• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 26/04/2010 au 30/04/2010

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> Strasbourg teste une Prius rechargeable sur du 220 V

AFP
du 26/04/2010

La ville de Strasbourg s'est associée à Toyota et EDF pour tester pendant 3 ans une centaine de Véhicules hybrydes rechargeables. Objectif de cette expérience : affiner les caractéristiques de ce type d'équipement au plus près des besoins des utilisateurs. A la différence du modèle classique, dont les batteries ne se rechargent que lorsque le véhicule roule en mode "essence", la Prius testée à Strasbourg peut se recharger en 1H30 sur une borne dédiée ou une simple prise électrique.
Son autonomie en mode uniquement électrique - et donc totalement silencieux - est alors d'une vingtaine de kilomètres.Lorsque la batterie est vide, ou que la voiture dépasse les 100 km/h, le moteur à essence prend le relais, et le véhicule fonctionne alors en mode hybride.

> EDF aura 20% de South Stream

AFP
du 27/04/2010

Gazprom et ENI vont céder 10% à EDF dans le projet de gazoduc Southstream pour que l'électricien français puisse y figurer à hauteur de 20%.Le gazoduc, long de 3.600 km, livrera 63 milliards de m3 de gaz par an, soit 35% des exportations de gaz russe vers l'Europe dont les besoins en gaz sont aujourd'hui couverts à 42% par des importations de Russie.

> Eolien : Jean-Louis Borloo laisse la place aux Parlementaires

Reuters, AFP, Actu Environnement
du 27/04/2010

A quelques jours du débat parlementaire en plénière sur le projet de loi Grenelle 2, Jean-Louis Borloo s'efface et ne se prononce pas sur ce dossier sensible. La presse a abondament repris cette semaine le communiqué de presse de l'UFE sur le risque que court la filière éolienne si les amendements votés il y a 15 jours sont confirmés et encadrent très strictement toute nouvelle implantation. Pour Jean-Louis Borloo, le dossier reste "difficile à trancher" et il laisse la place à la concertation lors des prochains débats à l'Assemblée Nationale.

> Prolongation du Tartam jusqu'au 31 décembre

AFP
du 28/04/2010

Le "Tartam", un tarif réglementé d'électricité spécifique aux entreprises, devrait être prolongé jusqu'au 31 décembre, après l'adoption en ce sens d'un amendement législatif par une commission de l'Assemblée nationale, a indiqué le député (UMP) Jean-Claude Lenoir à l'AFP.
Instauré le 3 janvier 2007 et déjà prolongé une première fois malgré les injonctions de la Commission européenne, ce tarif doit normalement prendre fin le 30 juin 2010.
(EDF) a estimé en février qu'une extension de 6 mois de Tartam lui coûterait environ 300 millions d'euros.
Le Tartam est censé disparaître après l'adoption du projet de loi "Nome".

> Eolien : les débats sur Grenelle 2 risquent d'être animés

Figaro, Tribune, AFP, Nouvel Obs
du 29/04/2010

A quelques jours des débats sur le projet de loi "Grenelle 2" qui vise notamment à durcir les conditions d'implantation d'éoliennes, plusieurs députés font d'ores et déjà état de leur inquiétude voire de leur opposition au texte. Ainsi, pour le Vert Noël Mamère et le socialiste Christophe Caresche « C'est une ambition écologique que l'on abandonne ! ». En cause, les dispositions du projet de loi qui reprennent les mesures préconisées par récent rapport du député UMP Patrick Ollier, président de la commission des affaires économiques de l'Assemblée. Selon le député Vert François de Rugy, 70 % des projets d'éoliennes en cours d'instruction pourraient être empêchés par la nouvelle réglementation, si le texte est voté tel quel. Alors que les délais administratifs pour bâtir un projet éolien est déjà très long, le projet de loi prévoit de soumettre les parcs éoliens au régime des installations classées, au même titre que les usines chimiques, par exemple. « Aberrant », commente André Antolini, Président du SER.Autre mesure contestée : les fermes éoliennes auraient une taille minimale correspondant à une puissance installée de 15 mégawatts (MW), soit quinze grandes éoliennes. Argument invoqué par le rapport Ollier : éviter le « mitage » du paysage. « C'est une vision dogmatique ! », s'insurge André Antolini. « Expliquer qu'on va sauver le paysage en ne faisant que des grands parcs, c'est absurde », ajoute-t-il.
Résultat : Vu l'incertitude réglementaire actuelle, « les préfets attendent » et « environ 60 % des projets sont refusés », déplore Andrea Perduca, directeur de la Société française d'éoliennes.


