Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


UFE/Revue de presse sectorielle du 27/03/17

Actualité économique et industrielle
LA COUR DES COMPTES S’INQUIÈTE DE LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ADEME
Après l’examen des comptes de l’Ademe et de sa gestion sur la période 2009-2014, la Cour de Compte estime que l’agence « parvient à assumer de façon globalement satisfaisante les nombreuses missions qui lui sont confiées, mais elle estime qu’une attention particulière doit être portée à l’évolution de ses moyens financiers au cours des prochaines années ». En effet, « sous la pression de la tutelle, l'établissement n'a cessé de contracter de nouveaux engagements » sans « garantie sur la capacité [financière, ndlr] à couvrir » ces autorisations d’engagement qui s’élèvent à plus de 650 millions d’euros annuels. Par ailleurs, les sages de la rue Cambon recommandent d’améliorer rapidement la gestion interne de l’Ademe en matière de politique de ressources humaines ou de parc immobilier notamment. Le Président de l’Ademe, Bruno Léchevin, a répondu que ces axes d’amélioration rejoignent les « enjeux stratégiques bien identifiées par l’Ademe, pour lesquels des actions sont déjà en cours ou planifiées ».
AFP du 23/03/2017
Actualité économique et industrielle
ENEDIS PRÉSENTE SES EXPÉRIMENTATIONS DANS LE CADRE DES APPELS D’OFFRE EUROPÉENS H2020
Christian Buchel, chief data officer d’Enedis, a présenté lundi 20 mars dernier, les programmes de recherche européens dans lesquels Enedis est impliqué, comme par exemple, « Flexiciency » qui est la plateforme italienne de données européennes sur l’électricité ou « Interflex » qui désigne un programme d’étude qui embarque les DSO suédois, allemands, néerlandais et tchèques sur les sujets de stockage décentralisé, microgrids, mobilité électrique connectée… « A Nice, nous avons récemment testé l’îlotage d’un quartier pendant 7h d’affilée, réalisé récemment dans le cadre de ce programme, grâce notamment à de la production photovoltaïque, du stockage dans des batteries et à l’anticipation big data de l’ensoleillement et de la consommation ; cela a constitué une première mondiale ! ». Selon le chief data officer d’Enedis, les programmes de recherche européens visent trois objectifs : « l’empowerment » des clients producteurs-consommateurs, « l’empowerment » des territoires et « le développement de nouvelles compétences et de l’agilité des DSO » qui servent « l’ambition d’affirmer la place de l’Europe comme leader mondial des énergies renouvelables » a-t-il résumé.
Le journal du Grand Paris du 23/03/2017
Actualité économique et industrielle
COMMENT LES CANDIDATS À LA PRÉSIDENTIELLE SOUHAITENT DÉCARBONER LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE ?
Pour Marine Le Pen et François Fillon, le nucléaire est la « colonne vertébrale » du système énergétique national, ils préconisent ainsi tous les deux, un maintien du parc actuel, soit 75% du mix électrique. S’agissant des autres énergies, la candidate FN ne soutient pas l’éolien ni les énergies importées. Le candidat LR soutient les énergies renouvelables, s’appuie sur une décentralisation énergétique avec un rôle renforcé des territoires, souhaite développer l’efficacité énergétique et propose un prix plancher du carbone fort. Pour les candidats de gauche, le scénario privilégié est celui de la sobriété : il s’engagent tous deux dans une action forte en matière d’efficacité énergétique et sont favorables à la taxation carbone, Jean-Luc Mélenchon prône la sortie complète du nucléaire avec une électricité entièrement renouvelable par le biais d’une planification écologique et la nationalisation d’EDF et d’ENGIE ; quant à Benoît Hamon, il s’engage à sortir complètement du nucléaire en 25 ans. Enfin, Emmanuel Macron se situe dans la droite ligne de la loi transition énergétique : 50% de nucléaire à horizon 2025, doubler les capacités installées des énergies renouvelables d’ici 2022, et agir de manière accélérée sur les « passoires thermiques » grâce à un programme de réhabilitation ciblée.
