L’EDEC filière électrique : Un outil de référence pour la PPE et les territoires et pour donner de la visibilité aux salariés et aux jeunes en formation

Le 29 septembre lors d’une table ronde 100% digital, l’EDEC filière électrique a livré ses premiers résultats « Filière Électrique : combien d’emplois et quelles compétences pour réussir la transition énergétique ? ». Seule une mobilisation collective sur l’emploi et les compétences permettra de réussir la transition écologique. C’est la conviction partagée par les fédérations professionnelles FFIE, FIEEC, Industries Méditerranée, Gimelec, Ignes, Think Smart Grids et Serce qui, avec l’UFE, représentent les électriciens du Bâtiment, de l’Industrie, des Travaux publics et du Système Electrique et les organisations syndicales CFE-CGC, CFDT, CFTC et FO qui se sont associées, sous l’égide du Ministère du travail (la DGEFP), pour conduire cette démarche prospective collective depuis le 9 avril 2019.

L’électricité, c’est aujourd’hui 25% de la consommation énergétique totale et 69% des emplois du secteur de l’énergie dans notre pays.
L’étude présentée conduit aux résultats suivants :

-  La filière emploie aujourd’hui 600 000 salariés répartis sur l’ensemble du territoire national  : 300 000 dans le système électrique incluant les emplois directs et indirects (40 % dans le nucléaire, 33 % dans la distribution et le transport d’électricité, 13 % dans les renouvelables dont l’hydraulique), 220 000 dans le bâtiment, 40 000 dans les infrastructures et mobilité et 40 000 pour l’industrie ;

-  La filière est constituée d’un panel d’entreprises très variées, de grands groupes internationaux mais également de très nombreuses PME-TPE (40% des entreprises de la filière) qui participent à l’excellence de la filière et pour lesquelles la formation continue est un enjeu particulièrement stratégique ;

Une démarche nationale inédite de prospective et porteuse d’avenir pour l’emploi en France !

200 000 emplois seront créés d’ici 2030 au périmètre de la filière électrique dans le cadre de la mise la mise en œuvre de la Programmation Pluriannuel de l’Energie (PPE), dont 80 000 dans la rénovation énergétique du bâtiment et 34 000 à 66 000 dans le déploiement des énergies renouvelables (éolien, solaire, photovoltaïque, hydraulique) selon les hypothèses de la PPE. Ces emplois viendront « en première ligne » pour les chantiers du plan de relance, selon Bruno Lucas, le Délégué Général à l’emploi et à la Formation professionnelle.
Les entreprises de la filière électrique ont par ailleurs rappelé leur engagement dans l’apprentissage, voie d’excellence pour allier théorie et pratique et ainsi faciliter l’accès des jeunes au marché du travail. Il s’agit aussi d’une opportunité pour féminiser les emplois, car, comme l’a rappelé Benoit Coquart Directeur Général de Legrand, « être une femme et travailler dans l’électricité, ce n’est pas incompatible ».

Attractivité, importance de la formation continue et mobilisation collective sur les territoires sont les 3 axes clés sur lesquelles la filière va continuer de s’investir

Sur une centaine de métiers étudiés, 23 métiers ont été identifiés en tension, impliquant des difficultés de recrutement pour les entreprises alors que les besoins sont réels et les emplois qualifiés et durables. Certains sont déjà en tension, comme les techniciens maintenance ou de réseau. C’’est également le cas dans la rénovation énergétique ou dans le bâtiment, avec par exemple les électriciens et les installateurs de photovoltaïque. Ces besoins et donc les tensions vont évidemment s’accentuer avec la dynamique créée par la PPE. Ce sera également le cas de de métiers en transformation, comme les ingénieurs en cyber-sécurité ou les data analystes, sous les effets combinés de la transition énergétique et de la transformation numérique.

La démarche a aussi pour finalité de donner de la visibilité aux salariés et d’attirer les jeunes, avec des préconisations à destination des organismes de formation initiale et continue afin d’adapter l’offre de formation, d’orienter les financements vers les besoins de la filière et de mutualiser les formations qui peuvent l’être. Le rôle de la formation continue est essentiel : des reconversions seront en effet nécessaires, en particulier du fait de l’évolution du mix énergétique (charbon et nucléaire). Mutualisation et optimisation seront des facteurs clés de succès dans des environnements contraints pour tous.
Ces 3 axes clés feront l’objet d’actions concrètes dès 2021, notamment dans les territoires.

L’EDEC filière électrique : quelles sont les prochaines étapes ?

Les conclusions de cette mobilisation collective de 18 mois associant fédérations professionnelles et syndicales, entreprises, institutionnels de l’emploi, pouvoirs publics nationaux et territoriaux (dont Direccte, Chambres de Commerce et d’Industrie), salariés et managers avec l’appui du Cabinet PWC feront l’objet d’une publication d’ici la fin du mois d’octobre.

Le travail national a été réalisé en étroite collaboration avec trois territoires où des démarches innovantes et collectives ont été menées : identification des emplois et des besoins en compétences pour la région Provence Alpes Côte d’Azur, travail prospectif sur la cyber-sécurité en Bretagne et démarche prospective en région Hauts de France avec notamment un projet de création de plate-forme digitale. Ces travaux sont amenés à se poursuivre dans le cadre de la suite qui sera donnée à la démarche nationale.

En effet, au-delà de la visibilité donnée sur les besoins de la filière tant du point de vue quantitatif que qualitatif et des préconisations formulées, les partenaires entendent bien poursuivre les travaux réalisés avec les différentes branches professionnelles et les Opérateurs de Compétences concernés. D’autres territoires se joindront également à la démarche.

Ces travaux, qui s’inscrivent dans la mise en œuvre de la loi d’août 2015 sur la transition énergétique et participent du Plan de relance et du plan Emploi Jeunes du Gouvernement, viendront également enrichir les travaux des Comités Stratégiques de Filière Industries des Nouveaux Systèmes Energétiques et Nucléaire et feront l’objet d’un partage au niveau européen. Cette contribution de filière aux travaux de la PPE permet de constituer des repères communs pour les différentes branches concernées, ainsi qu’aux institutionnels de l’emploi et de la formation.
A très vite pour la publication des résultats et l’élaboration d’un plan d’action 2021 !

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.