Actualité Européenne

> 1. POLITIQUE ENERGETIQUE & DEVELOPPEMENT DURABLE - La Commission vise un relèvement des objectifs de réduction des émissions à 30%


du 30/04/2010

Invitée à faire un point sur l’état des négociations climatiques onusiennes devant les eurodéputés de la commission ENVI du Parlement européen, la Commissaire Connie Hedegaard a exprimé la volonté de l’Europe ne pas laisser les discussions « s’enliser dans le juridique [au] risque de ne pas progresser ». Appelant au pragmatisme et au volontarisme politique, elle a rappelé les engagements européens en terme d’aide aux pays en développement et a insisté pour une hausse massive des investissements verts au sein de l’UE, afin de ne pas se laisser distancer par les Etats-Unis, la chine et la Corée du Sud. Mme Hedegaard a en outre confirmé que la Commission européenne préparait une communication en vue d’un relèvement des objectifs de réduction des émissions européennes de 20% à 30 % à l'horizon 2020. En raison du contexte économique actuel, ce nouvel effort ne devrait coûter q’un « tiers de l’estimation initiale », fixée à 70 milliards d’euros lors de la signature du paquet climat-énergie.

> La Commissaire à l’action climatique présente son programme de travail pour 2010


du 30/04/2010

Connie Hedegaard a profité de son intervention devant les parlementaires pour présenter son programme de travail pour 2010. Trois axes principaux ont été présentés : le premier concerne les mesures règlementaires liées à la mise en oeuvre de la directive ETS, et comprend notamment le règlement sur le système d’enchères de quotas de CO2 et le règlement relatif à l’attribution des quotas gratuits pour les secteurs dits « sensibles ». Le deuxième pilier sera consacré à la transition de l'économie européenne en une économie à faible teneur en carbone, et se traduira par une nouvelle initiative « majeure » visant à atteindre l'objectif de réduction des émissions de 80-95 % par rapport à 1990 d'ici 2050. Enfin, la commissaire a annoncé la publication en 2011 d’une stratégie sur l'intégration des mesures d'atténuation et d'adaptation au changement climatique aux autres politiques communautaires et aux instruments financiers.

> La stratégie européenne pour le développement des véhicules « verts » dévoilée


du 30/04/2010

Le commissaire à l'Industrie, Antonio Tajani, a présenté mercredi à la commission de l'Industrie du Parlement européen une stratégie commune en faveur des véhicules propres et économes en énergie, qui fait suite aux travaux préliminaires des conseils compétitivité de janvier et de mars 2010. Ce texte vise à renforcer la compétitivité de l'industrie automobile de l'UE et assurer son leadership sur le terrain des véhicules verts. L’accent sera porté sur les véhicules lourds (autocars et camions) et légers (voitures et camionnettes), ainsi que sur les véhicules à deux ou trois roues, par le biais d’un cadre politique approprié, sans parti pris technologique. Le commissaire a esquissé deux pistes de travail, consistant respectivement à accroître l’efficacité énergétique des moteurs à combustion classiques et à faciliter le déploiement de technologies pionnières pour les véhicules à très faible intensité carbonique (notamment les véhicules électriques). Il a confirmé la poursuite du programme législatif actuel en matière de réduction des émissions des véhicules, qui devrait se traduire en 2010 et 2011 par plusieurs propositions de règlement sur les normes d’émission et les niveaux de performance des véhicules à moteur. Parallèlement, la Commission continuera à soutenir la R&D et l'innovation dans les technologies vertes. Elle proposera enfin des lignes directrices pour des incitations en faveur de la demande, et notamment en 2010 des recommandations concernant le système d’incitations financières à l'achat de véhicules verts pour les consommateurs.

