Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


UFE/Revue de presse sectorielle du 19/01/18

Actualité économique et industrielle
LE GOUVERNEMENT SAISIT LE CSE POUR AVIS CONCERNANT LA PROPOSITION DE HAUSSE DES TRV DE LA CRE
La Commission de Régulation de l’Energie a proposé le 15 janvier dernier une évolution haussière des tarifs de vente de l’électricité qui « prend notamment en compte la hausse de l’obligation pesant sur les fournisseurs en matière de certificats d’économies d’énergie (CEE) ainsi que l’évolution du tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité à partir du 1er janvier 2018 ». Le gouvernement a saisi le Conseil supérieur de l’énergie (CSE) pour examiner le dossier, le Conseil se réunira le 23 janvier prochain. L’évolution proposée serait notamment une hausse moyenne de 0.8% pour les particuliers et petits professionnels, « à compter du 1er février ».
Enerpresse du 17/01/2018
Actualité économique et industrielle
JEAN-BERNARD LÉVY : « LE VÉRITABLE CONCURRENT DU NUCLÉAIRE, CE SONT LES ÉNERGIES FOSSILES »
Dans un entretien dans le Figaro, le PDG d’EDF revient sur ses ambitions dans le nucléaire à l’international, soutenues par Emmanuel Macron. D’abord au Royaume-Uni, ensuite en Chine, le nucléaire est vu comme « l’une des solutions pertinentes, à l’égal des énergies renouvelables, pour lutter contre les émissions de CO2, cause du réchauffement climatique. La France bénéficie ainsi d’un atout majeur dans la compétition internationale ». Selon Jean-Bernard Lévy, l’Arabie Saoudite et l’Inde sont les deux prochains marchés prometteurs pour de futurs contrats : « avec l’EPR, nous passons à l’étape de conquête ». « Contrairement aux fermes solaires et éoliennes », « les centrales à charbon et à gaz sont pilotables », elles sont les véritables concurrentes du nucléaire.
Le Figaro du 17/01/2018
Actualité économique et industrielle
FERMETURE DE FESSENHEIM : UNE ÉCONOMIE LOCALE QUI S’EFFONDRE
Selon EDF, 1 200 personnes travaillent sur le site de Fessenheim dont 850 sont salariés de l’électricien. Les 350 autres ne seront pas reclassés par EDF tout comme les 800 qui occupent un emploi indirectement lié à la centrale (sous-traitants notamment). Soit, environ 2 000 emplois impactés par la fermeture de la doyenne selon l’INSEE. L’arrêt se solderait également par la perte de revenus pour 5 000 personnes au total, et parmi eux, les commerçants de la région. De même pour les collectivités locales et la petite commune de Fessenheim qui recevaient respectivement 15 millions et 5.7 millions d’euros par an grâce aux versements des impôts et taxes d’EDF. Quant au démantèlement, pour Valérie Faudon de la SFEN « l’expérience montre qu’un démantèlement n’exige que 10% des emplois nécessaires au fonctionnement d’une centrale ». Il est désormais l’heure du dialogue pour préparer la reconversion de Fessenheim : Sébastien Lecornu y installe vendredi 19 janvier un comité de pilotage réunissant les élus locaux, les services de l’Etat, les représentants d’EDF et les acteurs économiques. Affaire à suivre.
Le Figaro du 17/01/2018
Actualité économique et industrielle
LES SCÉNARIOS VOLT ET AMÈRE RETENUS DANS LE CADRE DE LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DE L’ÉNERGIE (PPE)
Sur les 4 scénarios proposés par RTE dans son Bilan Prévisionnel, seuls Volt et Ampère ont été débattus lors de l’atelier « mix électrique » organisés dans le cadre de la PPE pour réviser la trajectoire énergétique de la France de 2018 à 2023 et de 2023 à 2028, auquel était présent Nicolas Hulot. Ces scénarios prévoient la fermeture de 9 et 16 réacteurs pour Volt et Ampère, et sont compatibles avec les objectifs climatiques en matière d’émissions de CO2 dans le mix électrique.
Contexte du 17/01/2018
Actualité économique et industrielle
1’46, LE TEMPS DE COUPURE LE PLUS FAIBLE JAMAIS ENREGISTRÉ PAR RTE
A l’occasion de la présentation de ses vœux, François Brottes, président du directoire du gestionnaire de réseau de transport, a indiqué que le réseau résistait de mieux en mieux aux vents violents grâce aux efforts d’investissement sur la sécurisation mécanique à la suite des tempêtes de 1999. Ce programme « s’est achevé en 2017 dans les délais et a montré son efficacité immédiatement », il sécurise désormais 48 000 km de lignes, 6 300 pylônes et 3 000 postes.
Enerpresse du 19/01/2018
Actualité économique et industrielle
SÉBASTIEN LECORNU SUR L’ÉOLIEN : « IL FAUT ACCÉLÉRER LE MONTAGE DES PROJETS ET AMÉLIORER LEUR ACCEPTABILITÉ »
A l’issue de trois mois de concertations avec les acteurs de la filière, les élus locaux et l’administration, le secrétaire d’Etat auprès du ministre Nicolas Hulot dévoile dans un entretien aux Echos les mesures retenues pour « libérer l’éolien » et améliorer son acceptabilité locale. D’abord, le temps moyen des procédures sera raccourci de « deux à trois ans » grâce à la suppression d’un niveau de juridiction pour le traitement des contentieux (tribunal administratif de grande instance). Afin d’éviter les hostilités locales, deux mesures sont proposées : une meilleure répartition de l’imposition forfaitaire pour les entreprises de réseaux (Ifer) entre le département et les communes, et de privilégier les projets issus du financement participatif local à travers un système de bonus dans les appels d’offres.
Les Echos du 18/01/2018
Actualité Européenne
CALENDRIER INSTITUTIONNEL
Groupes de travail Environnement du Conseil de l’UE, les 22, 26 et 29 janvier à Bruxelles
- Discussion sur le règlement standards CO2 (22/01)

