Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 24/11

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> EDF : les chantiers du nouveau PDG, Jean-Bernard Lévy

Le Monde
du 21/11/2014

L'un des grands défis de M. Lévy reste d'achever en 2017 la construction de l'EPR de Flamanville, qui coûtera plus de 9 milliards d'euros, et de négocier la fermeture de deux réacteurs anciens, qui ne seront pas forcément ceux de Fessenheim. EDF doit en effet respecter la loi sur la transition énergétique qui plafonne la capacité nucléaire à son niveau actuel (63 000 mégawatts). Le nouveau patron devra aussi poursuivre l'adaptation des 58 réacteurs aux normes post-Fukushima, la montée en puissance de la filiale EDF Energies nouvelles à l'international, la modernisation du réseau de distribution de la filiale ERDF et le déploiement du compteur communiquant Linky (35 millions d'unités à l'horizon 2022). Par ailleurs, EDF pourrait également prendre part au capital d’Areva, en grande difficulté financière.

> Mobilisation des députés français et allemands pour la COP21

CP conjoint M. Jean-Paul Chanteguet et Mme Bärbel Höhn
du 19/11/2014

La commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale s’est réunie le mercredi 19 novembre 2014, conjointement avec une délégation de la commission de l’environnement, de la protection de la nature, de la construction et de la sûreté nucléaire du Bundestag, conduite par sa présidente Mme Bärbel Höhn, afin d’évoquer les sujets liés à la lutte contre le changement climatique et à la transition énergétique. A l’issue de cette réunion, M. Jean-Paul Chanteguet (SRC, Indre) et Mme Bärbel Höhn ont conclu : « L’Allemagne et la France font partie des moteurs de la transition énergétique européenne. (…) Nous maintenons notre objectif de conclure lors de la COP 21 de Paris en 2015 un traité de vaste portée, équitable et contraignant sur le climat pour l’après-2020. Nous estimons que tous les pays ont l'obligation d’agir en ce sens, nous attirons l’attention sur la responsabilité particulière des pays industrialisés et nous invitons les pays gros émetteurs de gaz à effet de serre à prendre des engagements supplémentaires afin de susciter un regain de confiance et de faire de Paris 2015 une réussite déterminante pour l’avenir. »

> Ségolène Royal va lancer une réflexion sur le prix du carbone

Enerpresse
du 20/11/2014

Ségolène Royal a annoncé mardi 19 novembre vouloir charger des économistes, dont l’ex-président du comité sur la fiscalité écologique, Christian de Perthuis, d’une réflexion sur le prix du carbone et des services rendus par la nature. « J’ai l’intention, dans le cadre de la préparation du sommet de décembre prochain (COP21 sur le climat), de renforcer la réflexion sur les données économiques au sens large, avec d’ailleurs Christian de Perthuis que j’ai chargé d’animer un groupe de travail rassemblant des économistes », a déclaré la ministre de l’Écologie et de l’Énergie à l’Assemblée nationale.

> Projet de loi sur la transition énergétique : l'UFICT CGT Mines-Énergie et la CFE-CGC Énergies inquiets

CP conjoint UFICT CGT Mines-Énergie et CFE-CGC Énergies
du 17/11/2014

Selon le communiqué commun des syndicats de l’UFICT CGT Mines-Énergie et de la CFE-CGC Énergies, « le bon sens ne l'a pas emporté pour d'autres dispositions relatives à l'énergie ». « Aucune des mesures qui sont au cœur de cette loi ne participent réellement à l'objectif de diminution de production du CO2. Le pétrole, à travers notamment la question des transports, est étrangement le grand absent de cette loi de transition dite énergétique. Or, ce secteur est responsable de la moitié des émissions de CO2. (…) A contrario, la production d'électricité est largement mise à contribution alors qu'elle est décarbonée à hauteur de 85 %. » estiment-ils.

