Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 01/02/19

Actualité économique et industrielle
LES ÉNERGÉTICIENS S’ENGAGENT DANS LE CADRE DE L’OBJECTIF « ZÉRO CHAUDIÈRE AU FIOUL D’ICI 10 ANS »
« En finir avec les chaudières au fioul, c’est bon pour la planète et pour le porte-monnaie. Trois millions de foyers en ont encore. Nous voulons en remplacer 600 000 en deux ans » a déclaré François de Rugy le 24 janvier dernier. Le gouvernement a ainsi renforcé l’aide à la conversion des chaudières au fioul (ou vieux équipements fonctionnant au gaz ou au charbon) pour les remplacer par des systèmes de chauffage plus performant. Les primes accordées au titre des certificats d’économie d’énergie (jusqu’à 4 000 euros pour les ménages modestes) couplées aux autres dispositifs existants (crédit d’impôt, Anah…) permettraient de réduire au maximum le reste à charge pour les ménages. La plupart des énergéticiens dont EDF, Engie et Total, étaient présents autour des ministres de la Transition écologique François de Rugy et du Logement Julien Denormandie afin de discuter des « coups de pouce » qu’ils mettront en place (prêt bonifié, sur-prime…) afin de tenir la promesse de la « chaudière à 1 euro ».
AFP du 25/01/2019
Actualité économique et industrielle
PUBLICATION DU PROJET DE PPE POUR LES PÉRIODES 2019-2023 ET 2024-2028
Le ministère de la Transition écologique et solidaire a publié le 25 janvier dernier le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Il confirme l’objectif de 32 % d’énergies renouvelables dans le mix énergétique à horizon 2028, et vient modifier trois objectifs majeurs de la loi de transition énergétique. Il acte d’abord le report à 2035 de l’objectif de 50 % de nucléaire, il endurcit ensuite l’objectif de baisse de la consommation d’énergies fossiles en 2030 en passant de 30 à 40 % ; il assouplit enfin celui de la baisse de la consommation d’énergie en 2030 (de 20 à 17 %). L’autorité environnementale dispose désormais de trois mois pour rendre son avis sur le projet de décret. S’ensuivra une consultation publique de 45 jours. En parallèle, le CNTE, le CSE, le comité des experts sur la transition écologique, le comité de gestion des charges de service public de l’électricité, le comité du système de distribution publique d’électricité, ainsi que des pays voisins seront également consultés. Le texte final ne sera publié qu’une fois la « petite loi » sur l’énergie votée. Cette dernière devrait être présentée en Conseil des ministres début mars.
AEF du 25/01/2019
Actualité économique et industrielle
EMMANUELLE WARGON SOUHAITE AFFECTER LES RECETTES DE LA TAXE CARBONE À LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE
La secrétaire d'Etat en charge de l’animation du grand débat national a déclaré au sujet de l’interruption de la hausse de la taxe carbone que la reprise de sa trajectoire « ne sera pas possible tant qu’on ne sera pas plus clair sur l’affectation des recettes ». Elle préconise d’affecter la totalité de la hausse à la transition écologique, en finançant « de grands projets » nationaux, territoriaux et individuels. « Pour moi, c’est l’une des conditions du succès » a-t-elle assuré.
AEF du 28/01/2019
Actualité économique et industrielle
LA CRE PROPOSE UNE HAUSSE DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE D’ÉLECTRICITÉ DE 5,9 %
La Commission de régulation de l’énergie (CRE) propose une hausse de 5,9 % TTC du tarif bleu résidentiel et non résidentiel à compter de mars 2019, conformément à la méthodologie de construction des tarifs réglementés de vente d’électricité (TRVE). Le ministère de la Transition écologique et solidaire explique cette hausse par celle « des prix de marché de gros de l’électricité, ainsi qu’à une augmentation du prix des capacités électriques », tout en rappelant que « la France reste l’un des pays où la hausse est la plus contenue et où l’électricité demeure la moins chère ». Le gouvernement, qui dispose d’un délai de trois mois pour éventuellement s’opposer à cette hausse, a indiqué qu’elle ne s’appliquerait pas avant la fin de la période hivernale.
CRE 31/01/19 & AFP 30/01/19 du 31/01/2019
Actualité économique et industrielle
AFFICHEURS DÉPORTÉS : L’UFC-QUE CHOISIR SAISIT LE CONSEIL D’ETAT
L’association de défense des consommateurs a annoncé saisir le Conseil d’Etat pour « enjoindre l’Etat d’adopter dans les plus brefs délais les textes » relatifs à la mise en place des afficheurs déportés dans les foyers précaires. « La date butoir pour la mise en place gratuite des afficheurs déportés pour les ménages précaires, exigée par la loi de transition énergétique, a expiré depuis près d’un mois » a dénoncé l’association dans son communiqué.
UFC-Que Choisir du 29/01/2019
Actualité économique et industrielle
RTE ÉNONCE LES CONDITIONS PRÉALABLES À LA FERMETURE DE CORDEMAIS