> La Finlande joue la carte du nucléaire et des renouvelables


du 30/04/2010

La Finlande a annoncé le 21 avril un projet de lancement de deux nouveaux réacteurs nucléaires, dont la construction serait confiée aux compagnies Teollisuuden Voima et Fennovoima. Cette décision, qui devra être confirmée le mois prochain, doit aider le pays à remplir les obligations climatiques de l'UE, et garantir son indépendance énergétique à horizon 2020 (notamment vis-à-vis des importations russes). Elle s’accompagne d’un vaste plan en faveur du développement des énergies propres, pour des investissements de l’ordre de 327 millions d’euros par an d’ici 2020, dont 100 millions d’euros annuels pour les énergies renouvelables. La majorité de cet effort (55%) devrait bénéficier à la filière bois, le reste étant consacré aux biofuels, à l’éolien et au développement des pompes à chaleur.

> Nouvelle étape dans la mise en œuvre de la stratégie Europe 2020


du 30/04/2010

La Commission a adopté, mardi 27 avril, les grandes orientations de politiques économiques (GOPE), c'est-à-dire un des instruments juridiques permettant la mise en œuvre de la stratégie UE-2020. Les GPOE reprennent une partie des lignes directrices tracées par la Commission pour l’action communautaire dans les 10 prochaines années, parmi lesquelles : l’optimisation du soutien à la R&D (3% du PIB investi dans la R&D d'ici 2020) et à l'innovation ; une utilisation plus efficace des ressources et une réduction des émissions de gaz à effet de serre afin d'atteindre les objectifs 20/20/20 ; l’amélioration de l'environnement des entreprises et des droits de consommateurs, ainsi que la modernisation de la base industrielle. La Commission devra toutefois compter avec le Parlement européen, qui vient de demander au Conseil de reporter l’adoption de la stratégie UE-2020 à l’automne prochain (contre juin initialement prévu), afin de disposer du temps nécessaire pour analyser en profondeur les propositions actuellement sur la table.

> La lutte contre le changement climatique sera au cœur du dialogue transatlantique sur le développement


du 30/04/2010

La récente rencontre entre le commissaire européen Andris Piebalgs et l’administrateur américain de l’USAID Rajiv Shah a permis de dégager les grands axes de la coopération bilatérale entre l’Europe et les USA pour les deux prochaines années. Après 8 ans de sommeil, le dialogue transatlantique sur la coopération au développement devrait faire une large part à la lutte contre le changement climatique, afin d’assurer le suivi de l’accord de Copenhague et de préparer la conférence de Cancún en décembre prochain. Dans cette perspective, l’UE a insisté sur l'importance d'appliquer les principes de l'efficacité de l'aide à tout financement additionnel pour l'effort d'adaptation dans les pays en développement.

> 2. MARCHE INTERIEUR, FINANCEMENT ET RESEAUX - Distribution : la Commission poursuit son enquête à l’égard de GDF-Suez/Electrabel


du 30/04/2010

Par la voix Joaquim Almunia, chargé des questions économiques et monétaires, la Commission a confirmé poursuivre ses investigations vis-à-vis de GDF-Suez, suspecté de verrouiller le marché belge en matière de distribution et de faire entrave à l’exercice de la libre concurrence. L’eurodéputé belgeFrieda Brepoels (groupe des Verts), a estimé de son côté qu’ « en tant que filiale de GDF Suez, Electrabel contrôle 75 % du marché belge de l'électricité, ce qui lui permet de générer un cash flow considérable de 2 à 2, 5 milliards d'euros par an. […] Du fait d'une comptabilité opaque, ces bénéfices échoient à GDF Suez, dont l'État français est le principal actionnaire, et les consommateurs et les entreprises de Belgique restent sur le carreau ».

