• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 21/09/2010 au 24/09/2010

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne Actualité Sociale

Actualité économique et industrielle

> Prolongation de la vie des centrales : un choix au cas par cas

Le Figaro
du 20/09/2010

De manière générale, EDF a l'intention d'exploiter ses centrales au-delà des 40 ans initialement prévus au moment de la conception, avec un niveau de sûreté amélioré à chaque visite décennale. Dans ce type de décision, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) n'a pas de position établie d'avance. Chaque décision est prise au cas par cas, avec la plus grande attention. Car aujourd'hui, la question est incontournable pour les opérateurs. En effet, les ENR, considérées comme une possible alternative au nucléaire, ne sont pas encore mâtures. les réacteurs de nouvelles génération comme l'EPR enregistrent d'importants retards. Prolonger la durée de vie des centrales est donc une nécessité qui dépasse la simple question de la rentabilité même si celle ci est avérée une fois passé le cap de l'amortissement d'un investissement particulièrement lourd. Certains Etats, d'ailleurs, qui ont souvent massivement investi dans les équipements nucléaires, ne veulent pas que les industriels tirent seuls les profits de cet allongement. D'où les taxes instituées en Belgique et en Allemagne. Au delà de cet aspect, se pose aussi la question de la sécurité en cas de prolongement d'une centrale vieillissante. Depuis le début de l'ère atomique, ingénieurs et physiciens étudient les effets de la corrosion et de l'irradiation sur les réacteurs. Mais sans disposer encore d'un recul de plus de 43 ans, l'âge de plus vieille centrale en service, en Grande-Bretagne.


> Un "couac" dans les tarifs sociaux

RTL
du 20/09/2010

Une nouvelle qui fait mal en période de crise. Selon une recommandation publiée le 30 août dernier par Denis Merville, médiateur national de l'énergie, et citée lundi dans Le Parisien, EDF aurait refusé d'accorder le tarif social de l'électricité aux consommateurs les plus pauvres. 300.000 foyers seraient concernés.Dans une réponse au médiateur, EDF a promis de rectifier au plus vite les choses. EDF s'est dite aussi favorable à l'amendement déposé dans le cadre du PL NOME et visant à rendre automatique les tarifs sociaux de l'électricité et du gaz.

> Véhicules électriques : Renault enclenche la première, tandis que Endesa et Mitsubishi se marient

Les Echos + AFP
du 21/09/2010

Le Kangoo ZE, premier d'une gamme de quatre véhicules électriques de Renault, fait son entrée à l'usine de Maubeuge pour l'assemblage des préséries. Premières livraisons : mi-2011. Den son côté, Le groupe espagnol d'électricité Endesa a annoncé mardi avoir conclu un accord avec le conglomérat japonais Mitsubishi Corporation, pour travailler ensemble sur le développement de la voiture électrique, une des priorités du gouvernement espagnol.



> EDF vs AREVA : des élus en appellent au Président de la République

AFP, Le Point.fr
du 22/09/2010

Des élus PS de Saône-et-Loire, où se trouvent des sites Areva de fabrication de composants pour les centrales nucléaires, ont interpellé mercredi le président de la République sur le choix d'EDF, préférant se fournir selon eux en Russie ou au Japon plutôt qu'auprès du Français Areva. De son côté, Le ministre français de l'Écologie et de l'Énergie, Jean-Louis Borloo, espère une "avancée d'ici la fin de l'année" dans le dossier portant sur la montée d'EDF au sein du capital d'Areva, dans un entretien au quotidien Les Échos daté de lundi 20 septembre.

> Quand l'Offshore éolien fait le bonheur des constructeurs de réseaux

Les Echos
du 23/09/2010

L'une des conséquence de l'essor des énergies renouvelables, en particulier les éoliennes, c'ets la nécessité de disposer de plus en plus de réseaux électriques de haute tension. Un véritable marché pour les constructeurs d'équipements de réseaux tel qu'Alstom, Siemens ou ABB. Ainsi, avec l'installation de fermes éoliennes très puissantes, les points d'entrée sur le réseau de haute tension se multiplient. Les fermes d'éoliennes offshores imposent des contraintes particulières et coûteuses. Enfin, Il ne suffit pas de connecter les fermes éoliennes au réseau électrique. « Les énergies renouvelables ayant un caractère intermittent, il faut développer fortement les interconnexions de telle sorte que, s'il y a une interruption subite de vent, il soit possible de fournir l'énergie grâce à d'autres moyens de production », souligne André Merlin, président du Conseil international des grands réseaux électriques. Autrement dit, il ne suffit pas de connecter une nouvelle ferme éolienne, mais aussi une nouvelle centrale à gaz qui viendra prendre le relais quand le vent tombera.