Groupes de travail Energie du Conseil de l’UE, les 25 et 30 janvier et 1er et 6 février à Bruxelles
- Discussion sur les sujets internationaux : Communauté de l’énergie, IRENA (25/01)
- Examen du règlement sur la notification des projets d’investissements dans les infrastructures énergétiques (25/01)

Commission Industrie, Recherche et Energie (ITRE), les 22 et 23 janvier à Bruxelles
- Échanges de vue avec Mariya Gabriel, Commissaire à l’économie et à la société digitale, dans le cadre du dialogue structuré, et présentation d’un volet cybersécurité
- Échanges de vue sur la liste des projets d’intérêt commun
- Retour sur les résultats des négociations en trilogues sur la directive sur la performance énergétique des bâtiments.

Commission des Transports et du Tourisme (TRAN), les 22 et 23 janvier à Bruxelles
- Discussion sur le projet de rapport sur la directive « Eurovignette »

Commission Marché intérieur et protection des consommateurs (IMCO), les 22 et 23 janvier à Bruxelles
- Échange de vues sur la libre circulation des données à caractère non personnel dans l’UE

Commission de l'Environnement, de la Santé publique et de la Sécurité alimentaire (ENVI), le 24 et 25 janvier à Bruxelles
- Discussion sur le projet de rapport sur la directive « Eurovignette »
- Echange de vue avec M. Neno Dimov, ministre de l’environnement et de l’eau, présidence bulgare
- Vote sur les accords informels sur les règlements sur le partage de l’effort et LULUCF (non-ETS)
- Vote sur le projet d’avis ENVI sur le prochain CFP : préparation de la position du Parlement sur le CFP post-2020
- Vote sur le projet d’avis pour des systèmes de transport intelligents coopérants
du 19/01/2018
Actualité Européenne
CHRISTINE REVAULT D’ALLONNES BONNEFOY PUBLIE SON PROJET DE RAPPORT SUR LA DIRECTIVE EUROVIGNETTE
La députée socialiste française Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy a publié ce 8 janvier son projet de rapport sur la directive « Eurovignette » sur la taxation des véhicules pour l’utilisation de certains axes routiers. Le texte vise notamment à mettre en œuvre le principe du « pollueur-payeur » en remplaçant le système de tarification actuelle fondée sur la durée (vignette) par une tarification en fonction de la distance parcourue (péages). La rapporteuse rend obligatoire ce remplacement pour les camions et les camionnettes, qui était uniquement facultatif dans la proposition initiale de la Commission européenne. Elle propose d’avancer la date de transition entre ces deux systèmes de deux ans pour les voitures particulières et de quatre ans pour les véhicules transportant des marchandises. La députée flèche également l’affectation des recettes : elle « oblige les États à réinvestir les recettes des redevances d’infrastructures et coûts externes dans l’entretien des réseaux routiers, l’amélioration de la sécurité routière et la mobilité durable ». Le rapport sera discuté en commission Transport et Tourisme ce 23 janvier. D’autre part, les rapporteurs du deuxième paquet mobilité ont été nommés au Parlement. En ce qui concerne l’électromobilité, la Commission ENVI, compétente au fond, a nommé Andrzej GRZYB (PPE, PL) pour la directive « véhicules propres » et Miriam DALLI (S&D, MT) pour le règlement sur les standards de CO2 pour les véhicules légers neufs.
Contexte du 09/01 et Parlement Européen du 16/01 du 16/01/2018
Actualité Européenne
L’IRENA PUBLIE SON RAPPORT SUR LE COÛT DES RENOUVELABLES EN 2017
Dans son rapport publié ce 13 janvier, l’Agence internationale pour les énergies renouvelables a mis en avant la compétitivité des énergies renouvelables pour répondre aux besoins de nouvelles capacités de production. Le rapport met en avant la forte baisse des coûts des technologies renouvelables : le prix du kWh solaire a baissé de 73% depuis 2010, et l’éolien est en train de devenir une des technologies les plus compétitives dans le monde. Cette chute des prix révèle un « changement de paradigme » dans un marché où l’innovation technologique reste déterminante au niveau mondial pour développer des projets de grande ampleur. Le directeur général de l’IRENA, A. Amin a déclaré que « se tourner vers les énergies renouvelables n’est plus seulement une décision écologique mais une décision économique ».