> Aides d’Etat : la Commission valide le mécanisme de compensation des coûts échoués accordé aux producteurs d'électricité hongrois


du 30/04/2010

La Commission européenne a donné cette semaine son accord au régime d'aides proposé par la Hongrie en faveur de ses producteurs d’électricité, afin de compenser certains coûts découlant de l'annulation des contrats d'achat d'électricité à long (« coûts échoués ») suite à la libéralisation du marché. Les trois bénéficiaires sont Budapesti, une filiale d'EDF, Dunamenti, une filiale de GDF Suez, et Pannon, une filiale de Dalkia. Le mécanisme de compensation autorisé sera déduit des montants d'aide à récupérer auprès de ces producteurs en application de la décision de la Commission du 4 juin 2008, laquelle avait alors constaté que les contrats d'achat d'électricité à long terme constituaient des aides d'État illégales et incompatibles avec le marché intérieur de l'UE

> Le premier projet de budget post traité de Lisbonne fait une large place aux questions énergétiques


du 30/04/2010

La Commission européenne a adopté cette semaine sa proposition de budget pour l'année 2011, principalement axée sur le soutien de l'économie européenne d’après crise et la mise en œuvre de la stratégie UE 2020. Il s'agit du premier budget de l'UE qui sera négocié et entériné selon les nouvelles règles du Traité de Lisbonne, associant pleinement le Parlement européen. Le Conseil des ministres de l'UE adoptera sa position au début du mois de juillet. La lecture du Parlement devrait se dérouler vers la fin du mois d’octobre, avant la convocation par le président du PE du comité de conciliation, auquel participe la Commission dans un rôle de médiation entre PE et Conseil, afin de définir une position commune dans les 21 jours suivants.

Pour tenir compte des priorités de l'UE, un accent a été porté que la rubrique 1a « compétitivité pour la croissance et l'emploi » (13,4 milliards d'euros en crédits de paiements, soit près de 7% de plus qu'en 2010) et prévoit une hausse des investissements consacrés à la recherche, au développement et à l'innovation. L'enveloppe du 7ème programme-cadre de recherche et développement technologique sera ainsi en progression de 13,8%, atteignant 8,6 milliards d'euros (en engagements). En outre, les crédits pour les réseaux transeuropéens de transport et d'énergie augmenteront de 16,8% (pour atteindre 1,3 milliard d'euros) et ceux affectés au programme pour l'innovation et la compétitivité progresseront de 4,4% par rapport à 2010 (à 549 millions d'euros).

La mise en œuvre du plan européen pour la relance économique mobilisera de son côté plus d’un milliard d'euros destinés à financer sur le terrain la poursuite des projets énergétiques dans le domaine du captage et du stockage du carbone, de l'énergie éolienne offshore et des infrastructures énergétiques adoptés en 2009 et au début de 2010.

> Nouveau pas vers la réalisation du gazoduc Nabucco


du 30/04/2010

Deux semaines après le début des travaux du gazoduc Nord Stream, Le projet paneuropéen Nabucco, soutenu par la Commission européenne, a lancé le 23 avril un appel d'offres de pré-qualification pour les fournitures nécessaires à sa construction pour un montant de 3,5 milliards d'euros. Avec un coût total estimé à 7,9 milliards d'euros, Nabucco devrait être mis en chantier en 2011 pour relier dès 2014 la Turquie à l'Autriche, avant une extension de son tracé à compter de 2016. Il est géré par un consortium réunissant notamment les entreprises OMV (Autriche), RWE (Allemagne), MOL (Hongrie), Transgaz (Roumanie), Bulgargaz (Bulgarie) et Botas (Turquie).

> 3. ACTIVITE PARLEMENTAIRE - La Commission ITRE valide son projet de position en vue de la seconde lecture sur les rapports portant sur l’efficacité énergétique…


du 30/04/2010

Une semaine après l’accord politique trouvé par le Conseil et les eurodéputés en charge des textes portant sur l’étiquetage énergétique et l’efficacité énergétique des bâtiments, la commission ITRE a adopté mercredi 28 sa position en vue de la seconde lecture.

