Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


Revue de presse du 15/12

Actualité économique et industrielle Actualité Européenne      

Actualité économique et industrielle

> Projet de loi pour la croissance et l’activité : des mesures possibles pour l’industrie électro-intensive

Cbanque
du 10/12/2014

Au mois de novembre, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron avait émis le souhait de compléter les dispositions existantes sur le coût de l’énergie pour les industries énergivores dans son projet de loi pour la croissance et l’activité. « Dans le projet de loi, adopté en Conseil des ministres, il y a un paragraphe qui permet d'intégrer par voie d'amendement gouvernemental ou parlementaire des dispositions plus précises » pour les industries grandes consommatrices d’énergie, a expliqué Emmanuel Macron après une réunion du Conseil national de l'industrie (CNI) mercredi 10 décembre dernier. « Nous sommes en train de discuter avec la Commission européenne des dispositions qu’elle pourra valider » a-t-il ajouté.

> La transition énergétique crée 25 000 nouveaux emplois dans le bâtiment dans l’Ile de France

Etudes prospectives emploi &compétences IdF horizon 2020 -Direccte IdF
du 08/12/2014

Selon l’étude d’impact sur l’emploi et l’évolution des compétences du Grand Paris et des travaux liés à la transition énergétique de la Direction région entreprises, concurrence, consommation, travail et emploi (Direccte) de l’Ile de France, 50 000 emplois nouveaux devront être pourvus dans le secteur du bâtiment, la moitié étant liée aux constructions de bureaux ou de logements dans le cadre du Grand Paris, l’autre moitié étant liée aux travaux de rénovation dans le cadre de la Transition énergétique.

> Vifs débats sur la prime accordée aux opérateurs d’effacements

Enerpresse
du 12/12/2014

Alors que RTE annonçait un volume record de capacités d’effacements de consommation compris entre 1200 MW et 1800 MW pour l’année 2015, ce mardi 9 décembre, le Conseil Supérieur de l’Energie (CSE) a rejeté l’arrêté sur la prime aux opérateurs d’effacement : « nous avons été choqués que les modalités de projet d’arrêté s’appuient sur une absence d’effets de report » a expliqué à Enerpresse Françoise Thiébault, représentante des associations de défense des consommateurs au CSE, à Enerpresse. De son côté, la ministre de l’Energie, Ségolène Royal a adressé un courrier au président du Directoire de RTE, Dominique Maillard lui demandant de mener « avant la fin du 1er semestre 2015 et en association avec les parties prenantes, des études sur la détermination des effets d’anticipation ou de report de consommation occasionnés par l’activation des effacements de consommation en électricité ». Dans le même courrier, la ministre demande au gestionnaire de réseau de transport d’électricité d’intégrer dans le projet de règles pérennes pour la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l’énergie qu’il doit soumettre à la CRE, de nouveaux éléments et notamment la possibilité de prévoir une clause de revoyure en octobre 2015 pour intégrer les évolutions prises par le projet de loi de transition énergétique.

> UFE : l’efficacité énergétique pour protéger le climat

Contexte
du 09/12/2014

Dans l’édito de la semaine dernière, la fédération de l’industrie électrique française considère que la démarche d’efficacité énergétique devrait être guidée par deux critères : la performance climatique et la rentabilité économique. Si l’efficacité énergétique est bien au cœur de la transition énergétique, l’UFE rappelle que le secteur des transports (responsable de 40 % de nos émissions annuelles de CO2) doit davantage contribuer à la lutte contre les dérèglements climatiques. L’UFE a réalisé une étude qui sera publiée à l’occasion de la Conférence sur l’efficacité énergétique le mardi 16 décembre prochain.

> Quatre Français sur dix éprouvent des difficultés à payer leur facture de chauffage

Enerpresse
du 09/12/2014

Selon un sondage de l’Ifop publié le 4 décembre dernier, les Français évaluent leur facture de chauffage à 897€/an. L’étude indique par ailleurs que pour réduire leur facture, 62% des Français sont « plutôt» ou « tout à fait» prêts à réaliser des travaux d’économies d’énergie (dans une limite de 5000€). Selon un autre sondage réalisé par Odoxa au mois de novembre dernier, 40% des Français éprouvent des difficultés à s’acquitter de leur facture de chauffage. Lorsque le foyer perçoit moins de 1500€/mois, la proportion augmente à 60%. D’une façon générale, la facture de chauffage est jugée élevée pour 70% des foyers les plus modestes comme pour 61% des plus aisés.

