Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 18/02/2013 au 25/02/2013

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> Delphine Batho défend le mécanisme de capacité à Bruxelles

Enerpresse
du 22/02/2013

Delphine Batho a défendu devant ses homologues européens le nouveau mécanisme de capacité qui va être instauré en France. Elle en a expliqué les modalités et l’intérêt que ce dispositif représentera pour faire face aux risques de sécurité d’approvisionnement à moyen terme et pour mieux maîtriser les consommations à la pointe.

> CEE : lancement de la 3ème période

Enerpresse ; AFP
du 21/02/2013

Delphine Batho, qui vient d’officialiser le lancement de la 3ème période pour les CEE, a d’ores et déjà annoncé un objectif encore plus ambitieux à atteindre. Après 54 TWh à atteindre en 2006-2009, puis 345 TWh en 2011-2013, le seuil des économies d’énergie à générer auprès des clients devra donc être encore plus élevé pour la 3ème phase à venir. Préalablement à son lancement toutefois, la Cour des Comptes est chargée, d’ici fin avril, d’évaluer l’efficience, l’efficacité et la gouvernance du dispositif actuel dont les acteurs « obligés » de s’y soumettre critiquent ouvertement le coût et les modalités de mise en œuvre.

> L’énergie, l’un des très rares secteurs industriels français (encore) compétitif

Aujourd'hui en France
du 21/02/2013

La France vit un calvaire industriel : chaque mois voit passer son lot d’annonces catastrophiques pour l’industrie. La dernière en date - Titan – ne fait que qu’illustrer un peu plus le sévère diagnostic posé il y a quelques mois par le Rapport gallois qui parlait de véritable décrochage de la France en matière de compétitivité. Le déclin de très nombreux secteurs industriels est dû à un positionnement de milieu de gamme qui a rongé prix et marges sans apporter de parts de marché, à un effondrement de la R&D, de la qualité et du service mais aussi au rigidités d’un dialogue social qui n’a plus rien de constructif entre les partenaires sociaux. C’est dans ce contexte que l’industrie énergétique fait notamment figure d’exception avec de véritables champions mondiaux. A méditer sérieusement à l’heure du débat sur la transition énergétique…

> Transition énergétique : 30 ONG pour 14 mesures phare

Le Journal du Dimanche
du 19/02/2013

Lors d’une conférence de presse, un collectif de 30 ONG et autres associations de défense de l’environnement ont présenté leurs 14 mesures essentielles pour la transition énergétique de la France. Au-delà de ces recommandations, les ONG ont vivement critiqué l’actuel débat national sur la transition énergétique qui souffre selon elles d’un manque de portage clair et ferme de la part du gouvernement et de visibilité auprès des citoyens.

> La CRE rend son rapport sur le marché de l’électricité et du gaz

Le Figaro
du 19/02/2013

La CRE a rendu un premier rapport sur les marchés de détail de l’électricité et du gaz. En ressort notamment une prévision de hausse des tarifs de l’électricité de l’ordre de 30% d’ici 2017. En cause, notamment, le poids de la CSPE de plus en plus lourd dans la facture des ménages. Dans ce même rapport, la CRE souligne aussi la nécessité d’améliorer le fonctionnement de l’Arenh dont le gouvernement doit d’ailleurs fixer cette année par décret les règles de fixation du prix pour la période post 2013. L’Afieg a salué ce rapport jugé très positif selon elle.



Actualité Européenne

> EMIR: entrée en vigueur prévue pour mars, retrait surprise par le Parlement d’un avis défavorable relatif à deux règlements techniques de la Commission

Union Européenne
du 22/02/2013

Durant la plénière qui s’est déroulé la semaine dernière à Strasbourg, la Commission sur les affaires économiques et monétaires (Econ) a retiré sa motion sur le rejet de deux normes techniques règlementaires développées pour la mise en œuvre du règlement sur les produits dérivés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux (EMIR). La commission craignait le coût de ces normes règlementaires pour les entreprises non financières, et avait émis certains doutes sur la cohérence de ces normes avec le règlement Emir. Un sentiment partagé par l’association européenne de représentation du secteur électrique (Eurelectric), pour qui le règlement Emir devait impérativement prendre en compte la spécificité des activités de hedging des entreprises électriques, sans pour autant remettre en cause la volonté globale de ce règlement de réduire les risques sur les marchés financiers et de renforcer leur transparence. Le Commissaire européen au marché intérieur et services, Michel Barnier a confirmé que les normes règlementaires rentreraient en vigueur 20 jours après leur publication au journal officiel, qui devrait très probablement se faire mi-mars. (Source : Eurelectric.org)

> Vote en faveur de la modification du calendrier des quotas au PE ; ETS loin d’être tiré d’affaire

