• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 13/10

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> Les objectifs de la transition énergétique adoptés à l'Assemblée

Reuters
du 10/10/2014

Les députés français ont adopté vendredi l'un des articles les plus importants du projet de loi sur la transition énergétique, qui vise à réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% en 2025. L'article premier de ce texte prévoit également de diminuer de moitié la consommation énergétique en 2050 par rapport à l'année 2012. Un amendement a été entériné qui introduit un objectif intermédiaire de réduction de 20% en 2030. L'examen de ce texte devrait s'achever vendredi, les députés devant se prononcer sur l'ensemble du texte mardi prochain. Le Sénat devrait l'examiner à son tour en décembre ou en janvier, l'objectif du gouvernement étant de faire adopter définitivement ce projet de loi au printemps avant la tenue à Paris fin 2015 du sommet mondial sur le climat. Environ 2.500 amendements ont été déposés sur la soixantaine d'articles que compte le projet de loi.

> La facture d'électricité est une énigme pour près de 9 Français sur 10

AFP
du 09/10/2014

La facture d'électricité reste une énigme pour près de neuf Français sur dix, et un sur quatre éprouve des difficultés à s'en acquitter, selon un sondage Ifop-Qinergy publié jeudi. Quelque 61% des personnes interrogées déclarent ne pas tout comprendre à leur facture, et 21% en trouvent la lecture difficile, selon ce sondage réalisé en septembre sur internet, auprès de 1.007 personnes. Elles sont 7% à se contenter de consulter le montant à payer uniquement. L'enquête soulève toutefois un paradoxe : seuls 28% des sondés estiment que leur niveau de compréhension est passable ou mauvais.

> Le prix Nobel de physique attribué aux inventeurs de la LED bleue

Le Monde
du 07/10/2014

Le prix Nobel de physique a été attribué, mardi 7 octobre, aux Japonais Isamu Akasaki et Hiroshi Amano, et à l'Américain Shuji Nakamura, inventeurs de la diode électroluminescente (LED) bleue. Alors que les diodes rouges et vertes existent depuis un demi-siècle, la découverte d’une composante bleue en 1992 a permis la mise au point de sources de lumière blanche beaucoup moins consommatrices d’énergie que les éclairages traditionnels et de développer des disques optiques de plus grande capacité. Dans la mesure où un quart de la consommation électrique mondiale est absorbée par l’éclairage, l’invention de la diode bleue revêt une importance considérable en termes d’économies d’énergies, rappelle le comité Nobel.

> Réduction de la consommation en 2020 : l’Union Française de l’Electricité monte au créneau

Enerpresse
du 09/10/2014

Les députés ont adopté dans la nuit de mardi à mercredi un nouvel objectif de baisse de 20 % de la consommation d’énergie en 2030, dans le cadre de l’examen du projet de loi de transition énergétique pour la croissance verte. L’UFE a promptement réagi en mettant en cause « la pertinence » de cet objectif intermédiaire. Premièrement, cela « nuit à la lisibilité du message en matière de Stratégie Bas Carbone en multipliant les objectifs et en affaiblissant celui, central, de la lutte contre les émissions de CO2 ». Deuxièmement, cette proposition risque de contrecarrer une reprise économique vivement espérée. Troisièmement, l’organisation patronale souligne que la détermination de ce nouvel objectif n’a pas fait l’objet d’aucune concertation préalable avec l’ensemble des acteurs. Elle dénonce ainsi « la préemption (du gouvernement) sur le rythme de la transition énergétique et celui des besoins des consommations à moyen terme dont l’analyse devrait ne relever que de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévue dans le projet de loi ». Enfin, l’objectif proposé « ignore, à nouveau, les négociations en cours au niveau européen dans le cadre du Paquet Energie-Climat 2030, et engage la France dans un objectif contraignant national alors même que l’UE, elle, n’a pas encore tranché tant sur le niveau de l’objectif que sur son caractère indicatif ou contraignant ».

> La chaire économie du climat propose une double tarification du carbone dans l'accord de Paris en 2015

AEF Développement durable
du 07/10/2014

La chaire économie du climat propose, dans une note d'analyse rendue publique mardi 7 octobre 2014, l'introduction du principe d'une double tarification du carbone dans l'accord mondial sur le climat qui sera conclu à Paris en décembre 2015, dans le cadre des négociations internationales des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Les chercheurs, derrière l'économiste Christian de Perthuis, formulent l'idée d'une tarification au niveau des gouvernements, calculée sur la moyenne mondiale des émissions de gaz à effet de serre par habitant, à un taux allant de 7 à 9 dollars par tonne, afin de crédibiliser la promesse de transferts financiers de 100 milliards de dollars vers les pays en développement ; ils proposent aussi de relier les marchés carbone existants aux États-Unis, en Chine et dans l'Union européenne pour créer un "marché transcontinental du carbone".

> Le budget du ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie diminue en 2015

Enerpresse
du 07/10/2014

Alors que l’examen du projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte se poursuit à l’Assemblée nationale, Michel Sapin, le ministre des Finances et Christian Eckert, le secrétaire d’État au Budget, ont présenté le 1er octobre le projet de loi de finances 2015. Ils annoncent ainsi la réduction du budget du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, qui passe de 7,1 milliards d’euros en 2014 à 6,7 mds€ en 2015, soit une baisse de 5,6 %.

