Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 28/03/2011 au 01/04/2011

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> François Barouin hostile à une hausse des tarifs électriques de 5% par an

AFP
du 31/03/2011

Le gouvernement est "opposé à une augmentation de 5% par an" jusqu'en 2020 des tarifs de l'électricité, a assuré le ministre du Budget et porte-parole du gouvernement François Baroin, confirmant qu'il s'agissait d'une demande de l'opérateur public EDF, et que le gouvernement travaillait sur d'autres pistes pour que l'augmentation soit plus modéré.

> Pas de moratoire pour l'EPR

AFP + Le Figaro
du 31/03/2011

Après l'accident de Fukushima au Japon, la France a repoussé l'idée d'un moratoire ou d'un coup d'arrêt à l'EPR de Flamanville (Manche), seule centrale nucléaire en construction dans l'Hexagone, alors que l'autorité de sûreté nucléaire (ASN) a invité EDF "à anticiper sur ce chantier tous les enseignements dispensés par Fukushima".

> Linky est prêt pour un vaste déploiement

Les Echos
du 01/04/2011

Après un an d'expérimentation, ErDF se déclare prête à déployer en grand les compteurs électriques « intelligents » "Linky". Sauf que l'Etat, lui, n'est pas prêt. Eric Besson, le ministre de l'Energie, doit installer en mai un comité de suivi qui « permettra de tirer les enseignements de cette première phase de déploiement avant la décision de généralisation ».
Idem pour la CRE qui va procéder à un audit de l'expérimentation, qu'elle veut rendre d'ici fin juin.
Dans une note confidentielle, l'Ademe estime que « si le compteur Linky, tel qu'il est actuellement conçu, apporte des bénéfices en termes de comptage et de gestion du réseau électrique, voire de diminution du contenu CO2 du kWh électrique, ses bénéfices pour le consommateur en termes de maîtrise de la demande restent encore théoriques ».
Sources Les Echos, Enerpresse, Le Figaro

> ... et la Grande-Bretagne aussi

AFP
du 29/03/2011

Dabid King, l'ancien conseiller scientifique du gouvernement britannique estime qu'en dépit de la catastrophe de Fukushima au Japon, il n'y a jamais eu autant d'arguments en faveur de la construction de nouvelles centrales, en termes économiques, de sûreté et d'émissions de CO2".
Le rapport, publié par la Smith School of Enterprise and Environment (qui dépend de l'Université d'Oxford), suggère par ailleurs que le recyclage intensif du combustible nucléaire usagé pourrait permettre de compenser le coût du démantèlement des anciennes centrales.
Ses propos rejoignent ceux du gouvernement conservateur actuel, qui refuse à ce stade de remettre en question les projets de construction de nouveaux réacteurs.

> La Chine, toujours favorable au nucléaire...

Le Figaro
du 30/03/2011

La catastrophe nucléaire de Fukushima devrait s'imposer parmi les sujets prioritaires du tête-à-tête prévu à Pékin, entre Nicolas Sarkozy et son homologue chinois Hu Jintao dans le cadre de la présidence française du G20. Nicolas Sarkozy passera aussi quelques heures, le 31 mars, dans le Japon sinistré.
Le vice-ministre chinois de l'Environnement, a déclaré que la Chine maintiendrait son cap nucléaire : 27 réacteurs sont actuellement en chantier. Mais devant l'évolution inquiétante de la crise à Fukushima, Pékin a toutefois annoncé qu'il suspendait momentanément l'approbation de nouveaux réacteurs et ordonné une inspection générale de ses centrales. La Chine n'en reste pas moins le premier marché de la planète pour les fabricants de centrales atomiques, et Paris entend bien y consolider ses positions.

