• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 20/05/2013 au 24/05/2013

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> DNTE : présentation des rapports officiels des GT

La Croix ; La Gazette.fr ; Actu-Environnement…
du 23/05/2013

La séance du Conseil National du DNTE cette semaine était le grand jour de remise des rapports officiels des différents groupes de travail qui ont planché durant plusieurs mois sur le mix énergétique, la gouvernance, le financement et l’efficacité énergétique. Ainsi, le GT2, consacré au mix énergétique, a donné lieu à des divergences de vues assez fortes concernant la part du nucléaire dans le futur mix de production et la baisse des consommations d’énergie à horizon 2050 en vue d’atteindre le fameux Facteur 4. Faute de consensus final sur un seul, Maryse Arditi, représentante de FNE et Robert Durdilly, président de l’UFE, tous deux co-rapporteurs, ont présenté quatre scénarios dont deux assez contrastés : le premier est globalement basé sur une baisse de 50% des consommations d’ici 2050 et une sortie à terme du nucléaire ; le second est plutôt axé sur une réduction de 20% des consommations compte tenu de la croissance démographique notamment, et d’une décarbonation accrue via des transferts d’usages d’énergies fossiles vers de l’électricité décarbonée.


> L’UFE soutient l’hydroélectricité dans le mix énergétique de demain

Energies Actu
du 22/05/2013

Dans le cadre du DNTE en cours, curieusement, la première et la plus ancienne des énergies vertes, reste la moins valorisée dans les perspectives de recomposition du mix énergétique de demain. C’est pourquoi l’UFE a organisé le 22 mai dernier un débat autour des atouts de cette filière en présence de François Brottes, Marie-Noëlle Battistel et des représentants des signataires de la Convention pour une hydroélectricité durable. Antoine Pellion, de la DGEC, a ainsi expliqué que la France recelait encore un potentiel de développement très intéressant de 10,2 TWh (http://blog-transitionenergetique.fr/?p=199).


> PV : les barrières douanières sauveront-elles la filière ?

Le Figaro
du 21/05/2013

La mise en place de droits de douane par l’Union européenne en vue de protéger la filière solaire des importations massives et ultra concurrentielles de panneaux chinois a certes été perçue comme nécessaire et positive par les industriels. Pour autant, l’inquiétude reste grande pour eux car ils redoutent le renchérissement du coût des installations made in Europe, et surtout, déplorent une mesure trop tardive qui n’a pas permis d’enrayer les faillites retentissantes des 18 derniers mois. .


> DNTE : encore du chemin à faire

Le Monde
du 17/05/2013

Qu’il s’agisse des ONG, des entreprises, des organisations syndicales, des énergéticiens, des citoyens…pour ne citer que quelques-unes des parties prenantes, nul ne semble être, à ce stade du débat, satisfait de sa tournure. Même s’il reste encore plusieurs semaines avant sa clôture, certains prédisent déjà un échec par manque de consensus. Même si tout le monde reconnaît que le défi de ce débat sur la transition énergétique est de taille dans un contexte économique désormais en récession où l’environnement ne semble plus être prioritaire face à la pandémie du chômage et des fermetures d’entreprises. Pour autant, personne ne veut assumer un échec potentiel de ce DNTE. Reste donc a trouver une issue honorable à ce chantier important, conjuguant à la fois efficacité énergétique, lutte contre le changement climatique, et compétitivité économique. Selon Laurence Tubiana, les villes et les communes sembleraient « montrer le chemin ». Certains évoquent même la possibilité que la future loi de programmation énergétique, afin d’éviter un fiasco annoncé, confie plus de pouvoirs en matière de production et de distribution au local ? Pas évident là encore compte tenu des réticences et inquiétudes des Comités Citoyens qui rechignent à tout changement impliquant modification drastique des modes de vie et augmentation des factures d’énergie.