> Penly... sans GDF SUEZ

AFP, Libération, Les echos
du 23/09/2010

Selon les Echos, GDf SUEZ aurait décidé de retirer du projet de construction du réacteur nucléaire de nouvelle génération (EPR) à Penly (Seine-Maritime). Le PDG de GDF Suez aurait fait part de ses intentions dans un courrier adressé au Premier Ministre François Fillon.Pour autant, dans ce même courrier, Gérard Mestrallet réitèrerait sa proposition de construire un réacteur de taille plus petite, de type Atmea, dans la vallée du Rhône. Quant à l'international, GDF Suez revendique plusieurs pays cibles dans le nucléaire. En Roumanie, notamment, le groupe français fait partie d'un consortium dont la candidature s'appuie sur un réacteur canadien. Au Royaume-Uni, où GDF Suez est associé avec l'espagnol Iberdrola et le britannique SSE, pour la construction d'un réacteur. Enfin, en Italie, le français a signé un protocole d'accord avec l'allemand E.ON.

Actualité Européenne

> Efficacité énergétique : l’European Climate Fundation plaide pour des objectifs contraignants dans chaque Etat membre

1. Energie – Climat
du 24/09/2010

Alors que la Commission européenne travaille actuellement à la révision à mi parcours du Plan d’action pour l’efficacité énergétique de 2006, le think tank « European Climate Fundation » (ECF) a publié ses propositions visant à atteindre les objectifs climatiques européens pour 2020. Si les mesures législatives existantes sont jugées suffisantes pour atteindre en principe une baisse de 20% de la consommation, l’ONG constate que la manière dont elles sont aujourd’hui mises en oeuvre ne permet de bénéficier que du tiers de leur potentiel. Elles conduiront ainsi à une économie de l’ordre de 115 Mtep ce qui, ajouté aux 70 Mtep non utilisées suite à la crise économique, ne suffira pas pour atteindre une baisse totale de la consommation estimée à 94 Mtep. Pour palier ce problème, l’ECF plaide pour l’introduction d’objectifs contraignants en matière d’efficacité énergétique pour chaque Etat membre.

> La Commission n’exclut pas un scénario 100% ENR à l’horizon 2050

1. Energie – Climat
du 24/09/2010

Dans le bal des rapports successifs des études publiées par les associations professionnelles et les ONG durant des derniers mois et présentant des scénarii en termes de réduction des émissions de GES et de place des renouvelables dans la production énergétique européenne, Greenpeace a présenté sa contribution au débat, via le rapport « [R]évolution énergétique ». L’ONG écologistes propose un scénario selon lequel les ENR pourront couvrir 92 % de la consommation européenne d'énergie et 97 % de l'électricité en 2050, pour évoluer vers une UE à 100 % d'énergie renouvelable. Une condition indispensable à la faisabilité de ces projections : d'énormes économies d'énergie via une meilleure efficacité technologique, l'amélioration des transports publics ou le développement du ferroutage. Greenpeace plaide par ailleurs pour la fin sans délai de la production à base de nucléaire et de charbon. Présent pour la présentation de ce travail, Günther Oettinger a laissé entendre que la Commission étudiait la faisabilité d'un scénario « 100 % de renouvelables » pour 2050 et a soutenu l'idée d'un mécanisme européen de tarifs d'achat pour les renouvelables. Il a par ailleurs jugé faisable un système d'énergie sans nucléaire, tant du point de vue technique que « financier ».


> Bruxelles veut accroître le budget de l'UE

1. Energie – Climat
du 24/09/2010

Par la voix de son Vice-président, la Commission européenne plaidé pour une augmentation sensibles du niveau des ressources propres de l’Union durant le prochain exercice budgétaire (« perspectives financières ») qui commencera à compter de 2014 et qui sera le premier du genre à être défini conjointement par les Etats membres et par le Parlement européen. Cette démarche traduit le souhait de mettre les ressources de l’Union en adéquation avec les objectifs de la Stratégie UE 2020 et de défendre sa philosophie de construction d’un marché unique européen face aux éventuelles tendances protectionnistes nationales. La Commission souhaite notamment disposer des moyens financiers nécessaires pour mener à bien les politiques communes actuelles ou en construction que sont l’agriculture, le commerce international et l’énergie.


