• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 21/03/2011 au 28/03/2011

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> Nucléaire vs fossiles?

Le Monde, Challenge
du 24/03/2011

La catastrophe de Fukushima a d'ores et déjà provoqué des dégâts collatéraux pour les géants du nucléaire dans le monde. Ainsi la commande d'un montant de 5,5 milliards d'euros de deux réacteurs de nouvelle génération EPR par l'Inde semble compromise.
En Europe, où dix-huit chantiers de réacteurs nucléaires sont prévus, on parle au mieux de remise à plat. Cependant la France ne devrait pas remettre en cause sa politique nucléaire. On mise sur toujours plus de sécurité, mais pas question de suivre l'exemple de l'Italie qui, après Tchernobyl, a renoncé au nucléaire en 1987. Le pays exploitait alors trois installations qui produisaient 4, 5 % de son électricité. En France, 58 réacteurs fournissent 72 % de la consommation. Difficile, en effet,avec 72% de la consommation en provenance de 58 réacteurs de se priver de l'atome. Si celui-ci reculait dans le monde, les énergies fossiles prendraient à court terme le relais.
De toutes les sources d'énergie primaire permettant de produire de l'électricité, le gaz est celle qui a le plus d'avenir, même si le charbon se trouve en plus grande quantité dans le sous-sol car le gaz rejette deux fois moins de CO². Du côté du thermique, les centrales à gaz - alors que les cours mondiaux baissent - ont la cote, mais elles induisent une autre dépendance, sauf à développer des technologies peu écologiques comme le gaz de schiste sur lequel le gouvernement vient de demander un moratoire. Pour le renouvelable, le potentiel hydraulique est déjà largement exploité et le solaire, vraiment trop cher. Il reste l'éolien. Toutefois pour Hervé Nifenecker, chercheur en physique des particules et président d'honneur de Sauvons le climat, : « Sortir du nucléaire revient à se mettre sous la dépendance du gaz ou du charbon, l'éolien ne peut couvrir nos besoins. Il y a des périodes de plus d'un mois sans vent. »
Un autre levier pour sortir de la dépendance à l'atome comme autres sources d'énergie serait d'être moins gourmand en électricité. Pour l'association NégaWatts qui réunit une centaine d'experts, sortir du nucléaire nécessiterait de réduire de... 65 % la consommation électrique. Le scénario est plausible, mais suppose un changement draconien des habitudes. Car si les Français sortent du nucléaire, ils devront accepter d'en payer le prix.

> L'Angleterre confirme l'opion nucléaire et un prix CO² plancher, l'Italie fait une "pause"

La Tribune
du 23/03/2011

Le Royaume-Uni a décidé de continuer ses projets dans le nucléaire. Lors de la présentation du budget britannique présenté, Londres a accepté une demande d'EDF de construire quatre centrales EPR au Royaume-Uni. Un prix plancher de la tonne de CO2 a été introduit, à un niveau de 16 livres en 2013, « allant vers un objectif de 30 livres en 2020 ».
De son côté, le gouvernement italien a décidé mercredi en conseil des ministres une pause d'un an dans son calendrier de retour au nucléaire. Après les accidents dans une centrale au Japon, l'opposition à l'atome s'est renforcée dans la Péninsule, alors qu'un référendum doit avoir lieu le 12 juin pour dire oui ou non au nucléaire civil.
Sources : La Tribune, AFP, Enerpresse

> NOME : un Arenh à 42€?

Le Figaro
du 24/03/2011

Alors que la mission Champsaur vient de mettre un point final à ses travaux en préconisant un prix de 39 euros le MWh, le rapport n'a toujours pas été transmis aux pouvoirs publics... et les pressions ont redoublé.
EDF est à la manœuvre, avec le soutien actif, d'ailleurs, de Jean-Louis Borloo, l'ancien ministre de l'Énergie. Henri Proglio, PDG de l'électricien public, n'entend pas céder un pouce de terrain.
En début de semaine, à la surprise générale, le nouvel entrant Direct Energie, qui jusque là bataillait pour un prix autour de 35€/MWh, fait volte face et s'aligne sur les exigences d'EDF, expliquant que la catastrophe de Fukushima a changé la donne et va impliquer des investissements supplémentaires qu'il faudra financer.