Rapport IRENA du 13/01/2018 et Contexte du 15/01/2018 du 15/01/2018
Actualité Européenne
L’ACCORD SUR LA FUTURE COALITION ALLEMANDE MET L’ACCENT SUR LES OBJECTIFS CLIMAT-ÉNERGIE 2030
Le 12 janvier, les conservateurs de la CDU-CSU et les sociaux-démocrates du SPD ont posé les bases d’un accord en vue de former une nouvelle coalition de gouvernement. Sur le volet climat, l’accord reconnait « les objectifs climatiques fixés pour 2020, 2030 et 2050 » bien que l’Allemagne semble ne pas être en mesure d’atteindre son objectif 2020 de réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre. Selon les derniers chiffres du ministère de l’Environnement, l’Allemagne a réduit ses émissions de 27,9 %, loin des objectifs affichés. Cependant, les futurs partenaires de coalition déclarent vouloir réduire cet écart « le plus rapidement possible », avec la mise en place d’un plan d’action d’ici fin 2018, et une forte mobilisation pour l’atteinte des objectifs 2030. Par ailleurs, l’accord prévoit une augmentation de la part des énergies renouvelables de 38% aujourd’hui à 65% d’ici 2030. Enfin, l’accord prévoit un paquet de mesures pour promouvoir la mobilité électrique et lutter contre la pollution de l’air. Cet accord devra encore être validé par le SPD ce dimanche 21 janvier.
AEF du 12/01/2018
Actualité Européenne
LA RÉSERVE POUR LES NOUVEAUX ENTRANTS A DISTRIBUÉ 30% DE QUOTAS POUR LA PÉRIODE 2013-2020
Le 15 janvier, la Commission européenne a publié une mise à jour de la liste d’allocations des quotas d’émissions de la Réserve pour les nouveaux entrant pour la phase 3 du marché EU-ETS (2013-2020). Destinée aux nouvelles installations émettrices ainsi qu’aux installations augmentant leur capacité, la Réserve pour les nouveaux entrants a distribué 144,3 millions de quotas depuis 2013 pour 698 installations ; 70% du volume doivent encore être distribués avant 2020. Les quotas non alloués en phase 3 iront alimenter la nouvelle Réserve de stabilité du marché. La réforme du marché EU-ETS prévoit toutefois de doter à nouveau la Réserve pour les nouveaux entrants de 200 millions de quotas pour la phase 4 (2021-2030).
CP DG Climat du 15/01/2018 et Enerpresse du 18/01/2018 du 18/01/2018
Actualité Européenne
LE PARLEMENT EUROPÉEN ADOPTE EN PLÉNIÈRE UNE PREMIÈRE SALVE DE TEXTES SUR PAQUET « ENERGIE PROPRE »
Lors du vote en session plénière du 17 janvier à Strasbourg, les députés européens ont adopté une première salve de textes du Paquet « Energie propre », soutenant des objectifs énergétiques ambitieux pour 2030. Le règlement sur la Gouvernance de l’Union de l’énergie a été adopté (466 voix pour, 139 contre, 38 abstentions) sur la base du compromis trouvé par les groupes PPE, S&D, ALDE et Verts, portant notamment sur une trajectoire progressive pour les énergies renouvelables, avec trois points de références en 2022, 2025 et 2027. Les députés ont également voté pour un objectif de réduction nette des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 a également été adopté. La directive sur les énergies renouvelables a elle aussi été adoptée à une large majorité (492 voix pour, 88 contre, 107 abstentions), instaurant un objectif européen contraignant d’au moins 35% d’énergies renouvelables d’ici 2030. Cet objectif est décliné avec des objectifs nationaux non contraignants, comprenant une marge de flexibilité de 10% accordée aux Etats membres. Enfin, sur la directive efficacité énergétique, après de nombreuses négociations, les députés ont voté en faveur d’un objectif européen contraignant de 35% d’efficacité énergétique, indicatif au niveau national, tout en réduisant les flexibilités accordées dans l’article 7 pour atteindre cet objectif. Les rapporteurs de ces trois textes ont ainsi reçu un mandat pour commencer les négociations interinstitutionnelles, indiquant que les trilogues pourraient commencer prochainement sous la présidence bulgare du Conseil de l’Union européenne.
Parlement européen du 17/01/2018

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.