• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 03/05/2011 au 09/05/2011

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> Bruxelles veut comprendre l'ARENH

Les Echos, Enerpresse
du 02/05/2011

Le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, a demandé que la France lui fournisse, après que la CRE aura rendu son avis, des explications sur la méthode de calcul de l'Arenh.

> Sarkozy soutient le nucléaire mais accepte un audit de la Cour des Comptes sur son coût

AFP
du 03/05/2011

En visite à Gravelines, dans le Nord, en compagnie d'Eric Besson et de Nathalie Kosciusko-Morizet, Nicolas Sarkozy a réaffirmé « le choix de l'engagement dans l'énergie nucléaire » de la France.
Pour autant, conscient que le débat sur la place du nucléaire dans le bouquet énergétique de la France sera un sujet incontournable de la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy a accepté de confier à la Cour des comptes un audit sur le coût de la filière nucléaire. Les opposants à l'atome déplorent de longue date que le prix du kilowattheure vendu par EDF ne reflète pas la réalité du coût du démantèlement futur des centrales et de la gestion des déchets radioactifs.

Sources : AFP, Le Figaro, Libération, La Croix, Le Bulletin Quotidien, Le Nouvel Obs.fr

> Gestion de crise nucléaire : penser à tout, même à l'inimaginable

Les Echos
du 06/05/2011

A l'occasion de l'audition de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques sur la gestion post-accidentelle des crises nucléaires, Jacques Repussard, directeur général de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), a reconnu qu'il fallait repenser tous les scenarios de catastrophe nucléaire pour envisager des situations complètement "inimaginables" Objectif : gérer jusqu'au moindre détails des impacts potentiels.
Jusqu'à présent, en effet, les exercices envisageaient seulement un accident sur un seul réacteur à la fois. La catastrophe japonaise, où six tranches sont en danger, change la donne... Les scénarios intégreront désormais des crises multiples.

> Penly, or not Penly?

AFP
du 05/06/2011

Selon le PDG de Total, partie prenante au dossier du futur EPR, la réflexion sur le projet a été stoppée. Il y avait un calendrier de dates potentielles, il n'y en a plus". De là à laisser penser que l'on va enterrer le dossier...
Pour autant, le ministre de l'énergie, Eric Besson, a démenti cette information, affirmant que l'EPR de 3e génération à Penly (Seine-Maritime) n'était "absolument pas bloqué", tout en reconnaissant une "incertitude" sur le calendrier.

Sources : Le Monde.fr, AFP, Libération.fr

> Pas d'évolution possible pour le tarif agent

AFP
du 02/05/2011

Les conditions n'étant pas réunies, les employeurs du gaz et de l'électricité, représentés par l'UFE et l'Unemig, ont renoncé à modifier le "tarif agent" dont bénéficient les salariés et retraités de la branche des IEG.
Dans un courrier adressé aux organisations syndicales concernées, l'UFE et l'UNEmIG ont précisé que "les employeurs de la branche ont recherché les moyens permettant de sécuriser et préserver, dans la durée, les tarifs particuliers". Ils indiquent qu'"ils considèrent ne plus être en mesure de mener à terme, l’adaptation envisagée".
Mis en place à la Libération, le "tarif agent", accordé à 300.000 salariés et retraités du gaz et de l'électricité est un avantage en nature leur permettant de payer entre 5% et 10% de la facture d'un particulier.

Sources : Les Echos, AFP, Le Monde.fr, Le Figaro, La Correspondance Economique, 20 Minutes

> Premier comité de suivi Linky

Enerpresse et AFP
du 05/07/2011

Eric Besson a installé hier mercredi, le comité «Linky» chargé du suivi de l’expérimentation des 300 000 compteurs communicants installés il y a un an dans les régions de Tours et de Lyon. Cinq pistes de progrès dégagées par ERDF, suite à cette expérimentation, feront objet d’études par le comité : liste des garanties de confidentialité précises (réunion en juin, avec la CNIL), affichage (pas forcément déporté), pédagogie, risque d’offres tarifaires illisibles, enfin, transparence sur les coûts et impact sur la facture. Le gouvernement annoncera d'ici l'été prochain s'il décide ou non la gnéralisation des compteurs "intelligents".

