de prix de 113 M€ selon le rythme de la mise en service des projets en construction.
Le Figaro du 16/06/2017
Actualité économique et industrielle
OUVERTURE DU MARCHÉ DE L’ÉNERGIE : LA CONCURRENCE AVANCE LENTEMENT MAIS SÛREMENT
Il y a dix ans, la loi Nome permettait à de nouveaux fournisseurs de venir concurrencer EDF et Engie sur les marchés de l’électricité et du gaz. Aujourd’hui, près de 15% des sites ont opté pour une offre de marché dans l’électricité, selon un bilan publié jeudi 15 juin dernier par la CRE. Pour le gendarme de l’énergie, « quand on regarde le niveau des consommateurs sur le fonctionnement du marché, il y a forcément du travail à faire ». En effet, selon le Médiateur de l’Energie, seule la moitié des Français connaissent leur droit de changer de fournisseur et seul un tiers des consommateurs distinguent Engie d’EDF. Un autre frein à la concurrence pointé par les fournisseurs alternatifs est la « politisation des tarifs réglementés par l’Etat », qui limite leur hausse, rendant la concurrence plus difficile.
AFP du 15/06/2017
Actualité économique et industrielle
EDF INTRODUIT LE NUMÉRIQUE DANS LA CENTRALE DE SAINT-ALBAN
Dans le cadre du grand carénage de Saint-Alban, plusieurs solutions numériques sont apportées pour gagner en productivité mais aussi en confort d’exploitation. Atos Worlgrid mène des travaux sur l’introduction du numérique dans le pilotage de la centrale, un projet qui a notamment permis de changer « d’ère en passant des enregistreurs papier aux enregistreurs numériques » raconte Guillaume Guichard, chef de service conduite de la tranche 1. « Cela donne accès à des informations importantes en une image et améliore le confort d’exploitation ». En dehors du pilotage de la centrale, la numérisation est également utile dans la conception d’installation grâce aux maquettes numériques. Ainsi, chaque réacteur pourra être doté des « diesels d’ultime secours », un équipement de sécurité post-Fukushima. Enfin, il est prévu que dans quelques années, des « jumeaux numériques » des centrales seront déployés sur l’ensemble du parc pour réaliser de véritables économies, comme dans le secteur de l’aéronautique « qui affiche un gain de 30% de compétitivité sur ses projets » précise Pierre Béroux, directeur de la transition numérique industrielle d’EDF.
Les Echos du 14/06/2017
Actualité économique et industrielle
AU TOUR DES ÉNERGÉTICIENS D’ÉTUDIER LA BLOCKCHAIN
Après le succès du bitcoin, les acteurs de l’énergie se lancent, aux côtés des start-up, dans des projets pilotes de blockchain. Selon une étude du cabinet Emerton, « cette manière de gérer des informations semble particulièrement bien adaptée à une tendance de fond qui bouleverse ce secteur : la décentralisation ». Les deux experts du cabinet, Romain Bonenfant et Sébastien Zimmer s’expliquent : « cette technologie permet de se passer d’acteurs centralisés pour coordonner les échanges, ce qui simplifie les processus. Mais elle suppose une certaine confiance dans le système, pose des questions en termes de gouvernance et de souveraineté ». C’est pourquoi de nombreuses expériences sont actuellement en cours, comme celle de Brooklyn où les habitants du quartier peuvent acheter de l’électricité solaire à leurs voisins. La blockchain peut également être appliquée dans la recharge des voitures électriques « elle permet d’effectuer une recharge sur n’importe quelle borne, publique ou privée, et d’être facturé grâce à une sorte de « contrat mobile » attaché à l’utilisateur » précise Romain Bonenfant. RWE a justement expérimenté le concept l’an dernier et porte maintenant le projet de créer un réseau de bornes privées. Enfin, la blockchain pourrait également servir à gérer des certificats (crédits carbone ou garanties d’origine) et d’échanger des informations. A Rueil-Malmaison, la start-up Evolution Energie s’est déjà penchée sur le sujet. Enfin, le mois dernier, des géants européens de l’énergie dont Engie fait partie, se sont associés à la start-up Ponton pour tester une plateforme de trading basée sur le concept de la blockchain.
Les Echos du 14/06/2017
Actualité Européenne
CALENDRIER INSTITUTIONNEL
Commission parlementaire Industrie, Recherche et Energie (ITRE), 21-22 juin à Bruxelles :
- 21/06 : Adoption de la contribution ITRE à la résolution ENVI sur la COP23.
- 21/06 : Examen du rapport conjoint ITRE/ENVI sur le règlement relatif à la Gouvernance de l’Union de l’Energie.
- 22/06 : Echange de vues avec Miguel Arias Canete, commissaire chargé de l'action pour le climat et l'énergie dans le cadre du dialogue structuré.
- 22/06 : Examen du rapport sur la directive relative à l’efficacité énergétique.
- 22/06 : Examen du rapport sur la directive relative à la promotion des énergies renouvelables.