> La France prête main forte au Japon

AFP
du 29/03/2011

Alors que des traces de plutonium ont été détectées dans le sol de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima où de l'eau fortement radioactive s'est échappée des bâtiments des réacteurs, faisant craindre une pollution massive autour du site, Tepco a officiellement demandé l'appui de la France.
Trois acteurs sont concernés au premier chef : EDF, Areva et le commissariat à l'Énergie atomique (CEA). Pour Éric Besson, l'initiative de Tepco est « une bonne nouvelle », étant entendu que face à cette situation incertaine « on en saura plus quand il y a aura le retour d'expérience », des industriels français.
Sources : RTL, AFP, Le Monde.fr

> Le CLEEE rejette toute augmentation des prix

AFP
du 25/03/2011

Le CLEEE, qui regroupe des entreprises fortement consommatrices d'électricité telles que la SNCF, France Télécom, Carrefour ou Accor, "ne voit aucune raison de surévaluer le prix" de l’électricité nucléaire "sauf au cas où le diagnostic décidé par les pouvoirs publics conduirait à devoir envisager de nouveaux aménagements de sécurité" sur les centrales. Selon lui, "ce n’est qu’après que les conclusions de l’audit de nos centrales nucléaires demandé par le Premier Ministre auront été rendues publiques que l’impact" sur le prix de gros de l’électricité nucléaire "pourra être estimé et pris en compte".

> Les centrales jugées dangereuses seront fermées et le retour d'expérience sur Fukushima sera transparent

Bulletin Quotidien et Le Figaro
du 26/03/2011

« Si une centrale ne passe pas les tests de sûreté, elle sera fermée, c'est clair. » a déclaré Nicolas Sarkozy. Les Vingt-Sept se sont en effet accordés sur l'organisation d'une révision des 143 réacteurs en service dans l'Union européenne (UE), selon des critères communs. Ils ont par ailleurs appelé à mener des « tests de résistance » dans les centrales du monde entier. Soit 442 réacteurs dans 29 pays.
Alors que le monde entier a les eyux rivés sur Fukushima, M. Nicolas SARKOZY a, par ailleurs, "souligné la nécessité du dialogue entre les responsables politiques et les chercheurs au moment où les populations s'interrogent sur les risques inhérents au progrès".
De son côté, François Fillon a officiellement chargé l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de procéder à l'audit des installations françaises, avec pour mission de fournir de "premières conclusions" d'ici fin 2011.
Par ailleurs, consciente du besoin d'information des Français, Nathalie Kosciusko-Morizet a déclaré que "compte tenu de l'ampleur de ce qui s'est passé à Fukushima, l'idée est bien d'intégrer les enseignements de l'accident mais de le faire d'une manière extrêmement transparente, extrêmement lisible".
Quant à l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing, il a déclaré dans "Le Monde", qu'il faut mettre un terme au projet d'EDF de construire des centrales nucléaires aux États-Unis.

Actualité Européenne

> Négociations climatiques mondiales : les 27 esquissent une stratégie commune

Energie – Climat
du 01/04/2011

A l’occasion du Conseil informel du 26 mars, les ministres de l’environnement de l’UE ont réaffirmé leur volonté de jouer un rôle moteur au sein de la prochaine conférence mondiale sur le climat qui se déroulera à Durban, et d’y obtenir l'adoption d'un accord climatique ambitieux et contraignant pour l'après-2012. Ils se sont accordés sur la nécessité, en premier lieu, d’améliorer la communication avec les pays en développement. Compte tenu du fait que l'adoption d'un accord international d'ici à la fin 2012 est peu probable, ils ont également convenu que l’effort devait aussi porter sur la mise en œuvre de règles juridiques spécifiques, à mettre en œuvre de manière transitoire, d’ici la nouvelle période d'engagement post Kyoto.

Aucun compromis n’a toutefois pu être trouvé entre les 27 sur la question des engagements de l’Europe en matière de réduction des émissions à effet de serre, les avis divergeant quant à l’attitude à adopter si des pays gros émetteurs (ex : Etats-Unis, pays émergents) n'étaient pas disposés à faire également, de leurs côtés, des propositions ambitieuses. Pour mémoire, 7 pays (Allemagne, Danemark, Espagne, Grèce, Portugal, Suède et Royaume-Uni) se sont récemment déclarés favorables à un rehaussement de l’offre européenne, sur la base d’un objectif de réduction de 30% des émissions d’ici 2020, sans obligation d’engagements comparables de la part des autres pays.

> L’efficacité énergétique comme palliatif au nucléaire ?

