Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 19/03/2012 au 23/03/2012

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> Poweo et Direct Energie fusionnent

Le Figaro.fr ; Enerpresse
du 21/03/2012

Les CA respectifs des deux groupes se sont accordés sur le principe d’une fusion entre Poweo et Direct Energie. A l’issue de cette opération, le nouvel ensemble représentera le premier opérateur alternatif multi-énergies en France avec plus d’un million de clients particuliers et professionnels.

> Où en sont les emplois verts ?

Acteurs Publics.com ; AFP
du 22/03/2012

Selon les dernières statistiques du CGDD, les éco-activités ont représenté 427 100 emplois en 2011, en progression de 0,7% par rapport à 2010. Concentrés avant tout dans le domaine de l’environnement et de la gestion des ressources, ces emplois témoignent du dynamisme de ces secteurs. Selon de CGDD, d’ici 2020, le nombre d’emplois dans les énergies renouvelables pourrait encore doubler. Toutefois, le contexte socio-économique général pèse sur le développement des filières ENR et donc sur les emplois : ainsi, ceux dans le PV auraient chuté de moitié. La Fédération des Entreprises d’Outre-Mer a d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme, cette semaine, en demandant au gouvernement de publier, de toute urgence, l’arrêté fixant un tarif de rachat par EDF de l’électricité produite par le solaire, ceci afin de relancer les perspectives de développement et d’emplois de la filière.

> Après les éoliennes on shore et offshore, voici les hydroliennes…

20 Minutes ; Le Nouvel Obs.com ; Le Figa
du 20/03/2012

Le ministre de l’énergie Eric Besson est convaincu qu’une nouvelle filière industrielle française réside dans les turbines hydroliennes installées au fond des mers pour en capter les courants et produire de l’électricité. Il vient d’annoncer un futur appel d’offres pour l’installation d’une centaine d’hydroliennes sur le passage du Raz Blanchard entre Basse-Normandie et l’Ile d’Aurigny. De son côté, le Groupement des industries de construction et activités navales vient de réaliser une cartographie de cette filière naissante. L’enjeu est désormais d’asseoir la compétence « France » afin de ne pas laisser les concurrents étrangers investir ce marché où chacun s’accorde à dire que près de 10 000 emplois pourraient être créés.

> Le Médiateur de l’énergie sort son Rapport

Figaro;RTL;Les Echos;20mn;AFP
du 21/03/2012

Le rapport annuel du MNE révèle que 8 millions de personnes consacrent désormais plus de 10% de leur budget au règlement de leurs factures énergétiques. Le Médiateur a enregistré une hausse de 80% de ses dossiers liés à des impayés en la matière. Un chiffre d’autant plus préoccupant, selon lui, que les prix de l’énergie s’inscrivent à la hausse pour les années à venir. Pour lutter contre la précarité énergétique, le Médiateur préconise la mise en place d’un « chèque énergie » distribuable via les CAF. Au-delà, le MNE épingle les opérateurs et en particulier EDF estimant que le manque à gagner représenté par les tarifs sociaux de l’électricité est intégralement compensé par la CSPE acquittée par tous les clients. EDF a souhaité faire une mise au point suite à ce rapport en rappelant que dans le cadre de sa mission de service public, le groupe mène une importante politique de solidarité en matière de précarité énergétique au travers d’un dispositif particulièrement développé en termes économique (FSL), humain (350 conseillers solidarité terrain) et technologique (rénovation thermique du programme « Habiter Mieux »).

> La RT 2012 favorise l’implantation du gaz dans les logements neufs

AFP
du 21/03/2012

Selon une étude du cabinet SIA Conseil et du GRT Gaz, la nouvelle réglementation thermique des bâtiments favoriserait le gaz naturel comme mode de chauffage dans les logements neufs, en particulier depuis 2010 avec la RT 2012 adoptée dans le cadre du Grenelle de l’environnement. En 2010, près de 60% des logements ont été équipés en chauffage au gaz et non en électrique.

