J-6 avant les élections européennes !

Le 26 mai prochain, les Français seront appelés à voter pour élire leurs nouveaux députés au Parlement européen. Avec un taux d’abstention souvent bien plus faible que pour les élections nationales, ces élections sont pourtant essentielles. D’une part, face à l’urgence climatique, les élus européens ont un rôle décisif à jouer pour répondre aux attentes des citoyens et faire de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité en Europe. D’autre part, derrière les élections se cache l’enjeu des personnalités politiques et nationalités qui occuperont les postes-clés de demain, et influenceront l’orientation que prendra l’Union européenne pour les cinq années à venir. A quelques jours du scrutin, l’UFE fait le point sur l’enjeu de ces élections.

Création d’un nouveau groupe centriste, montée attendue des partis nationalistes et incertitude du maintien de députés britanniques dans l’hémicycle européen, les élections de mai annoncent une recomposition politique inédite. Dans un contexte de crise de confiance envers les institutions, de réchauffement climatique et de concurrence croissante des Etats-Unis et de la Chine, les nouveaux députés devront être à la hauteur de l’ampleur des défis actuels.

L’électricité au cœur du projet européen

Rappelons que l’Europe de l’énergie, en particulier de l’électricité, est une réalité et nécessité. Tout d’abord, parce qu’aujourd’hui, les politiques énergétique et climatique des Etats-membres doivent intégrer la dimension européenne, le Clean Energy Package en étant le dernier exemple en date. Par ailleurs, en termes d’infrastructures, le réseau électrique s’étend en effet au-delà des frontières nationales grâce aux interconnexions, permettant d’importer et exporter de l’électricité au quotidien. L’électricité est également porteuse de solidarité, comme l’illustre la coopération entre gestionnaires de réseaux qui agissent pour prévenir des risques de blackout. Dans un contexte de décarbonation des mix énergétiques, notamment avec le développement des énergies renouvelables, cette solidarité européenne est indispensable pour garantir la sécurité d’approvisionnement en Europe.

Faire le choix d’une Europe durable et solidaire

Pour l’UFE, c’est en s’engageant pleinement dans la transition écologique, et à moindre coût pour les consommateurs, que les futurs députés pourront redonner confiance en une Europe protectrice, compétitive et durable. Dans son manifeste pour les élections, le secteur électrique français souligne trois orientations à prendre dans cette perspective.

Premièrement, pour respecter ses engagements climatiques, l’Union européenne doit définir un cap climatique ambitieux sur le long-terme, notamment en visant la neutralité carbone d’ici à 2050. Elle devra pour cela cibler en priorité les secteurs les plus émetteurs tels que le transport, le bâtiment et l’industrie, afin de réduire significativement et rapidement les émissions de CO2. L’Europe aura également besoin de protéger ses infrastructures énergétiques et d’accroitre la flexibilité de son système électrique pour garantir la sécurité d’approvisionnement.

Deuxièmement, l’énergie décarbonée, en particulier l’électricité, peut constituer un formidable levier pour permettre à l’Europe de tirer les bénéfices de la transition écologique. Accompagner les mutations sociales et soutenir une véritable politique industrielle bas-carbone permettra en effet de créer les technologies et emplois de demain sur le sol européen.

Enfin, cette ambition climatique devra se traduire dans l’ensemble des politiques européennes, que ce soit en termes de recherche et innovation, de fiscalité et de politique commerciale.

Positionner la France comme leader en Europe

La France a de nombreux atouts pour peser dans la construction de cette nouvelle Europe. Elle peut notamment s’appuyer sur sa filière électrique d’excellence, sa capacité d’innovation et ses compétences dans les technologies de demain.

Pour autant, elle ne pourra être un véritable leader que si elle parvient à accroitre son influence à Bruxelles sur ces enjeux stratégiques. Au Parlement européen, cela supposera de viser en priorité, dès le lendemain des élections, les postes les plus influents et les commissions parlementaires-clés sur la politique énergétique et industrielle. La France aura également une carte à jouer pour se positionner dans la future Commission européenne qui prendra ses marques dès le mois de novembre, et devra s’appuyer sur l’ensemble des acteurs français – institutionnels, industriels et de la société civile – présents à Bruxelles. Acteur fortement impliqué en faveur de la transition énergétique en Europe, l’UFE se tient prête à contribuer à cette « équipe de France » !

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.

Je comprends qu’en m’abonnant, je choisis explicitement de recevoir la newsletter et que je peux facilement et à tout moment me désinscrire en utilisant le lien envoyé dans l’email.