> Le Conseil d'Etat tranche dans l'affaire Voltalis / CRE

Enerpresse et AFP
du 05/07/2011

Le Conseil d’Etat a «annulé» la délibération du 9 juillet 2009 de la CRE qui stipulait que c’était à l’opérateur d’effacements diffus de rémunérer les fournisseurs dont les
clients se sont effacés, pour l’énergie injectée par ces fournisseurs et valorisée par l’opérateur d’effacements diffus.
Dans sa décision, la haute juridiction a conclu que la CRE a «méconnu la portée» du texte législatif (loi du 10 février 2000) sur lequel elle avait basé sa délibération. Reste désormais à trouver une réelle solution économique entre toutes les parties prenantes.

Actualité Européenne

> Feuille de route 2050 : divergences entre Etats membres sur le futur des mix énergétiques

Politique Energétique
du 06/05/2011

Lors du Conseil énergie du 3 mai, les ministres des 27 ont confirmé le rôle phare confié aux ENR (solaire, éolien, production marémotrice) dans la stratégie énergétique de long terme de l’Union européenne. Ils ont toutefois insisté sur le fait que l’objectif de réduction des émissions de CO2, bien que majeur, ne devait pas menacer la sécurité d’approvisionnement de l’UE, ni n’entraîner une hausse déraisonnable des prix pour le consommateur. Si certains ministres se sont prononcés pour des mesures incitant les consommateurs à se tourner vers les ENR, d’autres délégations ont plaidé pour que le gaz et la production nucléaire conserve un rôle important en Europe. La Présidence hongroise va maintenant préparer une synthèse des contributions des États membres sur la feuille de route énergétique 2050, qui sera présentée au Conseil Énergie du 10 juin.

> La France au cœur des travaux visant à définir des règles mondiales communes en matière de sûreté nucléaire

Politique Energétique
du 06/07/2011

Le président Sarkozy a confirmé son souhait d'inscrire la question de la sûreté nucléaire à l'ordre du jour de la réunion du G8 des 26 et 27 mai à Deauville. Les discussions devraient se prolonger lors de la réunion des autorités de sûreté des pays du G20 dotés du nucléaire civil (7 et 8 juin à Paris). Les conclusions de ces travaux seront présentés à la conférence ministérielle de l'AIEA sur la sûreté nucléaire (Vienne 20-24 juin).

> Stress tests : les critères retenus devraient être moins ambitieux que prévu

Politique Energétique
du 06/05/2011

Malgré les déclarations de Günther Oettinger, qui estimait le 3 mai que la Commission européenne travaillait à des critères « objectifs et sévères » pour les stress tests, des sources proches du dossiers semblent indiquer que le niveau d’exigence retenu devrait finalement être moins ambitieux que prévu. Lesdits critères devraient, ainsi, se limiter à la résistance des réacteurs à des catastrophes naturelles, sans tenir compte des crashes d'avion ou des erreurs de manipulation humaines. Ces tests devraient être lancés dès le mois de juin, afin que les résultats puissent être examinés lors de la réunion du Conseil européen du 9 décembre.

Pour mémoire, dans ses recommandations publiées en avril, l'association des autorités de sûreté nucléaire d'Europe de l'Ouest (WENRA), avait également choisi de ne pas prendre en compte les chutes d’avion sur les centrales. Elle avait toutefois demandé que les stress tests couvrent trois types distincts d’aléas : l'agression par des phénomènes naturels (tempêtes, séismes, inondations), la perte de systèmes de sûreté (perte prolongée du système de refroidissement ou d'alimentation électrique), et l'accident grave (endommagement du combustible dans le réacteur, refroidissement difficile des piscines où est entreposé le combustible usé)

> L’AIE envisage la fermeture possible de certains des vieux réacteurs nucléaires européens à l’issue des tests de résistance

Politique Energétique
du 06/05/2011

En marge de la réunion du Conseil énergie de l’UE, le responsable de l’agence Internationale de l’Energie a estimé que « certains des vieux réacteurs dans l'UE pourraient être forcés de s'arrêter plus tôt qu'ils ne l'auraient dû, cela dépend du test ». Pour l’AIE, ces tests, qui devraient se dérouler en fin d’année, devront en effet être « suffisamment sévères » pour garantir la sûreté des centrales et convaincre l'opinion publique d'accepter le nucléaire, qui reste une « option très importante » pour le mix énergétique européen.