> Transition énergétique « made in Germany » : les 3 revers de la médaille

Le Monde
du 17/05/2013

Après l’euphorie d’une politique très volontariste en matière d’essor des renouvelables, et qui se veut exemplaire en termes de transition énergétique, l’Allemagne doit désormais faire face à des revers sérieux. Tout d’abord, une hausse des prix vertigineuse de l’électricité pour les consommateurs particuliers, qui, bien que plutôt favorables à la lutte contre le changement climatique, commencent sérieusement à tiquer, et ce d’autant plus que les consommateurs industriels sont, eux, plutôt épargnés par ces hausses. Ensuite, une augmentation significative des émissions de carbone, les vieilles centrales à charbon, peu chères et aux coûts amortis depuis longtemps, reprenant activement du service pour compenser l’intermittence des renouvelables. Enfin, un manque drastique de réseaux de transport et de distribution d’électricité pour absorber ces nouvelles productions intensives issues des renouvelables, en particulier offshore. Là encore, le coût de déploiement de ces lignes représente une enveloppe colossale de plus de 20 Mds d’€…


> France Territoire Solaire veut multiplier la filière par 4 d’ici 2020

Le Figaro
du 17/05/2013

Lors des journées européennes du solaire à Lyon, le think tank France Territoire Solaire a proposé à la Ministre Delphine Batho que la puissance installée, actuellement de 3,5 GW, en énergie solaire, soit poussée officiellement par le gouvernement à 20 GW d’ici 2020. Selon lui, les progrès rapides en termes de compétitivité le permettrait et placerait la France dans la trajectoire des objectifs européens qui prévoient d’ici 2030 10% de la consommation électrique issue du solaire. France Territoire Solaire milite par ailleurs pour que les nouvelles installations soient géographiquement limitées à l’échelon local pour alimenter les consommations d’une ville ou d’un canton.


> CEE : un dispositif transitoire au 1er janvier 2014

AFP
du 16/05/2013

Delphine Batho a annoncé qu’un dispositif transitoire, à compter du 1er janvier prochain, sera mis en place en matière de certificats d’économie d’énergie (CEE) avant le lancement de leur 3ème période, dont l’objectif est fixé à 200 TWh, soit + 75% par rapport à la précédente période. Le dispositif, vivement critiqué pour son coût de gestion et sa complexité de mise en œuvre, par les énergéticiens « obligés » de s’y soumettre, a fait l’objet d’un rapport de la Cour des Comptes qui préconise des réformes structurelles.


> Bornes de recharge pour voitures électriques : l’Allemagne marque des points face à la France

Les Echos
du 13/05/2013

Dans la lutte, très peu médiatisée et fort peu connue, des normes en matière d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques, l’Allemagne vient de marquer un point non négligeable face à la France pourtant dotée d’entreprises très performantes dans ce domaine. Combat engagé auprès de la Commission européenne déjà depuis plus de deux ans, il vise à faire entériner par Bruxelles un type de recharge standardisé qui permettra ensuite à celui qui est homologué au niveau européen de disposer d’une longueur d’avance par rapport à ses concurrents. Ainsi, dans cette lutte des normes et standards industriels, la Commission européenne devrait, d’ici peu de temps, officialiser les bornes allemandes comme le standard européen pour la recharge des véhicules électriques. Une épine de plus dans le pied de l’industrie tricolore.


Actualité Européenne

> 1,1 milliards d’euros par jour pour les dépenses pétrolières et gazières de l’UE

Politique Energétique
du 24/05/2013

Selon des chiffres communiqués par l’Association européenne des professionnels de l’éolien (EWEA), à l’attention du Conseil européen qui s’est tenu ce 22 mai, la facture pétrolière et gazière de l’Union européenne en 2012 s’élèverait à près de 1,1 milliards d’euros par jours, soit 3,2% du PIB Communautaire. Pour le directeur exécutif de l’EWEA, Thomas Becker, ce chiffre révèle le danger que représente la dépendance de l’UE aux hydrocarbures pour sa compétitivité économique, et la nécessité d’investir d’avantage non seulement dans le développement des énergies domestiques, mais aussi renouvelables, pour satisfaire les impératifs climatiques. (Source : UFE, Enerpresse 21/05/13)

> Le Parlement européen en faveur d’un objectif ENR contraignant pour 2030

Politique Energétique
du 24/05/2013

Le parlement européen a adopté ce 21 mai en séance plénière, le rapport d'Herbert Reul (PPE, allemand), qui appelle notamment la Commission européenne à considérer l’opportunité d'un mécanisme communautaire intégré, pour soutenir le développement des renouvelables, et réduire le surcoût provoqué par la grande diversité des mécanismes de soutien aux ENR (170), sur les échanges transfrontaliers. Les députés se sont également prononcés en faveur de la mise en place d’un objectif contraignant ambitieux pour le développement des énergies renouvelables après 2020, et ont rappelé la nécessité d'un cadre politique stable et sécurisé, pour garantir les investissements à long terme. (Source : Agence Europe 23/05/2013)

