Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


UFE/Revue de presse sectorielle du 03/03/17

Actualité économique et industrielle
EMMANUEL MACRON DÉVOILE SON PROGRAMME ÉNERGÉTIQUE
Jeudi 2 mars, le candidat à la Présidentielle Emmanuel Macron a dévoilé son programme « En Marche ». Sur les questions énergétiques, plusieurs objectifs sont cités : sortir la France des énergies fossiles « en faisant monter en puissance la taxe carbone pour atteindre 100€/ tCO2 en 2030 » ; « accélérer les mutations vers une production d’énergie équilibrée et décarbonée » en maintenant le cap de 50% de nucléaire en 2025 ; « accompagner les transitions » en accordant aux régions des fonds pour notamment accompagner les travailleurs « perdants » de la transition énergétique dans la reconversion professionnelle vers des secteurs en croissance. Concernant la rénovation énergétique, le candidat souhaite lancer « un grand plan de rénovation des bâtiments publics, de l’Etat et des collectivités locales pour 4 milliards d’euros ». Quant à la mobilité, « nous accélérons le déploiement des véhicules électriques en maintenant le bonus-malus à l’achat et en accélérant le déploiement des bornes de charges » et en créant « une prime exceptionnelle de 1 000 euros pour permettre à tous ceux dont les véhicules ont été fabriqués avant 2001 d’acheter des voitures plus écologiques, qu’elles soient neuves ou d’occasion ». S’agissant de la rénovation énergétique, un audit gratuit sera proposé aux propriétaires en situation de précarité énergétique, 4 milliards d’euros participeront aux travaux des propriétaires les plus précaires et le CITE serait immédiatement perceptible au moment des travaux.
En Marche du 02/03/2017
Actualité économique et industrielle
TERRA NOVA PRÉSENTE SES PROPOSITIONS POUR LUTTER CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE
Publié le 1er mars dernier, une note de Terra Nova formule 6 propositions pour lutter « contre la précarité énergétique » et « en finir avec les demi-mesures ». Concernant le logement, le think tank suggère : d’interdire la location des logements qui ne respectent pas un standard minimum de performance énergétique ; de créer un compte d’affectation spéciale « Précarité énergétique » pour assurer le financement de politiques préventives (notamment celui de l’Anah) et curatives (chèque énergie) ; de renforcer le programme « Habiter Mieux » de l’Anah en augmentant les subventions avec des seuils qui prennent en compte l’état initial du logement également.
Contexte du 02/03/2017
Actualité économique et industrielle
LE CHIFFRE D’AFFAIRES DE DIRECT ENERGIE AUGMENTE DE 66.5% ENTRE 2015 ET 2016
Le fournisseur alternatif Direct Energie a réalisé un chiffre d’affaires record de 1.69 milliard d’euros, une performance qui s’explique par la fin des tarifs réglementés de vente (TRV) pour les entreprises : cela « a permis au groupe de fortement renforcer sa présence sur le segment grands comptes avec une contribution au chiffre d’affaires de 532.6 millions en 2016, contre moins de 200 millions en 2015 », a précisé Direct Energie dans un communiqué. L’historique EDF estime pour sa part, avoir perdu le quart de sa part de marché, avec un chiffre d’affaires de 35.2 milliards en France (-5.7%).
Les Echos du 03/03/2017
Actualité économique et industrielle
L’ASSOCIATION BBCA SE LANCE À LA CONQUÊTE DU « QUARTIER BAS CARBONE »
En 2016, l’association lance le référentiel « bâtiment bas carbone » qui concerne uniquement les bâtiments neufs, en 2017, « quartier bas carbone » portera cette fois-ci, sur une échelle bien plus large : « La lutte contre le changement climatique passe par un aménagement urbain à l’empreinte carbone exemplaire. Le Quartier Bas Carbone, composante essentielle de la ville durable, c’est l’avenir des territoires : un axe privilégié de développement et de valorisation de l’expertise française », explique Stanislas Pottier, Président de l’association BBCA. La grille d’analyse « quartier bas carbone » combinera des règles de conception des bâtiments, de la voirie et des infrastructures sur l’approche « Analyse du Cycle de vie » en mettant notamment l’accent sur l’utilisation de matériaux bas-carbone et recyclés, la sobriété énergétique, la production locale d’énergie avec le recours aux énergies renouvelables et les réseaux intelligents.
