« PLUG AND PLAY » : Les clés de la révolution électrique

Alors que les négociations autour du Clean Energy Package battent leur plein à Bruxelles, le secteur électrique Européen fait face à une révolution qui redistribue les cartes de la transition énergétique. L’essor des réseaux intelligents, combiné aux nouvelles technologies numériques et de stockage, apporteront une réponse au besoin croissant de flexibilité des marchés de l’énergie, favorisant la pénétration des énergies intermittentes et le rôle actif des consommateurs sur le système. Plus étonnant encore, ces révolutions remettent en cause les barrières existantes entre différents secteurs de l’économie (transport, bâtiment) et ouvrent la voie à de nouvelles synergies, sur l’ensemble de la chaine de valeur.
La Conférence annuelle d’Eurelectric qui s’est tenue les 19 et 20 juin à Estoril, évalue l’opportunité immense que constitue l’électrification à l’ère du numérique, mais revient aussi sur les conditions clés d’un succès Européen.

Electrification, consomm’acteur et un design de marché plus intelligent : le trio gagnant

« Le déploiement de l’électrification, le renforcement du rôle du consommateur à travers des solutions innovantes et un design de marché intelligent sont les composants fondamentaux d’une transition soutenable », c’est en ces termes qu’Antonio Mexia, PDG de EDP et président sortant d’Eurelectric, inaugure la conférence annuelle du secteur Européen.
En effet, le paysage dépeint par Lazlo Varro, Chief Economis Officer de l’AIE révèle un futur sans équivoque : le secteur électrique du futur sera indéniablement plus variable, plus connecté, et profondément imprégné par des technologies encore émergentes telles que le stockage, ou le véhicule électrique. Une électricité « bas carbone » sera la clé de voute de la promotion de l’électrification dans ces secteurs clé tels que le transport, qui pourrait être 100% décarboné à horizon 2050 selon Elias Pöyri, CBO de l’Entreprise Finlandaise Virta, spécialisée dans les services de « charge intelligente » pour les véhicules électriques. Les entreprises françaises sont d’ores et déjà dans la vague du changement : Jean-Bernard Lévy, PDG de EDF a évoqué les investissements croissants de l’entreprise dans la mobilité électrique, alors que la France se place au deuxième rang des Pays les moins émetteurs de CO2 en Europe.
Le secteur du bâtiment n’est pas en reste, et s’affiche progressivement comme une part intégrante du système électrique : « home automation », autoconsommation, stockage domestique, la révolution est bien présente et s’amplifie.
Ce futur prometteur n’est cependant pas sans obstacle. En effet, près de 1,8 trillions d’euros devront être investis par le secteur électrique Européen d’ici à 2050, afin d’impulser la modernisation du secteur et d’atteindre les objectifs de décarbonation fixés. Un « mur d’investissement » qui ne pourra être franchi si des réformes clés ne sont pas mises en œuvre.

« Penser autrement, se tourner vers le futur, et transformer le présent »

Francesco Starace, PDG d’Enel et Président d’Eurelectric, soulève ainsi les termes d’une transition réussie, qui doit s’affranchir de l’idéologie et s’inscrire dans le pragmatisme : l’électricité pourrait devenir l’énergie dominante sur la scène mondiale dès 2040, mais cela implique de construire une vision nouvelle, transcendant les barrières sectorielles, et portée sur l’innovation.
Par exemple, les réseaux intelligents et technologies digitales permettront aux centrales électriques conventionnelles de continuer à créer de la valeur pour les décennies à venir, dans le système électrique de demain.
Mais le cadre règlementaire doit également générer les incitations adéquates au niveau Européen et national. Pour le CEO d’Enel, « le nouveau design de marché devra en effet valoriser non seulement l’énergie, mais aussi la flexibilité et la sécurité d’approvisionnement ». Un constat partagé par le PDG d’EDF Jean-Bernard Levy, qui appelle à une « régulation moderne » afin de concilier les enjeux liés aux consommateurs et ceux liés au changement climatique.
Enfin, les intervenants ont souligné l’importance de la transparence dans la définition des prix, et la nécessité de faire évoluer la structure des prix pour refléter notamment la place nouvelle des réseaux électriques dans la transition énergétique. Les réseaux, plus connectés mais aussi plus vulnérables, seront ainsi au cœur du système électrique de demain : car si les nouvelles technologies auront sans aucun doute un impact clé sur la mutation du secteur, elles ne pourront se passer de ceux qui garantissent, à terme, que l’électricité sera bien au rendez-vous.

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.