• Version Francaise
  • English version

Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 15/02/2010 au 19/02/2010

Actualité économique et industrielle Actualité Sociale      

Actualité économique et industrielle

> Poweo encaisse de fortes pertes

Les Echos
du 19/02/2010

Le "nouvel entrant" a annoncé une perte d'exploitation de 85 millions d'euros pour l'exercice écoulé, contre 22 millions lors de l'exercice précédent. Si, sur le papier, Poweo profite de l'ouverture du marché de l'énergie puisqu'il compte 411.000 clients, qui, par la force des choses, viennent soit d'EDF soit de Gaz de France, la société ne dispose pas de moyens de production ou d'approvisionnement lui permettant de concurrencer les opérateurs historiques. Elle a certes inauguré l'an dernier une centrale électrique à gaz à Pont-sur-Sambre, mais dépend essentiellement d'EDF pour s'approvisionner en électricité. Poweo voit son salut dans la réforme du marché de l'électricité, qui prévoit de mettre à disposition des concurrents d'EDF une partie de son énergie nucléaire à un prix régulé. En préparation depuis un an, ce texte traine cependant en longueur et est loin de faire consensus. D'ici là, la société contrôlée à 45 % par l'autrichien Verbund a annoncé hier la cession de certaines activités et n'exclu pas que la société se recentre sur la production d'électricité et cède ses activités de commercialisation.

> RTE lance IPES

Les Echos.fr + AFP
du 18/02/2010

La filiale d'EDF a mis en place avec le concours de Météo France un calculateur, baptisé "IPES", qui permet de gérer au plus près, et même d'anticiper légèrement, la production éolienne sur l'ensemble du territoire.
Alimenté toutes les 6 heures par Météo-France qui fournit la force des vents dans les zones où se trouvent les parcs éoliens pour les 24 heures à venir, Ipes répercute ces informations dans les 8 centres de coordination du transport de l'énergie électrique de RTE.

> NOME, Taxe carbone, CEE... au menu des industriels de l'énergie

Les Echos
du 18/02/2010

« Le système des certificats d'économies d'énergie est vertueux dès lors que les objectifs sont réalistes. Si l'on change d'échelle, ce sera démotivant pour tout le monde et ces certificats se transformeront en taxe pure et simple », a précisé Robert Durdilly, président de l'Union française de l'électricité. Ils étaient tous présents pour faire part de leurs inquiétudes, de leurs attentes ou de leurs doutes : la conférence annuelle Energie des "Echos" a permis aux ténors du secteur de s'exprimer aussi bien sur le projet de loi NOME qui traine en longueur, sur la taxe carbone qui fait craindre aux professionnels une perte de compétitivité, ou sur le flou administratif des CEE dont les objectifs pour la seconde période risquent d'être irréalisables.

> Europe : Quand trop de pénalités pèsent sur la compétitivité

Les Echos
du 18/02/2010

Sur le plan strictement quantitatif, ces vingt dernières années ont vu un durcissement de "la police de la concurrence". Sur cette période, le montant des amendes infligées pa les autorités de la concurrence en Europe a ainsi été multiplié par 10 en termes réels. Dernière en date a avoir lourdement sanctionné l'industrie : Neelie Kroes qui a triplé le montant des sanctions infligées à Mario Montti, atteignant un total de 9,4 milliards d'euros sur la période 2005-2009. Les entreprises européennes totalisent, à elles seules, deux tiers des amendes payées dans le monde depuis 1990. E.ON comme GDF SUEZ ontb, ainsi, du payer pas moins de 553 millions d'euros chacun.
Les ententes sur les prix sont strictement interdites et représentent un délit grave. C'est la loi et celle-ci doit être appliquée. En revanche, punir plus que sévèrement ces comportements sans être sûr que ces sanctions ont un effet positif sur l'économie est irrationnel. Les effets pervers d'une application excessivement rigide du droit de la concurrence sont réels. L'impact négatif sur la trésorerie provoqué par une amende massive réduit en effet d'autant les investissements, les efforts en recherche et développement, l'innovation et la capacité des entreprises à contribuer à la croissance et à maintenir ou créer des emplois.

> Projet pilote de CCS pour Total

Libération
du 18/02/2010

Total a dégagé 60 millions d'euros dans un projet pilote de captationet de stockage de CO2 près de PAU. Total se dit motivé notamment par la perspective d'une taxation de plus en plus forte des émissions de gaz carbonique, dans le cadre de la convention climat de l'ONU.Plus les objectifs de maîtrise des émissions seront sévères, plus le prix montera. Gros émetteur, Total, comme d'autres industriels, veut éviter de payer cette taxe en limitant ses émissions ou en les stockant. A condition que le coût soit inférieur à celui de la taxe, et donc que cette dernière grimpe.

> Electricité solaire : 2 poids, 2 mesures...

Les Echos
du 18/02/2010

Hier, à l'occassion des questions du gouvernement, le ministre de l'Jean-Louis Borloo a indiqué que les tarifs annoncés en décembre dernierseront maintenus pour les projets futurs des quelques 15 000 dossiers présentés avant le 1er novembre 2009 ainsi que de petits projets d'une puissance inférieure à 36 KW. En revanche, pour tous les autres, et notamment les gros projets , c'est le nouveau tarif qui s'appliquera. Le Gouvernement souhaite traiter de manière différenciée les projet considérés comme abusifs ou spéculatifs, et les autres. Entre les deux catégories, le ministère propose de réserver un traitement privilégié aux agriculteurs.

