• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 10/11

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> Les investissements “de grand carénage” doivent être exclus du prix de l’Arenh, estime l’Anode

Contexte
du 07/11/2014

Les investissements “de grand carénage” doivent être exclus du prix de l’Arenh, estime l’Anode. Selon l’association nationale des opérateurs détaillants en énergie, l’option choisie d’intégrer dans le prix de l’Arenh la totalité des investissements qu’EDF compte faire, d’ici 2025, “comme s’il s’agissait de charges d’exploitation courantes”, est “en contradiction évidente avec les règles comptables”. “Il n’est pas légitime de répercuter sur le prix de l’Arenh la totalité des investissements sur la seule durée du dispositif, alors même qu’une grande partie de ces investissements porteront leurs fruits bien après 2025. ”

> Les rapporteurs du PLTE nommés au Sénat

Journal de l’environnement
du 06/11/2014

Louis Nègre (UMP, Alpes-Maritimes) a été nommé ce 6 novembre par la commission du développement durable, chargée de l’examen de la majeure partie du texte. Soit les dispositions relatives aux transports et à la qualité de l’air (titre III), à l’économie circulaire (titre IV), aux énergies renouvelables (titre V) et à la gestion du risque nucléaire (titre VI). Cette commission examinera aussi l’article 1er du titre I, consacré aux objectifs de la transition énergétique, destinés à « renforcer l’indépendance énergétique de la France et à lutter contre le réchauffement climatique ». Elle sera accompagnée par la commission des affaires économiques, qui avait nommé comme rapporteur, le 28 octobre, Ladislas Poniatowski, sénateur UMP de l’Eure. Selon le Sénat, l’examen du PLTE devrait succéder au débat sur les départements et les régions, soit la semaine du 9 février 2015.

> Electricité : 1,5 md EUR par an pour adapter le réseau électrique à haute tension (RTE)

AFP
du 06/11/2014

RTE a estimé à 1,5 milliard d'euros par an en moyenne les investissements nécessaires au cours des dix prochaines années pour adapter le réseau électrique français à haute tension qu'il gère aux évolutions du bouquet énergétique, dans son nouveau schéma décennal de développement. Environ un milliard d'euros seront nécessaires chaque année entre 2015 et 2024 pour le développement du réseau afin de répondre aux besoins de nouveaux raccordements et d'échanges de courant entre pays, en raison notamment de la montée en puissance des énergies renouvelables. A ce milliard annuel s'ajouteront quelque 400 millions d'euros pour renouveler les équipements vieillissants, et 100 autres millions pour les systèmes d'information et de télécommunications qui rendent le réseau « intelligent ». Au total, RTE prévoit de créer ou renforcer plus de 2.000 kilomètres de liaisons électriques dans la décennie. Les investissements avaient atteint un niveau similaire en 2013 et 2014, avec 1,4 milliard d'euros annuel. Le schéma décennal est soumis à consultation jusqu'au 19 décembre, avant sa présentation à la Commission de régulation de l'énergie (CRE) - le régulateur du secteur - et au ministère de l'Energie.

> Le prix de l’accès régulé au nucléaire historique (ARENH) n’augmentera pas au 1er janvier 2015

CP du MEDDE
du 04/11/2014

Le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et le ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, complètent la réforme des tarifs de l’électricité. Après le décret du 29 octobre, fixant la nouvelle méthode de calcul, et l’arrêté du 1er novembre, fixant le niveau des tarifs de l’électricité, le Gouvernement s’apprête maintenant à réformer le prix auquel est commercialisée l’électricité nucléaire (ARENH). Cette nouvelle méthode a déjà été examinée par le Conseil supérieur de l’énergie, la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), l’Autorité de la concurrence et le Conseil d’État. Le projet de décret a été transmis début juillet à la Commission européenne qui poursuit actuellement son examen du texte. En attendant la fin de ces travaux, et afin de préserver le pouvoir d’achat des français, le Gouvernement a décidé de maintenir le prix de l’Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique (ARENH) à son prix actuel, c’est-à-dire 42 € par mégawattheure. Cette décision conduit à reporter au 1er juillet 2015 la réévaluation du prix de l’ARENH, qui était initialement prévue au 1er janvier 2015. L’évolution sera proposée par la Commission de régulation de l’énergie et arrêtée par le Gouvernement. Sur la base des informations disponibles aujourd’hui, la CRE a estimé à environ +2€/MWh l’évolution nécessaire du prix de l’ARENH en 2015.