> L’Etat français prêt à céder des parts dans les groupes énergétiques à condition de conserver un pouvoir d'orientation stratégique en leur sein

Les Echos
du 17/11/2014

« Lorsque la participation de l'Etat peut baisser tout en gardant à l'Etat le même pouvoir par rapport à l'orientation de ces entreprises stratégiques […], il n'y a aucune raison de laisser au Frigidaire® un certain nombre de participations financières » a estimé Ségolène Royal. Ces cessions devront, selon elle, servir à financer la transition énergétique, et non à combler le déficit de l'Etat, a précisé la ministre. Le gouvernement réfléchit par ailleurs à une ouverture du capital du gestionnaire de Réseau de Transport d'Electricité (RTE), filiale d'EDF. Interrogé par Les Echos TV, le président du directoire, Dominique Maillard, a déclaré vouloir « aborder ce sujet comme un projet industriel » - à travers un rapprochement avec d'autres gestionnaires de réseau européens - « et non sur la base d'un projet financier ».

Actualité Européenne

> L’électricité, la priorité dans la lutte pour le climat selon l’AIE

Contexte
du 20/11/2014

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a dévoilé ce jeudi 20 novembre, ses recommandations dans la perspective de la conférence de l’ONU sur le climat à Lima. Cette conférence doit permettre aux Chefs de gouvernements de définir leur « plan d’action » pour lutter contre le réchauffement climatique, en vue de la Conférence Internationale sur le Climat qui se tiendra à Paris en 2015. Selon les experts, les États devraient avant tout concentrer leurs efforts sur la réduction des émissions de CO2 du secteur électrique, plus grande source d’émissions de CO2 dans le monde et, en conséquence, plus grande contributrice potentielle à la réduction des émissions. Au-delà des engagements pour le développement des renouvelables ou les actions en matière d’efficacité énergétique, l’AIE invite donc les pays à réfléchir sur d’intensité carbone de leur parc de production électrique. Afin de respecter l’objectif de 2°C fixé par le GIEC, l’intensité carbone du mix électrique mondial devrait s’élever en moyenne à 52g de CO2 par kWh entre 2020 et 2030.

> L’Allemagne devrait se passer de 9 GW de centrales à charbon pour atteindre son objectif CO2

Enerpresse
du 21/11/2014

Selon une étude publiée le 19 novembre par l’institut allemand de recherche économique (DIW Berlin), si l’Allemagne veut atteindre son objectif, et réduire de 40% de ses émissions de CO2 en 2020, elle doit s’attaquer aux émissions de son secteur électrique et fermer un certain nombre de centrales à charbon. DIW, qui analyse plusieurs scénarios pour accélérer la réduction des émissions dans la production d’électricité, propose la fermeture de 3 GW de centrales à houille et 6 GW de centrales à lignite, afin de diminuer de 23 millions de tonnes supplémentaires les émissions de CO2 du pays. Ce scénario fournirait plus d’un tiers des 70 Mt, nécessaires pour atteindre l’objectif fixé pour 2020. L’étude s’adresse au gouvernement en vue du Conseil des Ministres du 3 décembre prochain, qui doit se pencher sur le plan d’action préparé par le Ministère de l’Environnement afin d’accélérer la réduction des émissions allemandes. Un plan qui, dans sa version actuelle, ne présente pas d’objectifs pour le secteur électrique…

> La Belgique clarifie sa stratégie nucléaire

Enerpresse
du 20/11/2014

La Ministre fédérale Belge de l’Énergie, Marie-Christine Marghem, a effectué ce 18 novembre, devant le Parlement, un « grand oral » très attendu depuis ses déclarations jugeant « irréaliste » tout plan de sortie du nucléaire pour la Belgique à moyen terme. Attaquée sur ces propos, la Ministre s’est défendue, déclarant qu’elle ne comptait pas remettre en discussion la loi sur la sortie du nucléaire, qui fixe pour 2025 le délai d’arrêt pour les dernières centrales nucléaires Belges. Elle a néanmoins confirmé que le gouvernement déposera, dans les prochains jours, une demande de prolongation de la durée de vie des réacteurs nucléaires de Doel 1 et 2 pour 10 ans, jusqu’en 2025. Un choix qui toutefois ne relève pas du gouvernement fédéral, mais de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

