BILAN ELECTRIQUE 2019 : UNE ELECTRICITE TOUJOURS PLUS DECARBONEE

Les chiffres publiés par RTE dans son bilan électrique 2019 le montrent :
l’année passée, l’électricité consommée en France a diminué de 6 % ses émissions de co2 par rapport à 2018, et la part des énergies renouvelables est en hausse.
Retour sur les principaux enseignements de l’année passée.

Développement des énergies renouvelables et faible production des centrales charbon

La consommation totale d’électricité en France est restée stable en 2019 par rapport à 2018, à 473 TWh, tandis que la production baissait elle à 538 TWh (contre 549 TWh en 2018), en raison d’une légère baisse de la production des filières nucléaire et hydroélectricité.

Sur le plan du contenu carbone, le nucléaire et les énergies renouvelables ont permis à l’électricité produite en France lors de l’année 2019 d’être à plus de 90 % d’origine bas carbone, présentant ainsi un contenu carbone parmi les plus faibles d’Europe. Cet atout français s’est ainsi encore accentué en 2019, notamment grâce à la poursuite du développement des énergies renouvelables et à la diminution de la production à partir des centrales charbon.

Les centrales charbon ont ainsi réduit leur production de 72 % par rapport à 2018. La réduction des émissions qui en découle peut notamment être mise au crédit de la dernière réforme du système européen d’échange de quotas (EU-ETS), qui a conduit le prix du CO2 aux environs des 25 euros par tonne. Les centrales au gaz ont elles contribué à la production d’électricité pour 39 TWh .

Un autre phénomène marquant est la poursuite de la montée en puissance du solaire et de l’éolien au sein du parc de production français, avec 2,25 GW de nouvelles capacités installées en 2019. Les énergies renouvelables, au sein desquelles l’hydroélectricité joue toujours un rôle clé, ont ainsi permis de couvrir 23 % de la consommation électrique française. Les objectifs de développement figurant dans le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Energie devraient accélérer cette tendance dans les années à venir.

Un haut niveau d’exportation qui se poursuit : flexibilité, solidarité européenne et baisse des prix

La France confirme également en 2019 son statut de premier exportateur d’Europe, avec un bilan exportateur tous les mois de l’année. Au total, les interconnexions françaises ont permis l’export de 84 TWh et l’import de plus de 28 TWh !

Ces importants niveaux d’échanges de la France avec ses six voisins ont directement impacté les prix de gros de l’électricité. La convergence des prix entre zones de marchés interconnectées, permise lorsque les interconnexions ne sont pas saturées, s’est ainsi produite 42 % du temps en 2019 au sein de la région Centre-Ouest Europe, contre 33 % en 2018.

Le prix moyen sur le marché journalier français s’est établi à 39,45 €/MWh, soit son niveau le plus bas depuis 2016, notamment en raison de la baisse du prix des combustibles et d’un hiver relativement doux.

Les interconnexions ont par ailleurs confirmé leur rôle majeur dans le renforcement de la solidarité et de la flexibilité du système électrique français et européen, avec des valeurs maximales d’export de 17,4 GW (le 22 février à 16h) et d’import de 9,3 GW (le 19 novembre à 9h).

L’année 2019 a ainsi illustré l’importance du développement des réseaux et des énergies renouvelables dans l’évolution du système électrique, au service de la décarbonation de l’économie !

Documents associés à l'article

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.