AEF du 28/02/2017
Actualité économique et industrielle
PREMIÈRE ANNÉE DE BILAN POUR ISABELLE KOCHER
Isabelle Kocher a présenté jeudi 2 mars les résultats d’Engie, qui accuse une perte de 400 millions d’euros en 2016 (contre 4.6 milliards d’euros en 2015) avec un excédent brut d’exploitation (Ebitda) en baisse de 5.2% à cause de l’augmentation des provisions nucléaires en Belgique et de la baisse des prix en Europe. La directrice générale a promis un retour de croissance en 2017 en orientant sa stratégie sur la transition énergétique, et plus particulièrement en s’appuyant sur une production d’énergie décarbonée et décentralisée, des services énergétiques à l’aval et des infrastructures gazières et électriques. Les marchés financiers ont salué les résultats positifs du groupe, en faisant augmenter le cours de Bourse de 8.05%, s’établissant à 12.58€ à 17h.
La Tribune du 02/03/2017
Actualité économique et industrielle
NUCLÉAIRE ET DEMANDE ÉLECTRIQUE : L’IDDRI MET EN ÉVIDENCE LES INCOHÉRENCES DE LA PPE
Le directeur de l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI), Michel Colombier, souligne « un énorme souci de mise en cohérence de la réduction de la part du nucléaire et du développement des énergies renouvelables » dans la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et appelle à « faire des choix » par une « planification volontariste ». Sur la question du nucléaire, l’IDDRI craint que la France n’ait pas de choix que de reporter ses objectifs de transition énergétique si elle ne tranche pas sur le devenir du parc français : la prolongation des réacteurs est-elle possible ? Combien coûte réellement le grand carénage ? Quel est le coût de production des réacteurs prolongés ? Les objectifs fixés pour les renouvelables vont-ils être atteints ? L’objectif de 50% de nucléaire d’ici 2025 impliquerait la fermeture de 20 réacteurs, « une évolution du parc français peu réaliste » même avec une montée en puissance des énergies renouvelables. Par ailleurs, l’IDDRI rappelle que la PPE a retenu un scénario de stabilité de la demande électrique alors que la France vise une division par deux d’ici 2050. L’étude de l’IDDRI met en avant 5 facteurs qui l’impacteront à long terme : la cohérence entre la stratégie de rénovation énergétique des bâtiments et la consommation électrique ; la prise en compte de la demande issue du développement de l’électromobilité ; l’évolution de la pointe hivernale selon des politiques de demande dédiées (ex : effacement) ; le choix des modèles économiques pour piloter la consommation d’électricité (ex : recharge des batteries des voitures électriques à des horaires dédiés) ; l’impact d’un système électrique décentralisé sur le devenir des réseaux, et notamment celui de RTE qui serait moins sollicité mais à des niveaux aussi élevés qu’aujourd’hui.
Actu Environnement du 01/03/2017
Actualité économique et industrielle
LES ELECTRIC DAYS METTENT LA SMART CITY À L’HONNEUR
Pour Carmen Munoz, directrice général de Citelum, « la smart city doit créer de la valeur avant tout, car l’enjeu des villes est de livrer des services obligatoires, à moindre coût, tout en économisant des ressources et en générant des recettes », une bonne nouvelle pour les collectivités dont les dotations suivent une tendance baissière. Plusieurs innovations contribuent à dessiner la ville de demain, comme Hi’Light qui règle l’intensité lumineuse de l’éclairage publique selon les passages. Enfin, les citoyens deviennent acteurs à part entière de la smart city, en signalant à la municipalité via une application les anomalies qu’ils rencontrent par exemple.
Les Echos du 01/03/2017
Actualité Européenne
CALENDRIER INSTITUTIONNEL
Groupe de travail Environnement au Conseil de l’Union européenne, 6-7 mars à Bruxelles :
- - 6 mars: Négociations sur la révision de la Directive relative à la limitation de l’utilisation de certaines substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques.
- - 7 mars : Négociation sur la Directive relative au recyclage des batteries et des accumulateurs

