Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 02/02

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> COP 21 : répartition des rôles au sein du gouvernement

Contexte
du 29/01/2015

Laurent Fabius et Ségolène Royal ont présenté en conseil des ministres du 28 janvier une communication relative à la préparation de la conférence sur les changements climatiques qui se tiendra en décembre à Paris. Laurent Fabius assumera la « responsabilité globale de la négociation multilatérale, en assurant la présidence de la COP 21 » et, est confiée à Ségolène Royal la « contribution de la France à la construction d’une position européenne ambitieuse ». La création du secrétariat général chargé de l’organisation de la COP a été adoptée par les ministres.

> Les énergéticiens pionniers de l’Internet des objets

Usine Nouvelle
du 28/01/2015

Pour Karine Calvet, directrice générale de Verizon France, le secteur de l’énergie et de ses infrastructures est pionnière dans l’utilisation de l’Internet des objets, du Cloud et de l’analyse des données. Investir dans l’Internet des objets, en l’occurrence dans des compteurs connectés, permet aux opérateurs de réseaux de distribution réglementés de fournir un service fiable et économique. En effet, les nouveaux dispositifs donnent désormais la possibilité de collecter des données de consommation à distance. De ce fait, établir une facture leur revient moins cher et les risques d’erreur sont diminués.

> PLTECV au Sénat : les amendements majeurs de la CAE

Enerpresse
du 29/01/2015

Lors de la présentation du rapport sur le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte, le Président de la commission des affaires économiques, Jean-Claude Lenoir, a déclaré qu’un accord en commission mixte paritaire avec l’assemblée nationale serait « nécessaire ». Un des amendements majeurs adoptés porte sur la réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique français. D’une part, son plafonnement est revu à la hausse (46.85 GW) afin d’inclure le raccordement de Flamanville. D’autre part, la réduction de sa part à 50% n’est plus visé à « horizon 2025 » mais « à terme ». Concernant la CSPE, la commission a décidé que le Parlement se prononcera, chaque année, sur son évolution et que cette contribution sera uniquement dédiée au financement des énergies renouvelables. En matière d’électro-intensifs, la commission « a décidé de porter la réduction des tarifs d’utilisation des réseaux en leur faveur au niveau de celui mis en œuvre en Allemagne ». Le projet de loi sera examiné en séance publique à partir du mardi 10 février. Le vote solennel aura lieu le mardi 3 mars.

> L’avis de l’Académie des Sciences sur la transition énergétique

CP « Avis sur la transition énergétique » Académie des sciences
du 22/01/2015

L’Académie des sciences soutient les objectifs de réduction de la consommation des énergies carbonées fossiles et d’amélioration de l’efficacité dans l’utilisation de l’énergie. Cependant, elle souligne les difficultés à vouloir atteindre trop vite certains objectifs du projet de loi. En effet, elle recommande plutôt d’adopter une trajectoire réaliste et rappelle la place favorable de la France en matière de niveau d’émission de CO2. Par ailleurs, la question du stockage n’étant pas résolue, elle craint le recours aux énergies fossiles pour pallier le problème d’intermittence des énergies renouvelables. Et signale notamment qu’une réduction accélérée du nucléaire pourrait paradoxalement conduire à une augmentation des émissions de GES.

> Bilan électrique RTE 2014 : baisse de la consommation d'électricité et progression des énergies renouvelables

Bilan électrique RTE 2014
du 27/01/2015

La consommation électrique française a globalement diminué de 6 % en 2014. Les températures particulièrement douces, le contexte de crise économique et les mesures d’efficacité énergétique expliquent cette baisse. Toutefois, après correction de l’effet climatique, le recul annuel est de 0,4 %. Par ailleurs, 2014 aura été une année plus favorable pour les énergies renouvelables en matière réglementaire et économique. Ainsi, l’énergie électrique produite par les énergies renouvelables autres qu’hydraulique (28 TWh) dépasse la production d’origine thermique fossile pour la première fois en 2014. De plus, le fort volume de pluviométrie a engendré un niveau élevé de production hydraulique. De ce fait, en 2014, les énergies renouvelables couvrent près de 20 % de la consommation électrique française.

Actualité Européenne

> Agenda énergétique


du 03/02/2015

03-02-2015

- Maroš Šefčovič, Vice-President de la Commission Européenne chargé de l’Union de l’Energie, recevra Ms. Alberto Pototschnig, Directeur de l’ ACER – Brussels

- Maroš Šefčovič, Vice-President de la Commission Européenne chargé de l’Union de l’Energie, recevra Ms. Étienne Davignon, Conseiller du PDG de GDF SUEZ – Brussels

> L’AIE actualise sa Technology Roadmap sur le nucléaire

Enerpresse
du 30/01/2015

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) et la Nuclear Energy Agency (NEA) ont publié, ce 29 janvier, la dernière édition de la « Technology Roadmap : Nuclear Energy » qui actualise la version publiée en 2010. En dépit de l’accident nucléaire de Fukushima en 2011, « les perspectives du nucléaire restent positives avec 72 réacteurs en cours de construction, début 2014 ». Le document réaffirme le rôle du nucléaire dans la transition énergétique et préconise des actions clés à mettre en place pour assurer un développement efficient de cette source d’énergie décarbonnée : la reconnaissance des avantages du nucléaire ; la démonstration par les entreprises de leur capacité à construire les centrales dans les délais et les coûts impartis ; le renforcement des normes et des régulations ; la multiplication des échanges entre régulateurs et opérateurs pour améliorer la sûreté.

