Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 05/10

Actualité économique et industrielle
ANNE CHENU « LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE SUPPOSE UN PRIX ÉLEVÉ DU CARBONE »
La nouvelle Déléguée Générale de l’UFE a exposé sa vision du secteur de l’électricité, dans un entretien donné à Contexte. Pour Anne Chenu, « il n’y aura pas de mutation profonde en faveur d’une société décarbonée s’il n’y a pas de prix du CO2, et donc pas de transfert d’usages et de réduction de la consommation d’énergies fossiles, au premier rang desquelles le pétrole ». Elle rappelle également que la transition énergétique ne se fera pas sans « la révolution du numérique et du digital » qui facilitera le pilotage du système électrique dans son ensemble.
Contexte du 30/09/2015
Actualité économique et industrielle
ROBERT DURDILLY : « LA DIVERSITÉ UN LEVIER DE PERFORMANCE POUR LES ENTREPRISES »
Le festival de courts-métrages des personnes en situation de handicap, Regards croisés, à Nîmes, fut l’occasion de rappeler que de nombreux moyens peuvent être mis en œuvre pour améliorer l’intégration des handicapés en entreprise. Pour le Président de l’Union Française de l’Electricité, très impliqué dans l’association Hippocampe, l’organisatrice du festival, « les entreprises considèrent désormais la diversité comme un levier de performance et non plus comme une charge, l’investissement social est désormais un levier porteur ».
Les Echos du 02/10/2015
Actualité économique et industrielle
L’UFE ALERTE SUR LES CEE PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE
L’organisation professionnelle rappelle dans son dernier édito que « le traitement de la précarité est en enjeu majeur, mais complexe ». « L’urgence ne doit pas se transformer en précipitation et prendre le pas sur le pragmatisme. » « Permettre aux clients en situation de précarité de diminuer leur niveau de consommation par des investissements d’efficacité énergétique efficaces serait beaucoup plus pertinent ».
Contexte du 29/09/2015
Actualité économique et industrielle
TOTAL VA VENDRE DE L’ÉLECTRICITÉ
Total Energie Gaz souhaite profiter de la fin prochaine des tarifs réglementés de l’électricité pour capter une partie des consommateurs. En effet, il reste encore 88% des professionnels qui n’ont pas encore basculé en offre de marché alors que la fin des TRV est prévue pour le 31 décembre 2015. Pour Olivier Jacquemin, chef du département marché et du projet électricité du groupe Total Energie Gaz, « c’est un marché qui représente 5 millions de consommateurs en France. C’est également 20% de la consommation du marché français ». L’énergéticien souhaite ainsi devenir « un acteur reconnu sur le marché de l’électricité » en multipliant son portefeuille par cinq en l’espace de dix ans dans l’électricité et le gaz.
Le Figaro du 29/09/2015
Actualité économique et industrielle
PAS DE BLACK-OUT EN FRANCE CET HIVER
Selon le dernier bilan prévisionnel de RTE, il n’y a pas de menace pesant sur la sécurité d’approvisionnement électrique de la France entre 2016 et 2020. En effet, les marges de sécurité sont désormais suffisantes (4800 MW/an) : la consommation de l’électricité est en baisse et le nombre de sites de production disponibles s’est étoffé par rapport à 2014. Selon les estimations de RTE, d’ici 2020 en France, la capacité de la filière solaire devrait augmenter pour atteindre les 8500 MW et l’éolien terrestre pourrait croître de 1000 MW par an. Enfin, RTE se félicite des efforts entrepris dans la démarche d’efficacité énergétique dans l’hexagone : la capacité globale d’effacement est ainsi estimée à plus de 3000 MW par an.
Le Figaro du 25/09/2015
Actualité économique et industrielle
ENGIE VEUT AUGMENTER DE 40% SON CHIFFRE D’AFFAIRES DE SES ACTIVITÉS DANS L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE D’ICI 4 ANS
C’est ce qu’a déclaré Gérard Mestrallet, PDG du groupe français Engie lors d’un entretien avec l’AFP dimanche 27 septembre dernier. En 2014, le chiffre d’affaires de l’énergéticien dans la branche Energies services représentait 16 mds$. D’ici 2019, il devrait donc atteindre 24.6 mds$. Pour arriver à cet objectif, le groupe mise principalement sur des acquisitions, comme celles qui lui ont déjà permis de se développer en Chine, aux Etats-Unis et en Europe. En France, Engie a déjà mis la main sur Nexilis, spécialisé dans l’énergie du bâtiment.
Enerpresse du 29/09/2015
Actualité Européenne
AU PARLEMENT EUROPÉEN CETTE SEMAINE
Séance plénière du 5 au 8 octobre 2015, à Strasbourg
Ordre du jour :
http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=AGENDA&reference=20151005&secondRef=SYN&language=FR
du 05/10/2015
Actualité Européenne
FUSION DES STRUCTURES DE GOUVERNANCE D’EPEX SPOT ET D’APX
Dans un communiqué de presse conjoint, publié ce 1er octobre, APX et EPEX Spot ont annoncé la fusion de leurs structures de gouvernance. René Kerkmeester, directeur général d’APX, et James Matthys-Donnadieu, directeur général de Belpex et directeur des opérations d’APX, ont cessé leurs fonctions à compter de cette date. Le système de gouvernance d’EPEX Spot est conservé et intègrera l’ancienne structure ainsi que le personnel d’APX.
