• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 17/10/2011 au 21/10/2011

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> Automatisation des tarifs sociaux au 1er janvier


du 18/10/2011

Plus d’un million d’ayants-droits en situation d’extrême modestie financière (revenus inférieurs au plafond de la CMU complémentaire) vont bénéficier automatiquement, à compter du 1er janvier 2012, des tarifs sociaux d’électricité et de gaz.

> Eclipse solaire

Le Monde
du 18/10/2011

Malgré les ambitions affichées dans le Grenelle Environnement les professionnels de la filière photovoltaïque dénoncent un arrêt brutal de l’essor du solaire en France. Selon les professionnels, 1000 emplois seraient supprimés chaque mois chez les installateurs, fabricants et bureaux d’études.

> Main basse du futur gouvernement belge sur Electrabel ?


du 19/10/2011

Le futur premier ministre belge envisagerait deux mesures drastiques à l’encontre d’Electrabel : doubler la taxe actuelle sur le nucléaire (dont 215 millions sont actuellement supportés par GDF SUEZ), et la mise en place d’un « mécanisme d’acheteur unique » par lequel l’Etat belge achèterait à prix quasi coûtant l’électricité d’Electrabel pour la revendre lui-même. GDF SUEZ souligne que cela reviendrait à instaurer une taxe trois fois plus forte encore…

> Paris Europlace suggère de diminuer le recours aux Tarifs réglementés

Les Echos, AFP
du 20/10/2011

Afin de préserver la place de la France sur le marché de gros de l’énergie, Paris Europlace recommande de réduire le champ d’application des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité d’EDF et GDF SUEZ, qui représentent encore les 2/3 de la consommation française, tout en maintenant les tarifs sociaux pour le volet électricité. Dans sa contribution aux réflexions du G20, l’association de promotion du centre financier français estime en effet que la persistance des tarifs réglementés est responsable du manque de volume sur le marché de gros de l’électricité en France.

> Un guichet unique pour l’éolien

Tribune, Le Monde
du 21/10/2011

Afin de trouver une solution à l’empilement des contraintes administratives en matière de procédures et réglementations des parcs éoliens, NKM vient d’annoncer la création d’un « guichet unique » pour instruire, sans avoir à passer par différentes administrations, les permis de construire et les autorisations d’éoliennes au titre de l’ICPE. Les professionnels du secteur, quant à eux, ont profité du Colloque national de l’éolien à Dijon, pour rappeler le poids économique de la filière : 11 000 emplois en France, et 50 000 créations potentielles à l’horizon 2020 selon Jean-Louis Bal, président du SER. Ils mettent par ailleurs en garde sur l’impossibilité de « tenir le rythme du Grenelle » en l’état des procédures trop lourdes et complexes qui génèrent autant de possibilités de recours et donc de retards dans l’atteinte des objectifs.

> Le Grenelle de l’Environnement a soufflé ses 4 bougies

Le Figaro + AFP
du 21/10/2011

A l’occasion d’un déplacement en Mayenne, Nicolas Sarkozy a souligné le bilan positif du Grenelle Environnement depuis 4 ans et défendu clairement l’énergie d’origine nucléaire qui permet à la France de bénéficier d’« une électricité plus propre et moins chère » que celle des autres pays en Europe. Il a profité de l’occasion pour saluer l’action de Jean-Louis Borloo en la matière…et celle de Nicolas Hulot, qualifié d’ « homme de qualité »… Sur la même longueur d’ondes, NKM a quant à elle estimé que « si tous les objectifs ne sont pas encore atteints, la plupart d’entre eux sont en très bonne voie », insistant sur la part croissante que prendront les ENR dans le mix énergétique à venir. Le rapport annuel sur la mise en œuvre des engagements du Grenelle transmis au parlement souligne que sur les 197 décrets d’application, 121 sont publiés ou en voie de l’être. Pour autant, le bilan du Grenelle reste contesté par beaucoup d’ONG.

Actualité Européenne

> La Commission reconnaît que le respect des engagements climatiques entraînera une forte hausse des prix de l’électricité

Energie – Climat
du 20/10/2011

La Commission estime que la transition de l'UE vers un système énergétique plus vert pourrait générer une hausse importante des prix de l'électricité pendant 20 ans au moins, avant de ralentir aux alentours de 2050. C’est ce qu’indiquent les conclusions d’un rapport interne, dont le contenu a fuité la semaine dernière dans la presse européenne. Quels que soient les scénarios envisagés, le respect des objectifs climatiques (réduction de 80% des émissions d'ici 2050) nécessitera, en effet, des investissements massifs pour adapter les installations existantes et développer de nouvelles infrastructures énergétiques (production, réseau, stockage etc.). L’option la plus coûteuse, qui implique un recours massif à l'éolien et au solaire, entraînerait au minimum un doublement des prix de l'électricité pour les particuliers d'ici à 2050. L’option la moins onéreuse, qui accorde une place importante au nucléaire et la technologie de la capture et du stockage de carbone, prévoit une hausse limitée à 43%.

> Le bureau britannique pour la régulation nucléaire conforte le choix de la Grande-Bretagne en faveur de l’atome

Energie – Climat
du 20/10/2011

Il n’existe « aucune faiblesse fondamentale dans la sûreté du secteur nucléaire du Royaume-Uni ». Tel est l’avis du bureau pour la régulation nucléaire (ONR), qui rendu public son rapport sur la sécurité des installations. Ce document permet surtout de légitimer le programme de relance nucléaire, voté en juillet dernier par le Parlement britannique (10 nouvelles tranches d’ici 2025), dans une région où l’atome permet d’assurer aujourd’hui 20% de l’approvisionnement en électricité. Estimant que « les leçons apprises [à Fukushima] peuvent rendre cette industrie encore plus sûre », l’ONR recommande, parallèlement, la mise en œuvre des recommandations prodiguées par l’UE suite aux stress tests.