Union Européenne
du 22/02/2013

Malgré l’adoption ce 19 février par la Commission ENVI, d’un amendement à la directive ETS qui autorise la Commission européenne à engager une modification du calendrier des quotas durant la phase 3, la proposition sur le backloading est encore loin d’être adoptée. En effet, La commission ENVI n’a pas encore octroyé au rapporteur, M. Groote, un mandat pour négocier avec le Conseil et la Commission européenne en trilogue, dans le cadre de la deuxième lecture de la procédure législative ordinaire, et devrait se prononcer sur ce sujet le 27 février prochain. En fonction des équilibres politiques, la commission ENVI doit encore déterminer si elle doit porter le sujet à l’attention de la plénière du Parlement européen d’avril prochain, pour avoir un mandat fort et clair avant entamer les négociations avec le Conseil, ou commencer à négocier immédiatement un texte de compromis avec le Conseil (et la Commission), de façon à avancer plus rapidement. Dans ce cas, la plénière du Parlement serait appelée à voter sur un texte déjà agréé avec le Conseil. Pour le vice-président de la Commission ENVI, le hollandais Gerben-Jan Gerbrandy (ADLE), un vote négatif en plénière impliquerait une remise en cause de l’ensemble du dispositif européen de lutte contre les émissions de CO2, mais devrait également engager une réflexion sur un autre instrument; la taxe carbone. Cette opinion n’est pas spécifique aux parlementaires européens : le 18 février dernier, près de 90 associations de défense de l’environnement ont signé une déclaration commune pour la suppression du mécanisme ETS, alors que le PDG du groupe électrique E-ON et actuel vice-président d’Eurelectric a appelé la mise en place d’une taxe carbone si aucun compromis ne venait à être dégagé sur la question de l’ETS. Côté français, sur quatre députés votant, trois se sont prononcés en faveur du backloading.

> Conseil Énergie du 22 février, le marché intérieur de l’énergie à l’honneur

Union Européenne
du 22/02/2013

Le premier Conseil « Transport, télécommunications et énergie » de la Présidence irlandaise s’est tenu à Bruxelles ce 22 février. Les ministres européens de l'Énergie ont débattu pour la première fois du projet de directive relatif aux changements indirects dans l'affectation des sols (ILUC), qui a pour but la modification des directives 2009/28/CE « renouvelables » et 1998/70/CE « qualité de l'essence ». Interrogé sur le sujet, le Commissaire Oettinger s’est montré confiant sur l’adoption d’un texte qui promeuve l’utilisation des carburants de seconde, et troisième génération. Chacun de ces deux textes encadre en effet, la promotion et l'utilisation de biocarburants dans l'UE en fixant une part de 10% de renouvelables pour la consommation d'énergie du secteur des transports à l'horizon 2020, et fixe un objectif de 6% de réduction des émissions de CO2 d'ici 2020 pour les carburants utilisés dans les transports. Le Conseil s’est également penché sur la communication sur le marché intérieur de l'énergie. Ont été évoqués de nombreux sujets, du « mécanisme pour l’interconnexion en Europe » en passant par les marchés de gros, les tarifs règlementés, la participation des consommateurs au marché de l’énergie, et les mécanismes de capacité. Les ministres européens de l’énergie ont insisté sur le retard pris par les investissements sur le marché intérieur, notamment en termes d’infrastructure, ce qui pose un réel problème de sécurité d’approvisionnement. Ils ont par ailleurs reconnu la nécessité de prendre des mesures pour assurer la capacité de « back up » en énergie des Etats membres, sans pour autant se prononcer sur la nature de ces mesures. Le Commissaire Oettinger a en effet exprimé son inquiétude quant aux conséquences que le développement de mécanismes de capacité pourrait avoir, sur la fragmentation du marché intérieur : il a donc insisté en premier lieu sur la nécessité d’évaluer le potentiel transfrontalier. La ministre française de l’énergie, Delphine Batho, a quant à elle défendu le mécanisme de capacité français, soulignant la diversité des cas nationaux, et la nécessité de trouver des solutions sur mesure. Elle a par ailleurs insisté sur le fait qu’un mécanisme de capacité bien élaboré, ne saurait constituer une entrave au marché intérieur de l’énergie européen. (Source : Agence Europe, Enerpresse, Parlement européen)

> L’Allemagne veut interdire l’exploitation du gaz de schiste dans les zones riches en eau

Etats Membres
du 22/02/2013

Le ministère Allemand de l’environnement pourrait présenter, d'ici la fin février, un projet de loi au Bundestag sur la fracturation hydraulique, technique contestée employée pour extraire du gaz de schiste. Selon le ministère, ce projet, qui est encore en cours de finalisation, pourrait interdire la fracturation hydraulique dans les régions riches en réserves d'eau potable et imposerait également des limites plus sévères dans les autres régions. Cette annonce fait écho à la demande du Bundesrat du 1er février dernier, de rendre obligatoire la conduite d'études d'impact environnemental avant tout recours à la fracturation hydraulique. (Source : Agence Europe)

> Le lobby du photovoltaïque chinois brandit la menace des suppressions d’emplois en Europe

Etats Membres
du 22/02/2013

L’Alliance pour l’énergie solaire abordable (Afase), a tiré la sonnette d’alarme concernant « les droits anti-dumping et/ou compensatoires à l’égard des produits chinois importés ». Pour le lobby des fabricants de panneaux photovoltaïques d’origine chinoise, qui tire cette conclusion à partir d’une étude de l’institut helvète Prognos, la mise en place d’une taxe douanière de 20 % se traduirait par la perte de 115 600 emplois dans l'Union européenne, dont 5 900 en France, et d’une perte de valeur ajoutée s’élevant à 4,74 milliards d'euros durant la première année. (Source : Enerpresse)

