Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 23/04/2012 au 29/04/2012

Actualité Européenne      

Actualité Européenne

> La commission déplore le manque d’ambition du Conseil sur la Directive Efficacité énergétique

Efficacité énergétique
du 27/04/2012

Dans le cadre des négociations en trilogue sur la directive Efficacité énergétique, et en prévision des prochaines discussions sur les dispositions les plus sensibles du texte, les Etats membres sont parvenus cette semaine (24 avril) à un accord sur un ensemble de lignes politiques communes couvrant notamment les articles 3 (objectifs) et 6 (mécanismes d’obligation). Ce document amendé par les 27 indique, en effet, que le Conseil semble prêt à faire certaines concessions à l’égard du Parlement sur le volet « financement des opérations d’efficacité énergétique » en contrepartie d’une plus grande flexibilité sur les dispositions les plus contraignantes du texte (notamment sur les articles 3 et 6 sur les objectifs et sur les mécanismes d’obligation). La Présidence devrait ainsi proposer de reprendre la majorité de l’article 2 bis adopté en commission ITRE, qui liste un ensemble d’outils pouvant être mobilisés pour financer l’EE. Au rang des dispositions toutefois refusées par les 27 : la mobilisation de fonds européens, dont le montant sera à définir dans le prochain cadre budgétaire pluriannuel européen ; le produit des enchères ETS ; et les sommes issues du paiement de pénalités prévues par l’article 6, pour les « obligés » ne respectant pas les objectifs contraignants d’efficacité énergétiques qui leur seront imposés. Le Conseil s’oppose également à une gestion par la Commission européenne du « Fonds européen pour l’efficacité énergétique », qui donnerait à cette dernière le pouvoir de demander un accroissement des ressources qu’elle estimerait nécessaire. La position des Etats membres a reçu un accueil mitigé de la Commission qui déplore un recul général des ambitions du texte. Selon cette dernière, le nouveau texte ne remplirait qu’un tiers des objectifs fixés par le texte initial (- 151,5 Mtep en 2020).


> Projets prioritaires d’infrastructures de réseaux : les députés demandent des procédures de sélection plus transparentes et plus collégiales

Réseaux
du 27/04/2012

Dans le cadre de l’examen du projet de rapport sur les infrastructures énergétiques (24 avril), les commissions ITRE et ENVI du Parlement européen se sont accordées sur le rôle central à accorder au développement des réseaux transeuropéens pour prendre en compte la croissance de la consommation électrique et l’intégration des ENR à l’échelle de l’UE. Une grande partie des débats parlementaires a porté sur le processus de consultation et de sélection de ces projets considérés comme « prioritaires ». Les députés ont notamment insisté sur la nécessité de baser ce choix sur la base d’une analyse coût bénéfice de long terme, effectuée selon des critères « normalisés ». Les deux commissions pointent en effet la nécessité d’introduire des critères de comparaison harmonisés qui permettront dans chaque Etat membre, d’évaluer la qualité sur une base commune. Ils ont, par ailleurs, demandé que cette procédure de sélection soit réalisée de manière plus transparente, la Commission européenne se montrant réticente à intégrer l’ensemble des stakeholders, craignant un ralentissement des processus de sélection des projets. A contrario, certains parlementaires ont défendu la notion de « responsabilité sociale », en plaidant pour une intégration des acteurs économiques et des groupes régionaux. La temporalité du dispositif d’allocation des permis (initialement fixée à 3 ans) est également sujette à débat, car jugée trop longue pour nombre de députés. Enfin la mise en place de réseaux de transports pour l’acheminement du carbone a été écartée par les participants, qui jugent le sujet inapproprié au regard des enjeux principalement centrés sur la thématique de « l’unification des réseaux européens » notamment dans le secteur électrique


> L’Allemagne : Le cout de renouvellement du parc de production électrique post nucléaire estimé à 60 milliards d’euros

Politique Energétique
du 27/04/2012

La confédération BDWE (industriels et utilities de l’eau et de l’énergie en Allemagne) a publié son étude prospective sur le futur du parc électrique allemand. Ce document évalue à 60 milliards d’euros les investissements nécessaires d’ici 2020, en vue de la mise en place de 84 nouvelles centrales de puissance unitaire supérieure à 20MW, pour une capacité totale évaluée à 42 GW. Parmi ces 84 unités, 79 ont déjà reçu l’aval des instances administratives : 23 fermes éoliennes off-shore, 29 CCG, 17 centrales à charbon et 10 STEP. Ces nouvelles unités de production visent à répondre aux enjeux de l’abandon par l’Allemagne de sa production d’électricité d’origine nucléaire, via le développement massif des énergies renouvelables, mais également… le recours accru aux installations thermiques.

