• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 14/09/2010 au 20/09/2010

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne Actualité Sociale

Actualité économique et industrielle

> Poweo, Direct Energie : en attendant la NOME

La Tribune
du 17/09/2010

Alors que les débats parlementaires sur la NOME vont débarquer, Poweo affiche, au premier semestre 2010, une perte nette de 26.2 millions d'euros. Parallèlement, son concurrent Direct Energie n'est pas mieux loti, avouant avoir perdu 90 Millions d'Euros depuis 2003. Tous deux voient leurs actionnaires respectifs très impatients- pour ne pas dire plus- de voir se profiler, enfin, un retour sur investissement. Peut-être sera-ce le cas avec la NOME ? En attendant, les spéculations vont bon train sur d'éventuels rapprochements enter Poweo et Direct Energie par exemple sur leurs activités de fourniture d'énergie.

> Large consultation publique sur le coût des factures d'énergie

Batiactu.fr
du 17/09/2010

Le médiateur national de l'énergie vient de lancer une consultation publique à destination des fournisseurs, distributeurs, associations de consommateurs, collectivités, organisations professionnelles ainsi qu'un appel à témoignage auprès de tous les consommateurs intéressés.trois thèmes seront passés au crible : l'information des consommateurs relative à la facturation ; l'estimation et la facturation des consommations ; le traitement des réclamations par les fournisseurs d'énergie. Un rapport devrait ensuite être rendu à Jean-louis Borloo

> NOME : Les débats promettent d'être animés

Le Bulletin Quotidien
du 17/09/2010

A l'occasion d'un nouvel examen du projet de loi NOME par la commission économique du Sénat le rapporteur et élu de l'Eure, M. Ladislas PONIATOWSKI, a indiqué n'avoir intégré hier que 2 ou trois amendements à caractère essentiellement technique, dont un portant sur les lignes à haute tension. Toutefois, il a souligné que le dossier du prix de revente par EDF à ses concurrent de l'électricité nucléaire serait certainement abordés lors des prochains débat parlementaires quand bien même le sujet ne figure pas dans le texte. Enfin, il a rappelé son soutien à l'idée d'ouvrir le capital des centrales nucléaires aux nouveaux entrants. Par ailleurs, le sénat devrait aussi inciter le gouvernement à régler sans délai la question de l'interdiction faite aux consommateurs bénéficiant d'un tarif réglementé de vente de valoriser des effacements de consommation auprès d'un autre opérateur que leur fournisseur. Le rapporteur a, de plus, rajouté au projet deux dispositions, visant respectivement à régler "le problème de la croissance mal maîtrisée des coûts de raccordement des producteurs d'énergie renouvelable", et à étendre "le champ de compétences du médiateur de l'énergie aux gestionnaires de réseaux de distribution".

> Expérimentation Linky prolongéé jusqu'à fin mars 2011

AFP
du 15/09/2010

L'expérimentation technique qui vise à vérifier le bon fonctionnement des compteurs électriques "intelligents", évaluer leur coût et leurs conditions d'installation est prolongée "au moins jusqu'au 31 mars 2011", a annoncé mercredi le ministère de l'Ecologie et de l'énergie.
La semaine dernière, plusieurs associations de consommateurs s'étaient émues du fait que la période initiale de test s'interrompe avant le période de l'hiver. La Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) s'est félicité du report de la fin de cette expérimentation.

> Quand François Roussely pointe du doigt "l'équipe de France du nucléaire"

Les Echos / Libération
du 15/09/2010

François Roussely, auditionné le 15 septembre par la commission des Affaires économiques de l'Assemblée Nationale a clairement fait part de son point de vue sur la stratégie que devrait adopter l'équipe de France du nucléaire conquérante. Ainsi, sans faire de compromis sur la sûreté, EDF devrait pouvoir mettre des réacteurs étrangers à son catalogue pour compléter sa gamme et pouvoir répondre aux différents profils de clients à travers le monde, recommande l'ancien président de l'entreprise.La question se pose concrètement sur l'appel d'offres en cours de réouverture en Afrique du Sud. Selon plusieurs sources, EDF a envisagé de s'allier avec son partenaire chinois CGNPC, qui cherche à vendre à l'électricien public Eskom son réacteur CPR-1000, dont la technologie est d'origine française. Mais cette option a été rejetée en l'état par les pouvoirs publics. Plutôt que le CPR-1000, EDF pourrait donc rejoindre le projet d'offre autour de l'EPR d'Areva. Quitte à ce que le chinois CGNPC y soit associé.
Le sujet est évidemment politique. Comment concilier le soutien à la filière nucléaire française revendiqué par le président de la République et laisser EDF privilégier des concurrents d'Areva ?
Au delà de ces aspects politico-commerciaux, le choix de la technologie relève aussi et surtout d'une question de sûreté.