Groupe de travail Energie au Conseil de l’Union européenne, 7 mars à Bruxelles
- Echanges de vues sur la réforme de la Directive sur la performance énergétique des bâtiments et de la Directive efficacité énergétique
- Retour sur le trilogue concernant la réforme du règlement sur la sécurité d’approvisionnement en gaz
du 03/03/2017
Actualité Européenne
LE PARLEMENT EUROPÉEN DEMANDE PLUS D’AMBITION POUR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES
A l’occasion d’un échange de vues sur la réforme de la Directive sur les énergies renouvelables, organisée par la Commission Industrie, recherche et énergie du Parlement européen ce 28 février, la Commission européenne a défendu son étude d’impact qui évalue l’objectif de 27% d’énergies renouvelables comme optimal pour atteindre l’objectif de diminution des émissions. Cependant, le rapporteur socialiste de cette directive José Blanco Lopez, a pris cette déclaration à contrepied et a dénoncé une proposition peu ambitieuse qui « envoie un mauvais signal ». Les rapporteurs fictifs Sean Kelly (PPE, IE), Fredrick Federley (ADLE, SE) et Claude TURMES (Les Verts, LU) ont aussi appelé à un objectif plus ambitieux. Blanco Lopez, soutenu par le rapporteur Dario Tamburrano (ELDD, IT), a aussi réclamé des objectifs contraignants au niveau national afin de donner de la visibilité aux investisseurs.
Parlement européen et Contexte du 03/03/2017
Actualité Européenne
UN PROTOCOLE D’ACCORD ENTRE ENGIE ET SCHNEIDER
Engie et Schneider, spécialisé dans la gestion de l’énergie et des automatismes, ont déclaré le 27 février la signature d’un protocole d’accord pour « explorer de nouvelles solutions digitales pour l’efficacité opérationnelle des champs d’éoliens et photovoltaïques ». Ainsi, Engie pourra utiliser des applications de Schneider, Scada et Historian, pour tester des solutions d’acquisition et de gestion de données. Si les deux entreprises travaillent déjà ensemble pour assurer la supervision et la gestion en temps réel de parcs éoliens et solaires européens, cette nouvelle initiative vise à approfondir cet axe de travail, pour notamment permettre d’optimiser l’exploitation en temps réel et à distance.
Enerpresse du 03/03/2017
Actualité Européenne
LE CONSEIL SE POSITIONNE SUR LA RÉFORME DU MARCHÉ ETS
Le Conseil environnement a adopté ce mardi 28 février sa position sur la réforme du marché d’échange de quotas (ETS). Celui-ci abonde dans le sens du Parlement sur le facteur de réduction linéaire (2,2%), et le taux d’absorption de la réserve de stabilité (24%). Sous l’impulsion de nombreux Etats dont la France, la Suède, les Pays-Bas et le Luxembourg, le Conseil a également intégré une disposition visant à améliorer l’ETS européen sur le long-terme. En l’espèce, le Conseil propose de limiter, à partir de 2024, la validité la part des quotas MSR supérieure au nombre total de quotas mis aux enchères l’année précédente. Ce mécanisme a été proposé par la Suède et la République Tchèque dans la phase finale des négociations. Le Conseil souhaite également augmenter de façon conditionnelle la part des quotas alloués gratuitement de 2% (contre 1% dans la proposition initiale de la présidence maltaise). L’adoption par le Conseil de sa position sur l’ETS ouvre à présent la voie au trilogue avec le Parlement européen et la Commission.
Contexte et Conseil de l’Union européenne du 28/02/2017
Actualité Européenne
L’UE ET L’IRAN S’ENGAGENT VERS PLUS DE COOPÉRATION DANS LE SECTEUR DU NUCLÉAIRE
Le 28 février et le 1er Mars, le Directeur général de la DG Energie de la Commission européenne Dominique Ristori a rencontré son homologue iranien à l’occasion du séminaire « Coopération internationale pour le nucléaire : Attentes et responsabilités ». Cet évènement s’inscrit dans le cadre d’une coopération toujours plus étroite entre l’Union européenne et l’Iran, notamment depuis la signature de Plan Global d’action conjoint (JCPOA) qui prévoit l’exploitation d’énergie nucléaire par l’Iran sous certaines conditions. Les deux partis ont notamment évoqué le succès de cette coopération et ont déclaré vouloir l’approfondir dans les années à venir, notamment pour échanger des pratiques exemplaires sur la sureté nucléaire. A cet effet, un second séminaire sera organisé d’ici la fin de l’année 2017 à Esfahan.
Commission européenne du 27/02/2017
Actualité Européenne
LA SORTIE DU NUCLÉAIRE FAIT L’UNANIMITÉ PARMI LES CANDIDATS À LA CHANCELLERIE ALLEMANDE
Avec le soutien de 80% de ses citoyens, l’Allemagne œuvre depuis quinze ans à la sortie du nucléaire, qui ne représente aujourd’hui plus que 14% de sa production nationale d’électricité. Les partis politiques nationaux ne souhaitent pas revenir sur cette dynamique, et à 7 mois des élections, qui se tiendront en septembre, aucun candidat à la chancellerie ne défend le retour ou le maintien du nucléaire. La sortie définitive du nucléaire est prévue pour 2022, mais beaucoup reste à faire pour la sortie des énergies fossiles, responsables d’importantes émissions de gaz à effet de serre.
Le Parisien du 27/02/2017

Actualités

Revue de Presse 2017


Les revues de presse par année

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.