> Une "légère hausse" des tarifs électriques

Aujourd'hui en France
du 24/03/2011

En réponse à un article paru dans le quotidien « les Echos » le 23 mars, qui affirmait une nouvelle hausse des tarifs EDF a pour sa part, démenti avoir déposé une « demande formelle » de hausse des tarifs. Eric Besson, quant à lui, a assuré que le prix de l’électricité augmenterait légèrement cet été et pas avant, et que le gouvernement n’étudiait aucune hausse importante des tarifs.
Le député François Brottes prévient que toute hausse annuelle de 4,7% des tarifs d'ici 2015, telle que Les Echos l'annonçaient, serait intolérable pour les Français.
Sources : Aujourd'hui en France, Le Figaro, Libération, Le Monde, Les Echos, La Croix, AFP, La Tribune

> Réforme des retraites: publication des décrets d'application pour les régimes spéciaux

AFP
du 21/03/2011

Les décrets transposant la réforme des retraites de novembre 2010 aux régimes spéciaux de la SNCF, de la RATP et des industries électriques et gazières (EDF, GDF...), ont été publiés dimanche au Journal officiel (JO).
Pour les industries électriques et gazières, (EDF, GDF et ELD), un décret modifie le statut national des personnels et stipule que "les premiers reports effectifs de l'âge de mise en inactivité interviendront pour les agents nés à compter de 1957".
Pour rappel, la réforme de 2007 des régimes spéciaux avait consisté à faire notamment passer la durée de cotisation pour une retraite à taux plein de 37, 5 ans à 40 ans en 2012. Puis, lorsqu’il a été décidé en 2008 de porter en 2012 la durée de cotisation du privé et du public de 40 à 41 annuités, il a été prévu d’augmenter celle des régimes spéciaux à 41 annuités en 2016.

Actualité Européenne

> Crise au Japon : la France tacle le commissaire Oettinger

Energie – Climat
du 25/03/2011

Accusé d’avoir déstabilisé les marchés financiers suite à ses déclarations alarmistes de la semaine dernière, le Commissaire Oettinger a été une nouvelle fois critiqué par le ministre français, Eric Besson, qui a déclaré en marge du Conseil énergie extraordinaire du lundi 21 mars : « Il n'est nul besoin d'alimenter la psychose […] Sur la forme comme sur le fond, il y a eu des déclarations qui ont choqué en France et en Europe. Sur la forme, alors que les Japonais étaient et sont toujours en train de se battre avec une détermination qui force le respect, parler d'apocalypse, c'était peut-être à contretemps. Quant au danger de certaines centrales européennes, ce n'est plus la forme qui me perturbe, c'est le fond. Je ne dis pas qu'il a mécaniquement tort, mais à ce moment-là, il faut qu'il dise très vite quelles sont les centrales dangereuses. Je me suis demandé sur quel critère il fondait ses affirmations. Ou alors il a des informations dont nous ne disposons pas ».

> Les 27 valident le principe des « stress tests » pour les centrales nucléaires

Energie – Climat
du 25/03/2011

Réunis à Bruxelles les 24 et 25 mars pour le sommet Européen de printemps, les Chefs d’Etats et de gouvernements de l’Union ont définitivement validé la mise en œuvre de tests de résistance pour les 143 centrales nucléaires de l’UE en activité, ainsi que pour les installations futures. Les modalités de ces « stress tests » devront être établies « le plus rapidement possible » par le groupement des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire, sous le contrôle de la Commission. Le Commissaire G. Oettinger a exprimé son souhait d’étendre ces tests aux crashs d’avion et aux attaques terroristes. L’Autriche, de son côté a exigé que ces procédures de vérification soient rendus obligatoires, et ne soient pas simplement soumises au principe du volontariat, comme c’est actuellement le cas. Concernant leur réalisation (et la décision éventuelle de fermeture d’une centrale qui serait jugée dangereuse), la Commission a admis que la question n’était pas encore tranchée. Les 27 se sont prononcés en faveur de « l'application et [de] l'amélioration en permanence » de normes rigoureuses en matière de sûreté nucléaire au sein de l'UE et promues à l'échelle internationale. Dans cette optique, ils ont par ailleurs souhaité que les tests de résistance de type européen soient également menés dans les pays voisins de l'UE (ex : Suisse, Turquie, Biélorussie, Ukraine, Arménie et Russie), ainsi que dans le monde entier.

> De 18,4€ en 2013, le prix plancher de la tonne de CO2 en Grande-Bretagne devrait atteindre 34,5€ en 2030

Marché du carbone
du 25/03/2011

18,4 euros (16 £) la tonne de CO2 : c’est le niveau de prix minimum fixé par le gouvernement britannique pour l’acquisition des crédits d’émission à compter de 2013. Ce prix, qui devrait augmenter progressivement pour atteindre 34,5 euros (30 £) à l’horizon 2030, a pour vocation d’encourager les investissements dans les énergies propres et d’alimenter la future « banque d’investissement verte », destinée à financer les projets environnementaux. Cette décision survient alors que la Commission européenne a évoqué, dans son projet de « Feuille de Route 2050 », la possibilité d’intervenir activement sur le marché du CO2 pour relever le prix du carbone, via une mise en réserve de 500 à 800 millions de quotas.

