• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 12/12/2011 au 16/12/2011

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> L'Opecst rend son rapport sur le nucléaire

AEDD
du 15/12/2011

Le deuxième rapport de l'OPECST "L'avenir de la filière nucléaire en France" propose une « trajectoire raisonnée » de déploiement des technologies de production électrique, qui table sur une réduction du recours à l'énergie nucléaire d'a minima 40 % à l'horizon 2050, « pourvu que les technologies de stockage intersaisonnier soient effectivement disponibles ».
Le texte mentionne notament que cet abaissement s'obtiendrait par le remplacement en fin de vie des centrales nucléaires au rythme d'un réacteur sur deux, au bénéficie exclusif de la technologie de troisième génération » qu'est l'EPR. Pour l'Opecst, « les énergies renouvelables ne pourront prendre une place véritablement conséquente au sein du bouquet énergétique qu'au terme d'un processus de plusieurs dizaines d'années ». Compte tenu des problèmes d'acceptabilité sociale qu'elles soulèvent, de « l'immaturité des technologies de stockage » et de « la déconnexion entre les lieux de production et de consommation », « qui suppose le déploiement de lignes à haute tension supplémentaires et la généralisation des réseaux intelligents ».

> Le véhicule électrique séduit mais reste trop cher

Les Echos
du 15/12/2011

Le concept de la voiture 100% électrique plait de plus en plus aux consommateurs européens... Mais pas encore au point de les convaincre majoritairement de sortir leur portefeuille. Surtout en France. C'est le constat qui est ressorti principalement de l'enquête menée auprès de plus de 6.000 automobilistes dans 10 pays d'Europe et publiée ce jeudi par l'Observatoire Cetelem de l'Automobile

> La planète en danger

Capital
du 15/12/2011

En dépit de la crise économique et de la récession, les émissions de gaz à effet de serre ont atteint un «plus haut» historique en 2010. Et, selon l'OCDE, si une politi que ambitieuse visant à les limiter n'est pas d'urgence mise en place, elles augmenteront de 50% d'ici à 2050. Pour les scientifiques extrêmement inquiets, en l'état actuel des choses, le réchauffement du globe dépassera 2 °C dès 2050 et de 4 à 6 °C à la fin du siècle : un véritable scénario catastrophe pour nos petits-enfants!(L'OCDE affirme pourtant que toutes les options technologiques (économies d'énergie, nucléaire, stockage du carbone…) doivent être mobilisées. Investissement nécessaire : environ 1, 3% du PIB mondial par an. Et beaucoup plus si l'aveuglement perdure...)

> EON mise sur les EnR

Les Echos
du 16/12/2011

Pénalisé par la sortie du nucléaire outre Rhin, le leader allemand de l'énergie a décidé de mettre le cap sur les EnR en investissant 7 milliards d'euros dans la filière verte, sur les 5 prochaines années, en faveur de l'energie éolienne. Le groupe de Düsseldorf va ainsi ériger un parc offshore de 80 éoliennes, soit 288 mégawatts au large des côtes allemandes et vise l'installation de 10000 MW d'éolien en mer sur la décennie.

> Premier feu vert pour l'EPR en Angleterre

20 minutes
du 14/12/2011

Dans le cadre de leur stratégie éergétqiue, les autorités Britaniques ont accordé une certification provisoire au modèle EPR, ainsi qu'à l'AP1000. Pour le feu vert définitif, les industriels EDF, AREVA, mais aussi leur concurrent américain Westinghouse devront apporter toute une batterie de réponses sur les critères de sécurité renforcés, adoptés en octobre par le Royaume-Uni, après la catastrophe de Fukushima au Japon. EDF et Areva ont cependant salué une "étape clé" pour la réalisation de leurs projets de construction d'EPR au Royaume Uni.

> Hausse du prix du gaz : 4,4%

La Tribune
du 12/12/2011

Fin du "feuilleton" : la hausse du prix du gaz sera donc de 4,4% au 1er janvier prochain. L'ANODE se réserve le droit de contester à nouveau une hausse qui lui parait insuffisante.

> Durban : un tout petit pas pour la planète

Les Echos
du 16/12/2011

Au final, après d'âpres négociations, le sommet de Durban prolonge in extremis le protocole de Kyoto conclu pour réduire les émissions de GES et dont la première période s'achève dans un an. Pour autant, pas de quoi crier victoire sur le front du marché du carbone. Le prix du quota de CO2 s'est encore effondré cette semaine et l'accord sur le 2ème période d'engagement, qui pourrait aller jusqu'à 2017/2020, ne précise pas vraiment dans quelles conditions concrètes. Si les investisseurs sont toutefois soulagés de cette prolongation, ils s'inquiètent toujours du manque de visibilité.