Commission parlementaire Environnement, Santé publique et Sécurité alimentaire (ENVI), 21-22 juin à Bruxelles.
- 21/06 : Echange de vues sur le projet de rapport pour avis sur la Directive relative au marché intérieur de l’électricité

Groupe de travail énergie du Conseil de l’Union européenne, le 20 juin à Bruxelles :
- Echanges sur les recommandations du Conseil pour l’ouverture des négociations entre l’Union européenne et la Russie sur un accord relatif à l’exploitation du gazoduc Nord Stream II.
- Echange de vues thématique sur la directive et le règlement relatifs à l’organisation du marché de l’électricité, sur le règlement ACER et sur le règlement relatif à la préparation aux risques : préparation aux risques, seuil sur les émissions des mécanismes de capacité, ROCs, informations requises sur les factures et outils comparatifs, entité EU DSO.
du 16/06/2017
Actualité Européenne
RENFORCEMENT DE LA COOPÉRATION ENTRE CORESO ET TSCNET
Le 12 juin, les centres de coordination régionaux Coreso (France, Royaume-Uni, Portugal, Espagne, Belgique, Allemagne et Italie) et TSCNET (Pays-bas, Allemagne, Danemark, Suisse, Pologne, République Tchèque, Autriche, Hongrie, Slovaquie, Croatie) ont signé un accord-cadre afin d’accroitre leur niveau de coopération. L’accord comprend notamment le partage d’outils et de procédures ainsi que le développement conjoint de nouveaux outils de travail. D’ici 2017, l’ensemble du réseau européen devrait être couvert par six centres de coordination régionaux.
Enerpresse du 16/06/2017
Actualité Européenne
LE GOUVERNEMENT ALLEMAND ÉTEND LE CHAMP D’APPLICATION DES APPELS D’OFFRE TRANSFRONTALIERS À L’ÉOLIEN TERRESTRE
Lors du conseil des ministres tenu le 14 juin, le gouvernement allemand a amendé sa règlementation sur les projets renouvelables transfrontaliers pour régulariser l’ouverture des projets transfrontaliers photovoltaïques et l’étendre aux projets éoliens terrestres. En 2016, l’Allemagne avait autorisé la mise en place d’un projet pilote sur un appel d’offre photovoltaïque au Danemark. Ce subventionnement du gouvernement allemand au-delà de ses frontières sera limité à 5% de la capacité installée en Allemagne (soit environ 300MW). Les enchères devront être réciproques et les gestionnaires de réseaux devront passer un accord pour importer « physiquement » l’électricité produite dans le marché allemand.
Enerpresse du 16/06/2017
Actualité Européenne
RÉVISION DES ÉCHÉANCES DU PROJET ITER
Dans une communication publiée le 14 juin, la Commission européenne présente un nouveau calendrier et un nouveau budget relatifs à sa participation dans le projet ITER. Ce projet international développé dans le Sud Est de la France au sein du centre de recherche de Cadarache s’attache à développer un premier prototype de fusion nucléaire – un mode de production d’électricité qui ne forme pas de déchets nucléaires. D’après ce nouveau calendrier, les premières expérimentations débuteront en 2025 et l’exploitation de la centrale à plein régime est prévue dès 2035. Ces nouvelles conditions devront être approuvées par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne.
Commission européenne du 14/06/2017
Actualité Européenne
LE PARLEMENT EUROPÉEN ADOPTE LA RÉFORME DE L’ÉTIQUETAGE RELATIF À L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES PRODUITS
Le Parlement européen a approuvé mercredi 14 juin la réforme du règlement portant sur l’étiquetage obligatoire relatif à l’efficacité énergétique des produits. Préalablement approuvé par le Conseil lors des sessions de trilogue, ce texte entrera en vigueur en 2020 et vise à utiliser toute la palette de notation, de A à G, pour noter l’efficacité énergétique des appareils. Le texte a été voté par le parti populaire européen, le parti socio-démocrate et l’alliance des libéraux démocrates. Les Verts et le parti d’extrême gauche n’ont pas voté ce texte, jugeant inacceptable que les chaudières fonctionnant au gaz ou au pétrole ne soient pas concernées avant 2025.
Contexte du 15/06/2017
Actualité Européenne
LE PARLEMENT EUROPÉEN A VOTÉ SON RAPPORT SUR LE RÈGLEMENT RELATIF AU PARTAGE DE L’EFFORT
Ce mercredi 14 juin, le Parlement européen a voté avec une large majorité (578 députés pour, 72 contre, 8 abstentions) un projet de règlement qui définit des objectifs nationaux contraignants pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs non-concernés par le marché ETS. L’objectif européen est actuellement fixé à 30% de réduction d’émissions d’ici 2030. Afin d’obtenir le soutien du parti populaire européen (PPE), le rapporteur Gerben-Jan Gerbrandy (Alde, NL) a proposé des amendements de compromis visant à augmenter la flexibilité accordée aux Etats-membres, qui pourront davantage prendre en compte leur utilisation des terres agricoles et forestières (280 Mt/an, contre de 190Mt/an dans la proposition de la Commission). Il propose également de revoir le point de départ pour la trajectoire linéaire de réduction des émissions, qui sera soit la moyenne des émissions entre 2016 et 2018, soit le niveau d’émissions en 2020, en sachant que les Etats-membres devront choisir le plus bas des deux niveaux. D’après Contexte, le Conseil des ministres de l’environnement échangera lundi 19 juin sur ce texte mais ne devrait présenter des orientations générales que lors du Conseil environnement suivant prévu le 13 octobre.
Contexte du 15/06/2017

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.