> ETS : 21 registres nationaux sur 27 rouverts

Marché du carbone
du 25/03/2011

Suite à l’accord donné par la Commission à la Finlande, la Roumanie, la Slovénie, la Suède, la République tchèque et la Roumanie, 21 registres nationaux de transaction en ligne étaient désormais opérationnels, à compter de la fin de de la semaine dernière. Bruxelles a estimé que ces 6 nouveaux pays lui avaient fourni « des assurances raisonnables » quant à la mise en place des exigences de sécurité requises. Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Estonie, France, Espagne, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Slovaquie, Royaume-Uni et Norvège avaient déjà l’aval de la Commission pour reprendre leur activité.

> Accord ministériel en Belgique sur le mécanisme de contrôle des prix de l’électricité

Marché intérieur & Concurrence
du 25/03/2011

Annoncé fin janvier, le principe d’un contrôle des prix de l’énergie en Belgique a fait l’objet d’un accord, le 18 mars, en Conseil des ministres. Il prévoit la mise en place d’un mécanisme inspiré de celui existant aux Pays-Bas, donnant pouvoir au régulateur (CREG) d’effectuer des contrôles sur les prix et, le cas échant, de ne pas autoriser les tarifs proposés, lorsque l’application des formules de formation des prix n’est pas jugée satisfaisante. Le texte stipule, en outre, que les contrats variables d’énergie ne seront plus mensuels mais trimestriels, afin de contribuer à faire baisser la volatilité des prix.

> Propositions « radicales » du régulateur britannique pour accroître la concurrence dans le secteur de la fourniture d’énergie

Marché intérieur & Concurrence
du 25/03/2011

Afin de faire profiter au mieux le consommateur de la concurrence dans le secteur de l’énergie, le régulateur britannique a proposé, le 21 mars, un ensemble de mesures visant les 6 grands fournisseurs exerçant Outre-Manche. L’OFGEM suggère notamment une simplification des tarifs, une augmentation de la transparence sur la répercussion des coûts des fournisseurs sur les clients finals, ainsi que la mise sur le marché de 10 à 20% de la production d’électricité des fournisseurs via un système d’enchères. Les opérateurs du secteur ont 8 semaines pour réagir et engager des discussions avec le régulateur sur la base de ces propositions.

> Hausse des prix de l’électricité en Espagne sur le marché libre

Marché intérieur & Concurrence
du 25/03/2011

Les associations de consommateurs espagnols ont dénoncé la hausse des prix de l’électricité, qui devrait découler de l’augmentation de 10,8% des tarifs d’acheminement que vient de d’officialiser le gouvernement ibérique. L’OCU s’attend ainsi à une revalorisation moyenne de 40 à 100 euros par foyers disposant d’une puissance supérieur à 10 kW et ceux ayant souscrit des offres sur le marché libre. Cette situation ne devrait toutefois pas impacter les 20 millions d’espagnols restés dans le cadre des prix règlementés, pour qui le surcoût attendu sera compensée par la baisse de 9,43% des prix de l’électricité enregistrée suite à la dernière enchère sur le marché de gros.

> Poweo reçoit le soutien de la BEI pour la construction d’une centrale CCG

Marché intérieur & Concurrence
du 25/03/2011

Conformément à l’accord rendu public le 14 mars, « Poweo Toul Production » devrait recevoir le soutien (165 millions d’euros) de la Banque européenne d’investissement pour la construction et l’exploitation d’une centrale de 413 MW équipée de turbines à gaz à cycle combiné dans la banlieue de Toul.

> Les députés européens divisés sur l’avenir nucléaire de l’Europe

Activité Parlementaire
du 25/03/2011

La situation à Fukushima Daiichi a donné lieu à une nouveau débat en plénière, mercredi 23 mars, sur les suites de la crise. Les députés ont unanimement salué la perspective de tests de résistance pour les centrales, afin de renforcer la sécurité du parc existant. Les échanges ont, en revanche, été beaucoup plus vifs sur la question de l’avenir de l’énergie nucléaire en Europe, mettant face à face les tenants d’une sortie du nucléaire et les défenseurs d’un « débat scientifique raisonné ».

> Directive Droits des consommateurs : le Parlement se donne plus de temps pour finaliser ses propositions

Activité Parlementaire
du 25/03/2011

Lors de la mini-session plénière du jeudi 24 mars, les députés européens ont adopté certaines de leurs propositions de modifications au projet de directive sur la protection des consommateurs. Devant les divergences entre groupes politiques, ils ont toutefois décidé de repousser toute décision visant à finaliser leur position. La question a ainsi été renvoyée en commission parlementaire (IMCO) pour examen et poursuite des travaux, afin de parvenir à un texte de compromis permettant de rechercher ultérieurement un accord avec les États membres. Les mesures ayant fait l’objet d’un accord à ce stade visent à mieux protéger les acheteurs en ligne et à renforcer la confiance des consommateurs lors des transactions transfrontalières.

Actualités

Revue de Presse 2011


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.