> L’UFE se positionne sur le futur du marché européen du carbone

Production bas carbone
du 27/04/2012


La directrice générale adjointe de l’UFE pointe du doigt le manque de visibilité des objectifs fixés par les textes européens, cause de l’immobilisme des investissements actuels dans le secteur électrique. Elle souligne la nécessité de clarifier les attentes à long terme de l’Union Européenne, une clarification qui pourrait par ailleurs être négociée à une échelle supra-européenne, étant donné la dimension internationale des enjeux relatifs au marché carbone. Concernant la proposition du parlement européen sur la rétention de quotas « set aside » pour relancer prix de la tonne de Co2, A . Zermati affiche une certaine prudence. Seule une augmentation durable des prix pourrait avoir un impact mesurable sur les investissements. Or elle rappelle l’absence d’objectifs de long terme clairement définis a l’échelle européenne, brouillés par la diversité des règlementations nationales notamment en termes de politiques énergétiques.

> Eurelectric invite les institutions européennes à poursuivre sur la voie tracée par la feuille de route 2050, en accordant une place centrale à ETS

Production bas carbone
du 27/04/2012


Dans une communication vidéo diffusée dans le cadre du Conseil Energie qui s’est tenu le 19 avril dernier, l’association européenne de l’industrie électrique a exhorté les 27 à soutenir la démarche engagée par la Commission dans sa « Feuille de Route 2050 », qui reconnaît le rôle central de l’électricité dans la décarbonation de l’économie européenne, notamment dans le secteur des transports et dans celui des systèmes de chaleur et de climatisation. Elle insiste, par ailleurs sur la place qu’occupe le marché du carbone européen dans cette démarche, invitant les décideurs publics à tout faire pour qu’ETS reste le driver principal de la politique énergétique européenne. Son Président, l’italien Fulvio Conti, y reconnaît à cet égard le besoin de « mettre en place des mesures immédiates pour rééquilibrer l’offre et la demande », afin de mieux stimuler les investissements dans les technologies « bas carbone ».


> Les industriels du renouvelable plaident pour un objectif de 45% d’énergies vertes en Europe d’ici 2030

Production bas carbone
du 27/04/2012

Le secrétaire général de l’EREC (association européenne des producteurs d’ENR) Joshe Muth a appelé les capitales à s’entendre sur un objectif contraignant concernant les renouvelables d’ici 2020. Il soutien notamment un objectif de 45% d’énergies vertes en Europe d’ici à 2030, et espère une décision en ce sens en 2014. Cette déclaration s’inscrit en marge de la réunion du Conseil énergie qui s’est tenue en début de semaine dernière, et durant laquelle les 27 ministres ont réaffirmé leur soutien au développement des infrastructures pour les énergies renouvelables en Europe.

> L’AIE Pointe du doigt le développement insuffisant des énergies renouvelables en Europe

Production bas carbone
du 27/04/2012

A l’occasion d’une réunion qui s’est tenue à Londres, le mercredi 25 avril, l’Agence internationale de l’Energie a déploré la timidité des politiques menées actuellement par les Etats européens en matière de renouvelables, et a insisté sur le potentiel que ces énergies propres représentent en termes d’emploi et de croissance. Afin de sensibiliser les décideurs nationaux elle a publié un rapport qui recoupe les principales avancées en matière d’énergies bas carbone, et insiste sur le potentiel d’innovation des PME en matière de renouvelable, comme levier de la croissance verte. A l’issue de cette réunion, la Grande Bretagne a par ailleurs annoncé l’allocation de près de 43 millions au soutien des projets énergétiques des PME nationales.

> La Commission soupçonne des entorses aux règles d’Etat via la mise en place de tarifs préférentiel de l’électricité

Marché Intérieur
du 27/04/2012

La Commission européenne a ouvert des enquêtes approfondies sur les pratiques tarifaires du opérateur public Hydroelectrico S.A. Cette société, contrôlée par l'Etat roumain, est soupçonnée d’avoir pratiqué des prix préférentiels lors de l'achat ou de la vente d'électricité à plusieurs négociants, clients industriels ou producteurs dans le but de leur conférer un avantage en réduisant leurs frais de fonctionnement ou en augmentant leurs recettes, voire en combinant les deux, en violation des règles de l'UE en matière d'aides d'État.


Actualités

Revue de Presse 2012


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.