Actualité Européenne

> Veille institutionnelle :


du 15/12/2014

Parlement Européen

Session Plénière
du 15-12 au 18 décembre 2014, Strasbourg
Ordre du jour : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=AGENDA&reference=20141215&secondRef=SYN&language=FR

Mardi 16-12-2014 à partir de 15h
Présentation du Programme de Travail de la Commission Européenne pour 2015
Débats

Conseil Européen
Dédié aux nouvelles mesures pour stimuler la croissance, l’emploi et la compétitivité de l’UE
Du 18 au 19 décembre 2014, Bruxelles
Discussion sur le nouveau Plan d’Investissement de la Commission Européenne

Conseil Environnement de l’Union Européenne
17 décembre 2014, Bruxelles
Débat sur la proposition de réforme du marché ETS via la création d’une réserve de stabilité

> La Conférence de Lima se conclut avec un accord à minima

Le Monde
du 14/12/2014

Après deux semaines de négociations et près de trente-six heures de prolongation, la Conférence sur le Climat de Lima s’est achevée, ce dimanche 14 décembre, sur un accord à minima entre les 195 pays participants. Les pays développés ont reconnu l’importance de définir des stratégies d’adaptation au changement climatique pour les pays en voie de développement, en reconnaissant le principe de « responsabilité commune mais différenciée » dans la définition des efforts pour lutter contre le réchauffement global. Néanmoins, aucun engagement financier en faveur des pays en voie de développement n’a été fixé. Parallèlement, les pays en voie de développement ont refusé de prendre tout engagement à réduire leurs émissions de CO2 avant la Conférence de Paris. Ainsi, l’accord, résumé dans un texte de 37 pages, laisse les portes ouvertes à toute conclusion lors du sommet de Paris. Ce résultat montre bien les efforts qui restent à accomplir pour pallier au manque de confiance qui règne encore entre pays développés et les pays en développement, sur la question d’une lutte réciproque contre le réchauffement climatique.

> La Pologne risque une forte amende pour non-respect de la directive renouvelable

Contexte
du 12/12/2014

La Cour de justice de l’Union européenne a publié, ce 11 décembre, les conclusions de l’avocat général Melchior Wathelet dans l’affaire opposant la Commission Européenne et la Pologne pour le non-respect des obligations découlant de la directive sur les énergies renouvelables par le pays. L’avocat général juge que la Pologne a enfreint le droit de l’Union et propose de lui infliger une astreinte journalière de 61380 euros par jour jusqu’à la date de la mise en conformité du pays avec le droit communautaire. L’avocat général partage, donc, l’avis de la Commission européenne qui juge les mesures polonaises de transposition de la directive sur les énergies renouvelables insuffisantes. L’avis de l’avocat général n’est cependant pas contraignant : il faudra maintenant attendre la décision de la Cour de justice Européenne.

> Le plan Juncker suscite l'appétit des pays européens

AFP
du 09/12/2014

La Commission Européenne a transmis aux Ministères des finances des Etats membres la liste des projets éligibles au financement du « Plan d’Investissement pour la relance de la croissance et de l’emploi », plus communément appelé « Plan Junker ». A l’heure actuelle on y retrouve quelque 2.000 projets, correspondant à un montant d’environ 1.300 milliards d'euros. Si le nouveau Plan vise à mobiliser environ 316 milliards d’euros d’investissement, le montant total des projets présentés « c'est la preuve qu'il y a de gros besoins en investissements en Europe », a assuré Jyrki Katainen, Vice-Président de la Commission Européenne en charge de la mise en œuvre du Plan. Les projets d’infrastructures stratégiques (numérique, énergie, transports) ainsi que l'éducation et la recherche devraient être privilégiés, mais le choix définitif, qui ne devrait pas être arrêté avant mi-2015, reviendra à un groupe d’expert indépendant qui devra évaluer la dimension européenne de ces projets, ainsi que leur viabilité économique. Parmi les projets présentés par la France on retrouve : le déploiement massif de points de charge rapide pour véhicules électriques, la création du Charles-de-Gaulle-Express, ou encore l'instauration d'un programme pour améliorer l'efficacité énergétique dans les bâtiments publics.

> Réformes énergétiques urgentes pour les pays émergents

Enerpresse
du 11/12/2014

Le Forum Economique Mondial, en partenariat avec les consultants d’Accenture, a publié son index de performance énergétique (EAPI) pour l’année 2015. Le rapport prend en compte l’impact du système énergétique d’un pays sur sa croissance économique et sur l’environnement, ainsi que la sécurité d’accès à l’énergie de sa population. Sur les 125 pays évalués, trois pays européens se trouvent sur le podium : la Suisse, la Norvège et la France. Si les pays développés présentent globalement de bons scores, le WEF rappelle qu’il est extrêmement important pour les pays émergents de réformer leurs politiques énergétiques, pour soutenir leur croissance économique tout en maintenant la stabilité du système énergétique mondial. Parmi les axes de réformes, le WEF avance l’évolution du statut des entreprises d’État, majoritaires dans le secteur de l’énergie, propose une gouvernance et une fiscalité qui favorisent les investissements, tout en restant au plus près des préoccupations des populations, et entreprises.