> L'Italie mise à nouveau sur le nucléaire

Les Echos
du 15/09/2010

A l'occasion du forum Ambrosetti, en Italie, un comité d'experts composé, notamment, de Fatih Birol, chef économiste à l'Agence internationale de l'énergie (AIE) et des représentants d'EDF et d'Enel a présenté unu rapport en faveur d'une relancedu nucléaire en Italie. Le texte y voit l'opportunité de croissance économique forte : de l'ordre de 10 000 emplois créés lors de la phase de construction des centrales, jusqu'à 38 à 80000 emplois directs ou indirects lorsque les 8 nouvelles centrales seront en service. Le document du forum Ambrosetti souligne par ailleurs que la demande italienne en électricité devrait augmenter de 36% d'ici à 2030. Il pointe la situation de grande dépendance énergétique du pays qui importe 86% de son énergie primaire, et dont es prix restent supérieurs de 25% à 35% par rapport à la moyenne européenne.

> Bientôt une commande de 23000 VE?

Les Echos
du 13/09/2010

Les discussions ont commencé entre une vingtaine de constructeurs automobiles et l'Ugap, la centrale d'achats qui opère d'ordinaire pour l'Etat ou les collectivités publiques. En jeu, la commande ferme de 23.000 véhicules électriques sur quatre ans (2011-2015), pour le compte d'une vingtaine d'entreprises publiques ou privées, voire 50.000 ou plus par la suite si les besoins décollent. Seuls trois constructeurs, voire moins, devraient décrocher la partie principale de la commande, en principe à la fin du deuxième trimestre 2011.
Toutefois, le volet financement reste à préciser entre achat des 23.000 voitures, location du véhicule, achat avec location des batteries… Les véhicules électriques coûteront, eux, entre 30000 et 35000 euros pièce.

> Le congrès mondial de l'énergie à Montréal

Le Figaro
du 14/09/2011

137 pays participent au Congrès mondial de l'énergie (CME) réunis cette semaine à Montréal.
Depuis 1990, la demande a progressé de 30%. D'ici 2030, elle pourrait augmenter encore de 30% à 42%, selon les prévisions de Daniel Yergin, Président de IHS Cambridge Energy Reseaurch Associates. La demande en électricité sera largement tirée par les pays émergents et en développement. La transition vers une offre énergétique « décarbonnée » sera toutefois longue, préviennent les orateurs du congrès de Montréal. Pour assurer la transition énergétique, Pierre Gadonneix, ex-président d'EDF et président du Conseil mondial de l'énergie, organisateur du congrès de Montréal, estime que le "marché ne pourra pas tout faire". L'intervention des États passe, selon lui, par la mise en place de marchés du carbone qui donneront un prix significatif à la tonne de CO2.

> André Antolini va quitter la présidence du Syndicat des énergies renouvelables

Les Echos
du 14/09/2010

Après treize ans à la tête du SER, André Antolini quittera ses fonctions de Président en mars 2011. Les élections auront lieu en novembre prochain.

Actualité Européenne

> Les ENR devraient représenter 64% des nouvelles capacités de production en 2020

1. Energie – Climat
du 18/09/2010

Selon les nouvelles estimations effectuées par de la Commission dans le cadre de la mise à jour du rapport « energy trend to 2030 » (non publié), les énergies renouvelables devraient représenter 64% des nouvelles capacités installées à l’horizon 2020. La part des autres énergies est estimée à 7% pour le gaz, 12% pour le charbon, 4% pour le nucléaire et 3% pour le pétrole. Les renouvelables devraient occuper 36,1% de la production totale d’électricité dans l’UE en 2030, avec une place dominante à l’éolien, suivi de production hydroélectrique et de la biomasse. Si la part du nucléaire subit une baisse notable, les volumes de productions concernés devraient toutefois rester constants par rapport aux niveaux actuels, en raison des projets de construction de nouvelles centrales dans l’Union, qui devraient compenser les fermetures d’unités les plus anciennes.

