Quand les Balkans nous rappellent la complexité du système électrique

On allume une lumière, on travaille avec son ordinateur ou dans une chaine de montage, on branche son portable… L’électricité est derrière chacun de ces gestes quotidiens. Même si la disponibilité de l’électricité semble aujourd’hui naturelle, c’est pourtant une œuvre de longue haleine, fruit de l’attention constante de l’ensemble des acteurs du système électrique, et au premier chef les gestionnaires de réseaux, garants méconnus de la sécurité d’alimentation.

Parfois, certains événements peuvent porter atteinte à ce bel équilibre, le cas extrême étant l’effondrement tant redouté du réseau, le fameux black-out. Outre de possibles incidents techniques, ils peuvent aussi prendre la forme d’un phénomène naturel (tempête, tremblement de terre, tsunami…) ou encore d’une agression d’origine humaine (sabotage ou cyberattaque…).

Un battement d’ailes de papillon dans les Balkans…

L’actualité vient de nous rappeler qu’en matière d’électricité, une mésentente « politique » entre deux pays voisins peut être une cause de dérèglement pour toute l’Europe. C’est cette situation qui a affecté - assez discrètement jusqu’à il y a peu, mais significativement - le réseau européen pendant près de deux mois.
Depuis janvier, compte tenu de ses difficultés à recouvrer les coûts de l’électricité fournie aux consommateurs du nord du pays (majoritairement d’origine serbe), l’opérateur de réseau du Kosovo a en effet diminué les injections sur son réseau, sans pour autant limiter les consommations. La Serbie, qui doit assurer l’équilibre production-consommation pour toute la sous-région des Balkans, était supposée pallier ce déficit de production. Mais en raison des différends entre les deux pays, elle a choisi de maintenir ce déséquilibre.
Or, sur les réseaux électriques, il est crucial que la consommation et la production soient égales à chaque instant, sans quoi le maintien de la fréquence du réseau est remis en cause. Dans le cas présent, la perte en énergie accumulée a dépassé les 110 GWh et a entraîné une baisse de la fréquence à une moyenne de 49,996 Hz : ces chiffres peuvent sembler peu significatifs, par rapport à la production annuelle totale en Europe [1] , qui dépasse 3 000 TWh, ou au niveau habituel de la fréquence du système électrique.

…crée des retards dans toute l’Europe !

Cette infime baisse de fréquence a cependant eu pour effet de ralentir de six minutes toutes les horloges connectées directement au réseau électrique européen (équipements domestiques, machines…).

Et si le déficit de production d’énergie, et par conséquent la baisse de fréquence, avaient été plus importants, les conséquences auraient été elles aussi d’une magnitude bien supérieure, avec des dysfonctionnements et pannes de nombreuses machines électriques, voire une instabilité générale du réseau ou des coupures.

Les réseaux et marchés électriques constituent un système complexe, dont les règles ne doivent pas être modifiées à la légère

Grâce à la sonnette d’alarme tirée par les autres gestionnaires de réseaux européens, l’accent est désormais mis sur la recherche d’un règlement politique entre les gestionnaires de réseaux du Kosovo et de la Serbie.
Cet incident montre cependant bien à quel point la solidarité et la coordination, particulièrement au niveau des réseaux de transport, constitue une nécessité vitale pour tout le continent européen. Il a aussi le mérite de rappeler que ce système d’une grande technicité fonctionne toute l’année grâce au travail de l’ombre des gestionnaires de réseaux et de leurs salariés.
Cet épisode souligne également que face à des enjeux techniques et opérationnels cruciaux et complexes, les évolutions législatives et réglementaires doivent être menées sur la base d’études solides et à travers des approches prudentes. Une fois encore, la coopération européenne des gestionnaires de réseau, qui remonte à plusieurs décennies et s’effectue sur une base très largement volontaire, a fait ses preuves !

[1Hors Ukraine, Biélorussie et Moldavie.

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.