> …et donne son accord au soutien financier de démantèlement de la centrale nucléaire de Kozloduy en Bulgarie.


du 30/04/2010

Les députés ont également validé le projet de rapport sur le démantèlement de la centrale de Kozluduy. Les amendements adoptés visent à renforcer les dispositions du règlement en matière de sûreté pour l'environnement et à spécifier en détail son contrôle financier. Pour prendre en compte l'impact à long terme de ce démantèlement sur l'environnement, l'économie et la sécurité de l'approvisionnement énergétique, la commission ITRE a approuvé l'octroi d'une enveloppe de 300 millions d'euros pour sa mise en œuvre. Cette position devra être confirmée lors de la plénière de mai.

> La Commission IMCO se prononce contre une législation en matière de concessions


du 30/04/2010

La Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs a adopté mercredi le rapport Rühle sur l’évolution de la situation en matière de passation de marchés publics depuis 2004. Elle a confirmé la position du rapporteur vert en matière de concessions, estimant que la jurisprudence a aujourd’hui atteint un seuil suffisant pour assurer une sécurité juridique satisfaisante aux parties prenantes. Auditionné le même jour par les eurodéputés IMCO, le Commissaire Michel Barnier était de son côté resté évasif sur cette question. Le rapport Rühle sera soumis au vote de l’ensemble du Parlement lors de la plénière de mai

> L’adoption de la stratégie UE 2020 pourrait être reportée à l’automne


du 30/04/2010

Comme pressenti la semaine dernière (Cf. actualités européennes précédentes), la Conférence des présidents du PE a demandé au Conseil européen de reporter à l'automne l'adoption de la stratégie UE 2020 sur la compétitivité économique, afin de disposer du temps nécessaire au Parlement pour analyser en détail les propositions de la Commission. Les groupes politiques ont en effet estimé impossible de dégager une position politique avant le Sommet européen de juin, à l’occasion duquel les chefs d'État et de gouvernement ont prévu d’adopter un paquet global, composé du volet « compétitivité économique » du texte et des lignes directrices intégrées pour l'économie et l'emploi pour les trois années à venir.

> 4. INSTITUTIONNEL ET AFFAIRES PUBLIQUES - Renforcement des liens entre le Parlement et le Conseil Economique et Social


du 30/04/2010

Le traité de Lisbonne a conféré de nouvelles prérogatives au Comité Economique et Social Européen (CESE), qui devra désormais être sollicité par le Parlement dans tous les domaines faisant l'objet d'une saisine obligatoire par le Conseil. Pour éviter un alourdissement excessif de la procédure et retarder les travaux parlementaires, le président du CESE a proposé à la conférence des présidents des commissions parlementaires, que cette modification institutionnelle se traduise dans la pratique par les changements suivants : les secrétariats conviendraient ensemble des modalités pour une programmation législative commune, afin que le CESE soit pleinement au courant des priorités des commissions parlementaires »; le CESE produirait d’autre part ses rapport de consultation « pour ou avec » le Parlement européen.

> Europe : -30% de GES d'ici 2020 ?

Europe Information service
du 28/04/2010

Alors qu'en France, Jean-Louis Borloo estime qu'au sujet du Grenelle Environnement la France est "en surchauffe" car elle va "très vite, beaucoup trop vite parfois", la commissaire européenne Connie Hedegaard (Climat), elle a laissé entendre, le 26 avril, devant la commission de l'environnement du Parlement européen, que la Commission européenne allait proposer de rehausser à 30 % (contre 20 % actuellement) l'engagement de l'Union européenne en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020. La Commission devrait ainsi présenter une communication « avant les Conseils Environnement du 11 juin et Européen des 15-16 juin » qui inclura une proposition en ce sens ainsi qu'une analyse des implications économiques d'une telle décision. Selon Connie Hedegaard, la crise économique a permis de réduire sans effort excessif les émissions de gaz à effet de serre (GES) de l'UE, plus rapidement que prévu et à moindre coût. Le passage aux 30 % est donc « techniquement et économiquement possible », a déclaré la commissaire. Reste à voir si les 27 verront cette analyse du même oeil

Actualités

Revue de Presse 2010


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.