> L’IDDRI analyse le cas Allemand

LaTribune.fr
du 21/03/2012

Selon l’Institut du développement durable et des relations internationales, la production d’électricité à partir de la houille et du lignite est restée quasi stable l’an dernier en Allemagne (57 à 58%). Pour compenser l’arrêt de 8 de ses 17 réacteurs nucléaires, l’Allemagne mise sur un développement intensif de ses ENR dans les années à venir, sur le même trend qu’aujourd’hui (+20% en 2011), la MDE (la demande a baissé de 0,3% en 2011) et le remplacement progressif de ses « vieilles » centrales thermiques par des CCG et de la cogénération. Toutefois, l’an dernier, le pays a vu ses importations augmenter de 18,5% et ses exportations reculer de 6,5%.

Actualité Européenne

> La Commission envisage de rendre obligatoire le recours au CCS

Production bas carbone
du 22/03/2012

Dans un entretien accordé à l’agence de presse Dow Jones, le commissaire à l'Énergie Günther Oettinger a évoqué la possibilité « d'une réglementation applicable aux centrales électriques au charbon et au gaz d'ici 2030 ou 2040 », qui obligerait les unités alimentées par les combustibles fossiles à recourir à la technologie de Captage et de Stockage de Carbone. Conformément au projet de feuille de route 2050, le Commissaire considère en effet que le recours à ces combustibles fossiles est « un passage obligé » pour un avenir plus sobre en carbone. Il convient toutefois que toute éventuelle proposition de la Commission dépendra de la viabilité réelle du CCS : « Aujourd'hui, il y a une demi-douzaine de projets de démonstration de capture et stockage du CO2 dans l'UE. Personne ne peut encore dire ce qu'ils vont montrer, ce qui sera réalisable. D'ici deux à trois ans, on saura si le CCS est techniquement faisable et à quel coût un investissement pourra être accepté »

> Industries vertes : la France mise sur l’Hydrolien

Production bas carbone
du 22/03/2012

Distancée dans la course au leadership commercial européen en matière d’éoliennes offshore, la France souhaite se rattraper en misant sur le développement de la technologie hydrolienne. Pour le ministre français de l’énergie, Eric Besson, l’objectif est ainsi de « faire émerger une deuxième filière industrielle française des énergies marines renouvelables, avec les hydroliennes sous-marines ». Dans cette perspective, M. Besson a présenté les grandes lignes du développement de l’énergie hydrolienne en France. Il a notamment annoncé le lancement, « avant deux ans », d’un appel d'offres commercial du type de l'éolien offshore, qui vise à prendre de vitesse ses concurrents européens et à se préparer aux futurs appels d'offres anglais.

> Transposition de la directive ENR : 3 Etats membres sous la menace de la Cour de Justice européenne

Production bas carbone
du 23/03/2012

La Commission européenne a adressé un avis motivé à la Finlande, la Grèce et la Pologne pour défaut de transposition de la directive « Renouvelables » de 2009 (deadline initiale : 5 décembre 2010). Pour mémoire, ce texte vise à aider l’UE à atteindre l’objectif de 20% d’ENR dans la consommation européenne d’énergie en 2020. Il fixe des objectifs nationaux en matière de part d’ENR dans le mix énergétique, et impose aux Etats membres d’établir des règles pour y parvenir (ex : mesures visant à faciliter l'accès au réseau pour l'électricité produite à partir de sources renouvelables et à alléger les procédures administratives et de planification). Helsinki, Athènes et Varsovie ont deux mois pour corriger le tir, au risque d’être traînés devant la Cour de justice de l’UE.

> Etiquetage énergétique : Pologne et République tchèque épinglées

Efficacité énergétique
du 23/03/2012

Mêmes causes, mêmes effets : les autorités polonaises devront également accélérer le processus de transposition de la directive de 2010 sur l’étiquetage énergétique, si elles souhaitent éviter d’avoir à s’expliquer devant la CJUE. Prague et Varsovie n’ont toujours pas notifié à la Commission l’application en droit national des principes définis par ce texte européen, qui joue un rôle essentiel dans la promotion de l'efficacité énergétique et la sensibilisation des consommateurs, et qui couvre l'ensemble des produits liés à l'énergie, leur promotion et leur utilisation dans le cadre des marchés publics. Les deux États membres, qui avaient déjà été rappelés à l'ordre par une lettre de mise en demeure en juillet 2011, ont désormais deux mois pour se conformer à leurs obligations légales.