Actualité Européenne

> Le Conseil Informel des Ministres de l’Energie

Europolitics
du 07/10/2014

Le Conseil Informel Energie, qui s’est tenu à Milan ce 6 octobre, a permis aux Ministres de l'Energie et de l'Environnement des 28 Etats membres de se rapprocher du consensus, sans pour autant parvenir à un accord. A trois semaines du Conseil Européen du 23 et 24 octobre, un clivage important demeure entre les pays de l’Europe Occidentale, favorables à des engagements climatiques ambitieux, et les pays Orientaux, qui s'inquiètent de l'impact potentiel de ces objectifs sur leur économie. Un compromis pourrait être dégagé autour des règles sur le partage de l’effort de réduction des émissions, et via des systèmes de compensation pour les pays les plus pauvres.

> Le Parlement européen accepte M. Cañete mais rejette Mme Bratušek

Enerpresse
du 10/10/2014

Les Commissions de l’industrie (ITRE) et de l’environnement (ENVI) du Parlement Européen ont approuvé ce 08 octobre la candidature de Miguel Arias Cañete, au poste de Commissaire Européen au climat et à l’énergie, en dépit des doutes exprimés autour de ses anciennes parts dans une industrie pétrolière, et du bilan mitigé de son mandat en tant que ministre de l’environnement espagnol. Ce vote issu, d’un compromis politique PPE-S&D qui devait également permettre de maintenir P. Moscovici au poste de Commissaire aux Affaires économiques, n’a cependant pas joué en faveur de la Slovène Alenka Bratušek, qui s’est vu refuser le poste de Vice-Président à l’Union de l’énergie après une audition désastreuse. La Slovénie devra désormais proposer un nouveau candidat.

> Le Comité des Régions veut un paquet Énergie-Climat 2030 ambitieux

Enerpresse
du 10/10/2014

Dans un rapport adopté ce 8 octobre dédié au cadre d’action européen en matière de climat et d’énergie pour 2030, le Comité des Régions (CdR) critique les objectifs énergétiques et climatiques trop faibles proposés par la Commission européenne. Le CdR demande à l’UE d’être beaucoup plus ambitieuse, et propose d’adopter un objectif de 50% de réduction des émissions de gaz à effet de serre (par rapport à 1990), une part de 40 % d’ENR déclinée en objectifs nationaux et une baisse de 40 % de la consommation d’énergie primaire par rapport à 2005. « Un niveau d’ambition nécessaire - juge le CdR- pour que l’UE atteigne son objectif de réduction des émissions de 80 à 95 % en 2050 ».

> Pour l’AIE, l’efficacité énergétique est le carburant caché de la transition énergétique

Les Echos
du 08/10/2014

L’ « Energy Efficiency Market Report 2014», publié ce 8 octobre par l’Agence Internationale de l‘Energie, évalue à environ 310 milliards de dollars par an la valeur du marché de l’efficacité énergétique. Parmi les 18 pays pris en compte, l’investissement dans des mesures d’efficacité énergétique a permis de réduire la consommation finale d’énergie de 5 % entre 2001 et 2011, l’équivalent de 1 732 millions de tonnes équivalent pétrole. Pour autant, l’AIE relève que l'efficacité énergétique ne progresse pas assez vite pour relever le défi du réchauffement climatique. En effet, si l'intensité énergétique globale a été réduite de 1,6% par an depuis les derniers dix ans, ce taux devrait passer à 2,9%, pour garantir le respect de l’objectif de 2C°.

> Les subventions Etatiques octroyées à la centrale Hinkley Point validées par la Commission Européenne

Le Monde
du 08/10/2014

Le 8 octobre, la Commission Européenne a donné son feu vert au montage financier (tarifs de rachat) à la base du projet de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point, un contrat scellé entre EDF et le gouvernement britannique. Le Collège des Commissaires a cependant réclamé certaines contreparties, parmi lesquelles un rehaussement des garanties apportées par EDF (ce qui réduit le niveau de la subvention à 1,3 md €), et un meilleur partage des bénéfices entre Etat et opérateur. Ce mécanisme sera en place pour 60 ans, soit la durée totale du projet.

> Le Royaume-Uni avance vers la finalisation de son marché de capacité

Enerpresse
du 07/10/2014

Le 3 octobre, National Grid, le gestionnaire de réseau de transport britannique, a annoncé que 62,5 GW de capacités électriques avaient été sélectionnées pour participer en décembre, aux futures enchères de capacité au cœur du mécanisme. Le Royaume-Uni vise à sécuriser une puissance de 53,3 GW pour la période 2018/2019, et organisera une seconde enchère si celle de décembre ne permet pas de couvrir les besoins. Edward Davey, Secrétaire à l’Énergie et au Changement climatique du Royaume Uni, s’est déclaré optimiste quant à la capacité du mécanisme à fournir les capacités dont le pays a besoin, pour garantir la sécurité de son approvisionnement électrique.

> E.ON demande un dédommagement suite au moratoire sur le nucléaire de 2011

Enerpresse
du 07/10/2014

Selon une dépêche de l’agence Reuters du 5 octobre, l’énergéticien allemand E.On aurait déposé auprès du tribunal d’Hanovre une demande de dédommagement de 380 millions d’euros contre le gouvernement Allemand, suite au moratoire sur la production nucléaire imposé pour trois mois en 2011. E.ON met en avant le manque à gagner et les coûts générés par cet arrêt forcé. En janvier, une cour fédérale avait déjà jugé illégale la fermeture forcée de la centrale de Biblis, exploitée par RWE.

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.