> L’UE lance le premier réseau mondial de projets CCS

1. Energie – Climat
du 18/09/2010

La Commission européenne a lancé, vendredi 17 septembre, le premier réseau mondial de projets de démonstration de la technologie du captage et stockage de carbone (CSC). Cette démarche vise à permettre la démonstration rapide à grande échelle du CCS, via un partage des connaissances entre acteurs ; elle devrait également contribuer à favoriser un travail d’information des citoyens sur le rôle de cette technologie dans la réduction des émissions de CO2. Dans le cadre de ce nouveau réseau, un promoteur de projet ne pourra bénéficier d'un financement de l'UE (par le biais du plan européen de relance consacré aux infrastructures énergétiques) qu'à condition de diffuser aussi largement que possible les résultats de son projet. L'objectif étant de créer une communauté de projets rassemblés autour d'un même but : la viabilité commerciale de la technologie CSC d'ici 2020.

> Les professionnels plébiscitent l’utilisation des fonds structurels pour stimuler la R&D

1. Energie – Climat
du 18/09/2010

Alors que la Commission européenne travaille actuellement sur sa stratégie « Innovation Union » à paraître en octobre, un sondage commandé par General Electric révèle qu’une très large majorité d’experts (professionnels, universitaires) de décideurs publics (députés européens, membres de la Commission) sont favorables à la mobilisation des fonds structurels pour stimuler la recherche et l’innovation au sein de l’Union. 88% des personnes composant le panel mettent par ailleurs en lumière les freins que représentent les procédures administratives actuelles, qui complexifient l’accès à ces fonds.

> Une communication sur la « bio-économie » pour l’automne 2011

1. Energie – Climat
du 18/09/2010

La Commissaire à l’innovation Maire Geoghegan-Quinn a confirmé que ses services travaillaient sur une nouvelle stratégie visant à aider l'industrie à puiser dans la « bio-économie » et à renforcer le leadership européen dans les biosciences, via des investissements dans l’éducation, la recherche et l’innovation. Ce texte, qui devrait être présenté aux 27 ministres compétents au printemps 2012, devrait faire l’objet d’une communication de la Commission à l’automne 2011. Mme Geoghegan-Quinn s’est en outre engagée à s’assurer que le prochain Programme cadre pour la recherche continuerait à fournir des investissements dans la recherche pour l'innovation.

> Critiques autour de l’extension de la durée de vie des centrales nucléaires en Allemagne

1. Energie – Climat
du 18/09/2010

Alors qu’elle poursuit sa « tournée de l’énergie » entamée le mois dernier, Angela Merckel continue de subir certaines critiques de l’opposition, de certains pouvoirs publics locaux et de diverses ONG en ce qui concerne sa décision de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires du pays. Dernier épisode en date : la controverse liée au fait que l’Allemagne se soit montrée incapable de remettre en temps et en heure son rapport sur la sécurité d’approvisionnement du pays auprès des autorités européennes, ce qui la place sous le coup d’une procédure d’infraction. Pour Greenpeace notamment, ce retard traduit la volonté du gouvernement de chercher à dissimuler la réalité de la situation énergétique du pays, qui ne justifierait pas l’extension des plans de vie de la filière nucléaire. L’ONG se base en particulier sur les derniers chiffres disponibles, qui traduisaient déjà un accroissement important du poids des renouvelables en Allemagne : alors qu’en 2008, les autorités publiques évaluaient la place des ENR à l’horizon 2020 à 23% des capacités de production totales, le dernier Plan d’action national relatif aux énergies renouvelables porte ce chiffre à 28,6%.