La Tribune du 22/03/2017
Actualité économique et industrielle
LE TURPE 5 HTA-BT, CIBLE DE TROIS RECOURS EN ANNULATION
Pour rappel, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) avait décidé fin octobre 2016 d’une augmentation moyenne de 2,71 % du Turpe HTA-BT, alors que le distributeur Enedis avait recommandé une hausse de 6,6 %. Deux recours en annulation ont été déposés devant le Conseil d’Etat, le premier par Enedis (3 février 2017) et le deuxième par le ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer (10 mars 2017). Un tout dernier vient de s’ajouter à la pile, de la part de la CFE Energies, mardi 21 mars dernier. Pour l’organisation syndicale, ce tarif « ne permet pas de garantir la continuité du service public » puisqu’il ne tient « pas compte du modèle économique des gestionnaires des réseaux de distribution » et surtout, ne leur permet pas de maintenir « un niveau d’investissement compatible avec les exigences de la transition énergétique et de l’avènement de l’économie 2.0 ». Par ailleurs, il « ne préserve en rien l’emploi » précise également le communiqué.
Le Figaro du 21/03/2017
Actualité économique et industrielle
LA PRODUCTION THERMIQUE A ASSURÉ L’APPROVISIONNEMENT EN FÉVRIER
Selon le réseau de transport électrique (Rte), la production d’électricité de source fossile a atteint 6.1 TWh en février 2017, soit une augmentation de 65 % par rapport à l’an dernier, malgré des températures douces. Cette hausse s’explique par une baisse de la production nucléaire (-10 % par rapport à février 2016), hydraulique (-35 %) et éolienne (-12 %). Cependant, il est à noter que le 27 février, « la puissance instantanée de production des filières éolienne et solaire a dépassé, pour la première fois, les 11,3 GW en France ».
Contexte du 22/03/2017
Actualité économique et industrielle
PLAN BÂTIMENT DURABLE : RAPPORT SUR LES FINANCEMENTS DE LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE REMIS À LA MINISTRE DU LOGEMENT
Remis à Emmanuelle Cosse, mardi 21 mars dernier, le rapport du Plan Bâtiment Durable, intitulé « Financements de la rénovation énergétique des logements privés et le déploiement du tiers-financement » formule 14 recommandations pour favoriser le financement et accroître la dynamique de rénovation énergétique. Parmi celles-ci, la suppression durant 5 ans des conditions de ressources pour le cumul d’un éco-PTZ (éco-prêt à taux zéro) et du CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique) et l’étude d’une bonification des CEE (certificats d’économie d’énergie) pour les travaux d’efficacité énergétique dont le financement s’opère par un éco-PTZ. Par ailleurs, le rapport souligne « qu’une telle ouverture du secteur du crédit aux CEE favoriserait le développement de relations partenariales entre réseaux bancaires et énergéticiens ».
Enerpresse du 23/03/2017
Actualité Européenne
CALENDRIER INSTITUTIONNEL
Groupe de travail environnement du Conseil de l’Union européenne, le 27-28-30 mars à Bruxelles :
- 27/03 : examen du règlement LULUCF
- 28/03 : examen du règlement pour prolonger l’exclusion du secteur de l’aviation du marché ETS.

Groupe de travail énergie du Conseil de l’Union européenne, le 29-31 mars à Bruxelles :
- 29/03 : examen du règlement relatif à la gouvernance de l’Union de l’énergie, notamment les chapitres 1, 2, 4, 5, 7, 8, 9 et les annexes I, VII, VIII et IX.
- 31/03 : Examen par thème de la directive relative à la promotion des énergies renouvelables : bioénergie, transport, électricité, consommateur et chauffage et refroidissement.
du 24/03/2017
Actualité Européenne
LES ACCORDS INTERGOUVERNEMENTAUX DEVRONT RESPECTER LE DROIT EUROPÉEN DE L’ÉNERGIE
Ce jeudi 23 mars, le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne ont voté de nouvelles règles pour garantir la conformité entre les accords intergouvernementaux et la loi européenne relative au secteur de l’énergie. Dorénavant, les Etats-membres qui souhaitent signer un accord intergouvernemental dans le secteur de l’énergie devront consulter la Commission européenne en amont pour qu’elle puisse vérifier que les règles du marché unique de l’énergie soient bien respectées.
Commission européenne du 21/03/2017
Actualité Européenne
IFP ENERGIES NOUVELLES PUBLIE SON ÉVALUATION DE POLITIQUES PUBLIQUES POUR L’ACHAT DE VÉHICULES ÉLECTRIQUES
Dans le cadre de son programme Panorama 2017, le think tank IFP énergies nouvelles propose une évaluation des effets de politiques publiques sur le niveau des ventes de véhicules électrique en Europe à l’horizon 2030. Cette étude démontre que le levier le plus efficace consiste à subventionner l’achat de véhicules électriques neufs par une taxe carbone. Toutefois, le think tank insiste sur l’iniquité d’un tel système de taxation qui s’applique sans considération du revenu et qui pourrait discriminer les territoires qui ne disposent pas des infrastructures nécessaires.
