• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 05/12/2011 au 09/12/2011

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> record de production éolienne pour la première fois

AFP, La Croix, Batiactu.com
du 07/12/2011

Alors qu'en moyenne sur l'année, les éoliennes fournissent 2, 5% de l'électricité consommée en France, elles ont établi un record mercredi 7 décembre, avec 6%, soit une puissance de 4.453 MW pour un parc installé de 6.576 MW

> Tarifs gaz : Fillon veut moins de 5%

Le Nouvel Observateur
du 07/12/2011

Le Conseil d'Etat ayant laissé un mois au Gouvernement pour revoir sa copie concernant la hausse des prix du gaz, les négociations vont bon train pour définir le niveau de celle-ci. François Fillon la veut la moins élecée possible pour préserver le pouvoir d'achat des ménages. Mais il n'a rien dit sur la formule de calcul révisée qui permettra de contenir l'envolée des tarifs, ni sur l'idée défendue par le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, d'étendre les tarifs sociaux du gaz dont bénéficient actuellement 800.000 foyers modestes, ce qui serait une façon d'amortir le choc pour une partie des Français. A priori, selon plusieurs sources dans la presse vendredi dernier, la hausse sera autour de 4% applicable seulement à compter du 1er janvier 2012.

Source : Le Figaro, AFP, Les Echos, Le revenu, Aujourd'hui en France

> MOX : plusieurs pays s'y intéressent Si la mesure sur le

Les Echos
du 08/12/2011

MOX avait été maintenue dans l'accord PS/EELV, ce sont quelques 5.000 emplois dans l'usine de La Hague, dans la Manche, où Areva sépare l'uranium et le plutonium des combustibles usés, et 1.300 emplois à Marcoule, dans le Gard, où le groupe fabrique du combustible MOX à partir de ce plutonium et d'uranium appauvri qui auraient été réduits à néant. Pour Hervé Machenaud, directeur de la production et de l'ingénierie d'EDF. Le retraitement permet de réduire le volume de déchets radioactifs à vie longue et de recycler les matières valorisables.
Les écologistes, eux, y voient un danger radioactif démultiplié. A travers le monde, mes positions sont diverses : tandis que la Belgique et la Suède l'ont abandonné, la Chine a pris la décision de faire du recyclage, l'Inde s'y intéresse et le Royaume Uni va y revenir. Même le Japon a l'intention de construire une usine de MOX, dès que son usine de retraitement de Rokkasho-Mura fonctionnera.

> Vattenfall stoppe son projet CCS en Allemagne

AFP
du 06/12/2011

Même si elle croit fermement que la technologie a de l'avenir en Allemagne, notamment depuis sa décision de stopper le recours au nucléaire dès 2022, Vattenfall vient de renoncer à la poursuite de son projet pilote de CCS face à l'incertitude politique quant à la transposition de la Directive sur le stockage de CO2 dans ce pays.

> Le Sud-Est toujours fragile

Les Echos
du 06/12/2011

Pour tenter d'enrayer le risque chronique de "black out" qui menace la région PACA, RTE propose un filet de sécurité à l'actuelle ligne de 400000volts.L'enquête publique vient de s'achever et la DUP pourrait être signée ce printemps pour une mise en service dès 2015. Trois nouvelles liaisons souterraines de 225000 volt chacune seront crées dont une ligne de 66 kilometres, une première mondiale et une prouesse technologique pour empêcher les pertes de courant sur cette distance.

> EDF va construire une centrale à charbon high tech en Pologne

AFP
du 05/12/2011

EDF (numéro 3 sur le marché Polonais)va construire en Pologne une centrale à charbon à haut rendement représentant un investissement de 1, 8 milliard d'euros. Elle combinera la combustion de biomasse à celle du charbon pour produire jusqu'à 10% d'énergie verte et réduire ainsi de 30% les émissions de C02 par rapport aux unités de charbon traditionnelles.

> Les Français plus préoccupés de l'emploi que du nucléaire

AFP
du 05/12/2011

Selon un sondage de l'institut CSA publié le 17 novembre, le nucléaire arrive en dernière position (6%), loin derrière l'emploi (45%) et le pouvoir d'achat (36%) dans les préoccupations des français.
Pour Olivier Ferrand, responsable de la fondation Terra Nova, think tank proche du PS, estime que "politiquement, ce n'est pas un sujet à court terme pour les Français parce que la crise financière et sociale balaie tout le reste".
"Mais en tant qu'enjeu de politique publique - et au-delà de l'aspect purement environnemental - la politique énergétique, et donc le nucléaire, est un sujet important auquel la France va devoir faire face dans la décennie qui vient. Ca fait donc partie des enjeux à long terme. Les hommes politiques ont tout à fait raison de s'en emparer".

