• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 03/04/2013 au 05/04/2013

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> Le dossier du renouvellement des concessions hydroélectriques traîne

Le Monde
du 03/04/2013

Les députés Marie-Noëlle Battistel (PS, Isère) et Eric Straumann (UMP, Haut-Rhin) qui devaient présenter, ce 3 avril, devant la commission des affaires économiques et sociales de l'Assemblée nationale, un rapport sur les scénarios alternatifs à la mise en concurrence des concessions hydroélectriques, ne feront qu'un simple point d'étape. Alors que 49 ouvrages sont aujourd’hui concernés en France, les rapporteurs doivent encore étudier certaines pistes, dont la possible prolongation des concessions actuelle sous garantie d’investissements par les opérateurs. Rappelons que la ministre de l’énergie et du développement durable D. Batho s’est exprimée à l’encontre de cette mise en concurrence, lors d’une séance de l’assemblée nationale en octobre dernier.

> Un nouveau syndicat professionnel pour les petites éoliennes

Les Echos
du 02/04/2013

A la lumière du débat national sur la transition énergétique, certains fabricants français de petites éoliennes réclament une législation plus adaptée à leurs machines, qui présentent des caractéristiques techniques spécifiques (50Kw, mâts de 30m de hauteur), et non prises en compte selon eux par la législation actuelle. Afin de porter la voix d’un secteur qui reste peu développé en France (2500 petites éoliennes installées), Jerôme Bousquet, directeur général d’Eolys, a créé avec les PME Eole System, Nheolis, OKwind et Noveo, le syndicat professionnel Sypeo. Le Sypeo estime qu’un changement de législation permettrait de créer 4.500 emplois, directs et indirects, en trois ans, sur la base d’un modèle notamment développé au Royaume Uni, avec des procédures d’octroi de permis simplifiées, et le remplacement du crédit d'impôt actuellement en vigueur par un tarif de rachat, fixé pour un résultat optimal à 21 centimes le KWh.

> Le secteur éolien français salue le nouveau modèle de contrat d’achat

Enerpresse
du 03/04/2013

Le secteur Eolien français a salué l’initiative de la ministre de l’énergie et du développement durable, Delphine Batho, de développer un nouveau modèle de contrat d’achat de l’électricité produite par des installations éoliennes, afin de relancer les projets. Ce nouveau système entré en vigueur dès le 20 mars, permet la signature de contrats d’achats dès la signature de la convention de raccordement au réseau des futures éoliennes, sécurisant ainsi les investissements à venir. A l’origine de cette démarche, France Energie Eolienne a cependant rappelé la nécessité de sécuriser les tarifs d’achat « essentiels pour pérenniser le développement de l’éolien en France ».

> Le débat sur la transition énergétique change de focale

AFP
du 04/04/2013

Alors que le débat national sur la transition énergétique s'est largement concentré jusqu'ici sur des problématiques franco-françaises, une audition organisée mercredi a permis de passer en revue d'autres stratégies nationales. Pierre Gadonneix, président du Conseil mondial de l'énergie et ex-patron des énergéticiens EDF et GDF, a rappelé à cette occasion l'ampleur des besoins en énergie dans les pays émergents, où l'accès à l'électricité est la priorité. De même, il a exposé l'appétit insatiable de la Chine en énergie, le géant asiatique étant devenu le 1er consommateur d'énergie dans le monde. Olivier Appert, président de l'Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (Ifpen), a évoqué le bouleversement de la donne énergétique japonaise post-Fukushima, ou encore le scénario de sortie du nucléaire allemand, selon lui difficilement réplicable ailleurs. M. Gadonneix a par ailleurs estimé qu'avec la crise, les préoccupations économiques tendaient à prendre le pas sur la lutte contre le changement climatique au sein des opinions dans les pays développés.

> Delphine Batho recadre le débat sur la transition énergétique

Libération
du 02/04/2013

Dans une interview donnée ce 02 avril au journal Libération, la ministre de l’énergie et du développement durable a déploré le fait que le débat actuel sur le mix électrique occulte l’enjeu central de la transition énergétique engagée : la réduction de la dépendance des Etats aux hydrocarbures, qui capitalisent «plus de la moitié de l'énergie finale consommée en France » et « plombent notre balance commerciale ». la ministre a réaffirmé l’importance qui doit être donnée à la consommation, qui pourrait être réduite de moitié d’ici à 2050 et réduirait le déficit commercial et les émissions de gaz à effet de serre, tout en créant des emplois, grâce notamment à la rénovation thermique des logements et le déploiement des compteurs intelligents. Selon la ministre, le plan bâtiment engagé par le gouvernement pourrait générer près de 75 000 emplois, et le développement des smart grids, 30 000. Pour encourager les investissements dans les énergies propres, delphine Batho a également rappelé l’importance urgente de redresser le prix du CO2.