> L’AIE fait le bilan de la politique énergétique Allemande

Politique Energétique
du 24/05/2013

Lors du rendu cette semaine de sa « Review of Energy Policies », l’Agence internationale de l’Energie a salué les progrès effectués par l’Allemagne en termes de « stratégie politique de le long terme », notamment le maintien du cap sur les objectifs de réduction des émissions de GES, de suppression des aides aux énergies fossiles, ou d’efforts en matière d’efficacité énergétique. Petit bémol cependant concernant le secteur électrique, la directrice générale de l’AIE Maria van Der Hoeven a mis en garde Berlin contre la hausse très importante des prix de l’électricité, et appelé à prendre de fortes mesures pour s'assurer que les coûts de sa transition énergétique soient minimisés, et répartis de manière juste et équitable entre les différentes catégories de consommateurs. L’AIE a également insisté sur la nécessité de développer la production de gaz, et les réseaux de distribution et de transport d’électricité. Pour faire face à la forte montée en puissance des ENR raccordées. (Source : Enerpresse 24/05/13)

> 8 Grandes entreprises se mobilisent à Bruxelles pour une nouvelle politique énergétique

Conseil Européen
du 24/05/2013

Les 8 grands groupes européens ENEL, ENI, E.ON, GASNATURAL FENOSA, GASTERRA, GDF SUEZ, IBERDROLA et RWE, ont communiqué en vue du Conseil Européen du 22 mai, une position commune, qui réclame une reconsolidation de la politique énergétique européenne, pour un contexte plus favorable aux investisseurs, afin que puissent être atteints les objectifs de sécurité d’approvisionnement, de compétitivité, et de développement durable. Cette politique énergétique s’articulerait notamment autour d’un dispositif européen en faveur des investisseurs, harmonisé entre les Etats membres, et de la mise en place si nécessaire de mécanismes de rémunération de la capacité. Les 8 ont par ailleurs appelé à la fixation dès à présent, d’objectifs d’émissions de gaz à effet de serre au-delà de 2020, afin d’assurer la rentabilité des investissements en technologies bas carbone. Le phasing out des dispositifs de soutien pour les EnR mâtures, et le financement de l’innovation et de la R&D pour les technologies du futur, telles que le stockage énergétique, le stockage du carbone, ou encore les compteurs intelligents, seraient également un point phare de cette politique. (Source : UFE)

> Un Conseil Européen à la hauteur de ses promesses ?

Conseil Européen
du 24/05/2013

Le conseil européen qui s’est tenu ce 22 mai à Bruxelles, et devait mettre à l’honneur la politique énergétique de l’UE, s’est soldée par un constat mitigé, pour les industriels du secteur. Initiateur du communiqué transmis par 8 grandes entreprises européennes, Gérard Mestrallet, PDG du groupe GDF Suez, a en effet déploré le fait que l’Union Européenne n’ai pas fournir aux industriels le « message clair » qu’ils attendaient. Si les conclusions adoptées par le Conseil européen ce 22 mai réaffirment en effet les engagements pris auparavant, notamment en termes de développement des infrastructures, et se penchent dans une relative mesure sur le problème posé par les prix de l’énergie et la précarité énergétique, aucun engagement clair n’a été pris sur les grands enjeux de la politique énergétique actuelle (énergies non conventionnelles, politique climatique, cohérence des instruments, sécurité d’approvisionnement). (Source : UFE, Enerpresse 23/05/13)

> EURELECTRIC s’engage contre la « décennie perdue »

Politique Energétique
du 14/05/2013

Dans une nouvelle étude présentée ce 13 mai, la fédération du secteur électrique Européen (Eurelectric), met en garde contre l’inaction en matière de politique énergétique, pour sécuriser les investissements aujourd’hui nécessaires pour assurer la transition énergétique engagée au niveau européen. Eurelectric s’inquiète en effet d’une « décennie perdue » entre 2020 et 2030, minée par l’incertitude règlementaire. C’est pourquoi Eurelectric réclame de la clarté, et de la cohérence dans les politiques énergétiques européennes, ce qui commence pour la Fédération Européenne, par le rétablissement de la confiance des investisseurs dans le marché carbone européen, outil central de la transition énergétique. Eurelectric souligne également la nécessité de fixer des objectifs pour la période 2030-2050 dès maintenant, en vue d’une transition plus en douceur qui facilite l’apprentissage technologique, la formation solide de nouvelles filières et la confiance des investisseurs. (Enerpresse 14/05/2013)