> Les Régions se groupent en « R20 », afin de peser dans les politiques liées au changement climatique

1. Energie – Climat
du 24/09/2010

En marge du congrès mondial de l’énergie qui s’est tenu à Montréal, des représentants de Régions de multiples pays ont posé les bases d’un réseau global baptisé « R20 » visant à rapprocher les régions en pointe en matière de changement climatique. Le R20 entend notamment faire pression pour appliquer un traité post-Kyoto juridiquement contraignant et faciliter les investissements dans les projets innovants, tels que les smart grids, via les partenariats public-privé et via un projet de « banque d’investissement verte » présenté à Montréal par des investisseurs en capital risque.


> Innovation et Normalisation : la Commission défend la marque européenne

1. Energie – Climat
du 24/09/2010

Le Commissaire en charge marché intérieur, Michel Barnier, a pris mardi la défense de la marque communautaire face aux décisions de certains offices nationaux des marques, qui cherchent à remettre en cause le caractère unitaire du système européen. S’exprimant devant les députés réunis en plénière, il a estimé que toute nouvelle restriction à l'utilisation de la marque communautaire pourrait avoir « des conséquences graves » pour la lutte contre la contrefaçon et l'accès des petites et moyennes entreprises à ce type de protection intellectuelle. « À ce stade, nous sommes confiants sur le fait que les juridictions nationales ne confirmeront pas les décisions [des offices nationaux] qui ne nous paraissent pas conformes au caractère unitaire de la marque communautaire et aux principes du marché unique ».

> Pologne : Problème d’approvisionnement en gaz mais risques de pénurie limités

1. Energie – Climat
du 24/09/2010

La Commission a indiqué que la Pologne pourrait être confrontée à problème d’approvisionnement en gaz en à la fin de l'année, en raison d’un retard enregistré dans la signature d’un accord d'approvisionnement avec la Russie. Elle s’est toutefois montrée confiante face à tout éventuel risque de pénurie, estimant qu’une partie du gaz transitant par la Pologne et à destination de l’Allemagne pourra être utilisée.


> La BEI débloque 250 millions de livres pour le réseau gazier britannique

2. Réseaux
du 24/09/2010

La Banque européenne d'investissement (BEI) a annoncé, mercredi 22 septembre, qu’elle octroiera une enveloppe de 250 millions de livres sterling pour le remplacement, le renforcement et l'extension des réseaux de distribution de gaz exploités par les compagnies Scotland Gas Networks et Southern Gas Networks. Ce prêt, d'une durée de 16 ans maximum, servira à remplacer près d'un millier de kilomètres de conduites en fonte, à augmenter la desserte des clients et à fournir de nouvelles conduites qui seront raccordées au réseau national de distribution.


> La Hongrie et la Roumanie diversifient leurs sources d’approvisionnement en gaz par le biais de l’interconnexion AGRI

2. Réseaux
du 24/09/2010

La Hongrie a donné lundi son accord pour rejoindre la Roumanie, l’Azerbaïdjan et à la Géorgie autour d’un projet visant à transporter du gaz liquéfié Azéri vers l’Europe, via l’interconnexion AGRI dont le lancement a été acté le 16 septembre dernier. La production de l’Azerbaïdjan est estimée à terme à 28 Mds de m3 par an, pour une consommation domestique de 11 Mds de m3, le différentiel étant destiné à l’exportation. Les autorités Azéri ont appelé à une mobilisation des institutions financières internationales pour engager la phase opérationnelles de ce projet, considéré comme un concurrent de Nabucco sur le couloir gazier du Sud de l’Europe.


> EDF face à la problématique des consommateurs vulnérables

3. Marché intérieur & Concurrence
du 24/09/2010

L’opérateur français EDF a fait l’objet lundi 20, d’accusations sur la non-application du tarif social (Tarif de Première Nécessité), qui permet aux consommateurs français titulaires de la couverture médicale universelle complémentaire de bénéficier d’une réduction de 30 à 50% sur leurs factures d’électricité. Cette annonce intervient alors que le prochain conseil énergie devrait examiner la question de la « pauvreté énergétique », débat dont le directeur de la communication d’RTE, Michel Derdevet, rappelait dans une tribune publiée le 15 septembre dans les Echos et co-signée avec la députée européenne Pervenche Bérès, qu’il mettait en opposition deux types d’approches différentes : une vision française de service public (prix égaux, péréqués pour tous, sur un même territoire) d’une part ; un modèle plus « anglo-saxon » d'aide aux plus pauvres (« powerpoverty ») d’autre part, où les collectivités locales et territoriales ont des objectifs de réduction de la pauvreté à atteindre en faisant passer la part de l'énergie en dessous de 10 % du budget des ménages.