> La Commission parie sur une mutation du modèle économique des électriciens européens

Efficacité énergétique
du 22/03/2012

« Si les fournisseurs et les distributeurs redéfinissent leurs activités et allient la production, l'approvisionnement d'énergie et l'aide au consommateur pour une utilisation efficace, ils pourront continuer à prospérer ». Cette affirmation résume bien la position de la Commission européenne quant au futur du business model auquel devront s’adapter les électriciens européens. Marie Donnely, directrice de l’unité C à la DG Energie, considère ainsi que les électriciens doivent voir la future règlementation sur l’efficacité énergétique comme une réelle opportunité commerciale : « cela demandera de l'imagination, des ventes innovantes et des efforts en matière de marketing. Il s'agira de cibler les bons consommateurs avec les bonnes propositions au bon moment. […] Ceux qui peuvent gagner la confiance de leurs consommateurs et développer de nouveaux concepts commerciaux seront couronnés de succès ».

A titre d’exemple, M. Slove, directeur du cabinet de conseil Delta Energy and Environment, évoque la possibilité pour les entreprises énergétiques de fixer des objectifs d'économie d'énergie pour les consommateurs, et de récompenser ceux qui les atteignent en leur offrant un cadeau. A l’instar du système existant en Norvège, fournisseurs et distributeurs pourraient également valoriser les habitations qui consomment le moins via la remise d’un ‘badge’ de performance et de qualité. De même, l'allemand EWE offre de nouvelles chaudières à ses clients lorsque l’actuelle ne fonctionne plus ; il tente ensuite de leur faire signer des contrats à long terme et offre l'installation de pompes thermiques qui permettent de réduire progressivement leurs factures de chauffage. Au final, plutôt que de vendre des unités d'énergie, les fournisseurs et/ou distributeurs d’électricité pourraient préférer vendre des systèmes qui consomment moins d'énergie. Au point que certains professionnels, tels que le président de la société britannique Centrica, considèrent que « le secteur des services énergétiques sera, à l'avenir, plus important que celui de l'approvisionnement énergétique ».


> Le projet de directive sur les Concessions continue de diviser au sein du Parlement

Marché Intérieur
du 22/03/2012

La commission du marché intérieur et de de la protection des consommateurs du Parlement européen (IMCO) a procédé, mercredi 21 mars, à une audition d’experts, afin de mieux comprendre les impacts potentiels du projet de directive sur les « Concessions » actuellement sur la table. Un exercice au final peu concluant, dans la mesure où les intervenants ont plus contribué à refléter les problèmes politiques que pose ce dossier qu’ils ont contribué à apporter des solutions concrètes : si une moitié des invités a considéré que le texte proposé par la Commission européenne contribue à fermer le marché intérieur européen à la concurrence, l’autre partie a insisté sur les risques que le projet fait peser sur la libre organisation des collectivités territoriales et sur la survie de certains secteurs d’activité fournissant des services d’intérêt général. C’est notamment le cas de l’eau, que l’organisation professionnelle allemande BDEW a demandé d’exclure du champ d’application de la future directive, ou de l’énergie, pour laquelle le CEEP (syndicat des entreprises de service public) et certains parlementaires ont également demandé un traitement spécifique.

Une large majorité des intervenants a toutefois reconnu que les concessions étaient des contrats de nature très différente des marchés publics, et que le texte devait impérativement prendre en compte cette réalité, en clarifiant le champ d’application et, plus largement, la définition de ces contrats (seuils, durée, flexibilité en matière de renégociation, notion de risque, notion de « valeur » du contrat etc.). Tous ont également insisté sur le haut niveau de transparence qu’il était indispensable d’introduire pour éviter tout abus. Enfin, face aux réticences exprimées par les entreprises et les députés allemands, le rapporteur s’est montré très ferme quant au bienfondé d’une telle directive. « La jurisprudence est parfois nécessaire, mais je constate qu’elle évolue tous les ans ; je préfère que ce soit le politique qui fixe la règle une fois pour toutes, et non pas les juges ; il en va de ma responsabilité d’élu » a déclaré M. Juvin, mettant apparemment fin au débat sur un éventuel rejet du texte par le Parlement.

Actualités

Revue de Presse 2012


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.