Enerpresse du 24/03/2017
Actualité Européenne
LA COMMISSION PARLEMENTAIRE ITRE DIMINUE LA POROSITÉ ENTRE LA DÉCISION SUR LE PARTAGE DE L’EFFORT ET LE MARCHÉ ETS
Dans leur rapport pour avis sur le partage de l'effort climatique adopté en commission ITRE, les députés européens ont décidé de diminuer le volume de quotas ETS que les Etats pourront utiliser pour les secteurs non-ETS (de 100millions de tonnes à 50 millions de tonnes). L’éventuelle annulation de ces quotas sera prise en compte dans le calcul des permis en circulation qui conditionne l’activation de la réserve de stabilité (MSR).Le volume de flexibilité LULUCF et le niveau d’émission de référence restent inchangés par rapport à la proposition de la Commission. Enfin, une réévaluation de la décision du partage de l’effort par la Commission est prévue au lendemain du Brexit. La Commission ENVI, saisie au fond sur ce dossier, adoptera son rapport les 29 et 30 mai.
Contexte du 23/03/2017
Actualité Européenne
UN MANIFESTE POUR DÉCARBONER L’EUROPE
Ce 21 mars, le think tank The Shit Project a publié son manifeste pour décarboner l’Europe, d’ores et déjà signé par 80 dirigeants de grandes entreprises en France. Vivement relayé dans la presse française (Les Echos, L’Opignon, Le Figaro, Challenges), ce manifeste détaille 9 propositions pour les candidats à l’élection présidentielle, parmi lesquelles la fermeture des usines à charbon, la rénovation des logements anciens, ou encore la transition vers une agriculture plus durable.
AEF du 21/03/2017
Actualité Européenne
UN ESSAI CONCLUANT POUR LE TRAIN À HYDROGÈNE DÉVELOPPÉ PAR ALSTOM
Le 14 mars, Alstom a annoncé que son train à hydrogène Coradia iLint avait atteint la vitesse de 80km/h lors d’un test à Salzgitter en Allemagne. La campagne d’essai à vide devrait durer encore plusieurs mois entre l’Allemagne et la République chèque, puis Coradia iLint sera mis en station avec des voyageurs début 2018. Le train est alimenté par une pile à hydrogène, chargée en station, qui produit de l’électricité pour animer le train. Cette nouvelle technologie dispose également d’un système de stockage flexible de l’énergie grâce à des batteries et d’une gestion intelligente de le puissance de traction et de l’énergie disponible.
Enerpresse du 20/03/2017
Actualité Européenne
LE RAPPORTEUR SUR LA GOUVERNANCE DE L’UNION DE L’ÉNERGIE PUBLIE UN PREMIER DOCUMENT DE POSITIONNEMENT
En amont du premier échange de vues sur la Gouvernance de l’Union de l’énergie tenu ce 23 mars, le rapporteur C. TURMES (Les Verts/ALE, LU) a publié un document de travail pour encadrer les discussions en commission parlementaire ITRE et présenter ses ambitions. Dans ce rapport, il propose notamment d’établir un budget carbone européen décliné par pays. Concernant les objectifs 2030, il souhaite une réévaluation à 35% pour la part des renouvelables et à 40% pour l’efficacité énergétique, et appelle à les rendre contraignants au niveau national. Enfin, il insiste sur la nécessité d’une gouvernance différenciée et multicouche, et qui intègre davantage les communes, les régions, la société civile, les associations de consommateur, les syndicats et les entreprises dans la transition énergétique.
Parlement européen et Contexte du 24/03/2017
Actualité internationale
L'AIE RAPPELLE LE LIEN ENTRE EAU ET ÉNERGIE LORS DE LA JOURNÉE MONDIALE DE L'EAU
A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) rappelle le lien fort entre eau et énergie, sources essentielles au développement qui s’avèrent parfois interdépendantes. En effet, l’eau peut produire de l’électricité grâce à son énergie potentielle et l’énergie est nécessaire dans bien des régions du monde pour rendre l’eau potable (désalinisation, traitement des eaux). L’AIE estime qu’en 2040, la consommation d’électricité affectée au traitement des eaux devrait augmenter de 60%. Pour pallier cette augmentation du besoin, extraire l’énergie chimique contenue dans les eaux usées pourrait participer à la circularisation de l’économie du traitement des eaux.
Agence internationale de l’énergie du 24/03/2017

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.