> Eurelectric réaffirme l’aspect central des ressources hydro-électriques en Europe

Eurelectric
du 22/02/2013

EURELECTRIC a publié ce 19 février un rapport qui fait le bilan des ressources hydroélectriques en Europe, et s’interroge sur leurs caractéristiques. L’association européenne souligne l’efficacité et la compétitivité de cette énergie, qui est également renouvelable, et fourni aujourd’hui près de 11% de l’électricité européenne. L’aspect flexible des ressources hydro-électriques comporte également un avantage certain pour l’équilibrage de l’offre et de la demande sur les réseaux électriques, un élément fondamental au regard de l’intégration croissante d’énergies renouvelables. Pour Eurelectric, l’énergie hydro-électrique est donc une ressource clef, qui devrait jouer plus d’un rôle dans la transition énergétique européenne engagée, et l’association regrette le désintérêt des institutions européennes à l’égard de cette technologie. Le but de ce rapport, élaboré en partenariat avec l’Association pour l’équipement hydroélectrique » et « l’association pour les petites centrales hydro-électriques » est donc de créer une prise de conscience, au sein des institutions européennes. (Source : Eurelectric.org)

> Les dernières statistiques confirment la croissance des ENR en dépit du ralentissement économique

Eurelectric
du 22/02/2013

De nouvelles données publiées sur la croissance des énergies renouvelables en Europe révèlent que près de 16.6 GW de capacités photovoltaïques ont été installées, et 12.4 GW de capacité éolienne en 2012, pour une capacité totale respective de 69 GW pour le solaire (+32% par rapport à 2011) et 109 GW pour l’éolien (+12%). Si l’association européenne de représentation du secteur photovoltaïque émet des prévisions de croissance plus mitigées pour 2013, à hauteur de 10 à 15 GW, cette croissance de la capacité installée des énergies renouvelables en Europe s’est effectuée en dépit d’une règlementation européenne instable sur les dispositifs de soutien aux ENR, et du contexte économique difficile. Par ailleurs la Commission Européenne travaille actuellement sur des orientations relatives aux dispositifs de soutien pour les énergies renouvelables, attendu pour juin/juillet 2013, et qui devrait être accompagné d’orientations sur les mécanismes de coopération pour les énergies renouvelables, et d’orientations sur les mécanismes de rémunération de la capacité. (Source : Eurelectric.org)

> Espagne : Le budget de l’État adopté avec une série de mesures sur l’électricité

Eurelectric
du 22/02/2013

Le gouvernement a adopté, en conseil des ministres, et comme prévu, l’avant-projet de loi sur le budget de l’État, avec une série de mesures sur le secteur électrique. José Manuel Soria, le ministre de l’Industrie, a indiqué que 2,2 milliards d’euros étaient inscrits pour 2013 dans le cadre du budget de l’État, afin d’éviter les hausses tarifaires. Ce transfert du budget va permettre de « couvrir une partie des coûts des primes du régime spécial » (c’est-à-dire les aides aux ENR et à la cogénération). Selon le texte de loi, cela suppose que le montant de 2,2 milliards d’euros pourra être prélevé sur les impôts sur le secteur électrique ou sur le marché carbone. Par ailleurs, le ministre chargé de l’Énergie aurait retiré, à leur demande, leurs licences de commercialisation à 16 entreprises qui ont fait le choix de quitter le marché, parmi lesquelles figurent ENEL (présente via Endesa désormais), GDF Suez, actif outre-Pyrénées via GDF Suez Energia España, mais aussi EDF. (Source : Enerpresse)

> Italie : Assoelettrica alerte sur les coûts des énergies renouvelables

Eurelectric
du 22/02/2013

A l'heure où les données du gestionnaire du réseau de transport italien, Terna, révèlent une contribution des énergies renouvelables à la production électrique nationale de l'ordre de 25,4% en 2012, l’association des producteurs électriques italiens, Assoelettrica, a alerté ce 20 février sur les coûts que devraient représenter les dispositifs de soutien aux énergies renouvelables actuellement en vigueur. Le coût total de ces dispositifs devrait en effet s’élever à près de 220 milliards d’euros entre 2009 et 2032, alors que l'apogée serait atteinte en 2016, quand le montant de ces dispositifs devrait dépasser les 12,5 milliards d'euros. Ceci comporterait notamment une augmentation moyenne de la facture électrique de 200 euros par personne. La plupart des coûts de ces dispositifs pèserait sur l'industrie et sur les PME de tous les secteurs, alors que les ménages devraient en supporter à peu près un quart. De son côté, l'association des producteurs à partir de sources renouvelables, APER, riposte en soulignant que ces estimations ne prennent pas en compte les bénéfices potentiels générés sur la même période pour l'ensemble de l'économie, estimés à environ 300 milliards d'euros.

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.