Energie – Climat
du 01/04/2011

Alors que le débat sur l’atome se poursuit, l’organisation européenne des citoyens pour la normalisation dans le domaine de l'environnement (ECOS) a remis en lumière la nécessité pour l’Europe d’accentuer ses efforts en matière d’efficacité énergétique, via notamment une mise en œuvre rapide de la législation existante, pour contribuer à garantir l’équilibre du système électrique de l’UE. L’ECOS estime ainsi qu’une parfaite application de la directive de 2009 sur l’éco-conception permettrait une économie d’énergie finale se montant à 540 TWh, soit l’équivalent de l’énergie produite par 98 réacteurs nucléaires de la taille de celui de Fukushima, ou par 49 réacteurs de type EPR. A ce jour, cette directive aurait déjà permis d’économiser environ 340 TWh.

> L’UE poursuit ses investissements dans le développement des véhicules électriques

Energie – Climat
du 01/04/2011

La Commission a annoncé qu’elle apportera un soutien financier de 24 millions d’euros à l’initiative paneuropéenne « Green eMotion » en faveur de l’électro-mobilité. Ce projet, dont le coût total est estimé à près de 42 millions d’euros, réunit électriciens, industriels du secteur automobile, municipalités, universités et organismes de recherche. Il vise à échanger et développer les expériences, les expertises et les savoir-faire entre acteurs, et à faciliter le lancement du marché des véhicules au niveau européen.

> Le gouvernement britannique rend public son projet de déploiement des compteurs intelligents

Réseaux
du 01/04/2011

Le Secrétaire d’Etat britannique en charge de l’Energie a rappelé la volonté de son gouvernement de voir l’ensemble des foyers, des entreprises et des administrations britanniques équipés de compteurs intelligents d’ici 2019. Le déploiement de ces appareils devrait débuter en 2014. Il concernera près de 53 millions de compteurs. Londres estime que les données fournies par les « smart-meters » devront être gérées de manière centralisée par une nouvelle structure spécifique (Data and Communication Company), qui sera régulée par l’OFGEM. A l’exception du comptage, les consommateurs devront pouvoir contrôler la manière dont ces informations sont utilisées et pourront choisir à qui elles seront transmises. Pour le gouvernement, les compteurs intelligents devraient permettre des économies estimées à 8,3 milliards d’euros (7,3 Mds£). Si le gain annuel moyen par foyer est estimé à 26€ (23£) d’ici 2020, le coût global de l’opération n’a, lui, toujours pas été indiqué.

> La Commission adopte les règles dérogatoires pour l’allocation de quotas gratuits durant la 3ème phase pour les centrales électriques au charbon

Marché du carbone
du 01/04/2011

La Commission a adopté, mardi 29 mars, les règles qui encadreront l'allocation gratuite d’un nombre limité de quotas de quotas aux 10 nouveaux états membres fortement dépendants du charbon pour la production d’électricité. Durant une période transitoire, la Bulgarie, Chypre, la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne et la Roumanie pourront, ainsi, obtenir gratuitement jusqu’à 70 % de quotas en 2013, ce pourcentage devant diminuer progressivement avec les temps, pour atteindre 0 en 2020. Ils intégreront alors le régime général prévu par la directive ETS, qui prévoit l’achat de quotas aux enchères. Pour bénéficier de cette dérogation temporaire, les 10 Etats devront satisfaire aux objectifs de lutte contre le réchauffement climatique, et respecter les règles d’aides d’état et celles régissant le marché intérieur. Seules les centrales dont la construction a débuté avant la fin de 2008 seront éligibles à l’attribution de quotas gratuits, au grand dam de la Pologne, qui souhaitait voir cette règle assouplie, afin de prendre en compte quelques 15 000 mégawatts supplémentaires, soit 10 à 20 centrales au charbon.

> ETS : 23 registres nationaux (+2) rouverts depuis le 30 mars

Marché du carbone
du 01/04/2011

La Commission a accepté la réouverture de deux registres nationaux (Grèce et Lettonie) supplémentaires, mercredi 30 mars. Cette décision porte désormais à 23 le nombre d’Etats ayant reçu le feu vert pour une reprise de la totalité des opérations en ligne au titre du système d'échange de quotas d'émissions de l'UE.

> Vers une intégration des marchés polonais et tchèques dès 2011 ?