> Concessions hydrauliques : le finlandais Fortum sur les rangs aussi

AFP
du 12/12/2011

L'électricien finlandais Fortum vient de créer Fortum France en vue de se porter candidat à l'exploitation des barrages hydroélectriques, et contribuer au développement de l'énergie tirée des vagues. Le groupe prêt à réaliser d'importants investissements pour concrétiser ses chances d'obtenir une part du renouvellement des concessions hydrauliques en France.

> Eolien offshore : EDF pas candidat sur le Tréport

Le Nouvel Observateur + Les Echos
du 12/12/2011

EDF ne déposera pas de candidature pour le site du Tréport, en Seine-Maritime, qui constitue l'une des cinq zones soumises à l'appel d'offres pour l'éolien au large des côtes françaises. Le groupe souhaite, en effet, se concentrer sur les quatre autres zones. Ce retrait laisse la place libre dans la compétition au consortium rival formé par les groupes tricolores Areva, GDF Suez et Vinci.

> Quels impacts si la France récusait son énergie nucléaire?

La Croix
du 13/12/2011

L'article du quotidien catholique détaille les différents impacts d'une sortie du nucléaire. Et tout d'abord, l'impact économique : difficile, en effet, aujourd'hui de faire plus compétitif que le kilowattheure sorti d'une centrale nucléaire française. Et même avec l'entretien du parc et son renouvellement par la nouvelle génération de réacteur EPR qui vont engendrer une augmentation des coûts de production, le nucléaire restera plus compétitif que les autres énergies.Autre point comparé aux énergies fossiles : il n'émet pas de CO2 et assure la sécurité d'approvisionnement de la France qui ne possède ni charbon ni gaz. En cas de sortie progressive du nucléaire, l'addition risque d'être "salée" pour tout le monde compte tenu du coût du démentelement de la réalisation de nouvelles capacités de production de charbon et de gaz, de celles d'énergies renouvelables mais aussi du coût des économies d'énergies. Par ailleurs, techniquement, la question du stockage de l'électricité ne sera pas réglée avant 2040, au mieux.
Enfin, rappellent régulièrement les pronucléaires, pourquoi se priver d'une filière d'excellence alors même que l'agence internationale de l'énergie s'attend – malgré Fukushima – à une forte progression du parc nucléaire mondial d'ici à 2030.

> Areva face à son destin

LeMonde, La Croix, Figaro
du 13/12/2011

Le nouveau PDG d'Areva, Luc Oursel, a présenté un "nouveau plan stratégique" révisant à la baisse le carnet de commandes et l'évolution du chiffre d'affaires. En cause, la crise que traverse le groupe depuis la catastrophe de Fukushima qui ne permet plus de tabler sur une croissance forte pour les années à venir. Par ailleurs, le nouveau Président veut aussi "solder" le passé, en particulier en dépréciant fortement la valeur comptable de l'actif minier Uramin, aquis à grand frais en 2007 et qui se révèle un gouffre financier. Au delà, l'enjeu pour Areva sera sans doutede trouver un nouveau souffle dans un paysage nucléaire en pleine recomposition.

Actualité Européenne

> « Roadmap Energie 2050 » : la Commission jette les bases d’un débat sur le mix énergétique européen

Politique Energétique
du 15/12/2011

La Commission a publié, jeudi 16 décembre, sa feuille de route Energie 2050, qui vise à permettre à l’UE d’atteindre un objectif de réduction de 80% des GES à l’horizon 2050. Ce document propose sept scénarios combinant efficacité énergétique, sources d’énergie renouvelables, nucléaire et CCS. En plaidant pour « une approche intégrée », il ouvre la porte à un débat public et politique sur la question d’un mix européen cohérent, qui serait accepté par les 27. Dans cette optique, priorité est donnée à « l’efficacité énergétique et aux sources d’énergie renouvelables », laissant par ailleurs la porte ouverte à un développement du nucléaire. Parallèlement, la Commission rappelle la nécessité d’importance d’un achèvement du marché intérieur et d’un développement rapide des réseaux européens de transports et de distribution.

> Les grands énergéticiens européens pour un redressement du prix du carbone

Politique Energétique
du 15/12/2011

Dans un courrier adressé au Président de la Commission européenne, Les PDG de certaines des plus grandes entreprises énergétiques réclament une action de l’exécutif bruxellois pour enrayer la chute des prix du carbone. L’EUCLG, qui représente des géants de l'énergie tels que Shell, Alstom, Philips et Dong Energy, affirme qu’au regard du prix actuel de la tonne de CO2 (6,5 €), le SCEQE ne parvient pas à encourager les investissements nécessaires à la décarbonisation. Il souligne également que d'autres signaux de prix déflationnistes pourraient survenir, et affirme qu'il est donc « impératif que ces impacts potentiels soient pris en compte et que des mesures soient mises en œuvre pour assurer la viabilité du système européen SCEQE avant qu'il ne soit trop tard ». L’EUCLG appelle à une suspension des enchères de quotas pour la Phase III (2008-2012) et un ajustement du mécanisme pour la phase suivante. Elle propose également qu'une option de prix de réserve dans les enchères des permis d'émission soit envisagée, afin d'éviter que les crédits « carbone » ne soient vendus à des prix trop bas.