> Accord pour l’adoption de la directive ecodesign

1. Energie – Climat
du 18/09/2010

Sous réserve d’une éventuelle objection du Parlement européen dans le cadre de la procédure de comitologie, le Conseil a autorisé l’adoption par la Commission des règlements liés à la mise en œuvre de la directive 2009/125/CE « ecodesign », établissant un cadre pour la fixation d'exigences en matière d'écoconception applicables aux produits liés à l'énergie.

> Accord sur les conditions pour l’accès au réseau de transmission de gaz

2. Réseaux
du 18/09/2010

Dans les mêmes conditions, le Conseil a donné son feu vert à l’application par l’exécutif communautaire d'une décision modifiant le règlement 715/2009 sur les conditions pour l'accès au réseau de transmission de gaz naturel. Ce texte fixe des lignes directrices sur l'information technique nécessaire pour que les utilisateurs du réseau aient un accès efficace au système, afin d'assurer la transparence et de fournir une garantie minimum de conditions équitables d'accès au marché.

> : La Commission autorise le rachat de Belpex par APX

3. Marché intérieur & Concurrence
du 18/09/2010

La Commission européenne a autorisé la bourse d'échange de gaz et d'électricité APX, à acquérir la société Belpex, actuellement chargée de faciliter le négoce d'électricité en Belgique. Elle a également autorisé la prise du contrôle en commun de la nouvelle entité APX/Belpex par les gestionnaires de réseau TenneT, Gasunie et Elia. Cette opération porte principalement sur la fourniture de services destinés au négoce de l'électricité sur le marché de gros, notamment aux Pays-Bas et en Belgique où APX et Belpet sont respectivement actives. La Commission estime que l'opération ne devrait pas poser de problème de concurrence majeur, les chevauchements et la part de marché combinée des deux entités étant limités.

> La Commission autorise le rachat de Belpex par APX

3. Marché intérieur & Concurrence
du 18/09/2010

La Commission européenne a autorisé la bourse d'échange de gaz et d'électricité APX, à acquérir la société Belpex, actuellement chargée de faciliter le négoce d'électricité en Belgique. Elle a également autorisé la prise du contrôle en commun de la nouvelle entité APX/Belpex par les gestionnaires de réseau TenneT, Gasunie et Elia. Cette opération porte principalement sur la fourniture de services destinés au négoce de l'électricité sur le marché de gros, notamment aux Pays-Bas et en Belgique où APX et Belpet sont respectivement actives. La Commission estime que l'opération ne devrait pas poser de problème de concurrence majeur, les chevauchements et la part de marché combinée des deux entités étant limités.

> La Commission présente sa proposition législative sur les produits dérivés

3. Marché intérieur & Concurrence
du 18/09/2010

La Commission européenne a présenté sa proposition de règlement visant à améliorer la transparence et la transparence du marché des produits dérivés de gré à gré (OTC) et destinée à entrer en vigueur à la fin de l’année 2012. Ce texte prévoit que les acteurs de marché devront communiquer toutes leurs transactions portant sur un produit dérivé auprès de registres centraux (« référentiels centraux ») aux autorités de surveillance, afin d’offrir à celles-ci une meilleure visibilité des positions pour pouvoir mieux agir en prévention des crises. Les utilisateurs de dérivés devront indiquer « qui ils sont, quand ils agissent et sur quels produits » (Barnier). La nouvelle Autorité européenne des marchés financiers (AEMF) assurera la surveillance des référentiels centraux et de l'octroi/retrait de leur enregistrement.

La Commission vise d’autre part à éviter que la faillite d'un participant au marché ne provoque pas celle d'autres acteurs, grâce à une limitation des risques de crédit de la contrepartie (le risque de perte lié au fait qu'une partie ne s'acquitte pas des paiements dus le moment venu). Dans cette perspective, la proposition législative prévoit que les dérivés de gré à gré normalisés (i.e. qui devront remplir des critères d'éligibilité prédéterminés) devront être compensés par des contreparties centrales, c’est-à-dire par des entités qui s'interposent entre les deux contreparties à une transaction et qui occupent donc une fonction d'acheteur vis-à-vis de tout vendeur et, réciproquement, de vendeur vis-à-vis de tout acheteur.