> La Commission dévoile les premiers éléments du projet de révision de la Directive MiFID, à paraître au cours du premier trimestre 2011

3. Marché intérieur & Concurrence
du 24/09/2010

Le Commissaire Barnier a dressé les contours de la révision prochaine de la directive sur les marchés d'instruments financiers (MifID), qui visera à accroître la transparence, favoriser une gestion responsable des risques et supprimer les conflits d'intérêts. La proposition législative, dont la parution est prévue pour le premier trimestre 2011, a notamment vocation à être un des éléments clés d’une réforme ambitieuse des marchés de matières premières, en améliorant la transparence des transactions, en renforçant l’encadrement des marchés organisés qui jouent un rôle clef dans la découverte des prix des matières premières, et en renforçant les contrôles. Elle viendra compléter la Directive Abus de Marchés (MAD), dont le champ sera étendu afin de rendre les marchés de matières premières plus sûrs. La future Autorité européenne de supervision des marchés de valeurs mobilières (ESMA), prévue dans le paquet législatif « supervision financière », élaborera des règles de fonctionnement communes et favorisera une supervision coordonnée de ces règles en Europe.


> GDF autorisé à prendre le contrôle exclusif de Gaselys

3. Marché intérieur & Concurrence
du 24/09/2010

La Commission européenne a autorisé, mercredi 22 septembre, le Groupe GDF Suez à acquérir le contrôle exclusif de Gaselys, société commune qu’elle co-détient (51%) avec la Société générale (49%), et spécialisée dans le commerce de matières premières et de produits dérivés du secteur de l'énergie.


> Séparation patrimoniale : frictions entre le gouvernement lituanien et les opérateurs GazProm et E.ON Ruhrgaz

3. Marché intérieur & Concurrence
du 24/09/2010

GazProm et E.ON Ruhrgaz, copropriétaires avec l’Etats lituanien de la compagnie gazière Lietuvos Dujos, ont dénoncé, lundi 20 septembre, l’application stricte et immédiate du principe de séparation des activités de production et de fourniture (undundling) en Lituanie, qui pourrait engendrer, selon elles, des ruptures dans l’approvisionnement. Le Premier ministre lituanien, qui a dénoncé cette prise de position comme une « menace publique de perturber l’approvisionnement en gaz du pays si le gouvernement ne met pas en œuvre les directives européennes », a confirmé sa volonté de continuer dans la voir d’une libéralisation du secteur pour contribuer à faire baisser les prix.


> Le Parlement demande un assouplissent du cadre budgétaire 2007-2013, pour disposer des moyens financiers nécessaires à la mise en œuvre des nouvelles priorités de l’UE

4. Activité parlementaire
du 24/09/2010

A travers l’adoption du rapport Böge, mercredi 23 septembre, le Parlement européen s’est prononcé en faveur d’une révision du cadre financier pluriannuel actuel (2007-2013), afin de pouvoir mobiliser les marges budgétaires existantes en faveur des nouveaux champs d'action ouverts par le Traité de Lisbonne et au rang desquels figure le secteur de l’énergie. Les députés européens considèrent que cette flexibilité est indispensable pour créer des réserves et des marges permettant à l'Union de « faire face aux besoins actuels et futurs ». Pour que le Parlement puisse donner son approbation à la mise en œuvre du traité dans le domaine budgétaire, les députés estiment « indispensable d'engager sans délai une véritable négociation politique à un niveau suffisamment élevé et, si nécessaire, au plus haut niveau ».


> Voix discordantes au Parlement sur le plan de financement d’ITER

4. Activité parlementaire
du 24/09/2010

En marge du vote sur le cadre financier pluriannuel 2007-2013, le député vert français Yannick Jadot a exprimé devant la presse le scepticisme d’une partie du Parlement sur les modalités actuelles de financement européen du futur réacteur expérimental ITER. « Au sein de la commission du budget, le mécontentement est unanime face à l'imprécision et au contenu de la proposition de la Commission […] La Commission propose tout simplement de ponctionner le budget agricole de 400 millions d'euros, le budget recherche de 460 millions, l'origine des 560 millions restants est encore un mystère » a-t-il déclaré, ajoutant que « Reimer Böge, rapporteur PPE allemand du cadre financier pluriannuel le dit lui-même : le financement d'ITER est une salade de chiffres auxquels personne ne comprend rien ».