> La Suisse avance vers sa transition énergétique

Enerpresse
du 11/12/2014

Le Conseil national Suisse, chambre basse du Parlement Suisse, a voté en début de semaine en faveur du 1er paquet de mesures pour la mise en œuvre de leur Stratégie énergétique à horizon 2050. Ce texte, qui a également vocation à garantir la sécurité d’approvisionnement de la Suisse, fixe une stratégie progressive de sortie du nucléaire pour le pays. Le Conseil s’est en effet prononcé pour l’interdiction de construire de nouvelles centrales nucléaires, et les députés ont décidé de fixer la date limite d’exploitation des deux plus anciens réacteurs du pays à 60 ans, tandis que les autres réacteurs devraient s’arrêter après 45 ans d’exploitation. Les députés ont aussi validé les orientations générales de la Stratégie 2050. La Suisse devrait donc se doter d’un objectif de réduction de la consommation finale d’énergie de 16% en 2020 et de 43% en 2035 par rapport à 2000. 4400 GWh devront être issus d’énergies renouvelables d’ici 2020 et 14500 GWh en 2035, contre environ 3800 GWh en 2013.

> Un 1er code réseau adopté

Enerpresse
du 11/12/2014

Le 5 décembre, les Etats membres ont adopté, en comitologie, les premières Lignes Directrices pour le secteur électrique sur l’allocation des capacités et la gestion de la congestion (CACM). Ce règlement, qui doit maintenant passer à travers le scrutin du Parlement et du Conseil Européen avant de pouvoir entrer en vigueur définitivement, établit les règles pour la définition des zones de marchés et le calcul coordonné des capacités d’échange d’électricité entre zones. Ses dispositions couvrent également le fonctionnement des mécanismes d’allocation de capacités en J-1 et en infra-journalier ainsi que la gouvernance de ces marchés. Sa mise en œuvre permettra donc de renforcer les efforts dans la création de marchés paneuropéens infra-journaliers et journaliers efficaces. ENTSO-E, l’association des gestionnaires de réseau de transport (GRT) d’électricité qui élabore ces codes sous le mandat de la Commission et des orientations de l’Agence européenne des régulateurs, s’est félicité de cette avancée et a appelé à une adoption rapide des codes et lignes directrices restants.

> Les conclusions du Conseil Energie du 9 décembre

Contexte
du 10/12/2014

A l’occasion du Conseil Energie de l’Union Européenne, qui s’est réuni ce 9 décembre à Bruxelles, les Ministres des Etats membres ont adopté des conclusions portant principalement sur la Communication de la Commission Européenne sur les progrès dans la mise en œuvre du marché intérieur de l’énergie. Le Conseil appelle à l’adoption et mise en œuvre rapide, avant fin 2015, de l’ensemble des codes réseau et des lignes directrices pour l’électricité et le gaz. Atteindre l’objectif de 10% d’interconnexion entre Etats membres à l’horizon 2020 est également indispensable pour compléter l’intégration des marchés énergétique, et le Conseil invite la Commission Européenne à prendre toute les mesures nécessaires pour y parvenir. Le renforcement de la liquidité sur les marchés de gros via l’approfondissement du couplage des marchés et l’intégration des marchés d’équilibrage, et le développement d’une approche plus européenne pour la sécurité d’approvisionnement, sont également des mesures mises en avant. Enfin, les Ministres invitent la Commission Européenne à présenter rapidement sa proposition pour la réorganisation des marchés de détails, afin de permettre au consommateur de jouer un rôle plus actif dans le marché.

> Naissance du plus grand producteur de cellules PV au monde

Enerpresse
du 10/12/2014

Ce 8 décembre, le groupe coréen Hanwha a annoncé la fusion de deux producteurs de panneaux et de cellules photovoltaïques sous son contrôle : SolarOne et Q Cells. L’entreprise chinoise SolarOne va s’offrir 100% des quotas du groupe allemand Q Cells, leader européen dans la fabrication de produits photovoltaïques depuis 1999, pour une somme d’environ 1,2 milliards de dollars. Cette fusion permettra la naissance d’un groupe leader mondial dans la production de cellules PV, disposant d’une capacité de production annuelle d’environ 3,28 GW de capacité.

> L’ONU relève les besoins de financement face au changement climatique

Challenges
du 05/12/2014

Un rapport publié ce 5 décembre par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) s’alarme de la hausse des coûts d’adaptation au changement climatique, que les Etats, et notamment ceux en développement, devront supporter dans les décennies à venir. Les estimations précédentes du PNUD, basées sur des données de la Banque mondiale datées de 2010, anticipaient un coût annuel entre 70-100 milliards de dollars d’ici 2050. Ce montant révisé par le PNUD se porte désormais à 150 milliards de dollars par an en 2025/2030 et 250 à 500 mds en 2050. Si les engagements financiers publics en faveur de l'adaptation au changement climatique ont augmenté ces dernières années, pour atteindre entre 23 et 26 milliards de dollars en 2012-2013, le PNUD prévient qu’un tel niveau d’engagement risque d’être largement insuffisant à partir de 2020.

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.