EMPLOIS ET COMPETENCES POUR LA FILIERE ELECTRIQUE : LES ACTEURS DE LA REGION PROVENCE-ALPES-COTE D’AZUR A L’ACTION

Fin 2020, fruit d’une démarche inédite et après 18 mois de travaux, l’Etude Prospective Emplois et Compétences (EDEC) de la filière électrique, initiée par l’UFE et ses partenaires (FFIE, FIEEC, GIMELEC, IGNES, Industries Méditerranée, SERCE, Think Smartgrid, CFDT, CFTC, CFE-CGC et FO) sous l’égide de l’Etat, rendait ses conclusions. Elle a permis de mettre en lumière les 200.000 emplois qui seront nécessaires à horizon 2030, en complément des 600.000 salariés actuels de la filière, pour concrétiser la Programmation Pluriannuelle de l’Energie. Mais elle a également mis en lumière les difficultés rencontrées dès aujourd’hui par les entreprises du secteur, qui peinent à pourvoir des postes pourtant qualifiés et pérennes dans 30 % de métiers « en tension », nouveaux pour certains, mais également dans les domaines cœurs du secteur que sont l’électrotechnique, l’installation/intégration, ou la maintenance. Au cœur des territoires, pour améliorer l’attractivité des métiers et l’adaptation de la formation professionnelle aux profondes transformations du secteur (digitalisation, nouvelles technologies, nouveaux réseaux « smarts ») trois régions pilotes, dont Bretagne et Hauts de France, ont pris des initiatives qui répondent au plus près à leurs enjeux propres. Nous faisons aujourd’hui étape en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Adoptant la même démarche partenariale qu’au niveau national, un groupe de pilotage régional s’est constitué autour d’Industries Méditerranée. Il fédère les représentants des acteurs-clés concernés par les problématiques d’emploi et de formation sur ce territoire. L’Etat (avec le Ministère du Travail, et la préfecture de Région – DIRECCTE), le Conseil Régional, les associations professionnelles du secteur, partenaires de l’UFE, (SERCE, FFIE, UIMM, Capénergies), les acteurs de l’emploi (Pôle Emploi, la CCI, l’AGEFIPH), et les acteurs de la formation (Campus d’Excellence Industrie du futur, le Pôle de Formation de l’UIMM). « Le relationnel qui a permis de constituer ce tour de table s’est construit au fil de plusieurs années de travail aux côtés de tous ces acteurs, chacun dans son rôle. Cette complémentarité est essentielle, et c’est cela qui permet d’avancer ! » explique à l’UFE Christine Baze, Présidente d’Industries Méditerranée et pilote de la démarche sur la région Provence-Alpes Côte d’Azur.

UNE FILIERE DYNAMIQUE MALGRE L’EXISTENCE DE TENSIONS SUR DES METIERS-CLES

Afin de s’assurer de la meilleure pertinence de leurs travaux, les partenaires ont tout d’abord fait un focus de l’étude quantitative et qualitative de l’EDEC pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ces analyses ont montré que la filière électrique y représente aujourd’hui 51.000 emplois, soit 8,5% des emplois de la filière nationale. Le système électrique y est le plus représenté avec 25.200 emplois. Viennent ensuite l’électricité dans le bâtiment (18.200 emplois), les infrastructures et les villes (5.200 emplois) et l’industrie (3.000 emplois). La vision prospective identifie 10 000 créations d’emplois d’ici 2030, soit une croissance de plus de 20%, dans les secteurs suivants : bâtiment, énergies renouvelables, efficacité énergétique, hydrogène, nucléaire, industrie du futur.
L’étude qualitative a montré que les tensions notées au niveau national sont sensibles également dans le sud : une quarantaine de métiers sont déclarés en tension, dont 21 dans la filière nucléaire (7 en tension forte) et 22 dans les secteurs du renouvelable et de l’efficacité énergétique (9 en tension forte), dans des domaines très divers : soudeurs, techniciens supérieurs bureau d’étude en électricité, conducteurs de chantier d’installation électrique ainsi que chef de projet ou chef d’équipe, projeteurs installateurs en tuyauterie industrielle, monteurs de centrales photovoltaïque au sol ou en toiture, experts en sûreté, sont quelques exemples emblématiques.
L’échelle régionale permet ainsi de mettre en évidence des métiers en tension du fait des sollicitations de l’ensemble des filières du territoire (aéronautique, bâtiment, …) et non pas seulement des sollicitations de la filière électrique.

DES INITIATIVES CONCRETES POUR AMELIORER L’ATTRACTIVITE DE LA FILIERE ET LA QUALITE DES FORMATIONS

L’étude inclut également un recensement des formations menant à l’ensemble de ces métiers et disponibles dans les établissements de formation du territoire régional. Cela permettra de mieux faire connaître cette offre de formation large qui couvre tous les niveaux de qualification, et de combler quelques manques par la création de nouvelles formations ou par l’adaptation de formations existantes. A noter également que les contraintes de chaque métier ont été décrites de façon à faciliter leur connaissance et leur accessibilité aux salariés en situation de handicap.
L’analyse de tous ces éléments a permis de mettre sur pied un plan d’action qui répond aux enjeux d’attractivité et de qualité de la formation, au cœur du diagnostic. Parmi les actions phares, on peut citer :
la création de supports de formations digitaux partagés sur une plateforme offrant une meilleure individualisation des cursus grâce à l’intelligence artificielle ;
deux opérations de découverte des métiers de la filière, l’une mettant l’accent sur l’expérience en situation réelle et l’autre sous forme de challenge. S’agissant du public visé, l’enjeu sera notamment d’assurer l’attractivité de la filière pour les femmes ;
la création d’un outil cartographique valorisant les métiers des entreprises du tissu industriel local, avec une attention particulière aux PME avec, en regard, les formations existantes pour y accéder.

L’emploi et les compétences sont des enjeux-clés pour réussir la transition énergétique et pour mener à bien le plan « France Relance ». Le programme Provence-Alpes-Côte d’Azur, riche et avec des actions très concrètes, montre la place particulièrement importante et pertinente de l’échelon régional. En diffusant la méthode EDEC, en soutenant et en faisant connaître ces initiatives, qui ont vocation à faire des émules sur d’autres territoires, où des solutions tout aussi adaptées aux différents contextes locaux pourront être dégagées, l’UFE est heureuse d’apporter sa pierre à l’édifice.

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.