Enerpresse du 05/10/2015
Actualité Européenne
LES POLITIQUES, PREMIÈRE VARIABLE POUR LE DÉVELOPPEMENT DES ENR
La 4ème édition du « Medium-term renewable energy market report » de l’Agence Internationale de l’Energie, publié ce 2 octobre, met l’accent sur le rôle de la stabilité politique et réglementaire dans le développement du potentiel global des EnR. Selon l’AIE, la capacité de renouvelables électriques devrait augmenter de 700 GW entre 2015 et 2020, ce qui représentera presque les deux tiers des ajouts net de capacités toutes énergies confondues. La part des ENR dans la production d’électricité mondiale augmenterait à 26 % en 2020 contre 22 % en 2013. Coté investissements, l’AIE les estime à 230 milliards d’euros par an d’ici 2020.
Enerpresse du 05/10/2015
Actualité Européenne
UN MARCHÉ NATIONAL DE QUOTAS D’ÉMISSIONS DE CO2 POUR 2017
Dans une nouvelle déclaration sino-américaine sur le climat, publiée ce 25 septembre, la Chine s’engage à mettre en place un marché carbone à l’échelle nationale d’ici 2017. Sa mise en place tirera parti de l'expérience des marchés régionaux, menée depuis 2013 dans 7 régions, parmi lesquelles Pékin, Shanghai, Tianjin, le Guangdong ou encore la province de Hubei, l'une des plus concernées par les émissions de gaz à effet de serre. Le texte de loi en préparation table sur 8.000 entreprises concernées en 2017, et deux fois plus d'ici à 2020. Le marché couvrira la production d’électricité, mais intègrera aussi les industries fortement émettrices que compte la Chine : acier, ciment, papier, etc...
Les Echos du 29/09/2015
Actualité Européenne
ENTRÉE EN VIGUEUR DU NOUVEL ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE
Depuis ce 26 septembre, l’étiquetage énergétique est obligatoire pour l’ensemble des systèmes fonctionnant au gaz, au fioul, à l’électricité ou hybrides, ainsi que pour les installations utilisant des sources d’énergies renouvelables. Vingt ans après son apparition, l’étiquetage énergétique s’applique désormais aussi au chauffage et aux systèmes de production d’eau chaude : chaudières, pompes à chaleur, préparateurs d’eau chaude sanitaire, ballons et unités de cogénération, chauffage et chauffe-eau solaires. Selon la Commission Européenne, ce dispositif devrait permettre des économies d’énergie comparables « à la consommation d’énergie primaire par an du Portugal et de l’Autriche », une réduction des émissions de CO2 équivalent à celles de la Belgique, et une diminution de la facture énergétique européenne « de plus de 20 % ».
Enerpresse du 29/09/2015
Actualité Européenne
COP 21 : 147 INDC DÉPOSÉ MAIS UN NIVEAU D’AMBITION ENCORE INSUFFISANT
Ce 1er octobre était la date butoir pour les contributions nationales climatiques (INDC) en vue de la COP21, qui se tiendra dans deux mois à Paris. Au final, 147 pays ont déposé leur INDC, représentant 85 % des émissions mondiales. Certains pays comme le Brésil, l’Indonésie et l’Inde, parmi les plus gros pollueurs mondiaux ont attendu la dernière semaine pour dévoiler leurs engagements. Le Brésil affiche des ambitions élevées, et s’engage à réduire ses émissions de GES de 37% d’ici 2025, et de 43% d’ici 2030 par rapport à 2005. Quant à l’Inde, le pays s’engage à réduire son intensité carbone de 33 à 35 % d’ici 2030 par rapport au niveau de 2005 mais ne fixe pas d’objectif chiffré de réduction d’émissions. Malgré le succès du processus des INDC, les experts pointent qu’à ce stade, le cumul des engagements nationaux ne permettront pas
d’atteindre l’objectif des +2C.
Enerpresse du 01/10/2015
Actualité Européenne
RECHERCHE ET INNOVATION : BRUXELLES REVOIT SON JEU
La Commission Européenne a présenté, fin septembre, son nouveau Plan Stratégique Européen pour les technologies énergétiques (SET). Ce plan est censé porter la transition énergétique tout en confortant le leadership européen dans quelques niches d’avenir de l’industrie énergétique, pourvoyeuses de compétitivité, d’emplois et d’exportations. Le Plan SET se concentre sur quatre domaines horizontaux (renouvelables, consommateurs, efficacité énergétique et transport) et deux domaines spécifiques «pour les pays intéressés»: captage et stockage du carbone (CCS) et nucléaire. Reste à définir plus précisément les actions clés en termes de priorités, de financement, de mise en œuvre et de calendrier.
Enerpresse du 28/09/2015

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.