Actualité Européenne

> Deuxième appel à propositions pour le programme NER300

Climat
du 04/04/2013

La Commission européenne a ouvert un deuxième appel à projets dans le cadre du programme NER300, qui vise à favoriser la démonstration commerciale du captage et stockage géologique du carbone et des technologies innovatrices pour les énergies renouvelables. Lors du premier appel en 2012, plus de 1,2 milliards d’euros ont été dispensés. La commissaire Hedegaard a souligné que la Commission européenne espère voir tous les projets financés opérationnels d'ici 2018. Pourtant, à cause de l’effondrement du prix du carbone, aucun des dix projets de captage et stockage présélectionnés en 2012 n'est allé à son terme, les pays retirant l'un après l'autre leur candidature. Cela a été le cas, pour la France, du projet Ulcos d'ArcelorMittal sur le site de Florange (Moselle). Le deuxième appel à projets sera financé par les recettes provenant de la vente des 100 millions de quotas restants du fonds NER300 et les résultats sont attendus à la mi-2014. Le montant exact du financement disponible dépendra du prix du carbone au moment de la vente. (Source : Le Monde, 04/04/13)

> Le projet de câble supraconducteur Ampacity homologué

ETATS MEMBRES
du 04/04/2013

Le français Nexans et l’allemand RWE ont annoncé que le prototype du câble supraconducteur développé dans le cadre du projet AmpaCity avait obtenu son homologation et que la production allait pouvoir commencer. Ce projet vise à remplacer, à la fin 2013, un câble en cuivre de 110 kV du réseau de distribution de RWE à Essen, dans la Ruhr, par un câble supraconducteur de 10 kV pour transporter une puissance équivalente, jusqu’à40 MW. (Source : Enerpresse 04/04/13)

> Embryon de coopération franco-allemande sur les EnR

ETATS MEMBRES
du 05/04/2013

Depuis 2004, Français et Allemands affichent leur intention d’échanger plus étroitement sur les nouvelles énergies. Ils ont d’abord porté leur dévolu sur l’éolien, avant de viser l’ensemble des renouvelables en 2010.
En février dernier, la ministre de l’Ecologie Delphine Batho et son homologue allemand Peter Altmaier ont changé le nom de la structure existante pour lui donner une plus grande « visibilité politique ». Depuis la mi-mars, l’office franco-allemand pour les énergies renouvelables dispose d’un bureau à la direction générale de l’énergie et du climat et commence à se structurer. Financé à 50 % par chaque pays, le budget de l’office est aujourd’hui de 450 000 euros par an et devrait augmenter. La directrice, Mélanie Persem, explique que cette structure pourrait contribuer à trouver des positions communes sur des législations européennes en cours de discussion à Bruxelles, par exemple sur le système de soutien des énergies renouvelables. Toutefois, la vision de la transition énergétique et de la place des énergies renouvelables est aujourd’hui décalée entre Paris et Berlin. Outre-Rhin, la part de la consommation d’énergie renouvelable devrait atteindre 38,6 % en 2020, voire 47 % selon l’association fédérale des énergies renouvelables, contre 27 % en France. Loin d’être acquise, l’energiewende, qui projette 100 % de renouvelables en 2050, suscite pourtant l’adhésion de tous les partis politiques et des citoyens. En France, le débat est à peine lancé et le chef de l’Etat a largement mis de côté ce sujet. (Source : EurActiv.fr 05/04/2013)

> L’Allemagne exporte 22,8 TWh d’électricité en 2012

ETATS MEMBRES
du 04/04/2013

Selon les données publiées mardi par l’Office fédéral des statistiques, l'Allemagne a exporté en 2012 près de 66, 6 TWh d'électricité, et importé sur la même période 43, 8 TWh, principalement en provenance de France, du Danemark et de République tchèque. Ce solde positif de 22, 8 TWh aurait rapporté 1, 4 milliard d'euros à l'Allemagne, en dépit des difficultés induites par le moratoire sur le nucléaire, et l’intégration massive des énergies renouvelables. Cette annonce intervient à l’heure ou l'Allemagne est confrontée à une hausse massive des prix de l’électricité, provoquée notamment par l’intégration massive d’EnR, et le développement de son réseau électrique national. (Source : Enerpresse 04/04/13)

> Vives Réactions suite à la publication du livre vert énergie/climat

Politique Energétique
du 03/04/2013

Suite à la publication par la Commission Européenne du Livre vert sur l'Energie et le Climat à l'horizon 2030, l'association européenne de représentation du secteur électrique, Eurelectric, a rappelé l’importance, à l’issue de la consultation publique engagée dans le cadre de cette communication, de mettre en place «un paquet de mesures cohérent », basé sur un objectif de réduction de CO2 ambitieux, et l’intégration du marché intérieur de l’énergie, avec notamment une mise en concurrence des énergies bas-carbone arrivées à maturité. L'ONG Greenpeace s’est positionnée en faveur d’objectifs plus ambitieux, avec un objectif de 55% de réduction des GES d'ici 2030, 45 % d’EnR dans le mix énergétique, et un objectif contraignant pour l'efficacité énergétique. Les ONG ainsi que les producteurs d’énergie renouvelables (EWEA, EPIA), ont en effet déploré l’absence de mesures concrètes concernant l’efficacité énergétique, une déception relayée par les associations européennes représentant les secteurs de la chaleur et du refroidissement. (Source : Europolitique 03/04/13)

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.