> La centrale d’Asco prolongée de 10 ans

Politique Energétique
du 16/12/2011

Le gouvernement espagnol a officiellement décidé de prolonger de 10 ans la durée de vie de la centrale nucléaire d’Asco, située près de Tarragone et gérée par Endesa et Iberdrola. Cette décision intervient sept mois après l’accord donné par la CSN, l’autorité de sûreté espagnole, en mai dernier. La CSN pourrait, en outre, rendre publics les premiers résultats des stress test nucléaires avant la fin de semaine.

> Une feuille de route pour les modalités de sortie du nucléaire en Belgique

Politique Energétique
du 15/12/2011

Le gouvernement belge a confirmé sa volonté de sortir du nucléaire d’ici 2015. Une feuille de route devrait prochainement préciser les modalités concrètes de fermeture des trois centrales actuellement en activité (1.800 MW). Ce document apportera également « des réponses pour assurer la sécurité d'approvisionnement du pays en électricité ». Concernant la « rente nucléaire », le gouvernement belge a annoncé qu’elle se monterait en 2012 et 2013 à 550 millions €/an.

> Vers un stockage de CO2 sous la Mer du Nord

Politique Energétique
du 15/12/2011

Dans un rapport rendu public 13 décembre, la Direction norvégienne du pétrole (NPD) envisage de recourir à une vingtaine de structures géologiques situées sous la Mer du Nord, afin de stocker près de 70 Mds de tonnes de CO2. Parmi les sites examinés, on trouve les gisements d’hydrocarbures dont la production a été arrêtée, ainsi que les champs en exploitation qui devraient être fermés d’ici à 2030 et d’ici à 2050.

> Coreso lance un nouvel outil de sécurisation du système électrique européen

Réseaux
du 16/12/2011

Le centre de coordination régionale Coreso (qui réunit RTE, Elia, National Grid, Terna et 50Hertz) a mis en place, cette semaine, un service d'appui aux GRT en cas de perturbation importante du système électrique. Ce nouvel outil, innovant pour les processus infra journaliers et en temps réel, fournit aux opérateurs de des données en temps réel mises à jour toutes les minutes. Il devrait permettre d’améliorer la sécurité d'approvisionnement en électricité.

> Pression sur le gouvernement espagnol en matière de tarifs d’acheminement

Marché Intérieur
du 16/12/2011

Alors que le ministère espagnol de l’énergie devrait communiquer prochainement sa proposition en matière de tarifs d’acheminement, l’association professionnelle Unesa, qui porte la voix des électriciens outre-Pyrénées, vient de se prononcer en faveur d’un relèvement du niveau actuel de 30% en 2012, afin de couvrir les coûts du système électrique et d’éviter une explosion du déficit tarifaire. Elle estime que, si les tarifs d’acheminement ne sont pas augmentés, le système sera confronté à des rentrées de 13 Mds €, pour des coûts de 18,5 Mds €, dont 7,5 Mds € pour les seules primes au régime spécial (notamment ENR). La société de conseil Price Waterhouse Cooper fait un constat similaire, plaidant pour sa part pour un relèvement des tarifs de 23% en 2012 et 18% en 2013. PwC demande également une limitation du tarif règlementé, qui concerne actuellement 19 millions de foyers, un ralentissement des installations ENR et une prolongation des centrales nucléaires.

> L’Algérie intègre l’aventure solaire Desertec

Renouvelables
du 16/12/2011

L'Algérie, qui présente un potentiel exceptionnel pour la production de l'électricité solaire, va contribuer, via son énergéticien Sonelgaz, au projet de réseau de centrales solaires en Afrique du Nord Desertec. Le 9 décembre, le consortium Desertec Dii et l'énergéticien algérien Sonelgaz ont, en effet, signé un accord portant sur leur collaboration future. Il prévoit un échange accru d'expertise technique, l'examen des pistes et moyens pour l'accès aux marchés extérieurs et la promotion commune du développement des énergies renouvelables.

> La Commission consulte en vue d’une révision de la réglementation sur les Renouvelables

Renouvelables
du 16/12/2011

La Commission européenne vient de lancer une consultation publique sur l’avenir des politiques publiques communautaires en matière d’énergies renouvelables. Ce travail est la première étape d’un processus qui pourrait mener à la révision de l’actuelle directive ENR (qui fixe les objectifs contraignants de 20% en termes de consommation finale), afin de préparer l’après 2020. A moyen terme, il se soldera par la publication d’une communication (prévue au programme de la Commission pour 2012), puis probablement par une proposition législative. La Consultation publique est réalisée par le biais d’un questionnaire à remplir en ligne, accessible depuis ce vendredi midi. La deadline pour adresser les réponses a été fixée au 7 février 2012.

Actualités

Revue de Presse 2011


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.