> La Commission publie ses propositions pour le déploiement des infrastructures énergétiques

Réseaux
du 20/10/2011

La Commission a publié, mercredi 19 octobre, ses « guidelines » destinées à accélérer les investissements en matière d’infrastructures énergétiques. Dans la droite ligne de la communication de 2010, ce texte propose la mise en place de projets prioritaires transeuropéens, dont la liste sera arrêtée juillet 2013 en fonction de la valeur ajoutée qu’ils pourront apporter à l’UE (chacun devra notamment contribuer à un accroissement de la capacité d’au moins 500 MW, en ce qui concerne le secteur électrique). Afin de faciliter le lancement de nouveaux projets, la Commission propose par ailleurs de nouvelles règles permettant d’accélérer les procédures d’octroi des permis de construire et l’acceptabilité sociale des projets. A titre d’exemple, la procédure d’autorisation et de lancement des projets ne devra ainsi pas dépasser 5 ans (contre parfois plus de 10 ans aujourd’hui).

Côté financement, Bruxelles met l’accent sur une le rôle du secteur privé, qui aura la charge d’injecter la majorité des 210 milliards d’euros nécessaires d’ici 2020 pour atteindre les objectifs fixés (140 Mds€ pour le seul réseau de transport électrique, dont 70 pour le réseau terrestre, 30 Mds€ pour le réseau offshore et 40 Mds€ pour les réseaux dits « intelligents »). Les projets d'interconnexion situés dans des zones non rentables (zones peu peuplées ou insulaires), ainsi que les projets éoliens ou solaires innovants bénéficieront, pour leur part, de cofinancements public-privé. Enfin, la Commission propose un ensemble de nouveaux outils financiers, alliant un recours aux capitaux propres (via les fonds d'investissement) et/ou à des instruments de partage de risques (tels que les prêts et garanties, et les emprunts obligataires dits « projects bonds »).


> Interconnexion France/Espagne : la BEI cofinancera le projet à hauteur de 50%, pour une mise en service en 2014

Réseaux
du 21/10/2011

La Banque européenne d'investissement vient d’accorder un prêt de 350 millions d’euros en vue de la construction d’une nouvelle interconnexion électrique entre la France et l’Espagne, dont le coût total est aujourd’hui estimé à 700 M€. La nouvelle ligne reliera d’ici à 2014 Santa Llogaia (Espagne) et Baixas (France) via un tracé entièrement souterrain de 64,5 km qui traversera les Pyrénées parallèlement à la Ligne ferroviaire à Grande Vitesse (LGV) Perpignan-Figueras. Cette première interconnexion en courant continu en Europe permettra de doubler les capacités d’échanges entre les deux pays, passant ainsi de 1400 à 2800 mégawatts. Le projet est co-piloté par les GRT français (RTE) et espagnol (REE) et par leur société mixte INELFE.

> Vers une hausse de 50% du coût du gazoduc Nabucco

Réseaux
du 21/10/2011

G. Oettinger a semé le trouble, jeudi 13 octobre, en annonçant que le coût du projet de gazoduc Nabbuco, soutenu par la Commission européenne, pourrait finalement se monter à 10 voire 14 milliards d’euros. Cette annonce traduit, en effet, une nette augmentation des frais, initialement évalués à 7,9 Mds €. En mai dernier, le patron du consortium Nabucco avait déjà évoqué une révision du plan d'investissement du projet pour prendre en compte l'extension de 20% du gazoduc, avec l'ajout d'une connexion avec l'Irak.

> Le Royaume-Uni vers un tarif standard unique de l’électricité en 2012

Marché Intérieur
du 21/10/2011

Devant la forte augmentation des prix de l’électricité constatée au Royaume-Uni et à la hausse des marges des opérateurs du secteur, le régulateur national (OFGEM) préconise la mise en place d’un tarif standard unique d’ici 2012, en espérant qu’il contribuera à « des tarifs simples et des factures claires », et qu’il favorisera le développement de la concurrence. De nombreuses critiques provenant de l’opposition travailliste avaient dénoncé, ces dernières semaines, les très importants bénéfices réalisées par les 6 grandes compagnies électriques britanniques, et ce au détriment des consommateurs.

> La Belgique pourrait récupérer 1 milliards d’euros chez Electrabel au titre de la rente nucléaire

Marché Intérieur
du 21/10/2011

Confrontée au besoin de rééquilibrage de ses finances publiques, la Belgique pourrait mettre à contribution l’électricien Electrabel (groupe GDF-Suez), à hauteur du montant estimé de la rente nucléaire. C’est l’option à laquelle travaillent actuellement les 6 partis de la coalition, en vue d’élaborer un futur programme de gouvernement. Pour ce faire, deux options complémentaires sont envisagées : la taxe directe serait utilisée pour capter une partie de la rente nucléaire. Le chiffre le plus souvent cité est 500 millions d’euros. Parallèlement, le prochain gouvernement pourrait instaurer un mécanisme d’acheteur unique. Il s’agirait de nationaliser la production d’électricité d’origine nucléaire. L’Etat belge s’occuperait ensuite de la revendre aux différents fournisseurs. Ce double schéma se traduirait par un manque à gagner de près d’un milliard d’euros pour GDF Suez.

> Au programme de la session parlementaire

Marché Intérieur
du 21/10/2011

Mardi 25 octobre

- 10h50-12h20 : débat sur les 12 priorités de la Commission européenne pour le marché unique et sur les actions prévues pour leur mise en œuvre

- 12h30-14h00 : Vote – rapport Rühle sur la modernisation des marchés publics

Actualités

Revue de Presse 2011


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.