> La sécurité d’approvisionnement, la priorité énergétique de la présidence Lituanienne

Politique Energétique
du 13/05/2013

Recevant ce 10 mai le Commissaire européen à l'Énergie Günther Oettinger, pour la préparation des travaux de la future présidence et du Conseil européen du 22 mai consacré à la politique énergétique commune, le gouvernement Lituanien a annoncé que la principale priorité de Vilnius en matière d'énergie serait de « renforcer la sécurité de l'approvisionnement ». Selon le ministre Lituanien de l’énergie, M. Neverovic, Vilnius compte atteindre cet objectif à travers le « développement des infrastructures énergétiques, l'intégration des systèmes énergétiques, l'achèvement du marché commun de l'énergie et le renforcement de la dimension extérieure de la politique énergétique de l'UE ». La question du Gaz de schiste sera également à l’honneur, comme un moyen de pression potentiel pour aider les Européens à obtenir de meilleurs prix du gazier russe : une position également relayée par le Comissaire Oettinger, pour qui le gaz de schiste « est un bon instrument dans les négociations à long terme » de l'UE, avec Gazprom et la Russie. (Agence Europe 13/05/2015)

> Barroso rappelle à l’ordre les Etats membres sur l’achèvement du marché intérieur de l’énergie

Politique Energétique
du 08/05/2013

Dans une lettre adressée ce 8 mai aux chefs d'État et de gouvernement des Vingt-sept, le président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso, a appelé les Etats membres à travailler ensemble pour « renforcer la compétitivité de nos entreprises, stimuler la croissance durable, répondre aux changements dans le paysage énergétique mondial et maintenir sous contrôle la hausse des prix de l'énergie ». Pour le chef de l’exécutif Européen, les prix élevés de l’énergie sont une conséquence de la fragmentation du marché intérieur de l’énergie, ce qui engendre une situation sous-optimale pour les consommateurs, comme pour les entreprises. M. Barroso a donc souligné l'urgence d'achever la transposition et la mise en œuvre du 3ème paquet de libéralisation du marché intérieur de l'énergie, et annoncé l’élaboration d’ «orientations stratégiques » à cet effet, lors du Conseil Européen du 22 mai prochain. (Agence Europe 08/05/2013)

> L’ONU met en garde contre la concentration mondiale de CO2

ACTION POUR LE CLIMAT
du 13/05/2013

La responsable climat de l’ONU Christiana Figueres a révélé ce 13 mai dans un communiqué, que la planète avait atteint une concentration de CO2 qui n’avait pas été mesurée depuis l’ère du Pliocène, entre 3 et 5 millions d’années avant notre ère. Pour Mme Figueres, si ce chiffre n’est que ponctuel et ne traduit pas la moyenne annuelle, il traduit cependant la marque d’une « trajectoire inquiétante » qui doit interroger les Etats sur « ce que cela signifie pour la sécurité des hommes, leur bien-être et le développement économique ». Elle a donc appelé la communauté internationale à apporter une réponse politique lors de la prochaine conférence climat de l’ONU prévue en France en 2015, qui rassemblera plus de 190 pays. (Enerpresse : 13/05/13)

> -2% de réduction des émissions de GES pour les secteurs soumis au système d’échange de quotas d’émissions européen (ETS)

ACTION POUR LE CLIMAT
du 16/05/2013

Selon des données publiées par la Commission Européenne ce 16 mai, les émissions des centrales électriques et installations industrielles participant au système d'échange de quotas d'émission de l'UE ont enregistré une baisse de 2%, en 2012. Cette bonne nouvelle s’accompagne cependant d’un constat préoccupant : l’aggravation du déséquilibre en l’offre et la demande de quotas sur le marché carbone, avec un surplus de près de 2 milliards de quotas, contre 905 millions fin 2011. La Commissaire à l’action pour le climat, Connie Hedegaard, a insisté sur la nécessité pour le Parlement et le Conseil d'agir rapidement, pour adopter la réforme à court terme de l'ETS, le backloading. Ce gel temporaire de près de 900 millions de quotas, devrait en effet soutenir à la hausse le prix du CO2, afin de maintenir la rémunération des investissements européens dans des technologies bas-carbone, en l’attente d’une réforme plus en profondeur du mécanisme. (Agence Europe : 16/05/2013)

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.