Convention Eurelectric 2018 : « 4 D » au cœur des réflexions des électriciens européens à Ljubljana

La semaine dernière, les représentants de l’industrie électrique européenne avaient rendez-vous dans la capitale de la Slovénie pour la Convention annuelle d’Eurelectric. Les débats étaient articulés autour des enjeux prospectifs du secteur, les fameux « 4D » : décarbonation, décentralisation, digitalisation et démocratisation. L’occasion pour Eurelectric de dévoiler les résultats de son étude sur les outils pour décarboner l’ensemble de l’économie européenne à horizon 2050.

Le message de la Convention annuelle du secteur est clair : dans un contexte où l’écosystème du secteur électrique connait des transformations profondes, marquées par l’essor du numérique, l’émergence de nouveaux acteurs et de nouveaux services, le secteur électrique engagé dans une transformation profonde doit résolument se tourner vers le futur.

S’adapter et innover pour répondre aux défis de demain

Plusieurs « grandes tendances » ont en effet été mises en avant dans les discussions :
Pour répondre à l’intégration des énergies renouvelables, accroitre la flexibilité du système électrique de demain est primordial, et suppose de repenser le cadre réglementaire et la façon dont la flexibilité est valorisée sur le marché. Le développement du stockage, la participation active de la demande, le recours à l’hydroélectricité, l’électromobilité vecteur clé de la décarbonation dans les transports, seront essentiels.
La révolution digitale offre de formidables opportunités pour libérer le potentiel de la transformation énergétique. Le développement des réseaux intelligents, l’automatisation des process et l’utilisation optimale des données permettront aux acteurs électriques d’innover dans un monde où la gestion de l’énergie est davantage décentralisée.
Enfin, l’implication croissante des consommateurs sera une composante essentielle du système électrique de demain, en particulier à l’aval. Anticiper, identifier et répondre à leurs besoins, notamment en proposant des services attractifs, est plus que jamais une priorité pour les acteurs du secteur.

Répondre aux ambitions de l’Accord de Paris

Au cours de sa convention à Ljubljana, Eurelectric a également dévoilé les principaux enseignements de son étude annuelle réalisée par le cabinet Mc Kinsey. Elle est le résultat d’une démarche très engagée des entreprises d’électricité européennes déterminées à atteindre la neutralité carbone bien avant 2050 et à œuvrer en faveur d’une transition énergétique accélérée. Ces travaux, qui se sont appuyés notamment sur un processus de consultation exhaustif auprès des représentants de l’industrie et des entreprises du secteur électrique des 28 Etats membres de l’UE, modélisent différentes options possibles pour répondre aux ambitions de l’Accord de Paris. Il en ressort que pour permettre à l’Europe de réduire ses émissions de carbone de 95 % d’ici 2050, l’électrification devra être poussée dans tous les secteurs de l’économie de l’UE, pour couvrir au moins 60 % de la consommation finale d’énergie. Ce chiffre s’appuie sur l’hypothèse d’un taux de croissance annuelle de 1,5% et d’une diminution de la consommation énergétique dans l’UE de 1,3 % par an. Il est par ailleurs nécessaire que l’électricité soit portée à 63% dans les transports et les bâtiments, et à 50% dans les processus industriels. La décarbonation substantielle de l’économie européenne exigera des efforts sans précédent. « Mettre l’accent politique sur l’élaboration d’une transition équitable et l’adaptation aux différentes situations des pays sera une des clés du succès" a d’ailleurs souligné Eurelectric qui souhaite que son étude soit une contribution au débat sur la stratégie climatique à long terme pour l’Union Européenne.

Qui dit nouveaux défis dit nouveau paradigme

Une telle transformation suppose ainsi de repenser le mode de fonctionnement des acteurs du secteur et développer une vision nouvelle qui dépasse les barrières sectorielles et met l’innovation au cœur de la transition énergétique. Francesco Starace, PDG d’Enel et Président d’Eurelectric souligne ainsi que « les entreprises devront faire preuve d’une volonté et d’une flexibilité à adopter de nouveaux modèles économiques, ainsi que d’une ouverture à embrasser de nouveaux partenariats ».
Les intervenants ont ici rappelé l’importance de s’intègrer dans une logique de transition durable : le secteur électrique doit tendre vers un modèle de leadership inclusif et responsable si l’on souhaite créer un futur propre, intelligent et connecté.

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.