> Les leviers d’action contre le réchauffement climatique

Les Echos
du 05/11/2014

Pour Jean Jouzel, Vice-Président du groupe scientifique du GIEC, « si d'ici une dizaine d'années, nous ne faisons rien, ce sera très difficile, voire impossible, de limiter le réchauffement climatique à une augmentation de 2 °C d'ici à la fin du siècle. La hausse risque d'être de 3 à 4°C, voire de 6 à 7°C au siècle d'après. Les écosystèmes naturels sont les premiers à être menacés, car ils n'ont pas la capacité d'adaptation de l'humanité. » Selon le climatologue, « il faut quitter notre mode de développement, construit autour des combustibles fossiles, pour aller vers une société sobre en carbone. Il existe des solutions - l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables, le nucléaire pour les pays qui l'acceptent - qu'il faut mettre en oeuvre tout de suite. La loi sur la transition énergétique va dans le bon sens, avec des objectifs ambitieux, visant à diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre, contre 2 ou 3 au niveau mondial. Mais le problème des lois en France, c'est leur mise en oeuvre réelle et efficace. »

> Macron s’engage à aider les industriels électro-intensifs

Les Echos
du 05/11/2014

Le ministre de l’Economie a promis ce mercredi 5 novembre une nouvelle initiative en faveur des industriels fortement consommateurs d’électricité. « La compétitivité coût, c’est aussi des décisions qui ont pu être prises sur l’énergie, en particulier les électro-intensifs, et que je compléterai dans le projet de loi que j’aurai à porter dans les prochaines semaines, parce que l’énergie, en particulier dans le domaine industriel, est un élément fondamental », a annoncé Emmanuel Macron aux Assises de l’industrie, organisées par « L’Usine nouvelle ». Les industries électro-intensives, comme la sidérurgie et la chimie, dénoncent régulièrement la hausse du coût de l'énergie en France et se plaignent de la concurrence de l'Allemagne où ces secteurs bénéficient d'une électricité à des tarifs plus avantageux.

> Les Français ne savent toujours pas comment le marché fonctionne

Enerpresse
du 04/11/2014

Le baromètre annuel Énergie-Info du médiateur national de l’énergie a été publié officiellement le 3 novembre. La connaissance de l’ouverture du marché de l’énergie plafonne en 2014. En effet, 50 % des ménages interrogés du 5 au 13 septembre 2014 savent que le marché est ouvert pour l’électricité, un niveau similaire à l’année précédente même s’il y a eu une forte progression depuis 2007 (35 %). Cependant, l’opinion des ménages évolue favorablement, puisque 74 % des sondés considèrent que l’ouverture du marché à la concurrence est une bonne chose et peut avoir des bénéfices : une amélioration de la qualité de service et une baisse des tarifs. Par ailleurs, le baromètre permet de constater qu’une méconnaissance du fonctionnement du marché perdure. En effet, les démarches pour changer de fournisseurs sont mal connues puisque 65 % des sondés ne connaissent pas la marche à suivre pour changer de fournisseur d’énergie et 62 % ignorent l’existence des tarifs réglementés. Enfin, l’organisation du marché de l’énergie reste un sujet de confusion pour une majorité de Français et 30 % pensent même toujours qu’EDF et GDF Suez forment une seule entreprise !

> Laurence Tubiana optimiste sur un accord à la COP21

AFP
du 05/11/2014

« Le risque climatique n'a jamais été perçu par autant de pays » et les Etats, dont la Chine, sont « bien plus préparés qu'en 2009 » pour aboutir à un accord en 2015, a affirmé mercredi Laurence Tubiana, ambassadrice pour la France dans les négociations internationales. « Il y a un degré de préparation sans précédent, dans les pays émergents, mais aussi aux Etats-Unis, où beaucoup d'états américains ont pris le chemin de la décarbonisation de l'économie via les énergies renouvelables, des bâtiments à énergie positive, les réseaux intelligents », a-t-elle expliqué. « L'Afrique du Sud et le Brésil pensent qu'il faut un bon accord en 2015, la Chine est très décidée, l'Inde est plus interrogative », a-t-elle détaillé. « Depuis 2009, beaucoup de pays ont réfléchi sur comment engager la transformation de leur économie » pour se détourner des énergies fossiles notamment, selon la négociatrice. La communauté internationale se retrouvera du 1er au 12 décembre à Lima pour la conférence annuelle de l'ONU sur le climat, qui doit permettre de poser les jalons de l'accord 2015 à Paris.

Actualité Européenne

> Une demande énergétique mondiale toujours en hausse pour l’OPEP

Enerpresse
du 10/11/2014

L’OPEP a publié, ce jeudi 6 novembre, son étude annuelle sur les scénarios énergétiques mondiaux. Le scénario standard prévoit une croissance de 160% de l’économie mondiale d’ici à 2040, ce qui impliquerait une hausse de la consommation d’énergie d’environ 60%, dans un contexte pourtant de forte amélioration de l’efficacité énergétique. Le pétrole devrait voir sa part tomber à moins de 25% de la production d’énergie mondiale, contre 32% d’aujourd’hui, alors que la production de gaz augmenterait, passant de 21,5 % en 2010 à 27 %. Le charbon serait toujours promis à un bel avenir, et deviendrait la première source d’énergie en 2040 avec une part de 27,1 % dans la production d’énergie mondiale. Des nouvelles peu rassurantes pour le Climat…