> L’Allemagne pourrait encore accélérer sa sortie du nucléaire

Politique Energétique
du 06/05/2011

Selon le quotidien économique Handelsblatt, le plan allemand de sortie du nucléaire pourrait proposer un calendrier plus ambitieux que celui initialement élaboré par le gouvernement social-démocrate de G. Schröder. Les dernières informations indiquent ainsi que la dernière centrale allemande pourrait être fermée au plus tard d’ici 10 ans. Le porte-parole de Mme Merkel a toutefois indiqué, lundi 2 mai, qu’aucune décision n’avait été encore arrêtée. Pour l’heure, deux options sont envisagées : (1) l’attribution de quotas de production pour les centrales nucléaires ou (2) une date précise de sortie du nucléaire.

> L’ARENH dans le collimateur de Bruxelles ?

Marché intérieur & Concurrence
du 06/07/2011

D’après le journal « Les Echos », le Commissaire européen à la concurrence, Joaquin Almunia, envisagerait de se pencher sur la question de la formation du prix de cession de « l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique » (ARENH). Avant toute initiative, la Commission attendrait de prendre connaissance des délibérations de la CRE, dont la publication au journal officiel est prévue pour la mi-mai.

> Directive Droits des Consommateurs : Eurelectric demande une clarification du statut de l’électricité

Marché intérieur & Concurrence
du 06/05/2011

Alors que le contenu de la future directive en matière de droits des consommateurs se négocie actuellement en trilogue entre le Parlement européen et le Conseil (la Commission fait office de conseil), Eurelectric a exprimé ses inquiétudes quant à l’incertitude entourant le statut de l’électricité. Dans un courrier adressé à la présidence hongroise, Eurelectric souligne ainsi que le champ d’application du texte proposé par le Parlement européen ne couvre pas l’électricité dans les Etats membres où cette dernière est considérée comme un « produit », à la différence des pays où elle est définie comme un « service ». Pour remédier à cette situation, Eurelectric plaide pour que le compromis final laisse la possibilité aux Etats de choisir le type de qualification de leur choix en ce qui concerne la notion « d’électricité », afin qu’ils puissent, s’ils le souhaitent, appliquer également dans le secteur électrique les nouvelles règles en matière de droits des consommateurs.

> ETS : un rapport dénonce les risques de corruption sur le marché européen et son impact sur le niveau de prix du carbone

Marché intérieur & Concurrence
du 06/05/2011

L'ONG Transparency International (TI) a publié un raport sur les risques de corruption liés au fonctionnement des outils de lutte contre le réchaudffement climatique. Concernant le marché du carbone euroépen, tel qu’il existe auojourd’hui, ce texte dénonce notamment les possibilités pour les groupes d’intérêt d’influencer à leur profit la manière d’allouer les permis d'émission éxcédentaires. La conséquence serait une chute des prix des permis, qui défavoriserait les investissements des entreprises en faveur d'énergies propres et pourrait ainsi mener à l'effondrement de ce marché.

> La Commission rejette le PNAQ estonien en raison du volume excessif de quotas alloués aux entreprises

Marché intérieur & Concurrence
du 06/05/2011

Le bras de fer continue entre la Commission européenne et les autorités estoniennes. En 2007, Bruxelles avait refusé le plan national d’allocation des quotas de CO2 présenté par Talinn, le jugeant non-conforme avec la directive ETS. Alors que la querelle juridique engagée entre la capitale balte et l’exécutif européen est toujours entre les mains de la cour de justice de l’UE, c’est le nouveau plan révisé de Talinn (valable pour la période 2008-2012) que la Commission vient aujourd’hui de retoquer, en raison du trop grand nombre de quotas concédés aux entreprises et de l’incompatbilité des allocations proposées avec la législation liée au marché de l'énergie. L’Estonie a été sommée de présenter un nouveau PNAQ « aussi rapidement que possible ».

Actualités

Revue de Presse 2011


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.