> L'ONU dévoile sa feuille de route pour contenir le réchauffement climatique

AFP
du 19/11/2014

Le programme environnemental des Nations unies (UNEF) a présenté, ce 19 novembre, une feuille de route à long terme pour limiter le réchauffement de la planète, et les conséquences désastreuses du changement climatique. Selon les auteurs « les émissions de dioxyde de carbone (CO2) devront être plafonnées autour de 2020 et diminuer d’au moins 15% d'ici 2030, par rapport au niveau de 2010 ». Au rythme actuel, estime le rapport, les émissions vont croitre de 87 gigatonnes d'ici 2050, soit largement au-delà des limites acceptables pour respecter l’objectif de 2C° fixé par le GIEC. Or, le rapport dévoile que les technologies actuelles en matière de renouvelable et d’efficacité énergétique pourraient permettre une réduction des émissions de 10 gigatonnes d'ici 2020, et de 17 gigatonnes pour 2030, permettant également la création de 7 millions d'emplois.

> Les coûts de l'électricité grimpent dans les pays de l'Union européenne

Libération
du 19/11/2014

Une étude publiée ce 18 novembre par l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA), révèle que les prix de l’électricité pour les consommateurs domestiques de l’Union Européenne ont augmenté deux fois plus vite que ceux des usagers des États-Unis, sur les six dernières années. Ainsi entre 2006 et 2012, les prix européens ont augmenté de 43% en moyenne, passant de 15c€ à 20c€/kWh. De l’autre côté de l’Atlantique, l’augmentation des prix se maintient à 17%, passant de 10,4 c$ (8,3 c€) à 12,12 (9,6 c€) c$/kWh. Cet écart, qui rélève de conditions historiques, s’est pourtant accentué depuis 2010, poussé par la révolution américaine du gaz de schiste, qui a fortement impacté le prix domestique du gaz, et le coût de production de l’électricité aux Etats-Unis. Parallèlement, la facture électrique des ménages européens s’est alourdie, plombée notamment par les politiques de subventions aux énergies renouvelables, qui pèsent aujourd’hui pour plus de 30% sur le prix final de l’électricité.

> La réforme du marché du carbone débattue au Parlement Européen

Contexte
du 18/11/2014

La proposition de réforme du marché ETS via la création d’une réserve de stabilité (MSR), avancée par la Commission Européenne en janvier dernier, est finalement prise en main par le Parlement Européen. Le rapport d’Ivo Belet, eurodéputé belge membre du PPE, est en cours de préparation mais certains éléments ont commencé à circuler depuis cette semaine. Le rapporteur, qui serait favorable à l’introduction du MSR dès 2021, proposerait notamment la réintroduction des quotas gelées dans le cadre du « backloading », directement dans la réserve. De son côté, la Commission ITRE, saisie pour avis, a échangé sur la proposition de son rapporteur Antonio Tajani (PPE), ce 17 novembre. Ce texte, souligne notamment la nécessité de préserver la compétitivité de l’industrie européenne et demande l’introduction de garanties contre le risque de « fuite de carbone », pour la période post 2020.

> Le G20 s’engage pour le Climat, Lima n’est pas loin…

Le Monde
du 17/11/2014

Pour la première fois depuis sa création, le G20 a pris officiellement position en faveur de la lutte pour le climat, ce 16 novembre à Brisbane (Australie). Dans le communiqué final, et en dépit de la ferme opposition Australienne et Saoudienne, les membres du G20 se sont engagés à soutenir une action « résolue et effective » en faveur du climat, en vue d’un accord climatique global en 2015. Le G20 appelle également à soutenir la mobilisation de moyens financiers pour l’adaptation et la lutte contre le changement climatique dans les pays les plus pauvres. Un signal important pour le climat, en vue de la Conférence des Parties (COP20) qui se tiendra à Lima du 1er au 12 décembre prochain.

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.