La filière électrique au cœur des métiers d’avenir !

Mardi dernier, sous le Haut Patronage du Ministère du travail et avec le soutien du Ministère de la Transition écologique et solidaire, 7 fédérations professionnelles de la filière électrique*, les confédérations syndicales CFE-CGC, CFDT, CFTC, FO, et en partenariat avec Industrie Méditerranée, ont signé un contrat d’Engagement Développement et Compétences (Edec) pour mener une étude prospective des emplois et des compétences dans le cadre de la transition énergétique. Un bel exemple d’unité sur un enjeu majeur : l’évolution des métiers dans une société en pleine transformation…

Réalisée en partenariat avec l’ENSAM et le CNAM, cette conférence a permis de réunir plus de 350 personnes, étudiants, représentants des entreprises et pouvoirs publics dans le grand amphithéâtre de l’ENSAM à Paris. Réalisée sous le Haut Patronage du Ministère du travail représenté par Jean-Marie Marx, le Haut-Commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, et Carine Chevrier, Déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle, la signature du contrat de prospective est une 1ère pour la filière électrique. Les représentants de la filière électrique, mais aussi Industries Méditerranée pour toute la région PACA, les éco-entreprises de France (PEXE) et demain les régions Hauts de France et Bretagne vont travailler ensemble dans un objectif partagé durant 18 mois : identifier avec précision le nombre d’emplois dans cette filière stratégique et diagnostiquer quelles compétences sont nécessaires pour réussir la transition énergétique et numérique. Cette démarche permettra de contribuer à l’élaboration des politiques publiques dont la PPE, d’enrichir les travaux du Conseil National de l’industrie, les observatoires des branches professionnelles, les travaux prospectifs des entreprises comme ceux des institutionnels de l‘emploi. Un bel exemple d’unité et de mobilisation et une démarche reconnue comme exemplaire par le Ministère du Travail et le Ministère de la Transition écologique et solidaire.

Une démarche innovante, collective et transverse

Dès l’ouverture de la conférence de lancement de l’EDEC Filière Electrique, Jean-Marie Marx l’a rappelé : « notre société est confrontée à une double urgence : l’urgence écologique et l’urgence à se transformer dans le cadre d’un bon dialogue social  ». La transition énergétique génère en effet des besoins en ressources très variées. S’y ajoutent aussi désormais les évolutions induites par l’inclusion du numérique dans l’ensemble de l’économie.
Dès lors, accompagner les enjeux de mutation en matière d’emplois et de compétences - qu’elles soient nouvelles ou qu’il s’agisse de reconversions – signifie pouvoir et savoir s’adapter. En ce sens, la démarche collective innovante entreprise par la filière électrique et ses partenaires permettra, au travers d’un dialogue commun, de mieux identifier et valoriser ses besoins pour orienter jeunes et moins jeunes sur le marché du travail, et d’adapter formation et diplômes. Comme l’a exprimé Carine Chevrier en conclusion des débats, « c’est un véritable travail d’ingénierie fine dans laquelle s’engage aussi le Ministère du Travail, et dont les enseignements viendront abonder les travaux du Conseil National de l’Industrie, en particulier celui des Industries des nouveaux systèmes énergétiques  ».

Une accélération des transformations

Qu’il s’agisse de la production d’électricité et notamment des énergies renouvelables, des équipementiers, des services d’efficacité énergétique appliqués à l’industrie, aux bâtiments, aux infrastructures de transport, aux réseaux intelligents, tous les dirigeants présents à la conférence l’ont dit : leur secteur connait des évolutions radicales. Véronique Matignon-Ménard, DRH de VINCI Energies International & Systems l’a bien résumé lorsqu’elle dit « la ville d’après-demain est déjà là et la transition énergétique sera multiforme, s’appuyant sur différents secteurs car les projets sont pluridisciplinaires ». Même constat du côté d’ENGIE Cofely dont Jean Roland, le Directeur de la Stratégie France, a souligné « la forte accélération des transformations autour de l’axe-clé de l’efficacité énergétique  ». Aux connaissances classiques techniques s’agrègent désormais le numérique mais aussi « toute une palette de compétences plus transverses parmi lesquelles le savoir-faire comportemental pour délivrer les bons messages pédagogiques auprès des usagers en matière de consommation d’énergie  ». Pour Bruno Bensasson, Président d’EDF Renouvelables, « le bon ingénieur, demain, aura aussi une bonne compréhension de la gestion économique d’un projet, de la finance, de la relation commerciale, afin d’apporter la bonne solution au meilleur coût  ». S’y ajoute aussi, comme l’a pointé, de son côté, Rudi Gombauld, Directeur de la Formation Client initiale et Continue de SCHNEIDER ELECTRIC, « la nécessité d’une vision régionale, adaptée à un tissu économique au plus proche des besoins  », d’où « l’importance de travailler avec les partenaires sociaux pour construire, de façon pertinente, un savoir-faire utile à tous  » a d’ailleurs conclu Véronique Matignon-Ménard.

S’adapter en permanence

Les deux tables rondes organisées à l’occasion de cette conférence de lancement de l’EDEC Filière Electrique ont aussi été l’occasion de dialoguer avec de jeunes étudiants et salariés sur leur vision de la transition énergétique et leur choix d’un parcours académique en apprentissage, en alternance ou en formation continue, qui, en mixant école et entreprise, s’avère particulièrement pertinent d’enseignements. Tous ont témoigné de leur plaisir et fierté dans l’exercice de leurs métiers. Les échanges ont également mis en exergue à quel point l’adaptabilité est un paramètre clé pour la jeune génération comme pour ceux déjà en activité. Apprendre en continu est en effet primordial pour tous.

Laurence Parisot l’a rappelé dans son rapport rendu public en février dernier, anticiper les besoins de compétences, développer les passerelles entre secteurs, accompagner les salariés dans la durée, imaginer les formations ad hoc sont des enjeux qui doivent s’inscrivent dans une démarche collective, transverse et de long terme. En impliquant tout à la fois organisations professionnelles, partenaires sociaux, territoires et enseignants, la filière électrique prend son destin en main !

* FFIE, FIEEC, GIMELEC, IGNES, SERCE, Think Smartgrids, UFE

Les adhérents




Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.

Je comprends qu’en m’abonnant, je choisis explicitement de recevoir la newsletter et que je peux facilement et à tout moment me désinscrire en utilisant le lien envoyé dans l’email.