> Accord sur le nouveau plan de prévention de l'UE contre les crises gazières

4. Activité parlementaire
du 24/09/2010

Les députés européens ont validé en première lecture, mardi 21 septembre, le projet de règlement sur la sécurité d'approvisionnement en gaz, qui renforce l'actuel système communautaire basé sur la directive 2004/67/CE. Ce nouveau texte devrait permettre de remédier au manque de coordination et d'interconnexion des infrastructures énergétiques entre États membres face aux ruptures d'approvisionnement.
Les Etats membres devront garantir, en cas de défaillance de l'infrastructure principale, que les infrastructures restantes (N-1) satisfassent la demande totale équivalant à une journée de consommation exceptionnellement élevée. Ils disposeront de 4 ans après l'entrée en vigueur du texte pour se conformer à cette règle, et de 3 ans pour garantir leur interconnexion avec leurs voisins. La Commission élaborera une stratégie d'approvisionnement à long terme ; un an après l'entrée en vigueur du texte, elle évaluera le niveau des installations de GNL, des capacités de stockage et le degré de coopération régionale, en vue de recommandations pour améliorer les plans d'action préventifs.
En cas de perturbation grave ou d'un pic de consommation auquel les mécanismes de marché ne peuvent faire face, l'État membre concerné devra mettre en place un plan d'urgence, qui devra assurer l'accès transfrontalier aux installations de stockage, et le flux de gaz entre les pays ne pourra être restreint. Le texte voté par le Parlement devra être formellement validé par le Conseil pour entrer en vigueur d'ici la fin de l'année.

Actualité Sociale

> Les députés amendent le projet de loi portant réforme des retraites

Liaisons sociales
du 17/09/2010

Le projet de loi portant réforme des retraites a été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, le 15 septembre. Le texte conserve ses mesures phares : le recul de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans, ainsi que celui de l’âge de la retraite à taux plein à 67 ans. Par ailleurs, il a été amendé conformément aux annonces présidentielles, en particulier sur l’élargissement du champ du dispositif de départ anticipé à 60 ans pour carrière pénible. De plus, le projet de loi comprend désormais un volet relatif à l’épargne retraite, qui comprend notamment des mesures destinées au développement des Perco. Un autre volet a été intégré, qui réforme les modalités de fonctionnement et d’organisation des services de santé au travail. Le texte doit maintenant être examiné au Sénat, en principe à partir du 5 octobre.

> Primes pour les jeunes en alternance dans les services de l’automobile

Liaisons sociales
du 15/09/2010

Les partenaires sociaux des services de l’automobile ont signé les 23 juin et 7 juillet 2010 plusieurs avenants et accords majoritaires. Ces derniers complètent les dispositions collectives organisant la gestion prévisionnelle de l’emploi, depuis l’insertion professionnelle des jeunes jusqu’au maintien dans l’emploi des salariés âgés. Un avenant crée notamment deux primes pour les jeunes salariés en alternance.

> PPR s’engage au niveau européen sur la qualité de vie au travail

Liaisons sociales
du 13/09/2010

La direction du groupe PPR et le comité d’entreprise européen du groupe ont adopté, le 27 juillet, une charte d’engagements sur la qualité de vie professionnelle et la prévention du stress au travail. Cette charte offre un cadre commun d’actions et d’outils pour prévenir les risques psychosociaux. Elle sera mise en œuvre à partir de novembre 2010.

> Bull se dote d’un accord de méthode sur les risques psychosociaux

Liaisons sociales
du 16/09/2010

Un accord de méthode sur la prévention des risques psychosociaux devrait être ratifié chez Bull. Ce texte vise à définir le cadre méthodologique d’une démarche de prévention des risques psychosociaux avec les partenaires sociaux et les acteurs de la prévention de l’entreprise. L’accord confie à une commission pluridisciplinaire le soin de préparer le futur accord de prévention des risques psychosociaux.

> Signature des conventions permettant l’expérimentation du contrôle des arrêts maladie des fonctionnaires de la FPTet de la FPH

Liaisons sociales
du 17/09/2010

L’expérimentation du contrôle des arrêts maladie des fonctionnaires par les Cpam, autorisée dans la Fonction publique d’État depuis la signature d’une convention de partenariat le 26 mars 2010, est désormais ouverte dans la fonction publique territoriale et la fonction publique hospitalière. Deux conventions cadre nationales ont été récemment signées en ce sens et publiées au JO alors que les conventions locales restent à conclure. Rappelons que cadre expérimental et les conséquences du contrôle ont quant à eux été fixés par la LFSS pour 2010.

Actualités

Revue de Presse 2010


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.