Marché intérieur & Concurrence
du 01/04/2011

Le président de la plus importante bourse polonaise de l’énergie, PolPX a évoqué, mardi 29 mars, la possibilité d’un couplage des marchés entre la Pologne et la République tchèque. Cette opération pourrait avoir lieu dès la fin de l’année 2011 : « l'infrastructure est en place et il ne reste qu'à conclure un accord entre les gestionnaires du réseau, les bourses et à effectuer une légère modification dans les réglementations ». Après la fusion des marchés tchèque et slovaque en 2009 et le projet des GRT, annoncé en février 2011, d’étendre cette intégration à la Hongrie, il s’agit de la dernière initiative « bilatérale » de couplage, au sein d’une région dont les marchés demeurent encore fragmentés. Cette intégration serait la deuxième pour PolPX, qui avait relié son marché de l'énergie à la bourse Nordpool scandinave via un câble de 600 MW.

> Le Parlement se penche sur l’efficacité du financement européen dans le domaine du démantèlement des centrales nucléaires

Activité Parlementaire
du 01/04/2011

Les députés devraient adopter, mardi 6 mars, sa position sur « l’efficacité du financement européen dans le domaine du démantèlement des centrales nucléaires dans les nouveaux États membres » (rapport Marinescu – PPE/Roumanie). Ce texte examine les modalités du soutien financier de l’UE en ce qui concerne la fermeture anticipée et le démantèlement des vieilles centrales nucléaires présentes en Lituanie, Slovaquie et Bulgarie. Il relève que, dans ces trois cas, les coûts constatés ont dépassé l'aide européenne prévue et qu'ils risquent également de dépasser les estimations initiales. Il note également qu'une grande partie des fonds a été utilisée en faveur de projets énergétiques et non à l'appui du principal objectif de l'assistance financière, à savoir le démantèlement des centrales. Soulignant l’importance de la question de la sécurité, le rapport Marinescu s’inquiète du fait que les plans détaillés des trois programmes de démantèlement ne sont pas encore finalisés. Ils engagent dès lors les instances nationales compétentes à finaliser ces plans et la Commission à faire rapport sur ce processus et à établir une planification financière détaillée à long terme des projets de démantèlement. La Commission est également invitée à explorer les voies possibles d'une harmonisation dans l'Union des approches relatives au financement du démantèlement.

> Programme de la plénière

Activité Parlementaire
du 01/04/2011

Mardi
- 09h-12h : Présentation par la présidence du Conseil des résultats du Conseil européen des 23 et 24 mars
- 13h-14h : Vote du rapport sur l’efficacité du financement européen dans le domaine du démantèlement des centrales nucléaires dans les nouveaux États membres (rapport de Marian-Jean Marinescu)
Mercredi
- 09h – 12h : Discussion commune sur le marché unique : déclaration de la Commission sur la question des « marchés publics »
- 15h-18h : Déclarations du Conseil et de la Commission sur les leçons à tirer, en termes de sûreté nucléaire, de l'accident nucléaire au Japon

> Nominations au sein des DG Environnement et Concurrence

Affaires Publiques
du 01/04/2011

La Commission européenne a rendu publique la nomination de Mr Alan Seatter en tant que « Deputy Director-General » au sein de la DG Environnement. De nationalité écossaise, M. Seatter est actuellement responsable du volet « Mieux légiférer » au sein du Secrétariat général. Sa date de prise de fonction n’a pas été communiquée.
Par ailleurs, la Commission a indiqué que le belge Eric Van Ginderachter, Chef d’unité en charge des « Aides d’état » à la DG Concurrence, quitterait son poste le 1er avril, pour diriger l’équipe « cartels » au sein de la Direction générale de cette même DG.

> Les règles d’accès et de conduite au PE seront renforcées pour les lobbyistes et les élus

Affaires Publiques
du 01/04/2011

Suite aux affaires de corruption présumée qui ont éclaté ces dernières semaines, les groupes politiques du Parlement européen ont décidé cette semaine, à l'unanimité, de revoir et renforcer les règles d'accès et de travail des lobbyistes au Parlement, ainsi que le code de conduite des eurodéputés. A cette fin, un groupe de travail composé de parlementaires a été mis en place. Il aura pour tâche de préparer la définition et les modalités de mise en place de ces nouvelles dispositions.

Actualités

Revue de Presse 2011


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.