> Greenpeace "s'invite" à la centrale nucléaire de Cruas

AFP + Nouvel Obs
du 06/12/2011

Les deux militants de Greenpeace qui s'étaient introduits dans la centrale de Cruas, et qui avaient procédé au découpage d'un grillage à plus de 500 m du bâtiment protégeant les réacteurs et s'étaient cachés sous des bâches en plastique", ont été arrétés par les gendarmes.

Actualité Européenne

> Le prix européen de l’électricité n’a cessé d’augmenter entre 2009 et 2011 ; l’Allemagne mauvaise élève de la classe.

Politique Energétique
du 09/12/2011

Les dernières données communiquées par l’Office statistique européen (Eurostat) confirment la progression continue des prix de l’électricité au sein de l’Union européenne. Pour les particuliers, le coût moyen du kWh a ainsi enregistré une augmentation de plus de 9% entre les premiers semestres 2009 et 2011. La Bulgarie reste l’Etat dans lequel le kWh est le moins cher (0,083€/kWh). A 0,138 €/kWh, la France se classe en dixième position des pays les moins chers, au sein d’une zone comprenant l’UE 27, la Turquie, la Bosnie-Herzégovine, la Norvège, la Croatie et l’ex-Macédoine. A l’opposé, le Danemark décroche la palme du pays de l’UE27 où les foyers paient l’électricité le plus cher (0,291 €/kWh), et où la part des taxes est la plus élevée (57%). Outre son avant dernière place en termes de prix (0,253 €/kWh), l’Allemagne se caractérise par une des plus fortes hausses entre 2010 et 2011 (+11%), devant l’Espagne (+13%) et la Finlande (+ 16%).

> Les tenants du charbon remettent en cause le poids du nucléaire en matière de prix de l’électricité

Politique Energétique
du 09/12/2011

Dans un entretien accordé à l’agence de presse Eurativ, le consultant indépendant allemand, Alois Tost, a relativisé l’intérêt du nucléaire en terme de prix de l’électricité pour le client final, considérant que l’abandon de cette technologie en Allemagne n’aura aucune retombée sur les prix à la consommation : « Le prix de l'électricité est fixé lors de l'échange d'énergie, et il est toujours déterminé par la centrale électrique la plus coûteuse nécessaire pour satisfaire la demande. [...] Il s'agit souvent de la centrale au gaz qui coûte le plus cher et détermine le prix de l'électricité. Les centrales nucléaires ont très peu d'incidence sur les prix ». Suivant ce principe, M Tost estime que les opérateurs seraient, au final, les seuls gagnants d’un maintien du recours à l’atome : « chaque centrale électrique est payée au prix nécessaire pour couvrir celui de la centrale marginale. C'est pour cette raison que l'exploitation des centrales nucléaires est une activité très attrayante pour les propriétaires ». Toujours dans la même logique, il explique l’augmentation récente des prix de l’électricité en Allemagne par le fait que les 8 réacteurs fermés Outre-Rhin ont été remplacés par des centrales au gaz, plus coûteuses que les centrales au charbon. Face aux voix qui dénoncent l’impact négatif de ce même charbon sur l’environnement, il précise par ailleurs qu’ « il serait faux de prétendre qu'une nouvelle centrale au charbon entraînerait une augmentation des émissions de CO2, car la quantité est définie, et aucun certificat d'émission ne sera alloué sous prétexte qu'une nouvelle centrale électrique est ouverte ».