> Le délai de paiement des factures par les autorités publiques fixé à 30 jours, sous peine de pénalités

3. Marché intérieur & Concurrence
du 18/09/2010

Les représentants du Parlement européen et du Conseil sont parvenus à un accord politique concernant les futures règles relatives aux délais de paiement (modification de la directive 2000/35/CE), notamment en ce qui concerne les autorités publiques. Ces dernières disposeront ainsi d’une période de 30 jours pour effectuer leurs règlements, une période qui pourra être étendue à 60 jours maximum dans un nombre limité de cas correspondant à certains types de contrats spécifiques. En cas du délai légal de paiement, le créditeur sera en mesure de réclamer une pénalité correspondant à une somme proportionnelle aux montants dus, sur la base d’un taux d'intérêt statutaire équivalant au taux d'intérêt national de référence majoré de 8%. Le Parlement européen devrait voter en première lecture le texte de compromis lors de la deuxième session plénière d'octobre. Les nouvelles règles seront applicables deux ans après l'adoption définitive de la directive.

> Au programme de la plénière (Strasbourg 20-23 septembre)

4. Activité parlementaire
du 18/09/2010

Approvisionnement en gaz – Les députés européens se prononceront sur le rapport Vida-Quadras relatif à la sécurité d’approvisionnement en gaz dans l’Union. Ce texte, qui vise à éviter les situations de pénurie en cas de crise, établit les principes d’une meilleure coordination dans l'UE, d’un accroissement des plans d'interconnexion des réseaux et d’une amélioration des conditions de stockage.

Supervision financière – Le Parlement devrait également valider le paquet « surveillance financière », qui instaure trois nouvelles autorités européennes pour superviser le fonctionnement des banques, des marchés financiers et des organismes d'assurance et de retraites, tandis qu'une quatrième entité sera chargée du suivi du risque au niveau macroéconomique.

> Nouvelles nominations au sein du Service Européen pour l’Action Extérieure

5. Affaires publiques
du 18/09/2010

La Commission a publié, mercredi 15 septembre, les noms des nouveaux chefs de délégation de l'Union dans 29 pays tiers, dont plusieurs postes clés comme ceux de Beijing (M. Ederer – Allemagne), Tokyo (H.D. Schweisgut – Autriche), Islamabad (L.G..Wigemark – Suède) ou Pretoria (R. Van de Geer – Pays-Bas). Trois postes importants (celui de chef adjoint à Washington et ceux de chef de délégation à Brasilia et à Bagdad) feront l'objet d'un nouvel appel à candidatures. Ces recrutements font partie de la rotation annuelle 2010 à la tête des délégations qui font désormais partie du SEAE. Seuls quatre postes vont à des candidats des « nouveaux » pays membres: deux Polonais (J. Wronecka à Amman et T. Kozlowski à Séoul), un Lituanien (V. Ušackas à Kaboul) et un Bulgare (P. Dimitrov à Tbilissi).

Actualité Sociale

> La Cour des comptes préconise 15 mds d’économies sur les niches sociales

Liaisons sociales
du 10/09/2010

Dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale, publié le 8 septembre, la Cour des comptes a procédé à un inventaire complet des exonérations, réductions ou abattements d’assiette, alors que le déficit du régime général a atteind 20,3 milliards d’€ en 2010. Elle a ainsi recensé 178 « niches sociales » pour un coût estimé à 66,9 milliards d’€ en 2009. La Cour préconise des suppressions visant à réaliser 15 milliards d’€ d’économies.

> Le cumul emploi-retraite séduit peu de retraités

Liaisons sociales
du 09/09/2010

De 2004 à 2007, le dispositif du cumul emploi-retraite n’a concerné que 6,1% des nouveaux retraités du régime général. C’est ce que révèle une étude de la Cnav, qui constate toutefois que ce dispositif progresse.