Le président du gestionnaire de réseau haute tension a présenté à la presse les « conditions cumulatives » à respecter afin de fermer la centrale à charbon de Cordemais d’ici 2022 tout en assurant la sécurité d’alimentation électrique de la France. Parmi les sept critères cités, RTE identifie notamment la maîtrise de la consommation, celle du calendrier de visites décennales du parc nucléaire, le développement des énergies renouvelables, des interconnexions et des effacements. La fermeture de Cordemais est également conditionnée à la mise en service de l’EPR de Flamanville ainsi que de celle de la centrale à gaz de Landivisiau. Des éléments complémentaires sur la sécurité d’approvisionnement de l’Ouest de la France ont été demandées par le gouvernement à RTE, qui « approfondira les analyses », a assuré son président, François Brottes.
AFP du 30/01/2019
Actualité économique et industrielle
SIGNATURE DU CONTRAT STRATÉGIQUE DE LA FILIÈRE NUCLÉAIRE
Le 28 janvier dernier, les ministres François de Rugy, Bruno Le Maire et le président de la filière nucléaire (CSFN) Dominique Minière ont signé le contrat stratégique de la filière nucléaire. L’occasion pour le ministre de la Transition écologique de rappeler que « le nucléaire peut jouer un rôle [en France et dans le monde] puisqu’il présente une production totalement décarbonée ». Concrètement, ce contrat permettra de décliner les orientations définies par la PPE en matière de nucléaire et de garantir à la filière la visibilité nécessaire pour « préserver [son] savoir-faire national et maintenir [ses] compétences » en mettant l’accent sur 4 axes : « emploi, compétences et formation », « transformation numérique de la filière nucléaire », « R&D et transformation écologique et de la filière nucléaire » et « international ».
La correspondance économique du 01/02/2019
Actualité Européenne
ALLEMAGNE : VERS UNE SORTIE DU CHARBON AU PLUS TARD EN 2038
Le 26 janvier, la commission « croissance, changement structurel et emploi » dédiée à l’enjeu du charbon allemand a rendu ses conclusions, sous forme d’une feuille de route proposant la sortie du charbon au plus tard en 2038. Après huit mois de discussions, les membres de la commission ont proposé une sortie progressive afin de garantir l’atteinte des objectifs climatiques allemands à l’horizon 2030. Ainsi, dès 2022, plusieurs centrales seront arrêtées pour décommissionner une capacité cumulée de 12,5 GW. Par ailleurs, la feuille de route propose de réviser en 2032 la date de sortie du charbon, pour l’avancer éventuellement à 2035. Sur le plan social, une enveloppe de 2 milliards d’euros par an devrait être allouée aux régions minières pour les soutenir dans leurs reconversions. Enfin, afin d’éviter une hausse des factures d’électricité, les membres de la commission préconise une intervention financière de l’Etat pour les énergéticiens. Cette feuille de route devra être approuvée par le gouvernement allemand dans les mois à venir.
Enerpresse du 29/01/2019
Actualité Européenne
LES DÉPUTÉS EUROPÉENS S’EMPARENT DU DÉBAT SUR LA STRATÉGIE DE LONG-TERME DE L’UE POUR DÉCARBONER L’ÉCONOMIE
Lors d’une audition publique organisée par la commission ENVI le 29 janvier à Bruxelles, les députés européens ont débattu autour de la communication « Une planète propre pour tous » présentée par la Commission européenne le 28 novembre dernier et déclinant les grandes lignes de sa vision stratégique à l’horizon 2050 pour décarboner l’économie. Si la plupart des députés ont salué l’approche holistique prise par la Commission européenne et la volonté politique de fixer un objectif de neutralité carbone en 2050, l’enjeu de rehausser les objectifs 2030 a fait débat. Ainsi, les groupes S&D, ALDE, Verts et EFDD soutiennent clairement un rehaussement de l’objectif de réduction des émissions en 2030 (actuellement fixé à -40%) avant de le mettre en cohérence avec l’objectif 2050 et les objectifs d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique récemment adoptés. Toutefois, la Commission européenne reste défavorable à rouvrir un débat sur les objectifs, arguant vouloir mettre l’accent sur la mise en œuvre de politiques concrètes. Les députés de la commission ENVI préparent actuellement un projet de résolution sous la houlette de l’Allemand Peter Liese (PPE), en vue d’une adoption en plénière en mars prochain. En parallèle, la commission ITRE s’est également emparée du sujet et prépare également un projet de résolution, adoptée le 19 février prochain.
Contexte du 30/01/2019
Actualité Européenne
LES ÉMISSIONS DU SECTEUR ÉLECTRIQUE EUROPÉEN EN BAISSE DE 5% EN 2018