> M. Oettinger plaide pour une diversification de l’approvisionnement en gaz et pour un effort des pays producteurs de pétrole en vue d’une limitation de la volatilité des prix

Politique Energétique
du 09/12/2011

A l’occasion du Congrès mondial du Pétrole, le 6 décembre, Günther Oettinger a réitéré l’attachement de la Commission européenne à une diversification de l’approvisionnement gazier de l’UE. « Pour garantir sa sécurité énergétique, l'UE a besoin de davantage de sources et de routes pour ses fournitures de gaz. C'est l'essence de sa politique de diversification. Il s'agit d'une politique d'atténuation des risques et un intérêt économique qui offre des possibilités mutuellement avantageuses pour nous et nos fournisseurs » a-t-il déclaré, justifiant notamment en cela le soutien sans faille de la Commission au projet de gazoduc Nabucco. Par ailleurs, devant la menace des prix actuels pour une économie mondiale affaiblie, M. Oettinger a demandé aux pays producteurs de pétrole d'agir pour limiter la volatilité des prix, tout en s'assurant que les marchés mondiaux soient suffisamment approvisionnés : « Le niveau actuel des prix constitue un risque réel d'une répétition de l'évolution négative en 2008, lorsque les prix du pétrole ont été responsables, en partie du moins, de la crise économique mondiale » a-t-il estimé.

> Le parlement devrait approuver le 13 décembre le compromis sur le financement d’ITER

Politique Energétique
du 09/12/2011

Le Parlement européen se prononcera, lors de la séance plénière du 13 décembre, sur l’accord trouvé avec le Conseil sur le financement des coûts supplémentaires d’ITER (1,3 milliards € en 2012 et 2013). Déjà approuvé par la commission des budgets le 5 décembre, le compromis prévoit de mobiliser 840 millions € sur deux ans (en crédits d'engagement) au titre de la « compétitivité », grâce à la révision du cadre financier pluriannuel actuel. En compensation, les engagements en matière de « gestion des ressources naturelles » et de « dépenses administratives » devraient être respectivement réduits de 450 et 390 millions € en 2011 et 2012. D’ultimes négociations devraient clarifier ultérieurement les modalités de financement des 460 millions d’euros manquant pour atteindre les 1,3 milliards nécessaires à ITER.

> Intrusion dans les centrales françaises : Greenpeace contribue à relancer le débat européen sur les Stress tests

Politique Energétique
du 09/12/2011

Suite à l’action de Greenpeace dans la centrale de Nogent-sur-Seine, la députée libérale (ADLE) française Corinne Lepage a interpelé le commissaire européen à l’énergie sur la valeur des critères de stress test retenus par la Commission européenne pour évaluer la sécurité des sites nucléaires. Considérant que « l'insuffisance des mesures de contrôle est patente, comme celle des mesures de prévention des risques en général », la Parlementaire a exhorté M. Oettinger à défendre l'extension du champ d'application des « Stress tests » des centrales aux risques terroristes. Mme Lepage déplore par ailleurs que les résultats des tests de résistance français n'aient toujours pas été rendus publics, tout en dénonçant la « mauvaise volonté manifeste » d’EDF à « investir suffisamment pour garantir un haut niveau de protection, auquel l'ensemble de la population européenne prétend à juste titre ».

> R&D : les 27 apportent leur soutien à l’initiative « Horizon 2020 »

RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT
du 09/12/2011

Lors du Conseil compétitivité du 6 décembre, les ministres des 27 ont accueilli favorablement le projet de feuille de route « Horizon 2020 », publié par la Commission le 30 novembre dernier, et qui devrait remplacer le 7ème PCRD (programme cadre R&D) à partir de 2014. Ce texte, qui introduit un nouveau cadre stratégique commun pour les 10 ans à venir, vise à transférer en opportunités industrielles l'excellence européenne en matière de recherche et d'innovation. Pour ce faire, il propose une simplification de la structure générale du programme (en trois volets/objectifs), l'intégration dans un même ensemble des programmes de financement pour la recherche et l'innovation, ainsi que l'importance accordée aux PME (8,8 milliards pour favoriser l'innovation). « Horizon 2020 » prévoit un budget de 80 milliards d’euros, auxquels pourraient s’ajouter, sur demande des Etats les plus en retard en matière de R&D, un recours aux fonds de cohésion. C’est en tout cas le sens des interventions des ministres slovaques et roumains, qui ont insisté sur la nécessité d’éviter la mise en place d’une Europe de la recherche à deux vitesses.

> R&D : le Conseil valide le lancement d’une initiative en matière de réduction de GES

RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT
du 09/12/2011

Le même Conseil compétitivité du 6 décembre a donné le coup d’envoi au lancement de 5 initiatives de programmation conjointes (processus initié et dirigé par les États membres), dont l’objectif est de renforcer la compétitivité de l’UE dans les différents domaines concernés. L’un de ces outils sera axé sur « le développement coordonné des connaissances sur le climat au bénéfice de l'UE ». Il aura pour mission de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Actualités

Revue de Presse 2011


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.