Préparons dès aujourd’hui l’Equipe de France Bas Carbone de demain !

Dans un contexte économique où l’emploi est plus que jamais un enjeu, les fédérations et associations professionnelles de la filière électrique communiquent les premiers résultats de l’Engagement de Développement de l’Emploi et des Compétences (EDEC) conclu le 9 avril 2019. Mené sous l’égide du Ministère du Travail avec le soutien du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, ce contrat d’étude prospective - au périmètre inédit - a pour objectif d’appréhender de manière concrète les évolutions à venir des emplois et des compétences de la filière électrique dans son ensemble.

Une filière plurielle, mobilisée au service des consommateurs et de la neutralité carbone

La filière électrique n’est bien sûr pas plus épargnée que d’autres secteurs de l’économie par la crise Covid 19. En 1ère ligne de la gestion de la crise, elle a une nouvelle fois démontré sa capacité d’adaptation et de mobilisation pour le bien commun. Ces qualités lui seront utiles pour relever le défi des transitions écologique et digitale et ainsi être un des piliers de l’atteinte de la neutralité carbone.
L’emploi et les compétences sont un des leviers clés de ces transformations. L’anticipation de l’évolution des compétences, l’accompagnement des parcours professionnels, la qualité de l’offre de formation initiale et de formation continue sont des questions cruciales pour sécuriser demain et réussir le plan de relance de l’économie, en France comme en Europe. Conscientes de leur responsabilité et de la nécessité de se mobiliser ensemble, l’UFE, la FFIE, la Fieec, lgnes, le Gimelec, le Serce, Think Smart Grids et Industries Méditerranée, ainsi que tous leurs adhérents, ont travaillé, dans une démarche commune, tout au long de l’année avec le Ministère du travail, l’appui du cabinet PwC et avec la contribution de 4 fédérations syndicales (FO, CFDT, CGE-CGC et CFTC).

La filière électrique : 600 000 emplois répartis sur l’ensemble du territoire national

Utilisant une méthode de décompte dont la robustesse a été éprouvée grâce à de nombreux partages et échanges, la filière électrique est en mesure, pour la première fois, de présenter des données globales et transverses, regroupant tous les segments de la filière : système électrique, bâtiment, industrie, ville et mobilité. Ainsi, la filière électrique représente aujourd’hui 600 000 emplois répartis sur l’ensemble du territoire national, dont 300 000 plus particulièrement liés au système électrique (production nucléaire, ENR et thermique, transport, distribution et fourniture d’électricité), 220 000 dans le bâtiment (rénovation et neuf), 40 000 dans l’industrie et 40 000 dans les infrastructures de la ville et de la mobilité (liées notamment à la recharge des véhicules électriques ou encore aux transports ferroviaire et urbain). La majorité de ces emplois sont qualifiés, pérennes et s’exercent au sein d’entreprises de toutes tailles réparties sur l’ensemble de la chaîne de valeur, amont-aval, irriguant tous les territoires français. Des champions internationaux aux PME-TPE dynamiques, le panel d’entreprises qui recrutent est large et diversifié, tout comme les parcours qu’elles proposent.

Par ailleurs, l’atteinte des objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) est un enjeu environnemental, mais également pour l’emploi : le respect des trajectoires fixées constitue un potentiel de création de plus de 200 000 emplois directs et indirects supplémentaires dans les territoires d’ici 2030. 80 000 de ces nouveaux emplois seront consacrés à la rénovation énergétique des bâtiments et 60 000 dédiés aux énergies renouvelables.

Cette étude nationale, menée en lien avec 3 régions sur des projets divers (Bretagne sur la cybersécurité, Hauts de France sur les réseaux intelligents avec l’impulsion d’Enedis et la Région Provence Côte d’Azur, sous le pilotage d’Industries Méditerranée en miroir de l’étude nationale), se veut avant tout pédagogique et pragmatique. Elle est destinée à l’ensemble des acteurs de la transition écologique  : les différentes branches professionnelles concernées et leurs entreprises (dont les PME-TPE), les organismes de formation initiale et continue dont les OPCO récemment constitués (Constructys et OPCO 2i en particulier), les salariés de la filière, les jeunes en formation comme les institutionnels de l’emploi, qu’ils soient nationaux ou régionaux.

Au-delà des dimensions quantitatives, un travail qualitatif sur les métiers en tension ainsi que sur l’offre de formation initiale et continue est également en cours.

Les résultats complets de l’étude prospective seront présentés à l’automne. Ils seront assortis de préconisations concrètes. A très vite donc !

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.