Dans une étude publiée le 30 janvier, les think-tanks Agora Energiewende et Sandbag dressent un état des lieux du secteur électrique européen en 2018. Les auteurs mettent en avant la baisse de 5% des émissions de CO2 du secteur électrique en 2018, dont la moitié est structurelle (nouvelles capacités renouvelables remplaçant le charbon) et l’autre moitié est liée à la météo (hausse de la production hydroélectrique). Avec la volonté politique en Allemagne et en Espagne de mettre en place des plans de sortie du charbon, l’Europe remplace petit à petit ses centrales à charbon par des nouvelles installations photovoltaïques et éoliennes. Cependant, la production d’électricité à partir de lignite, plus émettrice en CO2, ne diminue que de 3%. Par ailleurs, les renouvelables représentaient 32,3% du mix électrique européen en 2018 et les installations solaires pourraient tripler jusqu’à 30 GW en 2022 selon les projections. Enfin, l’étude met en avant, pour la première fois, le niveau de coûts équivalents entre l’énergie éolienne et solaire d’un côté, et l’électricité produite par des centrales au charbon et au gaz existantes.
Agora et Sandbag du 30/01/2019
Actualité Européenne
PRÉPARATION DU BREXIT : LES INSTITUTIONS EUROPÉENNES INTENSIFIENT LES TRAVAUX SUR LES MESURES D’URGENCE EN CAS DE « NO-DEAL »
Le 30 janvier, le Conseil de l’UE, par la voix du COREPER, a adopté sans modification les propositions d’amendements du Parlement européen à la décision venant adapter les règles de l’UE en matière d’efficacité énergétique en amont de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Cette adaptation vient notamment modifier les objectifs en valeurs absolues pour une Europe à 27. Ceci permettra ainsi un vote rapide du Parlement européen en session plénière pour ratifier ce texte avant le 29 mars. Par ailleurs, la Commission européenne a publié une nouvelle salve de mesures d’urgence face à la menace croissante d’un « no-deal », une sortie sans accord. Une de ces mesures vise ainsi à protéger les bénéficiaires de fonds européens, afin de garantir les paiements en 2019, notamment dans les secteurs de la recherche et de l’innovation dans le cadre du programme H2020. La date de sortie du Royaume-Uni est toujours fixée au 29 mars prochain, alors que les discussions se poursuivent à la Chambre des Communes suite au rejet du projet d’accord de sortie le 15 janvier.
Commission européenne du 30/01/2019 et Conseil de l’UE du 30/01/2019 du 30/01/2019
Actualité Européenne
LA COMMISSION EUROPÉENNE PUBLIE UN DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR UNE EUROPE PLUS DURABLE À L’HORIZON 2030
Dans le cadre du débat sur l’avenir de l’Europe, la Commission européenne a publié le 30 janvier un papier de réflexion sur une Europe plus durable à l’horizon 2030, s’inscrivant dans les engagements de l’UE pour les objectifs de développement durable des Nations Unies et l’accord de Paris. Le document esquisse trois scénarios pour ouvrir la discussion : le premier propose une stratégie globale de l’UE en matière de développement durable pour guider les actions des Etats membres, le second scénario entend continuer l’intégration des objectifs de développement durable de façon transverse dans les politiques de l’UE et le troisième scénario s’attache à un renforcement de l’action extérieur. La transition vers une énergie propre et sa diffusion à tous les secteurs (bâtiments, transports) est mentionné comme un principe fondamental et stratégique pour une Europe durable, cœur de l’action de l’Union de l’énergie. Par ailleurs, le document met également en avant le besoin de porter une attention particulière à une transition inclusive et équitable pour tous les citoyens afin qu’une transition durable promeuve les droits sociaux et le bien-être des Européens tout en accompagnant les régions en transformation. Ce document de réflexion et les scénarios seront ainsi intégrés aux discussions sur le futur de l’Europe, à l’agenda du Conseil européen de Sibiu, le 9 mai prochain.
Commission européenne du 30/01/2019
Actualité Européenne
LES ÉTATS ADOPTENT LEUR POSITION SUR LES QUOTAS DE VÉHICULES PROPRES DANS LES APPELS D’OFFRE PUBLICS
Les ambassadeurs des États membres ont adopté ce 25 janvier en COREPER, la position du Conseil sur la directive relative à la promotion des véhicules propres dans les appels d’offre publics. La liste des carburants alternatifs de la directive AFI est reprise pour définir un poids lourd propre, tandis qu’un seuil de 50g CO2/km a été retenu pour les véhicules légers. Les États réduisent de 5% les quotas de bus propre dans un appel d’offre public, par rapport à la proposition de la Commission européenne et introduisent un sous objectif de 50% de bus zéro-émissions. Il s’agit d’une position très proche de celle du Parlement européen, à l’exception du niveau des objectifs. Un premier trilogue s’est tenu le 29 janvier. Le second et dernier aura lieu le 11 février.
du 01/02/2019
Actualité Européenne
AGENDA INSTITUTIONNEL
Session plénière du Parlement européen, du 11 au 14 février, à Strasbourg

Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI) du Parlement européen, le 7 février, à Bruxelles :
- Audition publique sur « les 12 années restantes : l’action de l’UE pour atteindre l’agenda pour le développement durable d’ici 2030 »

Groupe de travail Environnement du Conseil de l’UE, le 5 février à Bruxelles :
- Stratégie de long terme pour décarboner l’économie

Groupe de travail Énergie du Conseil de l’UE, le 5 février à Bruxelles :
- Rapport sur les prix et les coûts de l’énergie en Europe

Groupe de travail sur les télécommunications et la société de l’information, le 5 février, à Bruxelles
- Examen du texte de la présidence sur le programme pour une Europe digitale

Groupe de travail Recherche du Conseil de l’UE, le 4 février à Bruxelles :
- Examen du texte de la présidence sur le programme Horizon Europe

COREPER I du Conseil de l’UE, le 6 février, à Bruxelles
- Discussion sur la proposition d’acte délégué déterminant des règles européennes transitoires pour une allocation gratuite harmonisée des quotas d’émissions dans le cadre du marché carbone

Trilogue du Parlement européen, du Conseil de l’UE et de la Commission européenne, le 4 février, à Bruxelles
- Mécanisme pour l’interconnexion en Europe
du 01/02/2019

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.

Je comprends qu’en m’abonnant, je choisis explicitement de recevoir la newsletter et que je peux facilement et à tout moment me désinscrire en utilisant le lien envoyé dans l’email.