> Deux établissements sur cinq proposent une complémentaire santé aux salariés

Liaisons sociales
du 08/09/2010

Selon une étude de l’Irdes publiée le 1er septembre, deux établissements sur cinq proposent une complémentaire santé à leurs salariés. Cette couverture est plus souvent accordée par les grandes entreprises que par les petites.
Une meilleure couverture dans les grandes entreprises
La probabilité pour un salarié de bénéficier d’une complémentaire santé d’entreprise dépend beaucoup des caractéristiques de l’entreprise à laquelle il appartient. Sans surprise, plus la taille de l’entreprise augmente et plus l’accès à la complémentaire santé se généralise. Ainsi, seulement 32 %des TPE(moins de 10 salariés) proposent une complémentaire à leurs salariés, contre 51 % pour les entreprises de 10 à 49 salariés, 79 % pour celles de 50 à 249 salariés, 91 % pour celles de 250 salariés et plus.
L’offre de complémentaire santé dépend également du secteur d’activité de l’entreprise : 55 % des établissements de l’industrie proposent une complémentaire santé, contre 45 % dans la construction et 42 % dans les services.
Autre facteur de disparité, la composition socioprofessionnelle des entreprises. Ainsi, dans les entreprises n’employant pas de cadres, seulement 43 % des établissements proposent une complémentaire santé, alors qu’ils sont près de 85 % quand l’entreprise emploie plus de 9 % de cadres.
L’Irdes observe que parmi les établissements qui réservent la complémentaire santé à certaines catégories de salariés (16 % des établissements), les trois quarts excluent les non-cadres, le quart restant excluant les CDD ou les salariés avec moins d’un an d’ancienneté.

Si les salariés des grandes entreprises et les cadres accèdent plus fréquemment que les autres à la complémentaire santé d’entreprise, ils se voient également proposer des garanties supérieures. Ainsi, dans les entreprises de 250 salariés et plus, 66 % des établissements proposent des contrats à garanties élevées et 18 % des contrats de classe 1, contre respectivement 39 et 33 % dans les TPE. Là encore, la proportion de cadres influe sur le niveau de la couverture proposée : les établissements appartenant à des entreprises sans cadres sont ainsi 17 % à proposer des contrats de classe 4 aux garanties les plus élevées, contre 33 % dans les entreprises employant plus de 18 % de cadres.

Caractéristiques des contrats proposés
L’Irdes a analysé les caractéristiques des complémentaires santé proposées. Dans plus de trois établissements sur quatre, le ou les contrats sont exclusivement obligatoires.
Quant à leur financement, en moyenne, les établissements y participent à hauteur de 57 %, mais cette participation est très variable selon les établissements :
16 % des établissements financent à 100 %,
32 % plus de la moitié, 31 % la moitié, 14 % moins de la moitié et
8 % pas du tout.
Enfin, dans 85 % des établissements dont les salariés participent à ce financement, la participation est forfaitaire.
Elle est proportionnelle au salaire dans plus de 10 % des établissements et mixte ou différente selon les catégories socioprofessionnelles dans 5 % des établissements.

> Emploi des jeunes et des seniors : les propositions de l’Institut Montaigne

Liaisons sociales
du 07/09/2010

Dans un rapport de septembre 2010, l’institut Montaigne formule des propositions en faveur de l’emploi des jeunes et des seniors. Il préconise notamment de supprimer le CDD, le statut de cadre et l’âge légal de départ à la retraite et d’assouplir les règles de rupture des CDI. Il invite en outre les branches à planifier la gestion de leurs emplois et compétences sur dix ans.

> Précisions sur l’appréciation des ressources pour la CMU-C et l’ACS

Liaisons sociales
du 06/09/2010

Un décret du 30 août modifie la liste des prestations sociales qui ne sont pas prises en compte pour déterminer les ressources pour déterminer le droit à la couverture maladie universelle complémentaire et à l’aide au paiement d’une assurance complémentaire santé. Le même texte prévoit des mesures relatives au financement de la protection sociale des volontaires effectuant un service civique.

> Le Conseil d’État précise la procédure d’extension des accords collectifs

Liaisons sociales
du 17/09/2010

Par un arrêt du 23 juillet, le Conseil d’État a rejeté le recours en annulation de l’arrêté d’extension de l’accord du 27 avril 2007 signé par les partenaires sociaux des ateliers et chantiers d’insertion. L’Unifed estimait que son champ d’application était susceptible de recouper celui des accords dans le secteur sanitaire, social et médico-social à but non lucratif. L’extension d’un accord ayant pour objet de définir le champ d’application d’un futur accord peut être étendu par le ministre sans que ce dernier ait à vérifier un éventuel recoupement.

Actualités

Revue de Presse 2010


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.