> La BEI accorde un prêt de 1,92 md € à National Grid

Enerpresse
du 10/11/2014

La Banque européenne d’investissement (BEI) a annoncé, ce 7 novembre, avoir accordé un prêt de 1,92 milliard d’euros au gestionnaire de réseau de transport britannique National Grid. Ce prêt, le plus important jamais accordé par la banque sur le long terme, servira à renforcer les infrastructures entre la péninsule de Wirral, au nord-est de l’Angleterre, en l’Écosse et à Londres. Cet accord reflète à la fois l’ampleur des besoins d’investissements dans l’énergie (notamment dans les infrastructures), auxquels l’Europe se trouve confrontée (plus de 127 milliards d’euros pour le seul Royaume-Uni pour les dix prochaines années), et le rôle déterminant que la BEI peut jouer à cet égard. En effet comme le rappelle Jonathan Taylor, vice-président de la BEI « les investissements dans les réseaux de transport électrique sont essentiels pour anticiper la demande future, connecter de nouvelles sources d’énergies renouvelables et mettre à niveau les anciennes infrastructures ».

> Publication du Livre Vert allemand sur la réforme du marché électrique

Enerpresse
du 05/11/2014

Le Livre Vert sur la réforme du marché électrique a été publié ce vendredi 31 octobre, par le ministère fédéral allemand de l’Économie et de l’Énergie (BMWi). Dans l’optique d’assurer la sécurité du système électrique sur le long terme et de permettre l’utilisation optimale des capacités disponibles, le texte met en avant des mesures pour améliorer l’efficacité et la flexibilité du marché energy only, via la mise en place d’un système « 2.0 ». Mesure phare de ce nouveau modèle : la suppression du plafonnement des prix sur les marchés de gros. Le BMWi reconnaît aussi le besoin d’étendre la réserve de capacité dans le moyen terme, mai garde ses réserves sur l’établissement d’un marché de capacité en Allemagne. Une consultation publique sur le document est ouverte jusqu’en mars 2015.

> La nouvelle Commission Européenne prend ses fonctions

Enerpresse
du 04/11/2014

La nouvelle Commission Européenne, présidée par Jean-Claude Juncker, a pris officiellement ses fonctions ce 1er novembre. « Le moment est venu de nous retrousser les manches et de nous atteler au travail, les défis de l’Europe ne peuvent pas attendre », a déclaré Jean-Claude Juncker dans un communiqué. Une intervention dans la ligne de son discours lors du vote du Parlement Européen, le 22 octobre dernier, lors de laquelle il avait qualifié la Commission européenne de « celle de la dernière chance ». La croissance et la lutte contre le chômage sont les deux premiers défis sur lesquels le nouvel exécutif européen est attendu, avec la présentation lors du Conseil Européen des 18 et 19 décembre, des grandes lignes du plan d’investissements de 300 milliards d’euros promis par Jean-Claude Junker. Quatre priorités devraient guider ce plan : les infrastructures énergétiques, les transports, les réseaux numériques ainsi qu’un volet « social » encore à préciser.

> Le 5ème rapport du GIEC rappelle l’urgence de la lutte contre le changement climatique

Enerpresse
du 04/11/2014

Le groupement d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (GIEC) a présenté ce 2 novembre les conclusions de son 5ème rapport d’évaluation sur le réchauffement climatique. Le rapport, qui révèle une situation toujours plus alarmiste, alerte contre les conséquences « graves, étendues et irréversibles » que la hausse des températures aura sur le monde entier, si on ne pouvait limitera la hausse à +2C. Les signes du réchauffement climatique seraient déjà visibles, avec une hausse de 0,85 °C de la température moyenne de la Terre entre 1880 et 2012. Entre 1750 et 2011, les émissions cumulées de CO2 dans l’atmosphère ont atteint 2 040 Gt, dont la moitié au cours des 40 dernières années (avec un record de 49 Gt en 2010). Le GIEC fixe à 2 900 Gt de CO2 le cap à ne pas franchir pour ne pas dépasser la limite de 2°C, ce qui implique une réduction de 40% à 70% des émissions d’ici 2050 et une suppression totale en 2100…

> Réseaux électriques européens, lancement d’un nouveau projet de recherche

Contexte
du 03/11/2014

40 grands acteurs européens du monde de la recherche, de l'industrie et des réseaux électriques ont annoncé ce 30 octobre, le lancement d’une nouvelle initiative consacrée au développement de la capacité et de l’adaptabilité des réseaux de transport d’électricité, en Europe. Le projet, nommé Best Paths et doté d’un budget de 63 millions d’euros dont 56% de fonds européens, sera déterminant pour évaluer l’évolutions des réseaux de transport, pour permettre l'intégration à grande échelle des énergies renouvelables, dans le bouquet énergétique européen. Le projet évaluera les solutions les plus efficaces pour l’intégration de grands parcs d’énergie renouvelable sur les réseaux, et l’efficacité de projets industriels innovants pour la construction de lignes électriques, et notamment de réseaux à courant continu.

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.