> Le Royaume-Uni lance officiellement son nouveau système d’aide aux EnR

Enerpresse
du 29/01/2015

Le département britannique de l’Énergie et du Changement climatique (DECC) a lancé ce 29 janvier, les premières enchères du nouveau système de soutien aux énergies renouvelables, dit contrat pour différence (CfD). Les candidats retenus signeront un CfD avec le DECC qui leur fournira une prime variable calculée sur la base des prix de vente de l’électricité sur les marchés de gros, et ce pour une durée de 15 ans. Les enchères seront partagées en 3 groupes selon le niveau de maturité des différentes technologies : le premier doté de 65 M£ pour les technologies matures (PV et éolien terrestre) ; un 2ème pour celles moins avancées (éolien offshore, biomasse) disposant d’une enveloppe de 260 M£ ; enfin tun 3ème pour la méthanisation qui ne dispose pas encore d’enveloppe cette année, mais qui pourrait en bénéficier dès l’année prochaine. Le DECC envisage également d’inclure la technologie de capture et stockage du carbone dans le système des contrats pour différence, et de porter l’enveloppe annuelle à 1 milliards de livres à l’horizon 2020/2021.

> La Banque Mondiale veut aider le développement du solaire en Afrique

Enerpresse
du 29/01/2015

Le 29 janvier, la société financière internationale (IFC), entité de la Banque Mondiale dédiée au secteur privé, a présenté à Washington son programme « Scaling up solar » pour le continent africain. Partant du constat que de nombreux pays africains ont de forts besoins en électricité (dont le coût de production, gonflé par le prix des produits pétroliers, atteint jusqu’à 20 centimes de dollars par kWh), le IFC remarque que ces mêmes pays ont un potentiel solaire important qui permettrait, sous certaines conditions, de développer des projets à un coût de production de moins de 15 cts$/kWh. Néanmoins, le développement du solaire dans ces régions pâtit d’une instabilité règlementaire forte. L’IFC mettra donc à disposition des gouvernements et des investisseurs plusieurs outils (support technique et règlementaire), afin d’accélérer le développement de cette énergie dans le continent africain.

> L’Institut Jacques Delors présente ses recommandations pour l’Union de l’Energie

Europolitics
du 27/01/2015

L’Institut Jacques Delors-Notre Europe a publié, ce 26 janvier, un rapport dédié à l’évolution de la politique énergétique européenne et à la création d’une Union de l’Energie. Le rapport pointe du doigt une fragmentation encore trop importante du marché intérieur de l’énergie, « à mi-chemin entre des politiques reposant essentiellement sur des considérations nationales et une politique énergétique commune fondée sur des marchés de l’énergie intégrés. ». Notre Europe propose ainsi dix actions à court terme pour augmenter le niveau d'intégration dans le secteur de l'énergie, parmi lesquelles : la fixation d’un cadre réglementaire stable pour le marché intérieur de l'énergie, la gestion de la sécurité d’approvisionnement électrique au niveau communautaire, une coopération renforcée entre régulateurs, la création d’un régulateur européen, ou encore le renforcement du rôle d’ENTSO-E, la plateforme de coopération des GRT européens.

> Sefcovic présente les grandes lignes de l’Union de l’énergie aux députés européens

Europolitics
du 27/01/2015

Le Vice-Président de la Commission Européenne en charge de l’Union de l'énergie, Maros Sefcovic, a été auditionné par les commissions ITRE et ENVI du Parlement Européen, les 26 et 27 janvier derniers, pour présenter les grandes lignes du projet d’Union de l’Energie. Une Communication est attendue pour le 25 février, présentant les principales lignes politiques de ce projet phare de la nouvelle Commission Européenne, qui s’articulera autour de 5 pilliers : la sécurité d'approvisionnement basée sur la solidarité et la confiance; l'achèvement du marché intérieur de l'énergie; la modération de la demande; la décarbonation du bouquet énergétique; et la recherche et l'innovation. Aucune information n’a encore filtré cependant sur le système de gouvernance de cette « Union de l’Energie », qui aura pour objectif premier de combattre la fragmentation du système énergétique de l'UE, renforçant la coordination entre les états membres, et leur coopération vis-à-vis des pays tiers-fournisseurs.

> Les Etats-Unis et l’Inde renforcent leur coopération énergétique

AFP
du 27/01/2015

Alors que le Senat américain, majoritairement républicain, reconnaissait officiellement et pour la première fois, la réalité du changement climatique le 21 janvier dernier, le Président Barack Obama s’est rendu en Inde pour réaffirmer la coopération bilatérale entre les deux pays dans le domaine de l’énergie et du climat. Les deux super puissances se sont entendues sur une coopération renforcée en matière de nucléaire et d’énergies renouvelables, afin d’améliorer la sécurité énergétique du pays et d’accompagner les efforts indiens pour la réduction des émissions de CO2. Si Barack Obama visait à obtenir des engagements plus ambitieux de la part du gouvernement indien, sur la question du climat, il a dû se contenter, d’une promesse d’engagement commune afin d’aboutir à un « accord ambitieux » lors de la COP21 à Paris.

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.