> Plan de lutte contre la précarité énergétique : conférence de consensus d'ici fin 2010

La Croix
du 16/02/2010

Dans un Entretien avec le quotidien La Croix, Valérie Létard, secrétaire d'Etat chargée des technologies vertes, a précisé que " Nous étudions aussi une réforme des tarifs de l’eau et de l’énergie. Les rapports préconisent en effet l’abandon des abonnements forfaitaires au profit d’une tarification progressive, tarif de base pour les besoins essentiels, puis augmentation pour les consommations supplémentaires. Cela n’est faisable que si nous agissons aussi sur les causes de surconsommation, au travers de la rénovation thermique de l’habitat ancien dégradé et énergivore. Mais réformer la tarification est un choix lourd pour lequel l’État n’est pas seul décisionnaire. Nous organiserons une conférence de consensus l’hiver prochain sur cette question."

> Bientôt un marché des CEE ?

Les Echos
du 17/02/2010

Depuis leur mise en place en France en 2005, les certificats d'économies d'énergie (CEE) se traitent de gré à gré. Or l'Etat ambitionne de réduire un peu plus la consommation. Le jeu va dès lors se complexifier entre les acteurs. Pour cette raison, Powernext travaille sur la création d'un marché organisé dédié à ces CEE.
« Aujourd'hui, la puissance publique va définir les contours du nouvel objectif, fixé à 100 TWh cumac par an pour trois ans, précise Jean-François Conil-Lacoste, DG de Powernext. Il est plus difficile à atteindre, d'où l'intérêt d'être présent pour faciliter sa réalisation. Des banques et des groupes industriels pourraient être aussi intéressés par l'éligibilité. Le jeu des acteurs va devenir dès lors plus complexe. D'où notre réflexion pour la création d'un marché organisé avec un prix transparent établi à partir des surplus et des manques de manière sécurisée. » La date d'entrée en fonction de la plate-forme de marché est largement tributaire des discussions parlementaires à venir sur le Grenelle II.

Actualité Sociale

> IEG : accord sur la prévention des risques psychosociaux

AFP
du 16/02/2010

Les partenaires sociaux des industries électriques et gazière ont signé à l'unanimité un accord-cadre sur la prévention des risques psychosociaux au travail, tandis que la CGT (majoritaire) signera un accord d'application chez GDF-SUEZ.

> Nouvelles modalités de décompte des effectifs : les précisions de la DSS

Liaisons sociales
du 09/02/2010

Des décrets du 23 juin 2009 ont uniformisé les règles de calcul des effectifs applicables à la réduction Fillon, la déduction forfaitaire de cotisations patronales pour heures supplémentaires, l'exonération applicable aux contrats d'apprentissage, l'assujettissement au versement de transport, au Fnal supplémentaire et à la participation à la formation. Une circulaire du 1er février de la Direction de la sécurité sociale détaille les modalités de calcul pour chaque dispositif concerné.

> Négociation « harcèlement » : la question de l'organisation du travail sème la discorde

Liaisons sociales
du 10/02/2010

Organisations syndicales et patronales se sont réunies, le 8 février, pour négocier sur le harcèlement et la violence au travail. Un nouveau texte patronal, transmis en début de séance, a servi de base de discussions. Il intègre certaines des propositions syndicales communes, envoyées le 5 février au patronat. Lors de la réunion, les discussions ont notamment achoppé sur la question de l'organisation du travail. La prochaine séance est fixée au 2 mars.

> Modernisation du dialogue social : nouvelle feuille de route patronale

Liaisons sociales
du 09/02/2010

Dans le cadre de la délibération sociale sur la modernisation du dialogue social, le patronat a transmis aux organisations syndicales de salariés une nouvelle feuille de route. Ce document liste les thèmes à aborder lors de l'éventuelle négociation, qui pourrait s'ouvrir le 10 mars prochain. La délégation patronale prend en compte certaines remarques exprimées, le 27 janvier par les syndicats, en reformulant certains thèmes.

> Modalités de prise en charge des dépenses liées au CIF

Liaisons sociales
du 12/02/2010

Le Comité paritaire national pour la formation professionnelle (CPNFP) a adopté, le 9 février, un tronc commun de règles de prise en charge des dépenses afférentes au CIF. Ces règles sont applicables dès l'année 2010 à l'ensemble des Opacif (organismes collecteurs du CIF) entrant dans le champ de l'ANI formation du 7 janvier 2009.

> Projet de prise en charge du tutorat et du remplacement pour formation dans les TPE

Liaisons sociales
du 10/02/2010

Trois avant-projets de décrets d'application de la loi sur la formation du 24 novembre 2009 ont été remis aux partenaires sociaux le 5 février, en vue de la séance plénière du CNFPTLV, le 17 février prochain. L’un de ces textes prévoit notamment les modalités de prise en charge à titre expérimental des frais de remplacements de salariés dans les TPE.
Financement des remplacements pour formation dans les TPE
La loi formation du 24 novembre 2009 (art. 44) prévoit, à titre expérimental, la prise en charge par l'Opca (organisme paritaire collecteur agréé) des dépenses, engagées jusqu'au 31 décembre 2011 par les entreprises de moins de dix salariés, afin de rémunérer les salariés recrutés en remplacement de salariés absents pour suivre une formation.
L'un des avant-projets de décret précise que cette prise en charge pourrait se faire sur la base du montant du smic horaire brut, dans la limite de 60 heures de formation.

Actualités

Revue de Presse 2010


Les revues de presse par année

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.